Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Toute l'équipe d'ubuntu-fr vous souhaite un joyeux Noël et une bonne et heureuse année 2018.

Ubuntu 16.04 LTS
Commandez vos DVD et clés USB Ubuntu-fr !

Pour en savoir un peu plus sur l'équipe du forum.

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

nombre réponses : 25

#0 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 25/10/2017, à 14:28

side
Réponses : 553
sucarno a écrit :
side a écrit :
sucarno a écrit :

Le joli camembert,  (fait chez vous, je crois) ; parce que  chez nous, il serait tout rouge.

Je doute ...
Philosopher au Maroc aujourd'hui - Portrait d'un philosophe contemporain : Ali Benmakhlouf

...

Oh là là, c'est plus compliqué que tu le penses.
Même cet unique philosophe a préféré s'exiler en France pour plus de liberté de penser.
Pourquoi ?
Tout simplement parce le Maroc a trois façades :
- une vers l'EU chrétienne.
- une vers le Monde arabo-musulman.
- et une autre vers l'Afrique noire (qui ne nous intéresse pas pour ce cas).

Donc, il est obligé, moyennant un grand écart, à garder le contact dans toutes les directions.
Sauf que c'est pas toujours évident.
Comment faire pour mettre dans le même sac  :
Une philosophie qui essaye de donner un sens à la vie, et une religion qui veut donner un sens à la mort ?

J'espère avoir été assez claire, même si ce n'est pas évident pour beaucoup.

Oui mais ce que tu me dis là n'a pas vraiment de rapport avec le fameux camembert humoristique "Le"s moments du quotidien ou vous parlez philosophie". Comme quoi il serait tout rouge chez toi alors qu'a priori, pas chez nous. Ca me surprendrais qu'il n'arrive jamais à personne de parler philosophie au Maroc, en aucun cas.
Ca doit être à peu près comme en France, très rarement.

Sinon.

sucarno a écrit :

Même cet unique philosophe

Il n'est certainement pas le seul philosophe marocain en exercice.

sucarno a écrit :

a préféré s'exiler en France pour plus de liberté de penser.

C'est vite dit qu'il a fait ça pour plus de liberté de penser. Il l'a sans doute fait aussi pour des raisons de carrière. Il y a des philosophes français qui font une partie de leur carrière aux États-Unis par exemple.


sucarno a écrit :

Tout simplement parce le Maroc a trois façades :
- une vers l'EU chrétienne.
- une vers le Monde arabo-musulman.
- et une autre vers l'Afrique noire (qui ne nous intéresse pas pour ce cas).

Cette situation au contraire de limiter la pensée me semble un terrain propice à une réflexion philosophique variée, puissant facilement dans différentes cultures, parce que historiquement et culturellement inscrite dans plusieurs paradigmes.

sucarno a écrit :

Donc, il est obligé, moyennant un grand écart, à garder le contact dans toutes les directions.

Ce qui est très bien.

sucarno a écrit :

Sauf que c'est pas toujours évident.

Personne n'a jamais dit qu'exercer la philosophie comme profession devait être une sinécure.

sucarno a écrit :

Comment faire pour mettre dans le même sac  :
Une philosophie qui essaye de donner un sens à la vie, et une religion qui veut donner un sens à la mort ?

C'est justement le boulot du philosophe que de penser ce genre de chose.

Quant au fait que la philosophie sert à essayer de donner un sens à la vie, c'est très limité, voir faux, de le dire.



Rufus T. Firefly a écrit :
side a écrit :

Mais les équations en physique couvrent des réalités concrètes qui peuvent s'énoncer avec des mots. S'agit plus d'un problème de traduction que de dépasser une barrière ontologique ou seuls des équations pourraient décrire le réel.


Les termes des équations sont de toutes façons définis a priori, avec des mots.

C'est vite dit...

Oui.

Mais par exemple il ne vient plus l'idée à personne de nos jours de traduire Pi avec des mots.


Au delà de ça, ce qui me semble le plus important en ce qui concerne la physique, ce n'est pas qu'on puisse faire dire aux équations ce qu'elles décrivent avec des mots, mais le fait que les idées qui mènent à ces dernières s’énoncent parfaitement bien avec des mots.
Les interrogations au sujet du monde et de ce qui le compose se font avec des phrases, bien souvent des interrogations, des expériences de pensées, accessibles à tout à chacun. C'est la formalisation qui mène à la réponse qui nécessite de maitriser des outils mathématiques que peu de personnes maitrisent. Les équations servent à poser les choses clairement, à ne pas s'embrouiller dans les termes. X est plus simple à poser et à distinguer que n'importe quel mots.


Quoiqu'il en soit, si on remonte l'histoire du symbolisme mathématique, on arrive fatalement à des énonciations à base de mots.

J'ai lu que le fameux "x" qui sert à décrire "x choses" vient d'un "s" issu de shay' en arabe qui signifie chose, en contexte chose inconnue. Le s en question n'est qu'une abréviation d'une formulation littérale qui donnera x par la suite. Mais avant l'abréviation qui s'est répandue, les mathématiciens posait l'équation de manière littérale.

#1 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 29/10/2017, à 10:55

side
Réponses : 553
murph a écrit :

Merci. A la fin je finissais par me demander si j'étais le seul à considérer qu'il s'agit bien de 2 question différentes et non pas de 2 formulations de la même question, malgré la "démonstration" de jackpot.

lol

Ah non mais t'inquiètes. La seule personne incapable de distinguer les deux questions, et leurs différences fondamentales, c'est jackpot.



sucarno a écrit :
phiobert a écrit :

La vie a-t-elle un sens pour l'humain ?
...
Apprendre des tas de trucs, finir par les maîtriser pour mourir ensuite est-ce que ça a du sens ?
...

Une fois qu'on a tout donné, pourquoi veux-tu qu'on reste encore sur terre ?
La mort est aussi utile que la vie, si ce n'est laisser de la place aux autres. Si vous essayez de donner un sens à la vie, pourquoi vous ne parlez jamais de l'utilité de la mort.

je ne suis pas sadique au point où vous pouvez l'imaginer, mais la mort fait partie des processus de l'Humanité aussi.

La mort n'est rien.

#2 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 29/10/2017, à 12:59

side
Réponses : 553
murph a écrit :
side a écrit :
sucarno a écrit :

Une fois qu'on a tout donné, pourquoi veux-tu qu'on reste encore sur terre ?
La mort est aussi utile que la vie, si ce n'est laisser de la place aux autres. Si vous essayez de donner un sens à la vie, pourquoi vous ne parlez jamais de l'utilité de la mort.

je ne suis pas sadique au point où vous pouvez l'imaginer, mais la mort fait partie des processus de l'Humanité aussi.

La mort n'est rien.

Mais la petite mort, c'est tout.
Je pense que c'est de ça dont parlait sucarno.
D'ailleurs ne dit-il pas :

sucarno a écrit :

Une fois qu'on a tout donné

lol

lol lol lol

#3 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 29/10/2017, à 14:43

side
Réponses : 553
Floriane a écrit :
side a écrit :

La mort n'est rien.

C'est discutable.

Quand t'es devant un cadavre, c'est bien quelque chose de concret. Un reste de quelque chose, qui n'est plus en vie.

Il y a toujours de la vie, dans un cadavre.

Celui qui est mort ne voit pas son propre cadavre.

Si tu veux pousser le raisonnement, ce qu'on nomme mort pourrait être l'instant ou il ne reste plus rien de l'individu autrefois vivant.

Gen. 3:19 a écrit :

car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

#4 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 29/10/2017, à 17:36

side
Réponses : 553
sucarno a écrit :
side a écrit :
Floriane a écrit :

C'est discutable.

Quand t'es devant un cadavre, c'est bien quelque chose de concret. Un reste de quelque chose, qui n'est plus en vie.

Il y a toujours de la vie, dans un cadavre.
...

Je vais finir par croire que tu es un cadavre plein de palabres ... roll

Les phénomènes de décomposition des corps sont en grande partie le fait d'organismes tout ce qu'il y a de vivants.



Floriane a écrit :

Sinon comment appelles-tu ou qualifies-tu cet état, puisque la définition du dictionnaire ne semble pas te convenir ?

Ce n'est pas la définition du dictionnaire qui ne me conviens pas.

Genre : Perte définitive par une entité vivante (organe, individu, tissu ou cellule) des propriétés caractéristiques de la vie, entraînant sa destruction.

Est tout à fait exacte.

Quand je dis que la mort n'est rien, je devrais dire : la mort est comme rien. Que pour un individu, sa mort n'est rien.
Quand je dis que la mort n'est rien, je veux tout simplement signifier que la mort en elle-même n'appelle aucune interrogation, qu'elle est sans objet.


Epicure a écrit :

[...] la mort, n’est rien pour nous, puisque, tant que nous existons nous-mêmes, la mort n’est pas, et que, quand la mort existe, nous ne sommes plus. Donc la mort n’existe ni pour les vivants ni pour les morts, puisqu’elle n’a rien à faire avec les premiers, et que les seconds ne sont plus.

#5 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 29/10/2017, à 23:20

side
Réponses : 553
sucarno a écrit :

C'est pas parce que Epicure l'a écrit, que c'est vrai !

Effectivement.

En quoi cette citation est fausse selon toi ?

#6 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 30/10/2017, à 12:58

side
Réponses : 553
murph a écrit :
side a écrit :
murph a écrit :

Mais la petite mort, c'est tout.
Je pense que c'est de ça dont parlait sucarno.
D'ailleurs ne dit-il pas :

lol

lol lol lol

A moins qu'il faisait référence à l'épectase ? lol

J'enrichis mon vocabulaire moi !
tongue


sucarno a écrit :

Salut,

Désolé mais Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle dans la mort !

La mort en soi, on peut très bien en rire.
C'est sans doute un des meilleurs moyens pour la mettre à distance.

On ne compte plus les bons mots au sujet de la mort et vu qu'on peut rire de tout ...

Piere Desproges a écrit :

S’il est vrai que l’humour est la politesse du désespoir, s’il est vrai que le rire, sacrilège blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s’il est vrai que ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout. De la guerre, de la misère et de la mort. Au reste, est-ce qu’elle se gêne, elle, la mort, pour se rire de nous ? Est-ce qu’elle ne pratique pas l’humour noir, elle, la mort ? Regardons s’agiter ces malheureux dans les usines, regardons gigoter ces hommes puissants boursouflés de leur importance, qui vivent à cent à l’heure. Ils se battent, ils courent, ils caracolent derrière leur vie, et tout d’un coup ça s’arrête, sans plus de raison que ça n’avait commencé, et le militant de base, le pompeux P.D. G., la princesse d’opérette, l’enfant qui jouait à la marelle dans les caniveaux de Beyrouth, toi aussi à qui je pense et qui a cru en Dieu jusqu’au bout de ton cancer, tous, tous nous sommes fauchés un jour par le croche-pied rigolard de la mort imbécile, et les droits de l’homme s’effacent devant les droits de l’asticot.

Savoir mourir, c'est important !
Monsieur Manatane - La Mort 2





_____________________

Marc-Aurèle a écrit :

Ne maudis pas la mort ; mais fais-lui bon accueil, comme étant du nombre de ces phénomènes que veut la nature. La dissolution de notre être est aussi naturelle en nous que la jeunesse, la vieillesse, la croissance, la pleine maturité, la pousse des dents, la barbe, les cheveux blancs, la procréation, la gestation des enfants, l’accouchement, et tant d’autres fonctions purement physiques, que développent en nous les diverses saisons de la vie. Lors donc que l’homme y a réfléchi, il sait qu’il doit ne montrer à l’égard de la mort, ni oubli, ni courroux, ni jactance. Il faut l’attendre comme un des actes nécessaires de la nature ; et puisque tu attends bien le jour où ta femme mettra au monde l’enfant qu’elle porte en son sein, de même aussi tu dois accueillir l’heure où ton âme se délivrera de son enveloppe. Que si tu as besoin, pour te rassurer le cœur, d’une réflexion toute spéciale, qui le rende plus accommodant envers la mort, tu n’as qu’à considérer ce que sont les choses dont tu vas te séparer enfin, et les spectacles dont moralement ton âme ne sera plus attristée. Ce n’est pas à dire le moins du monde qu’il faille combattre contre les hommes ; loin de là, il faut les aimer et les supporter avec douceur. Seulement, il faut bien te dire que ce ne sont pas des gens partageant tes sentiments que tu vas quitter ; car le seul motif qui pourrait nous rattacher à la vie et nous y retenir, ce serait d’avoir le bonheur de s’y trouver avec des hommes qui auraient les mêmes pensées que nous. Mais, à cette heure, tu vois quelle anxiété te cause ce profond désaccord dans la vie commune, et tu vas jusqu’à t’écrier : « ô mort, ne tarde plus à venir, de peur que je n’en arrive, moi aussi, à me méconnaître autant qu’eux ! »


S'il y a bien une chose face à laquelle nous sommes tous parfaitement égaux, c'est face à l’inéluctabilité de notre mort, face à la finitude de nos existences. S'il n'y a qu'une seule vérité au monde, c'est bien celle-ci : nous allons tous mourir un jour, c'est fatal. (ce qui explique d'ailleurs pourquoi il est tout à fait possible de rire de la mort, vu qu'on est tous à la même enseigne face à elle).


La mort est un des meilleurs sujets de philo ! tongue

#7 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 30/10/2017, à 13:17

side
Réponses : 553
sucarno a écrit :
side a écrit :

...

Epicure a écrit :

[...] la mort, n’est rien pour nous, puisque, tant que nous existons nous-mêmes, la mort n’est pas, et que, quand la mort existe, nous ne sommes plus. Donc la mort n’existe ni pour les vivants ni pour les morts, puisqu’elle n’a rien à faire avec les premiers, et que les seconds ne sont plus.

C'est pas parce que Epicure l'a écrit, que c'est vrai !

Il a émis "une pensée" peut être valable à son époque fort lointaine. Mais est-elle toujours valable à notre époque. On a évolué quand même depuis 2300 ans !

Tiens je vais revenir là-dessus tout de même.


sucarno a écrit :

Il a émis "une pensée" peut être valable à son époque fort lointaine.

Cette pensée était loin d'être admisse par la majorité à son époque. Très loin même. Il a écrit ce genre de chose explicitement pour lutter contre les superstitions de son époque.
Peut-être n'était-elle pas valable à son époque mais qu'elle l'est désormais. Parce que justement « On a évolué quand même depuis 2300 ans ! » Nous ne sommes plus ces individus superstitieux, craignant le moindre phénomène incompris, inventant tout un tas de fables pour se les expliquer. Fables contenant des personnages fantasmés envers lesquels il faut être dévot, voir soumis. N'est-ce pas ?


sucarno a écrit :

On a évolué quand même depuis 2300 ans !

Oui. Mais jamais la pensée d'Epicure n'a été socle d'une philosophie et d'une morale majoritaire. Et c'est même la morale contre laquelle il luttait par ses mots qui fût, et reste, le socle de la morale majoritairement partagée.
Donc en fait, non, on pas beaucoup évolué depuis 2300 ans.


sucarno a écrit :

Mais est-elle toujours valable à notre époque.

L'intérêt d'une philosophie c'est qu'elle est interrogeable quelque soit les époques, d'autant plus quand elle questionne des choses universelles et immuables comme la finitude de nos existences.

En l’occurrence j'aurai très bien pu aller chercher un contemporain pour trouver une citation qui veut dire exactement la même chose.



Donc la seule chose valable dans ta réponse sur cette citation c'est :

sucarno a écrit :

C'est pas parce que Epicure l'a écrit, que c'est vrai !

Ca c'est vrai, que ça soit Épicure ou Tartempion qui l'a écrit n'en fait pas une vérité ou une fausseté. Ce qui compte, c'est la logique interne à la citation. Si tu la veux en contexte : Lettre à Ménécée.
S'il y a quelque chose à y redire, c'est sur ce qui est écris là-dedans. Pas sur les qualités présumées de l'auteur. Cela dit en passant, Épicure constitue depuis toujours un épouvantail de premier choix pour la majorité des moralistes. Donc comme caution d'autorité, il ne vaut quasiment rien.

#8 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 30/10/2017, à 13:21

side
Réponses : 553
Rufus T. Firefly a écrit :
side a écrit :

Savoir mourir, c'est important !

Eh oui ! Et le mieux, comme en toute chose, c'est de s'y entraîner... Sur les autres, ça va de soi... lol

Oui parce que s'entrainer sur soi-même, ça reste assez limité. lol

Tiens j'ai vu qu'il y allait avoir un remake de L'Expérience interdite cette année.

#9 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 30/10/2017, à 13:40

side
Réponses : 553
Rufus T. Firefly a écrit :
side a écrit :

Épicure constitue depuis toujours un épouvantail de premier choix pour la majorité des moralistes.

Pour un peu il serait matérialiste athée, le bon Epicure... Pas étonnant qu'il figure en bonne place dans les bêtes noires des moralistes en tous genres...

La grande question c'est de savoir si le matérialisme athée est plus "moderne" (2300 ans tout de même ! lol ) que l'idéalisme religieux.

J'ai ma petite idée à ce sujet mais bon ... on va éviter le scandale ! lol

#10 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 31/10/2017, à 12:24

side
Réponses : 553
murph a écrit :
sucarno a écrit :

Salut,

Désolé mais Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle dans la mort !

Si on ne peut plus rire de la camarde... roll

Alors la vie va être bien triste !

murph a écrit :
sucarno a écrit :
murph a écrit :

Si on ne peut plus rire de la camarde... roll

Non, sans nez, sans joues et sans lèvres, tu peux pas être drôle ! hmm

En fait t'as pas le sens de l'humort.

Capillotractée celle-ci tongue

#11 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 04/11/2017, à 13:44

side
Réponses : 553

lol lol lol

C'que c'est qu'l'ennui à l'ère de la post-vérité !!

lol

#12 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 04/11/2017, à 22:03

side
Réponses : 553
murph a écrit :
side a écrit :

C'que c'est qu'l'ennui à l'ère de la post-vérité !!

Du post-ennui, tout simplement.

lol

#13 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 05/11/2017, à 00:21

side
Réponses : 553
murph a écrit :
Floriane a écrit :

C'est un peu comme si tu voyais un glacier, et que tu te demandais s'ils avaient de la pizza aux poivrons et pepperonis, sans t'assurer déjà qu'ils fabriquent et vendent des pizzas (ce qui est assez peu probable car rien ne l'indique sur la devanture ni sur la carte et qu'on est chez le glacier...).

Ouais mais ça c'est un mauvais exemple. Souvent dans les pizzerias ils vendent aussi du tiramisu. Donc rien ne nous dit que la mozzarella a un sens. Et si d'aventure elle en a un, indique t-elle la tomate ou les champignons ?
Tu vois, tout est relatif, et réciproquement.

La glace à la tomate, c'est bon.

#14 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 05/11/2017, à 13:45

side
Réponses : 553
murph a écrit :

Pourtant, si on est cohérent on ne devrait pas se poser la question de savoir quelles sont les intentions des martiens avant d'avoir pu affirmer leur existence.

Tiens c'est marrant ça.
J'ai voulu écrire une chose dans le genre au milieu de votre "discussion".

Un truc qui faisait : « Les extra-terrestres ont-ils atteint le même niveau technologique que nous ou bien sont-ils toujours à l'âge de pierre ? »

Il y a plusieurs présupposés de faits (et même de valeurs si on veut pousser le bouchon) dans cette interrogation. Mais je ne suis pas convaincu que tout le monde puisse le voir.


Tiens ... je viens de lire le post de jackpot du coup. Mais ... mais ... il te reproche de me répondre en trois mots.
Bah, c'est marrant ça. J'ai envie de dire que ça me concerne un peu quelque part du coup ! tongue

Ça me convient bien. Notamment « Les maths aussi. » Qui était une réponse tout à fait valable et qui soulignait l'inconsistance, tout à fait consciente de ma part hein (j'ose espérer que c'était évident pour tout le monde mais je suis un gros naïf en fait lol ), de "ma définition" de la philosophie.

Réponse qui aurait pu appeler à développement, puisque ce n'est pas le propre de la philosophie que d'être un truc pour utiliser son cerveau. Quel est donc le propre de la philosophie ?

J'en aurais d'autre de réponses à cette question à laquelle tu pourrais répondre : « Les maths aussi. »

Genre, le propre de la philo c'est de poser des questions fondamentales qui sont universalisables. (mais rien que là c'est en contradiction frontale avec la vision individualiste que sous-tendent certaines réflexions ici ... de la post-philosophie en quelque sorte lol )

D'où qu'on pourrait chercher à savoir ce qui distingue les maths de la philosophie. D'où que de souligner le fait que plusieurs philosophes furent et sont aussi des chercheurs en mathématiques n'est pas incongru.

De là à dire qu'un philosophe n'est jamais aussi bon que lorsqu'il a au minimum une culture scientifique en béton ... faudrait pas non plus abuser hein ... Elle est loin l'époque des Lumières, des Diderot et des Alembert.



Tiens d'ailleurs :

murph a écrit :

En même temps c'est le propre de la philosophie que de se questionner.

Des maths aussi. tongue



murph a écrit :

J'aurai pas du blaguer avec Baudrillard, manifestement tu n'aimes pas ça.

Oui. Surtout que celui qui justement envoyait balader Baudrillard et ses réflexions supposément alambiquées pour peu de chose alors qu'on pouvait dire la même chose que lui en 4 mots, c'était jackpot.
M'enfin bon. Un jour comme-ci, le lendemain comme ça, et le sur-lendemain couci-couça et inversement. On connait le truc, et c'est toute une "philosophie" que d'agir ainsi, faut croire.
Tout comme tenir certaines choses pour vrai, et par conséquent être assez invariable à leurs sujets, c'est plus trop à la mode, faut croire. De la post-pensée, en quelque sorte ! lol bis.

#15 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 05/11/2017, à 20:13

side
Réponses : 553

http://www.discernement.com

discernement.com a écrit :

Bienvenue à toi, cher(e) Internaute qui recherche des éléments pour discerner ce qu'il convient de faire ou de ne pas faire. Heureux celui qui cherche un sens à sa vie et un chemin pour l'atteindre [car le royaume des cieux est à lui ! - nds]. [...]
Depuis l'ordination épiscopale de l'auteur principal, le rythme des publications s'est nettement ralenti. Chacun le comprendra aisément. Bon discernement à tous.

...


Significations des relations sexuelles

discernement.com a écrit :

Voilà la question centrale à laquelle il nous faut répondre. En effet, si les relations sexuelles n’ont pas de sens, alors tout est possible. En revanche si, comme nous le croyons, les relations sexuelles sont remplies de sens il convient non seulement de les connaître mais d’en tenir compte pour conduire notre vie.


Ne me remerciez pas, c'est tout naturel.
D'ailleurs je me demande bien quel est le sens d'un tel effort de réponse ?!

tongue

#16 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 05/11/2017, à 21:08

side
Réponses : 553
jackpot a écrit :

Et bien sûr, passe aussitôt repris à la volée par side !

Bah qu'est-ce que tu veux. Si tu n'étais pas si volage dans tes critiques, on ne te ferais pas remarquer à quel point tu l'es !

Mais bon, toi, t'as le droit. Parce que c'est toi.

#17 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 06/11/2017, à 12:20

side
Réponses : 553
murph a écrit :

Sérieusement :

jackpot a écrit :

Mais on ne peut vraiment philosopher sans passer à l'étage supérieur qui est la métaphysique.

Et là je quote pour la postérité, parce que c'est juste énorme. lol
T'as écrit ça pour rigoler ou tu y crois vraiment à cette connerie ?

Ah ... pas d'accord. Enfin ...

Faudrait s'entendre sur ce qu'est la métaphysique. Si on en parle au sens moderne, ontologique, alors je serais ok pour dire que la métaphysique c'est un peu la discipline reine de la philosophie.

Après, qu'on ne puisse pas philosopher sans y passer, c'est faux.
Il y a plusieurs disciplines philosophiques qui ne nécessitent nullement d'interroger le cœur des choses.
M'enfin bon ... à mon sens une réflexion philosophique un peu poussée finit fatalement par mener à la métaphysique. Même l’éthique ou la morale, pour peu qu'on soit un minimum matérialiste, doivent interroger sur la réalité de ce qui est.


Après, la métaphysique ne doit pas être prétexte au nawak transcendant et magique, être prétexte à parler de choses qui n'existent manifestement nul part (exemple de base : les dieux).
La métaphysique c'est "juste", l'opinion qu'on se fait sur ce qui est, ou plutôt la forme que prend l’Être, au-delà de ce que l'on sait. Sans que cet opinion soit de nature à remettre en cause ce que l'on sait, ni la manière de savoir ce que l'on sait (enfin ... il y a une branche de la métaphysique qui est la critique de nos manières de savoir. Mais si elle peut critiquer nos modes de connaissances, elle en prend acte, sinon, il n'y a rien à critiquer. Et de toutes façons, si elle est réaliste, alors elle prend aussi acte de la réalité des connaissances dont nous disposons).

La métaphysique moderne est une discipline qui nécessite une rigueur à laquelle on ne peut certainement pas prétendre, tout ce qu'on en est sur nos pieds plats ici. Au mieux peut-on être disciple de telle ou telle métaphysique. Pour peu qu'on soit en mesure d'en comprendre quoique ce soit. Parce que dans le genre hardcore, je connais pas pire. Une métaphysique moderne et réaliste fait appel à des principes de logiques argumentatives sans faille.

Alors c'est sûr que si on est pas capable, en premier lieu, de faire la différence entre deux interrogations du genre "la vie a-t-elle un sens ?" et "quel est le sens de la vie ?", qu'on y voit deux formes d'une même question, alors on est loin de pouvoir prétendre comprendre la métaphysique la plus réaliste.
Encore pire si d'aventure on nie pouvoir savoir quoique ce soit, qu'on affirme qu'il n'y a de vrai nul part. Dans ce cas là la métaphysique peut, au mieux, très bien se résumer à n'importe quelle croyances religieuses ou n'importe quelle fantaisie du même genre. Au pire, et plus certainement, on ne peut même pas prétendre à en faire.

La méta-physique dépasse la physique après l'avoir admisse, la méta-physique, interroge le sens de l'être au-delà de la physique en la traversant, la méta-physique a pour socle fondamental la physique elle-même. Sinon, c'est juste du grand nawak.





Un peu de contenu au pif.

#18 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 06/11/2017, à 22:12

side
Réponses : 553
murph a écrit :

Au pif, t'es sûr ? lol

Au pif des trucs qui tiennent à peu près la route, je crois.

murph a écrit :

Plus sérieusement je viens de lire la partie B et c'est, comme tu dis, assez hardcore. Va falloir que je relise ça plusieurs fois et je suis loin de pouvoir en saisir la substantifique moelle car je n'ai absolument pas le background. Même si je pense en comprendre vaguement les grandes lignes, il y a de fortes chances que je me vautre comme une merde.

Pareil. Devant ce genre de chose je suis complètement largué. tongue


Dans le genre j'avais essayer de suivre les cours de Tiercelin au collège de France. J'ai pas tenu la première année. lol

#19 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 06/11/2017, à 22:21

side
Réponses : 553
Rufus T. Firefly a écrit :
side a écrit :
murph a écrit :

Au pif, t'es sûr ? lol

Au pif des trucs qui tiennent à peu près la route, je crois.

murph a écrit :

Plus sérieusement je viens de lire la partie B et c'est, comme tu dis, assez hardcore. Va falloir que je relise ça plusieurs fois et je suis loin de pouvoir en saisir la substantifique moelle car je n'ai absolument pas le background. Même si je pense en comprendre vaguement les grandes lignes, il y a de fortes chances que je me vautre comme une merde.

Pareil. Devant ce genre de chose je suis complètement largué. lol

Faut peut-être assister à quelques cours... Par exemple ceux-là : http://www.college-de-france.fr/site/ja … 6-2007.htm

Oui. Jacques Bouveresse, c'est, il me semble, un poil plus abordable. Mais Tiercelin aussi.

Mais bon, faut tout de même avoir une certaine culture dans le domaine. Et ça en fait un paquet de bouquin à lire et surtout à comprendre ! Et je ne me donne plus le temps pour ça.

#20 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 06/11/2017, à 23:57

side
Réponses : 553
murph a écrit :

Engel [pas Engels hein tongue ] par exemple

Le mari de Tiercelin tongue

Des articles et livres de madame : https://sites.google.com/site/claudinetiercelin

Je n'ai jamais lu monsieur. Mais a priori ils travaillent autour des mêmes concepts.
Ça doit être sympa un diner chez les Engel ! lol

#21 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 07/11/2017, à 10:53

side
Réponses : 553
murph a écrit :

C'est Gala-Philo ici ! lol

Un peu de légèreté ne fais jamais de mal ! lol

#22 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 14/11/2017, à 10:24

side
Réponses : 553
sucarno a écrit :
side a écrit :

Ne me remerciez pas, c'est tout naturel.
D'ailleurs je me demande bien quel est le sens d'un tel effort de réponse ?!

tongue

Tout comme la vie, vous dites qu'elle n'a pas de sens, mais vous la vivez quand même ...

Et ?

Quel le sens de l'existence de la lune ?

#23 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 15/11/2017, à 22:34

side
Réponses : 553
sucarno a écrit :
side a écrit :

...

Quel le sens de l'existence de la lune ?

Aucun sens ; mais, il est bien utile pour générer des marées. Elles aident nos pêcheurs archaïques et sa lumière nocturne aide la navigation dans le désert, ...

Ah mais ça, j'dis pas. La lune, vachement utile.
Genre sans lune, probablement pas de vie sur terre et du coup, personne pour se demander si tout ceci a bien un sens ! lol


sucarno a écrit :

Non mais franchement, tu ne trouves aucun sens à ta vie en particulier, et la vie en général ?

A ma vie, j'dis pas. Mais à la vie, faut voir.

Déjà, faudrait peut-être se mettre au point sur ce qu'on entend parce ce que c'est que le sens, dans la phrase "la vie a-t-elle un sens ?".



sucarno a écrit :

Y a-t-il une différence en quelqu'un sans vie, et quelqu'un qui vit sans but ?

Oui.
Y'en a un, il est vivant, l'autre il n'est pas vivant.


Le noble loup2 a écrit :

Si t'es seul (ce qui semble être le cas de plusieurs ici) ta vie elle a pas de sens, car pas de but.

C'est vite dit ça.

Le noble loup2 a écrit :

J'ai pas choisis de vivre, mais je le fait (encore) pour l'autre : Mon fils, mon chien, ma chatte, ma sœur.
C'est ça qui lui donne un sens.

Un sens/but à ta vie. On se demande bien par quel moyen mais admettons. Ça ne change rien que la question concerne la vie.

Le noble loup2 a écrit :

Mon nombril je le regarde pu depuis la fin de mon adolescence.

M'est avis que tu continues de te le regarder puisque ce dont tu nous parles donne sens à ta vie.

Le noble loup2 a écrit :

Ouff. Je retourne écouter d'la musique.

Écouter de la musique, ça n'a aucun sens tongue







Bon, il semblerait que "sens" soit équivalent à "but" (j'imagine objectif à atteindre). Ça avance pas trop le schmilblick mais c'est déjà ça.

La vie a-t-elle un sens aka un objectif à atteindre ?
La réponse est oui. La vie a comme objectif de fond de se perpétuer. C'est comme ça que ça fonctionne de manière générale, la vie trouve toujours un moyen de se maintenir.

Faudrait se mettre d'accord sur ce que signifie "vie" dans la phrase "la vie a-t-elle un sens ?", non ?
^^

#24 Re : -1 »  La p'tite heure du café philo » Le 16/11/2017, à 13:34

side
Réponses : 553
Floriane a écrit :
side a écrit :

la vie trouve cherche toujours un moyen de se maintenir.

Fixed

C'est pas faux.
Bon jusqu'à maintenant elle a toujours trouvé.