Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
Test de l'ISO d'Ubuntu francophone : nous avons besoin de testeurs pour la version francophone d'Ubuntu 14.04. Liens et informations ici.

Attention, une faille de sécurité dans bash a récemment été rapportée, il est recommandé de mettre à jour son système (plus de détails) *** mise à jour 12/10/2014 ***

nombre réponses : 25

#0 -1 »  La ville Allemande de Gummersbach migre sous Linux » Le 24/10/2014, à 15:38

adhara
Réponses : 28

http://quebecos.com/wp-content/uploads/linux-logo-200x200.png
L’Allemagne est désormais au premier plan de l’open source parce que beaucoup de villes de ce pays soit envisagent le passage à Linux ou ont déjà terminé ce processus. La ville allemande de Gummersbach rapporte que  son administration utilise actuellement presque exclusivement linux. La ville de Munich est certainement une histoire de succès quand il s’agit de l’adoption de l’open source. Maintenant au tour de Gummersbach. Ce type de changements ne fait pas souvent la une de la presse et la communauté Linux en entend habituellement parler longtemps après la fin du processus, mais nous avons maintenant la possibilité d’en apprendre à ce sujet très rapidement. Gummersbach a seulement environ 50.000 habitants, donc ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler une métropole. Il est plus petit que l’un des quartiers résidentiels de Munich, mais l’administration de la ville a eu une claire vision de ce qu’ils avaient à faire. Le processus de migration a commencé en 2007 et il leur a fallu quelques années pour que tout soit en place. Dans l’ensemble, environ 300 PC ont migré vers l’open source à partir d’un système propriétaire. Les représentants de la Ville n’ont pas fourni de détails sur ce système, mais ils ont dit qu’il n’était plus maintenu par la société qui l’a fait. Cela semble être plus Windows XP et Microsoft. « L’administration utilise désormais 300 petits PC clients, avec bureau et applications récupéré d’un cluster SuSE Linux Terminal Server de six serveurs. L’environnement de bureau est Mate. Les membres du personnel de la ville utilisent la suite LibreOffice comme outils de productivité bureautique et la suite Open-Xchange pour le courriel, la messagerie instantanée, agenda et des outils de collaboration en ligne. Certains ministères utilisent Wollmux, un outil open source de gestion de formulaires et modèles de documents développés par la ville allemande de Munich, « lit-on dans l’annonce faite sur le site officiel de la Commission européenne. Ce n’est que le début.
D’un point de vue extérieur, il semble que Linux devient de plus en plus populaire en Allemagne. Les fonctionnaires municipaux de partout dans le pays doivent sûrement observer les progrès réalisés par d’autres administrations et mettent les choses en oeuvre pour faire de même. Certes, il faudra beaucoup de temps pour les systèmes Linux et Windows à un certain niveau au moins de parité, mais ce jour est à venir.
Source

#1 -1 »  Les associations doivent utiliser le plus grand nombre de logiciels » Le 17/10/2014, à 07:20

adhara
Réponses : 0

http://www.april.org/sites/default/files/priorite-logiciel-libre-je-soutiens-april.png

Laurent Costy, administrateur de l'April et co-animateur du goupre de travail Libre Association, a publié dans « Linux Pratique n°84 » une tribune intitulée « Pourquoi les associations doivent faire l'effort d'utiliser le plus grand nombre possible de logiciels libres ? ». La tribune est désormais disponible au format PDF et au format ODT et ci-dessous :
Pourquoi les associations doivent faire l'effort d'utiliser le plus grand nombre possible de logiciels libres ?


Quelques données sur les associations
D'une manière générale

Avant d'aborder la question du lien entre associations en France et logiciels libres, il est important de mesurer ce que représentent les associations en France pour mieux mesurer le potentiel de migration vers le libre qui existe et les clés pour le favoriser. Les quelques chiffres repris ci-après sont issus de « l’instantané »1 produit pour le mouvement associatif, qui est en quelque sorte la structure la plus importante en terme de représentation des associations en France. Ainsi, le nombre d’associations avoisinait2 en mars 2012, le nombre d’1,3 million. Il est estimé que cela représente 23 millions d’adhérents et 16 millions de bénévoles. Par ailleurs, fait important qu'il nous faut considérer pour cette tribune car influençant la manière d'approcher les associations pour les inciter à adopter plus massivement le logiciel libre : plus de 85 % d'entre elles n’ont pas de salariés. Pour les structures exclusivement bénévoles, l'approche individuelle ou grand public menée par de nombreux GULL3 sur les territoires ou par les associations nationales telle l'April4, est donc une action essentielle qui contribue à l'adoption de logiciels libres dans les associations. Enfin, pour terminer avec le panorama, on notera que :

« La multiplication très rapide des collectifs, coordinations, comités et l’explosion des réseaux sociaux qui peuvent être considérés comme des associations de fait vont très vite conduire à reconsidérer cette évaluation qui est fondée pour l’essentiel sur le nombre d’associations repérées comme telles dans les guides communaux. »5
Les associations d'éducation populaire, une classe d'associations particulière

Il existe une classe d'associations sans doute plus sensible que les autres à la migration vers les logiciels libres : les associations de jeunesse et d'éducation populaires. En effet, les valeurs que ces associations portent et défendent convergent avec celles mises en avant par les libristes. Il reste difficile de définir6 en une phrase ce qu'est l'éducation populaire7 mais les logiques de partage, la formation tout au long de la vie, l'entraide, la coopération et la capacité à rendre les citoyens acteurs, sont quelques valeurs convergentes. Le nombre de ces associations se revendiquant de l'éducation populaire serait de l'ordre de 430 000 (soit 49 % du nombre total d'associations en France) selon les chiffres communiqués par le CNAJEP8.
Pourquoi les associations doivent poursuivre leurs efforts de migration vers les logiciels libres ?

C'est une manière pour elles d'agir et de transformer, par leurs choix et leurs actions de migration, une informatique propriétaire devenue folle et imposant désormais son monopole au mépris des usagers. Que l'on soit pour ou contre les logiques de marché, l'excès est condamnable et doit être combattu : les systèmes de rentes instaurées par exemple par les licences et les antifonctionnalités qui en découlent, sont néfastes pour la libre circulation de l'information et l'émancipation du citoyen. Ceci étant, une migration, qu'elle soit partielle ou totale, demande un effort et il est systématiquement chronophage que de vouloir s'affranchir de systèmes auxquels chacun s'est habitué ! Bref, de l'énergie est nécessaire mais l'effort est aussi une valeur de l'éducation populaire !

Il y a donc une prise de conscience nécessaire, un réel besoin de considérer enfin la question de la préférence systématique aux logiciels libres comme une réelle question politique au sein des associations et éviter de reléguer cela sans cesse à une unique problématique technique. Oui, faire l'effort, à chaque fois que cela est possible pour une association, d'opter pour le logiciel libre doit être pensé, débattu et choisi au sein des instances des associations (conseils d'administration ou assemblées générales par exemple).

Pour conclure cette partie, les propos de Christophe Sarrot, repris par Nathalie Boucher-Petrovic lors des RMLL 20069 à Vandoeuvre sont éloquents et significatifs :

« Connaître, utiliser, promouvoir et développer des logiciels libres est un enjeu important pour l’éducation populaire aujourd’hui. Non pas tellement parce qu’ils sont, bien sûr, une réponse fiable, simple et économique à des besoins techniques, mais surtout parce que leur existence est due à des pratiques qui fondent l’éducation populaire et qui veulent permettre la transformation des personnes et des outils par un libre échange des savoirs, pour un mieux vivre ensemble. »
Au delà, des logiciels libres et du système d'exploitation...

La suite sur april

#2 -1 »  Install Party GNU/Linux le 25 Octobre 2014 à Marseille » Le 02/10/2014, à 10:06

adhara
Réponses : 0

http://cercll.files.wordpress.com/2013/11/affichefabulerieoctobre2014.png?w=300&h=212


Bonjour à Toutes à Tous,

L'association CercLL ( CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 25 octobre 2014 de 14h30 à 19h30,  dans la salle de la Fabulerie au 4 rue de la bibliothèque 13001 Marseille.

Vous avez envie de découvrir un système d'exploitation libre, simple d'utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d'utiliser votre ordinateur.

Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le Manchot, les mascottes de GNU/Linux.

Au programme:

Découverte de l'univers des logiciels libres.

Installation d'un environnement GNU/Linux, ainsi que le meilleurs des logiciels libres.

Démonstration de jeux vidéo sous Linux.

Venez avec votre ordinateur nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits pour une utilisation quotidienne.

Entrée libre- accessible aux débutants-e-s.

Une participation de 2 euros est demandée.

L'adhésion à l'association est de 20 euros (annuelle).

Plan d'accès

#3 -1 »  Enjeux et perspectives pour les Logiciels-Libres » Le 29/09/2014, à 10:23

adhara
Réponses : 0

1411982107.jpg
L'association ULLM vous invite le Samedi 4 Octobre 2014 à 14h30 dans la salle du Forum  de  la médiathèque de Martigues.

À la conférence :  Enjeux et Perspectives pour les  Logiciels-Libres par Alain Riffart

REJOIGNEZ-NOUS

http://www.ullm.org/wp-content/uploads/2014/02/140px-Gnulinux.png

#4 -1 »  Atelier « Découverte des Logiciels Libres Scribus » » Le 28/09/2014, à 06:49

adhara
Réponses : 0

http://cercll.files.wordpress.com/2014/05/afficheatelieroctobre12014.png?w=211&h=300


Bonjour à Toutes à Tous,

L'association CercLL en collaboration avec Yves Specht vous invite à l' Atelier du Samedi Libre qui se déroule le samedi 11 octobre 2014 de 14h30 à 17h30, à la Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille

Ces ateliers se déroulent, en général, sur une séquence hebdomadaire, de 2 à 3 séances de travail et sur un thème déterminé.

Comme le mot atelier le laisse présumer, dans ce cadre, nous proposons une approche pratique des outils libres.

Nous avons décidé de nous adresser à un public débutant qui cherche à mieux connaître son ordinateur et les applications les plus courantes que tout un chacun utilise.

Prérequis

Les personnes qui veulent participer à ces ateliers devront s’inscrire à la Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille ou sur notre site CercLL au http://cercll.wordpress.com/contact/

L'atelier n'aura lieu que si 4 personnes,au moins sont inscrites.

L’inscription équivaut à un engagement moral de participation.

Atelier « Découverte des Logiciels Libres Scribus » Deuxième séance

Scribus est un logiciel libre de Publication Assistée par Ordinateur, distribué sous licence GNU GPL. Il convient pour la réalisation de plaquettes, de livres et de magazines. Scribus est multiplate-formes.

Entrée Libre. Tout Public.

#5 -1 »  Le guide du Logiciel Libre pour les TPE-PME » Le 23/09/2014, à 09:49

adhara
Réponses : 1

Sortis de leur carcan “geek”, les logiciels libres offrent aux entreprises une alternative aux produits propriétaires, couvrant la plupart de leurs tâches.

Pour une TPE-PME, les logiciels libres peuvent être une solution simple et économique. Si certaines solutions comportent des limites, les logiciels libres sont tout aussi efficaces que leurs équivalents propriétaires. Ils permettent de réaliser des économies : pas de licences à acheter, même si quelques fonctionnalités avancées peuvent être payantes.

Ils sont aussi plus sûrs : les codes sources des solutions propriétaires sont tenus secrets, quand les code sources des logiciels libres sont ouverts, donc sous l’oeil vigilant de la “communauté du libre”.

Les OS libres

Passer par un système d’exploitation libre nécessite de s’investir, mais de nombreux tutoriels sont disponibles sur le Web, et des prestataires peuvent vous accompagner si besoin. A long terme, les OS comme OpenBSD ou Linux Mint ont de multiples avantages : gratuité, sécurité, fonctionnalités avancées. Une PME-TPE n’aura pas toujours le temps d’apprendre à les maitriser : voilà pourquoi les solutions présentées ici tournent aussi sous Windows ou Mac.

“Il faudra peut être prévoir un temps pour former les salariés, si ceux-ci utilisent des logiciels propriétaires depuis longtemps”, nous indique Philippe Scoffoni, conseiller en logiciels libres.

http://www.zdnet.fr/i/edit/ne/2014/06/commandlinehero.png

La Bureautique

Traitement de texte, tableurs, diaporamas : la suite bureautique Libre Office propose des outils similaires à ceux de Microsoft Office ou Apple iWork, même si certaines fonctionnalités sont moins poussées. Des alternatives existent aussi dans le domaine de la PAO et du traitement d’images. Face à InDesign ou QuarkXPress, Scribus permet de réaliser, facilement, des documents de qualité. Face à Adobe Photoshop / Illustrator, GIMP et Inkscape s’en sortent haut la main.

http://www.zdnet.fr/i/edit/ne/2014/09/libreoffice.jpg

Surfer et communiquer

Pour surfer, Firefox est idéal. Ce navigateur ne collecte pas de données comme Google Chrome, est aussi rapide que Safari ou Internet Explorer, et permet d’utiliser une collection d’extensions très utiles.

Pour concevoir des sites web, BlueGriffon constitue une bonne alternative à Dreamweaver. Des fonctionnalités moins avancées, mais une bonne gestion du HTML5. Des systèmes de gestion de contenu ont aussi fait leurs preuves, tels que WordPress et Drupal.

Pour communiquer, une TPE-PME pourra utiliser un logiciel de messagerie libre comme Thunderbird, qui permet, avec son extension Lightning, de gérer emails et agendas. Une TPE pourra aussi avoir besoin de discuter en ligne, avec un outil de messagerie instantanée comme Pidgin. Les PME se tourneront plutôt vers une solution de communications unifiées comme XiVO, qui propose, clé en main, un service de messagerie unifiée et de téléphonie IP, et qui permet de réaliser des visio-conférences.

La gestion d’entreprise

Pour la gestion d’entreprise, des progiciels de gestion intégrée (ERP) permettent d’assurer la gestion commerciale, la gestion des ventes et la gestion de la relation client (CRM). Une TPE privilégiera Dolibarr, simple d’utilisation, quand une PME préfèrera Odoo, plus complet. En matière de comptabilité, Open Concerto comblera une TPE, quand le module dédié d’Odoo ou le moteur OpenPAIE satisferont une PME.

En matière de gestion de projets, Project Libre est l’outil idéal pour une TPE. Une PME se dirigera plutôt vers un outil collaboratif comme Redmine, qui offre des fonctions plus étendues. Et pour le commerce en ligne, des outils gratuits comme Prestashop (pour les TPE) et Drupal Commerce (pour les PME) s’avèreront aussi pratiques que les solutions propriétaires.

La sécurité

“En ce qui concerne la protection réseau, mieux vaut utiliser des UTM, qui permettent de filtrer les IP et le web”, nous explique Eric Leblond, spécialiste de la sécurité des logiciels libres. Simples à utiliser, PfSense ou SmoothWall changent un PC en pare-feu. Côté antivirus, ClamAV est un logiciel fiable et efficace.

Concernant le stockage de données, OwnCloud permettra aux PME de créer un “Cloud personnel”, garantissant une confidentialité maximale. Pour une TPE, IKeepinCloud, basé sur OwnCloud, sera plus simple à utiliser. Une PME-TPE pourra aussi utiliser GnuPG pour chiffrer ses communications, et AESCrypt pour chiffrer des documents sensibles. Un logiciel de sauvegarde comme BackupPc sera enfin très utile.

Cet article ne présente qu’une infime partie du catalogue des logiciels libres. Pour vous renseigner d’une façon plus exhaustive, Framasoft en recense plus de 1000.

Source

#6 -1 »  Firefox : second navigateur le plus utilisé en France ? » Le 13/08/2014, à 06:34

adhara
Réponses : 28

http://cercll.files.wordpress.com/2014/07/icones_02265.png?w=192&h=192

On le dit malade, fatigué, relégué à l’arrière-plan derrière Internet Explorer et Chrome. Pourtant, AT Internet le confirme : Firefox reste numéro 2 en France. Explications.

Focus sur l’Europe
Google Chrome poursuit sa croissance avec 31,6% des visites en juin 2014 et un gain de près de 5 points en un an. L’écart se creuse toujours davantage avec l’ancien leader, Internet Explorer, qui a perdu plus de 6 points en un an pour atteindre 21,3% des visites en juin dernier.
Safari gagne du terrain et réduit son écart avec Firefox, 0,1 point sépare leurs part de visites en juin 2014 avec sur une vision à un an, un gain de 2,6 points pour Safari et une perte de 2,1 points pour Firefox.

http://cercll.files.wordpress.com/2014/08/browsers_201406_fr_2-0349f.png?w=400&h=440

Et en France, et en Allemagne ?
Avec 22,5% des visites en moyenne en France en juin 2014, Firefox a pris la 2nde place du palmarès des navigateurs à Internet Explorer (21,5% des visites en juin 2014). Rappelons que Firefox est n°1 en Allemagne avec 35,9% des visites en juin 2014 (où les autorités déconseillent ouvertement l’utilisation de Chrome en raison de la gestion des données privées).
Google, leader des navigateurs en Europe avec bientôt une visite sur 3 réalisée sous Google Chrome, poursuit sa croissance confortant sa 1ère place en France.
 L’étude complète

Source

#7 -1 »  La ville de Turin va passer de Windows XP à Ubuntu » Le 12/09/2014, à 07:30

adhara
Réponses : 17

Pour la municipalité de Turin, Windows, c’est terminé. Pour éviter de devoir renouveler son parc de 8300 PC, la ville va ainsi migrer de Windows XP vers Ubuntu. Economie attendue : 6 millions d’euros sur 5 ans.

Un changement politique à la tête de la municipalité de Munich pourrait se traduire par un incroyable retour dans le passé et l’abandon de Linux au profit de Windows. A Turin, en Italie, ce n’est pas ce scénario qui se profile.

Comme le rapporte ZDNet.com, la municipalité italienne se prépare à migrer son parc informatique, composé de 8300 PC, de Windows XP vers Ubuntu. Grâce à ce projet, elle espère ainsi économiser 300 euros par poste et 6 millions d’euros sur cinq ans.

300 euros économisés par poste

Le parc de la ville est vieillissant et passer sur Windows 8 est donc jugé comme une mauvaise option, quand au contraire les distributions Linux s’adaptent bien à des machines matures. Officiellement, le passage sur Ubuntu a été approuvé en août. La migration s’échelonnera sur une période de 18 mois.

Le projet est cependant plus ancien encore. « Nous en discutions depuis près de deux ans » explique la conseillère municipale du Parti Démocrate, Fosca Nomis. « Le projet a été provisoirement mis de côté en raison de préoccupations économiques – il aurait été probablement trop coûteux de migrer depuis XP alors que nous avions encore des licences valides et payées en cours » précise-t-elle à ZDNet.

Les licences étant expirées, la migration vers Ubuntu a donc été réactivée. Et si l’argument économique est ce qui a pesé le plus dans cette décision de sortir de l’environnement Windows, la municipalité défend aussi son engagement à l’égard du logiciel libre, en particulier au sein de ses établissements d’enseignement.

« Turin, bien entendu, n’est pas la première ville italienne à passer sur Linux. Mais peut-être est-ce une des plus grandes à ce jour, et nous pensons qu’elle pourrait inciter d’autres villes à la suivre » commente Fosca Nomis.

Source

#8 -1 »  ULLM à la journée des Associations le 20 septembre 2014 à Martigues » Le 05/09/2014, à 15:15

adhara
Réponses : 1

Comme les années précédentes l’ULLM tiendra un stand lors de journée des associations qui se déroulera le samedi 20 septembre à la halle de Martigues. L’ouverture des portes au public aura lieu à 10h

À cette occasion nous vous invitons à venir découvrir les logiciels libres et notre association.

Nous vous proposons à partir de 14h, dans le hall de la halle, un atelier sur le montage vidéo réalisé avec des outils libres.

Venez nombreux.

Entrée Libre. Tout public.

#9 -1 »  Atelier du Samedi Libre le 13 septembre 2014 à Marseille » Le 31/08/2014, à 07:47

adhara
Réponses : 0

http://pix.toile-libre.org/upload/img/1406604938.png


Bonjour à Toutes à Tous,

L’association CercLL en collaboration avec Yves Specht vous invite à l’ Atelier du Samedi Libre qui se déroule le samedi 13 septembre 2014 de 14h30 à 17h30, à la Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille

Ces ateliers se déroulent, en général, sur une séquence hebdomadaire, de 2 à 3 séances de travail et sur un thème déterminé.

Comme le mot atelier le laisse présumer, dans ce cadre, nous proposons une approche pratique des outils libres.

Nous avons décidé de nous adresser à un public débutant qui cherche à mieux connaître son ordinateur et les applications les plus courantes que tout un chacun utilise.

Prérequis

Les personnes qui veulent participer à ces ateliers devront s’inscrire à la Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille  ou sur notre site CercLL

L’atelier n’aura lieu que si 4 personnes,au moins sont inscrites.

L’inscription équivaut à un engagement moral de participation.

Atelier « Découverte des Logiciels Libres Scribus » Première séance

Scribus est un logiciel libre de Publication Assistée par Ordinateur, distribué sous licence GNU GPL. Il convient pour la réalisation de plaquettes, de livres et de magazines. Scribus est multiplate-formes.

Entrée Libre. Tout Public.

Ateliers du samedis libres suivants.

Deuxième séance  du Samedi libre du 11 octobre 2014 de 14h30 à 17h30

Troisième séance  du Samedi libre du 15 novembre 2014 de 14h30 à 17h30

#10 -1 »  Install Party GNU/Linux le 27 septembre 2014 à Marseille » Le 31/08/2014, à 07:33

adhara
Réponses : 0

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1409466501.png

Bonjour à Toutes à Tous,

L'association CercLL (CercLL d'Entraide et Réseau Coopératif autour des Logiciels Libres) vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 27 septembre 2014 de 14h30 à 19h30 dans la salle de la Fabulerie au 4 rue de la bibliothèque 13001 Marseille.

Vous avez envie de découvrir un système d'exploitation libre, simple d'utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d'utiliser votre ordinateur.

Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou, le Manchot, les mascottes de GNU/Linux.

Au programme :

Découverte de l'univers des logiciels libres.

Installation d'un environnement GNU/Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

Démonstration de jeux vidéo sous Linux.

Venez avec votre ordinateur nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits pour une utilisation quotidienne.

Entrée libre -accessible aux débutants-e-s.

Blog Web

Plan

#11 -1 »  La Fondation Linux lance un programme de certification » Le 22/08/2014, à 06:00

adhara
Réponses : 1

http://www.zdnet.fr/zdnet/i/edit/ne/2012/11/linux-tux-140x105.jpg

La Fondation Linux vient d’annoncer son premier programme de certification pour les administrateurs système et les ingénieurs.

Après des années à fournir des tutoriels, des formations et autres sessions d’encadrement, la Fondation Linux vient d’officialiser son premier programme de certification. A l’issue d’une série de tests et d’examens, deux titres seront délivrés : ceux d’Administrateur système certifié par la Fondation Linux (LFCS) et d'Ingénieur certifié par la Fondation Linux (LFCE).

La Fondation offre 1 000 examens aux membres LinuxCon et CloudOpen et un tarif préférentiel de 50 dollars aux 500 candidats suivants. Ensuite, il en coûtera 300 dollars. La Fondation indique que les détenteurs de certification recevront un symbole graphique qu’ils pourront afficher sur leur CV, leur profil LinkedIn, et plus.

Cette initiative fait suite au lancement plus tôt cette année de cours en ligne, les Linux Course, qui totalisent plus de 250 000 étudiants. “La demande en professionnels expérimentés Linux continue à croître alors que le rapport sur les emplois Linux (Linux Job Report) indique cette année que les directeurs privilégient les candidats maîtrisant Linux et payent plus pour cette compétence" peut-on lire dans le communiqué de presse. La raison ? "Puisque Linux gère aujourd'hui l’infrastructure technologique mondiale, les sociétés de toute la planète recherchent davantage de professionnels Linux. Mais la plupart des responsables des ressources humaines déclarent que trouver des employés compétents dans ce domaine est difficile". (Eureka Presse).

Source

#12 -1 »  Genève : les écoles primaires sont libres » Le 15/08/2014, à 09:40

adhara
Réponses : 16

http://gul13.files.wordpress.com/2014/08/ubuntu_1000_allonge-jpeg-a4d74.jpg?w=640

L’informatique pédagogique des écoles primaires du canton de Genève en Suisse passe en mode libre. Deux mille ordinateurs personnels sont équipés d’une distribution GNU/Linux.

L’arrêt du support de Windows XP aura profité à Linux et aux logiciels libres dans le canton.

L’opération a consisté à installer le système d’exploitation Ubuntu établissement par établissement durant toute l’année 2013. Chaque ordinateur possède trois sessions : une pour les élèves du cycle élémentaire, une pour ceux du cycle moyen et la dernière pour les enseignants.

Le DIP démontre qu’il est « possible de s’émanciper des logiciels propriétaires et à grande échelle. Cela montre également qu’il existe, sur le marché, des alternatives crédibles aux produits de Microsoft et d’Apple. »

L'annonce complète

Source Toolinux

#13 -1 »  Le Logiciel Libre comme levier de lutte contre l’évasion fiscale » Le 14/08/2014, à 10:11

adhara
Réponses : 0

http://gul13.files.wordpress.com/2014/08/dimitri-robert.png?w=640

Présentation

Titre : Le Logiciel Libre comme levier de lutte contre l’évasion fiscale

Intervenant : Dimitri Robert

Lieu : RMLL – Montpellier

Date : Juillet 2014

Durée 22 minutes

Lien vers la vidéo

Transcription

Je m’appelle Dimitri Robert et je vais vous parler d’un sujet dont on parle beaucoup, pas forcément dans le libre, mais en général, depuis deux ans on va dire, dans les médias, on en parle de temps en temps. Je vais vous parler d’évasion fiscale et je vais faire le lien avec le Logiciel Libre. Parce qu’en fait, l’évasion fiscale, on pourrait faire le lien avec plein de choses, mais ici on est aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, donc je vais faire le lien avec le Logiciel Libre.

Commençons.

Déjà une petite précision. En fait je vais vous montrer un peu comment ça marche l’évasion fiscale et sans forcément trop rentrer dans les détails, parce que les détails il y en a plein qui ne sont pas forcément bien connus. En général c’est un peu synonyme d’obscurité ce domaine-là, d’ailleurs il y a des bateaux qui se perdent dans le Triangle des Bermudes, c’est un peu pareil pour l’argent. Je ne maîtrise absolument pas tous les détails, mais j’en ai compris certains mécanismes. Et donc après on va essayer de voir ce qu’on peut faire avec le Logiciel Libre, enfin ce que nous, peut-être pas forcément individuellement mais ça va être plutôt collectivement. Et surtout, ceux qui ont les moyens décisionnaires de faire certains choix, pourraient faire pour le Logiciel Libre. Et puis à la fin je finirai par une petite touche plus pessimiste. Désolé, je vais vous plomber la journée !

Donc déjà une petite différence entre la fraude et l’évasion fiscale, parce qu’on parle souvent des deux. La fraude c’est illégal. C’est quand on commet des actions illégales pour éviter de payer des impôts, par exemple. L’évasion, c’est parfaitement légal, mais ça revient au même. C’est-à-dire on cache de l’argent au fisc, sauf que quand on fait de l’évasion, on le cache légalement. Tout simplement en étudiant les lois de chaque état et en voyant là où il y a certaines lois qui sont plus avantageuses. On aperçoit des paradis fiscaux, puisque c’est comme ça qu’on pourra appeler un État qui offre certaines facilités pour certains types de transactions. En fait des paradis fiscaux il y en a beaucoup. On pourrait même dire que la France en est un pour une certaine catégorie d’investisseurs, de certains pays ; par exemple ce n’est pas pour rien que le Qatar est venu investir dans l’immobilier en France. C’est parce qu’ils ont eu des facilités. Bien sûr, ça ne s’appliquera pas à une entreprise française. En fait, l’évasion fiscale ce sont certaines lois qui ont été adaptées pour faire venir des capitaux étrangers. De même qu’en Suisse, le système est plus intéressant pour les étrangers que pour les Suisses eux-mêmes.

Donc l’évasion fiscale ça consiste à avoir des conseillers financiers qui vont éplucher les lois de chaque pays et qui vont voir par où une entreprise, multinationale de préférence, c’est-à-dire implantée dans plusieurs états, peut faire transiter son argent.

Je vais vous parler un peu de Double irlandais et de Sandwich hollandais. Donc on va faire ça au niveau de l’Europe, puisque ça se passe dans deux pays européens. Je vais prendre l’exemple de Google. Mais c’est un exemple, qui est loin d’être exhaustif puisque ça peut s’appliquer à des sociétés comme Apple, comme Microsoft, comme Facebook, comme Amazon, toutes ces multinationales du numérique qui sont implantées dans plusieurs États même si elles ont leur maison mère aux États-Unis, il y a des filiales qui sont implantées dans des endroits intéressants.

Dans le cas de Google on va regarder le marché de l’Europe, du Moyen-Orient et de l’Afrique. Donc ça représente à peu près 88 % du chiffre d’affaires de Google hors Amérique. Tout ce marché-là va être facturé par une filiale qui est Google Ireland Limited qui a son siège en Irlande. Et donc c’est cette filiale-là qui facture pour le marché de l’Europe, de l’Afrique et du Moyen-Orient. Elle a son siège en Irlande, ses employés en Irlande et elle ne détient absolument rien au niveau des droits de Google, de propriété intellectuelle. Tout ce qui concerne la propriété intellectuelle de Google est détenu par une autre filiale, Google Ireland Holdings, qui est implantée en Irlande, physiquement, mais dont le siège est aux Bermudes. Donc le Double Irish ou Double irlandais, ça consiste à exploiter une loi en Irlande qui dit que tout transfert de bénéfice lié à la propriété intellectuelle entre deux entreprises installées sur le sol irlandais, est très peu taxé. Donc Google Ireland Holdings encaisse les bénéfices liés à la propriété intellectuelle que lui verse Google Ireland Limited. Ça revient à peu près à 50 % du chiffre d’affaires, à quelques pour cents près. Du coup ça permet aussi à Google Ireland Limited de limiter ses bénéfices et du coup de payer moins d’impôts sur les bénéfices, qui déjà, ne sont pas très élevés en Irlande ; c’est de l’ordre de 12,5 %.

Je sors mes notes parce que j’ai quand même préparé quelques notes, sinon ça ne fait pas sérieux.

Pour comparaison, en France, l’impôt sur les bénéfices est de l’ordre de 33 %. Mais après, cet argent qui est transféré à la filiale dont le siège est aux Bermudes, l’argent n’est pas encore aux Bermudes, donc il faut aller le transférer aux Bermudes. Mais pour cela, Google ne peut pas le faire sortir d’Irlande directement vers les Bermudes. Il faut passer par un autre pays européen qui permet justement ce genre de transfert sans taxe. Ce sont les Pays-Bas. Donc on a Google Netherland Holdings, qui est juste une simple boîte aux lettres, il n’y a pas de salariés, et qui sert à faire sortir l’argent de l’Union européenne, tout simplement et l’envoyer aux Bermudes. Voilà, à la fin tout part par là-bas. Et comme aux Bermudes, la transparence n’est pas de mise, il n’y a plus aucune trace, à part dans les ordinateurs de Google, de ce que gagne réellement Google. Même si on peut en avoir une idée et qu’on s’aperçoit que Google, enfin les entreprises qui font de l’évasion fiscale payent en général, entre 0 et 5 % d’impôts. Voilà, en France une société paye 33 % et ces gens-là en payent un peu moins !

Donc là, ce schéma il est aussi utilisé par Microsoft, par exemple qui est aussi installée en Irlande. Microsoft ça ne part pas aux Bermudes mais ça part aux Îles Vierges britanniques. Apple aussi est installée aux Îles Vierges britanniques, ça doit être sympa là-bas ! Apple passe aussi par le Luxembourg parce qu’il y a une TVA qui est plus intéressante qu’en France, c’est une des TVA les plus basses d’Europe, le Luxembourg. Le taux le plus élevé est de 15 %. Après on a des taux intermédiaires. Enfin Apple se débrouille pour avoir un taux de 6 % !

Par contre, l’argent, une fois qu’il est aux Bermudes ou aux Îles Vierges britanniques par exemple, si la maison mère qui est aux États-Unis veut le récupérer, et bien ça se complique un petit peu, parce qu’effectivement ils doivent payer des impôts pour rentrer aux États-Unis.

C’est pour ça que je crois que c’était il y a deux ans, Apple avait besoin de liquidités, mais Apple a une trésorerie absolument énorme, mais à l’abri dans divers paradis fiscaux. Or il y a des paradis fiscaux à l’intérieur même des États-Unis : on a le Delaware, le Nevada, qui ont des lois bien propres à eux qui permettent justement ce genre de choses. Mais Apple avait besoin de liquidités et donc plutôt que de payer des impôts donc en rapatriant son argent aux États-Unis, elle a préféré contracter un emprunt. Donc quelque part Apple préfère donner de l’argent aux banques plutôt qu’à l’État.

Maintenant on va revenir un peu sur le Logiciel Libre puisque c’est quand même ça qui nous motive et surtout sur le sujet de la conférence : comment le Logiciel libre pourrait agir comme un levier sur l’évasion fiscale ?

Alors je vais vous décevoir tout de suite, je ne détiens pas la solution de lutte contre l’évasion fiscale. C’est une petite goutte qui pourrait être une plus grosse goutte, qui peut effectivement limiter un peu l’évasion fiscale en attendant qu’il y ait une vraie politique de lutte contre l’évasion fiscale.

Les avantages du Logiciel Libre, je pense que vous les connaissez ici, c’est que ça va favoriser l’emploi local. Donc si une collectivité ou une société utilise du Logiciel Libre, elle va pouvoir aussi utiliser les services d’entreprises locales qui vont faire du développement, de l’intégration, de la formation et tous les métiers que vous connaissez, en lien avec le Logiciel Libre. Et en plus, quand on fait appel à une société locale, et bien cette société locale paye ses impôts en France, elle paye ses 33 % d’impôts. Donc voilà l’intérêt pour les entreprises.

Alors j’ai parlé entraide locale, ça peut faire un peu bisounours, mais quelque part, je ne sais pas si toutes les entreprises y sont prêtes, mais se dire que finalement il vaut mieux faire appel à une société locale, se serrer un peu les coudes entre gens qui payons 33 % d’impôts sur les bénéfices, plutôt que d’aller filer de l’argent à des sociétés qui en gagnent largement assez et qui cachent leur magot dans des îles. Donc ça pourrait être un discours, même si, je vous l’accorde, ça fait peut-être un peu bisounours.

Par contre là pour les collectivités et l’État, je pense qu’il y a un vrai enjeu à insister là-dessus, c’est que les collectivités et l’État gèrent de l’argent public, notre argent. Donc moi ça me fait toujours mal au cœur quand je vois une collectivité qui investit dans des tablettes Apple pour les collégiens par exemple, alors qu’en France, on a des gens qui font des tablettes pour des écoles, pour les collèges, avec du Logiciel Libre. Donc l’idée c’est vraiment d’insister là-dessus, de dire aux élus, « Merde, regardez ce qui se passe en France, regardez ce qui se fait en France, il y a des solutions, et en plus vous créez de l’emploi local et cet emploi local va vous générer de l’impôt qui va revenir dans les caisses de l’État et des collectivités ».

Donc au niveau européen il y a effectivement un projet de changer les règles sur la TVA. C’est-à-dire qu’au lieu que ça soit la TVA du pays vendeur qui s’applique, ça soit la TVA du pays de l’acheteur. C’est-à-dire que le système d’Apple de facturer depuis le Luxembourg pour avoir une TVA à 6 %, ne va plus pouvoir s’appliquer progressivement à partir de 2015. C’est-à-dire que, quand Apple via la filiale iTunes qui est basée au Luxembourg, facture en France, ce sera la TVA française qui va s’appliquer. Ça doit se mettre en place à partir de 2015. J’avoue que je n’ai pas trop creusé le sujet mais je vous le mentionne quand même.

Là où ça se complique c’est que dans le même temps il y a un truc qui se négocie entre l’Europe et les États-Unis, qui s’appelle le Grand Marché Transatlantique, ou TAFTA, ou le Traité de partenariat pour le commerce et l’investissement, et l’idée, il y a eu une conférence avant-hier là-dessus, l’idée c’est de favoriser donc le commerce et les investissements, pour les multinationales, en mettant en place un tribunal d’arbitrage qui aura tout loisir d’attaquer État et collectivités qui nuiraient à leurs intérêts. Donc, je me pose la question, un Conseil général qui équipe ses collèges d’ordinateurs avec du Logiciel Libre, de tablettes avec du Logiciel Libre, quelle serait l’action possible de Microsoft, là-dedans, dans le cadre du Grand Marché Transatlantique. Effectivement Microsoft aurait tout loisir d’attaquer le Conseil général en question, pour concurrence déloyale avec du Logiciel Libre. Donc là je pense qu’il y a aussi un vrai danger pour les entreprises qui en France développent, déploient du Logiciel Libre, avec ce truc-là.

De même que d’éventuelles lois qui chercheraient à restreindre l’évasion fiscale, évidemment. Puisque ça nuit aux investissements et aux bénéfices potentiels de ces multinationales.

J’ai oublié un truc que je voulais dire, ça va peut-être me revenir après. Sinon le temps tourne et je vous propose peut-être de passer aux questions, remarques, idées. Oui !

Public : inaudible

Dimitri Robert : Un exemple, alors je ne sais pas si on a le droit de faire de la publicité ici. Il se trouve qu’il était là, ici, aux Rencontres Mondiales, je pensais à RyXéo, qui est basé à Bordeaux. Donc effectivement qui développe une distribution basée sur Ubuntu pour tablettes numériques, des tablettes d’ailleurs qui sont fabriquées en France.

Et oui, du coup, j’ai oublié de répéter de la question. On me demandait, il y aura la question après, ce n’est pas grave, on me demandait s’il y avait un exemple concret de tablettes numériques avec du Logiciel Libre vendues en France. Donc, oui effectivement il y a RyXéo. Pour l’instant ce sont les seuls que je connaisse. Il y en a peut-être d’autres. Peut-être qu’il y en aura d’autres. RyXéo oui. C’est souhaitable. D’ailleurs, c’est un peu le sens de ma conférence, c’est aussi dire aux collectivités et à l’État de soutenir ce genre d’initiatives par du marché public adapté qui favorise le Logiciel libre. Oui !

Public : inaudible.

Dimitri Robert : Donc voilà une précision. C’est que les acteurs de marchés publics ont le droit d’utiliser l’article 14 issu du Grenelle de l’environnement pour inclure des critères sociaux, environnementaux. D’ailleurs ça se fait il me semble.

Public : inaudible.

Dimitri Robert : Tout à fait. L’article 1 du Grenelle de l’environnement précise qu’on est obligé de faire du développement durable, donc développement durable ce n’est pas que environnement, c’est aussi de l’emploi local. Pardon, l’article 1 du code des marchés publics.

Public : inaudible.

Dimitri Robert : D’accord. Donc précision sur la TVA. Sur l’application du fait que ce soit la TVA du pays acheteur qui s’applique, c’est bien lancé puisqu’au Luxembourg ils vont monter le taux maximum de TVA, donc de 15 à 17 %, en prévision du manque à gagner qui sera induit par ce changement.

Est-ce qu’il y a d’autres questions, remarques ? Oui !

Public : inaudible.

Dimitri Robert : Donc, il y a eu comme outil juridique, il y a eu une jurisprudence. On a le droit d’imposer du libre dans un marché public, du fait que chacun est avec son code source et je ne sais pas si je résume bien ce que tu as dit. C’est moins bien dit ! Voilà. Personne n’est avantagé, aucun des candidats possibles n’est avantagé, il y a vraiment une libre concurrence. Je pense qu’il faut conclure. Vas-y !

Public : inaudible.

Dimitri Robert : Effectivement les États-Unis organisent de temps en temps des tax break holiday, c’est-à-dire des fenêtres dans le temps qui permettent de rapatrier, à moindre coût, de la trésorerie qui serait planquée dans un paradis fiscal. Il y a des périodes pendant lesquelles c’est moins imposé.

Je vous remercie.

Applaudissements.

Source April

#14 -1 »  GNU/Linux Prise en Main Pratique objectif : l'Autonomie » Le 11/08/2014, à 06:43

adhara
Réponses : 1

Libre téléchargement
Contributions : fichiers, documentation, tutoriels en libre téléchargement pour tous les utilisateurs finaux
Sans modération, à partager avec vos amis et vos relations :
Atelier "Hybride" licence CC-BY-NC-SA
annexe Lor2
annexe Lorem-ipsum
J'ai animé bénévolement quelques ateliers Gnu/Linux pour débutants pour le compte d'un GULL francilien. Pour mes deux derniers ateliers (identiques), j'avais passé 4 à 5 mois à rédiger le document que j'avais prévu de donner en support (il fait 90 pages et comporte plus d'une centaine de captures d'écran). Dans cette association, il y a beaucoup de personnes plus ou moins expérimentées, mais, malheureusement quasiment pas de vrais débutants. Mon atelier n'avait donc plus lieu d'être.

J'ai donc décidé non seulement d'arrêter d'animer cet atelier, mais aussi de libérer mon document, c'est-à-dire de le proposer au libre téléchargement (gratuitement, cela va sans dire), pour qu'il puisse bénéficier à davantage de personnes. C'est un fichier pdf, vous devez donc avoir un logiciel capable de lire ce format (okular, evince, xpdf, logiciels libres, ou, si vous y tenez, Adobe Reader - mais c'est un logiciel propriétaire). Il est sous licence CC-BY-NC-SA (http://fr.wikipedia.org/wiki/Creative_Commons).

Il est à noter que celui-ci venait en appui de mon atelier, au début duquel je donnais le DVD de la distribution Hybryde. Comme je propose mon document tel que, sans modification ... et sans le DVD (que vous devrez télécharger vous même : http://www.hybryde.org/site/index.php#myModal), vous devrez apprendre à graver une distribution (ce que je n'indiquait pas au début du document). Je vous propose donc de lire l'une de ces pages de documentation, selon votre cas : http://doc.ubuntu-fr.org/tutoriel/grave … is_windows (si vous êtes sous Windows), ou celle-ci : http://doc.ubuntu-fr.org/gravure ; puis celle-ci : http://doc.ubuntu-fr.org/live_cd.

Bienvenue, donc, dans le monde des logiciels libres.

En espérant que cela vous aide à bien aborder Gnu/Linux.

Libre Téléchargement : https://aful.org/media/document/atelier … de_JLC.pdf

Source

#15 -1 »  Atelier du Samedi Libre le 30 Août 2014 à Marseille » Le 07/08/2014, à 08:08

adhara
Réponses : 0

1406605854.png

L'association CercLL vous invite aux Ateliers du Samedi Libre qui se déroulent le samedi 30 Août 2014 de 14h30 à 17h30, à la Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille.

Ces ateliers se déroulent, en général, sur une séquence hebdomadaire, de 2 à 3 séances de travail et sur un thème déterminé.

Comme le mot atelier le laisse présumer, dans ce cadre, nous proposons une approche pratique des outils libres.

Nous avons décidé de nous adresser à un public débutant qui cherche à mieux connaître son ordinateur et les applications les plus courantes que tout un chacun utilise.

Prérequis

    Les personnes qui veulent participer à ces ateliers devront s’inscrire sur notre site CercLL

    L'atelier n'aura lieu que si 4 personnes,au moins sont inscrites.

    L’inscription équivaut à un engagement moral de participation.

Atelier « Découverte des Logiciels Libres »

Cet atelier s’adresse plus particulièrement aux débutants soucieux d’utiliser de manière plus rationnelle leur ordinateur.

#16 -1 »  Un CEO pour Mozilla, le gouvernement anglais adopte le format ODF, tra » Le 31/07/2014, à 10:25

adhara
Réponses : 0

Open Source : Uadopte le format ODF; transparence des parlementaires et mobilisation en ligne; Systematic publie trois livres bleus; Framasoft pas convaincu par Linagora à propos du litige avec Blue Mind.
Chris Beard devient CEO de Mozilla
Mozilla Corp, depuis la crise qui a amené Brendan Eich à démissionner en avril, avait un PDG intérimaire, Chris Beard. Ce dernier est nommé CEO, a annoncé hier soir Mitchell Baker présidente du conseil d'administration de la fondation Mozilla (qui détient 100% de Mozilla Corp).
Chris Beard avait rejoint Mozilla en 2004, juste avant le lancement du navigateur Firefox 1.0, et y a depuis été vice-président produits, directeur de l’innovation et directeur marketing jusqu'au début 2013. Avant de revenir en CEO intérimaire, il a passé près d'un an dans une entreprise de capital-investissement, Greylock Partners. Pendant cette période, note Mitchell Baker, Chris Beard avait continué à la conseiller.
Le gouvernement britannique adopte le format ODF comme norme officielle
Tout arrive – du moins outre-Manche – avec le choix du gouvernement anglais du format ODF (Open Document Format) comme norme officielle, au détriment des formats propriétaires de Microsoft jusqu'alors privilégiés (rappelons que l'éditeur de Redmond avait dû accepter des formats supplémentaires pour Office 2013).
Le gouvernement britannique, qui l'a annoncé la semaine dernière, justifie ce choix en soulignant que les citoyens et les entreprises "n'auront plus besoin de logiciel spécialisé pour ouvrir ou travailler avec des documents gouvernementaux. Les personnes travaillant pour le gouvernement pourront échanger et travailler avec des documents dans le même format, réduisant les problèmes lorsqu'elles changent de formats."
Dans un billet de blog sur cette innovation, le gouvernement explique aussi qu'elle "rendra plus facile et moins cher de travailler avec le gouvernement".
Transparence de la vie politique: une mauvaise blague...
A la suite du scandale Cahuzac l'an dernier, a été créée en France une Haute Autorité de la transparence de la vie publique (HATVP) chargée de recenser les déclarations d'intérêts des parlementaires français. Elle a publié le 24 juillet ces déclarations (moteur de recherche); ces dernières sont certes riches d'enseignements, relevés dans toute la presse, mais avec un gros hic: elles sont manuscrites (à quelques exceptions près) et en PDF d'images scannées, freinant une exploitation sérieuse et rapide.
Le Monde, parmi d'autres, s'est ému de cet obstacle à un open data et un contrôle citoyen dignes de de ce nom: "Pattes de mouches, chiffres illisibles et qui débordent du cadre, tout semble fait pour que le citoyen, le journaliste, aient les pires difficultés à tirer quelque chose de ce fatras", relève le quotidien.
qui a suscité une mobilisation pour numériser les déclarations d'intérêts des parlementaires

L'association Regards Citoyens ne s'est pas résignée à cet état de fait, et associée au Monde elle a lancé un appel aux internautes pour qu'ils collaborent à la numérisation de ces données (un des principes étant la validation multiple: les informations ne sont validées qu'après avoir été saisies par trois utilisateurs différents).

Source

#17 Re : -1 »  LibreOffice fait économiser un million d'euros à Toulouse » Le 29/07/2014, à 06:55

adhara
Réponses : 6

Open Source : Bouquet de brèves: la métropole de Toulouse a fait passer 90% de ses postes à LibreOffice; un rapport sénatorial plaide pour plus de logiciels libres; la Commission européenne signe avec Microsoft; des cadres IBM sexistes et bavards; la Silicon Valley, utopie ou cauchemarc.

Toulouse économise un million d’euros en migrant vers le Libre

Après Munich et la gendarmerie française, voici un nouvel exemple de l’intérêt économique du logiciel libre pour le secteur public: en adoptant LibreOffice, Toulouse a économisé un million d’euros en trois ans. Plus largement, rapporte une étude de l’Open Source Observatory and Repository, la ville a une politique numérique globale qui avec les logiciels libres et open source "promeut le développement économique et l’emploi dans la région".

Les coûts de licences étaient de l’ordre de 1,8 million d’euros tous les trois ans pour Toulouse Métropole (qui comprend 37 collectivités pour 714.000 habitants, et emploie 10.000 personnes pour ses tâches administratives). La migration a coûté environ 800.000 euros, en partie du fait de développements. Un million d’euros a ainsi été économisé pour les trois premières années (cette migration a commencé en 2012), estime Erwane Monthubert, responsable IT de Toulouse jusqu’en avril dernier (la mairie est passée du PS à l’UMP aux élections municipales).

Toulouse a par ailleurs plusieurs sites web, applications et portails intranet s’appuyant sur des logiciels libres (Liferay et Alfresco pour des outils collaboratifs et des portails de gestion de documents), tandis que Joomla est employé pour doper des petits sites web.

Depuis plusieurs années, la ville est membre de l’Adullact (Association des Développeurs et des Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales), et en 2011 elle a également été la première grande ville française à adhérer à l’April, association de promotion du logiciel libre.

Bertrand Serp, qui est à présent chargé de la politique numérique de Toulouse et de Toulouse Métropole, indique que "50% des systèmes d’exploitation à Toulouse sont basés sur Linux. Ces systèmes supportent la majorité de nos sites intranet, extranet et Internet, plus quelques applications web, tous à base d’architecture LAMP – Linux, Apache, MySQL, PHP."

Le rapport sénatorial Morin-Desailly prône un recours accru au logiciel libre

Publié début juillet, le rapport d’information de la sénatrice Catherine Morin-Desailly (UDI), "L’Europe au secours de l’Internet", comprend une partie sur les logiciels libres, et y consacre une de ses propositions:

"Proposition n° 43: encourager le développement des logiciels libres  par leur intégration dans les marchés publics et par l’imposition de  standards ouverts, à condition de développer les compétences pour  l’utilisation de ces logiciels et standards."

Le rapport demande aux pouvoirs publics d’aller au-delà de la circulaire Ayrault sur l’usage du logiciel libre dans les administrations, a relevé l’April, de "favoriser une migration progressive d’une partie croissante de leur parc  informatique vers les logiciels libres", et aussi "d’encourager l’usage des logiciels libres dans les enseignements informatiques".

La sénatrice appelle aussi à "veiller à la préservation du principe européen de non-brevetabilité des logiciels" (proposition n° 42) , une promesse de campagne de François Hollande avant l’élection présidentielle.

Le Conseil national du logiciel libre (CNLL) a salué "les avancées du rapport parlementaire Morin-Desailly dans le domaine du logiciel libre et des standards ouverts". Il note que le rapport présente le logiciel libre comme "une alternative intéressante pour l’Europe et la France [...] face à la progression des systèmes fermés et des considérations marchandes dans l’univers de l’Internet".

L’approche anti-open source des achats de l’Union européenne

Cet article de Glyn Moody est une critique acide et étoffée de la politique de la Commission européenne en matière d’open source, contrastant avec son usage croissant dans des pays comme la Chine, la Russie, l’Inde et l’Allemagne. L’échec continu de la Commission dans ce domaine entraîne "des coûts énormes pour les citoyens, sans parler de la souveraineté perdue".

Il cite un billet de la FSFE (Free Software Foundation Europe): en avril, la Commission a signé deux contrats avec Microsoft, d’une valeur de 44 millions d’euros, portant sur la Commission elle-même et 54 autres organismes européens.

Des cadres IBM sexistes live-tweetés par une codeuse

Dans un restaurant, des managers d’IBM se lâchent dans une conversation quant à la nécessité de ne pas embaucher de jeunes femmes, "parce qu’elles vont tomber enceintes, encore et encore"… faisant écumer de colère, à une table voisine, Lindsay. Cette internaute, qui se présente comme programmeuse, mère de famille et féministe, a du coup live-tweeté les propos de ces messieurs.

Cette anecdote en rappelle une autre à propos de paroles imp(r)udentes dans un lieu public à proximité d’un twittos, quand en octobre 2013 Michael Hayden, ancien directeur de la NSA, qui parlait au téléphone dans un train, a été gratifié d’un live-tweet bien malgré lui.

Les laissés-pour-compte de la Silicon Valley

Ce reportage dans Télérama dépeint "un monstre numérique" générant une exclusion croissante, en particulier à cause de la hausse des loyers causée par les salaires élevés de la high-tech. Transports privés (les Google Bus ont suscité des protestations virulentes il y a peu), "fracture spatiale et sociale", opposition ou pas entre les start-up et les grandes firmes numériques, pouvoir et vision politique des dirigeants IT et des VC… A lire!

Source

#18 -1 »  Smartphones : Firefox OS arrive en France chez Leclerc » Le 18/07/2014, à 07:49

adhara
Réponses : 19

L’Open C de ZTE sera commercialisé nu par le géant de la distribution. Après l’Amérique Latine et l’Asie, la Fondation Mozilla tente donc une percée en Europe de l’Ouest.
Changement de stratégie chez Mozilla pour Firefox OS ? Après avoir répété que sa plate-forme visait avant tout les marchés "dynamiques et émergents", la fondation annonce aujourd’hui l’arrivée de smartphones dédiés en Europe de l’Ouest, notamment en Allemagne et en France.
Visiblement, les opérateurs partenaires de Mozilla entendent élargir le terrain de jeu de l’OS. En octobre dernier, Tristan Nitot, évangéliste de Mozilla, nous confiait : "Les opérateurs avec qui nous sommes partenaires, et qui distribuent les smartphones Firefox OS, parlent aujourd’hui de plusieurs pays en Europe et en Amérique latine".
Mozilla bénéficie pourtant d‘une présence forte en France avec son navigateur, et l’évangéliste estime que "c’est un pays qui ferait sens, parce qu’il y a beaucoup de gens avec des features phones qui veulent passer à un smartphone".
69 euros
C’est donc désormais chose faite. "En tant que seul plateforme réellement Open Source, Firefox OS a libéré les utilisateurs, développeurs et acteurs du marché des systèmes fermés et autres limitateurs de contenu qui étaient jusqu’alors présents sur le marché du mobile. Aujourd’hui, nous continuons cette expansion au travers de nouvelles régions, d’appareils portables, et bientôt dans d’autres secteurs présents dans la vie de tous les jours de nos utilisateurs", commente Andreas Gal, directeur technique chez Mozilla.
http://cercll.files.wordpress.com/2014/07/zte_openc.jpg?w=166&h=294
En France, le ZTE Open C sera donc le premier appareil sous Firefox OS disponible. Il sera distribué nu par l’enseigne E.Leclerc. Son prix public conseillé, sans engagement, est de 69,90 euros, offre de remboursement de 10 euros déduite et valable durant tout l’été jusqu’à la rentrée des classes.
Rappelons que l’Open C est doté d’un écran de 4 pouces, d’un processeur Snapdragon double coeur à 1,2 Ghz, de 512 Mo de RAM et de 4 Go de mémoire de stockage (1,9 utilisables).
Sans donner le moindre chiffre, Mozilla affirme qu’un an après le lancement des premiers appareils, Firefox OS bénéficie d’une "adoption croissante sur le marché". "Nous nous basons sur ce que nous disent nos partenaires. On ne fournit que le logiciel, pas des appareils. On ne vend pas directement. Mais ils sont très contents.", nous expliquait Tristan Nitot.

Mozilla a rassemblé ses smartphones au sein d’une page Internet.


Source

#19 -1 »  Voitures connectées : Linux sera également de la partie » Le 04/07/2014, à 07:35

adhara
Réponses : 2

Technologie : La fondation Linux a annoncé la mise à disposition d’Automotive Grade Linux. Cette plateforme, basée sur Tizen, se destine aux voitures connectées et permettra aux constructeurs de créer leurs propres applications pour voitures connectées

Google a présenté son Android Auto, Apple son CarPlay et c’est maintenant au tour de la fondation Linux de dévoiler son propre projet d’OS à destination des voitures connectées. Baptisé Automotive Grade Linux (AGL) celui-ci est basé sur Tizen et développé en open source par plusieurs acteurs du monde de l’informatique ou de l’automobile. La fondation Linux cite notamment les noms de Samsung, Intel, ou Fujitsu mais aussi Toyota, Hyundai ou Nissan.

AGL est une plateforme, qui permettra à l’utilisateur d’interagir avec sa voiture depuis son portable. Les développeurs tiers pourront ainsi développer différentes applications fonctionnant sous HTML5 et Javascript.

Une alternative open-source pour les constructeurs

Le principal avantage d’AGL est d’offrir aux constructeurs une plus grande marge de manœuvre afin de proposer à l’utilisateur une interface et des applications personnalisées. Plusieurs fonctionnalités sont déjà disponibles sous AGL, la fondation Linux cite ainsi la possibilité de gérer les contrôles audio, d’afficher son écran d’accueil et les informations sur son portable ou encore la gestion du chauffage et de la ventilation depuis le smartphone.

L’objectif de la fondation est d’imposer AGL comme un standard, laissant aux constructeurs la liberté de développer des applications sans avoir à composer avec les restrictions logicielles imposées par les éditeurs tels qu’Apple ou Google. De plus, Samsung cherche actuellement à s’émanciper de l’OS Android par Google et si le constructeur coréen parvient à imposer Tizen à sa base utilisateur, alors AGL disposera d’un argument de poids face aux deux autres alternatives.

La première version d’AGL est disponible ici, ainsi qu’un wiki rassemblant les informations sur les différents modules et projets portés par la communauté.

Source : http://www.zdnet.fr/actualites/voitures … 803389.htm

#20 -1 »  LiMux : Ubuntu vante les économies de la migration de Munich » Le 10/07/2014, à 07:13

adhara
Réponses : 4

Technologie : Migrer de Windows vers Linux, c’est possible selon Canonical qui rappelle que la ville de Munich a déployé 14.000 postes Ubuntu et ainsi économisé plus de 10 millions d’euros. En France, la Gendarmerie en est une autre illustration, et de plus grande ampleur.

Troisième ville Allemande par la taille (1,4 million d’habitants), Munich est régulièrement citée en référence, la preuve que le poste Linux est bien une alternative crédible, et économiquement viable, à Windows.
Et Canonical, l’éditeur de la distribution Ubuntu, ne manque pas de le rappeler – sans cependant apporter de nouvelles données au sujet de cette migration dont le démarrage remonte à 2004 – preuve aussi qu’un tel chantier n’est pas sans complexité (14.000 postes de travail équipés).

LiMux, un projet à 23 millions d'euros

1404972691.jpg

Mais pour l’éditeur de la distribution Linux, ainsi que pour la municipalité, le jeu en valait indéniablement la chandelle. « Il n’y avait aucun doute qu’à court terme il aurait été plus simple pour la ville de Munich de conserver Microsoft. Mais après des recherches approfondies et en tenant compte des effets à court et long terme, la décision a été prise de s’engager sur une solution Open Source » écrit Canonical.
Car sur le long terme, le coût financier pèse indiscutablement en faveur d’une migration sur Linux et une suite bureautique libre en remplacement d’Office. Fin 2012, la municipalité avait ainsi économisé plus de 10 millions d’euros selon l’éditeur. Un chiffre qui tient compte des 6,8 millions d’euros de licences Microsoft économisés.

Au total, Munich évalue le coût global du projet à 23 millions d’euros. Si à la place la ville avait choisi de migrer vers Windows 7 et de nouvelles versions d’Office, il lui en aurait coûté 11 millions d’euros en plus, soit 34 en tout.
Ces calculs, Microsoft les conteste vivement. Début 2013, il avait ainsi commandité sa propre évaluation et estimé que la facture véritable de LiMux était de 60 millions d’euros. Un résultat farfelu pour Munich qui a pointé plusieurs bizarreries dans les méthodes de calcul de cette étude.

72.000 PC Ubuntu à la Gendarmerie

Pour Canonical, l’attitude de Microsoft n’a rien de surprenante. L’éditeur rappelle ainsi qu’au début du projet, le PDG de Microsoft, alors Steve Ballmer, avait interrompu ses vacances pour rencontrer en personne le maire de Munich. La firme de Redmond aurait aussi accordé d'importantes ristournes à d'autres villes pour éviter que LiMux ne fasse tache d'huile.

Le projet n’aura néanmoins pas été un long fleuve tranquille et accumulera les retards, en raison notamment d’un changement de distribution. C’est initialement Debian qui avait été retenu. A noter que la municipalité a aussi entériné le passage d’OpenOffice à LibreOffice en 2013.

Il faut signaler enfin que par la taille, LiMux n’est pas le plus important déploiement Linux. Sur ce terrain, la France bat en effet l’Allemagne. En octobre 2013, la gendarmerie nationale disposait de 37.000 postes sous Ubuntu (90.000 sous OpenOffice). A la fin de cet été, ce sont 72.000 PC qui devraient être passés de Windows XP à Linux.

Et comme Munich, la Gendarmerie estime réaliser d’importantes économies en abandonnant Windows et Office : environ 2 millions d’euros par an, en tenant compte des économies sur le matériel, les licences, et le support (1 dollar par an et par machine). Le TCO par poste a ainsi été réduit de 40% par rapport à une station Windows.

Source

#21 -1 »  Atelier du Samedi Libre le 26 Juillet 2014 à Marseille » Le 03/07/2014, à 10:59

adhara
Réponses : 0

1404381192.jpg


L'association CercLL vous invite au Atelier du Samedi Libre qui se déroulent le samedi de 14h30 à 17h30, à la Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille.

Ces ateliers se déroulent, en général, sur une séquence hebdomadaire, de 2 à 3 séances de travail et sur un thème déterminé.

Comme le mot atelier le laisse présumer, dans ce cadre, nous proposons une approche pratique des outils libres.

Nous avons décidé de nous adresser à un public débutant qui cherche à mieux connaître son ordinateur et les applications les plus courantes que tout un chacun utilise.

Prérequis

Les personnes qui veulent participer à ces ateliers devront s’inscrire à la Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille.
http://lafabulerie.com/ ou sur notre site http://cercll.wordpress.com/ au http://cercll.wordpress.com/contact/

    L'atelier n'aura lieu que si 4 personnes,au moins sont inscrites.

    L’inscription équivaut à un engagement moral de participation.

Atelier « Découverte des Logiciels Libres »

Cet atelier s’adresse plus particulièrement aux débutants soucieux d’utiliser de manière plus rationnelle leur ordinateur.

Lieu : La Fabulerie 4 rue de la Bibliothèque 13001 Marseille

Dates et horaire : Samedi 26 juillet 2014 et Samedi 30 août 2014 de 14h30 à 17h30

Entrée Libre. Tout Public.

1404381084.png

#22 -1 »  La Corée du Sud veut passer aux logiciels libres et open source » Le 30/06/2014, à 13:53

adhara
Réponses : 9

La Corée du Sud veut passer aux logiciels libres et open source d'ici 2020

Open Source : Poussée par les arrêt passés ou futurs du support de systèmes d'exploitation propriétaires, la Corée du Sud a décidé de se libérer de sa dépendance en faisant passer le secteur public au logiciel libre.

La fin cette année du support de windows XP et l'arrêt programmé pour 2020 de Windows 7 ont décidé le gouvernement de la Corée du Sud de se défaire de sa dépendance aux logiciels propriétaires.
C'est ce que rapporte le site coréen ETNews: en 2020, à la fin du support de Windows 7, le gouvernement prévoit de migrer vers les systèmes d'exploitation open source.
Coopération privé-public
Le 25 juin, lors d'une réunion à Séoul, Lee Hyeok-jae, qui dirige la division Promotion de l'industrie du logiciel à la National IT Industry Promotion Agency (NIPA), a présenté les résultats provisoires du plan pour l'open source ("Open Source Software Invigoration Plan") établi par des experts de l'industrie et de l'université.
Ce projet a pour objectif de créer un environnement informatique "non biaisé en faveur d'un certain système d'exploitation et d'établir un écosystème domestique de logiciel open source à travers la coopération entre les secteurs privé et public", expose ETNews.
Les travaux de conversion basés sur HTML5 seront réalisés afin qu'Active X soit exclus des administrations publiques et des sites web de service à la clientèle. Les documents diffusés par les institutions publiques le seront en plusieurs formats, dont .hwp (format du traitement de texte coréen Hangul, très employé par le secteur public sud-coréen) et PDF.
Généralisation possible en 2018
À partir de 2015, le projet de système d'exploitation open source pilote sera mis en œuvre dans dix institutions publiques et privées.
En 2018, le gouvernement prévoit d'examiner si l'introduction des logiciels libres pour ordinateurs a réduit les dépenses et de l'institutionnaliser. "Nous prévoyons de développer une excellente main-d'œuvre de logiciels open source en soutenant les activités de la communauté des logiciels open source et en renforçant l'éducation universitaire", a déclaré Lee Hyeok-jae. "Nous envisageons de créer des systèmes connexes pour que le logiciel open source soit conforté comme un projet gouvernemental de R&D."
Attention aux formats
Les professionnels coréens du logiciel libre apprécient naturellement cette orientation, mais mettent l'accent sur les questions de normes et de formats. Song Hyeon-do, président de la communauté coréenne d'Ubuntu, note que "comme les organismes publics utilisent certains documents électroniques, comme hwp et PDF, ils interfèrent avec l'essor des logiciels open source."
Song Sang-hyo, président de l'Open Source Software Association (KOSSA), affirme quant à lui que "la normalisation est plus urgente que la diffusion de logiciel open source". "Les institutions publiques doivent normaliser le format de production de document électronique et ouvrir cette norme avant que le marché du logiciel open source puisse se développer."
Le plan de dynamisation des logiciels open source doit être finalisé au cours du second semestre de cette année. Lors d'un atelier à Séoul le 3 juin, le ministère de la Science, des Technologies de l'information et de la Planification, avait déjà annoncé la volonté de pousser le secteur public sud-coréen vers des logiciels libres et open source.
L'intérêt de la Corée du Sud pour les logiciels libres remonte loin, puisque dès 2003 le pays du Matin calme s'y intéressait pour son administration. Reste à voir si la fin du support des OS propriétaires sera cette fois un vrai déclencheur pour qu'au-delà des annonces l'action suive.

Source : http://www.zdnet.fr/actualites/la-coree … 803113.htm

#24 -1 »  Install Party GNU/Linux le 21 juin 2014 à Martigues » Le 05/06/2014, à 21:56

adhara
Réponses : 0

Bonjour à Toutes à tous,

1403258672.png


L’ association ULLM (Les Utilisateurs de Logiciels Libres du Pays Martégal).

vous invite à une install party GNU/Linux, le samedi 21 juin 2014 de 14h30 à17h30, dans l’Espace Culture et Multimédia de la Médiathèque de Martigues Quai des Anglais 13500 Martigues

Vous avez envie de découvrir un système d’exploitation libre, simple d’utilisation, stable, rapide et sécurisé. Une nouvelle façon d’utiliser votre ordinateur.

Vous vous sentez une affection naissante pour le Gnou et le Manchot, les mascottes de GNU/ Linux.

Au programme :

DÉCOUVERTE de l’univers des logiciels libres.

INSTALLATION d’un environnement GNU/ Linux, ainsi que le meilleur des logiciels libres.

Venez avec votre ordinateur nous installerons ensemble une distribution GNU/Linux avec un ensemble de logiciels libres et gratuits pour une utilisation quotidienne.

Entrée libre – accessible aux débutant-e-s

Plus d'infos :http://www.ullm.org/

Plan d'accès : http://www.openstreetmap.org/#map=19/43.40435/5.05190