Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
nombre réponses : 25

#0 Re : -1 »  Espace de travail » Le 26/07/2015, à 04:02

AlexandreP
Réponses : 4

Bonjour,

Quel environnement de bureau utilises-tu? En précisant cette information, peut-être que des contributeurs ici auront quelques idées pour t'orienter vers des pistes de solution,

#1 Re : -1 »  [Résolu] Quelle est la partition de Windows ? » Le 21/07/2015, à 03:18

AlexandreP
Réponses : 6

Bonjour,

Mikowhy a écrit :

A l'etape 5.3 il faut attribuer un point de montage sur la partition de Windows. Dans le tuto, il est mit qu'il s'agit de /dev/sda1. Or sur mon ordinateur, cette partition ne fait que 419 Mo. Par contre, la partition /dev/sda4 fait 448 Go. Ai-je raison de penser que c'est cette partition qui est celle de Windows ?

C'est tout le désavantage des tutoriels avec un exemple pratique. Toute la section 5 du guide n'est pas à appliquer à ton cas -- ni à aucun autre cas, d'ailleurs. L'exemple pratique se base sur une situation de départ bien précise et une situation finale désirée très précise. L'exemple pratique a un but pédagogique; c'est utile pour comprendre la méthode de partitionnement. Mais il ne doit jamais être appliqué tel quel, point à point.

Dans ta situation, dû à la taille du volume /dev/sda4, les probabilités sont en effet extrêmement grandes que celui-ci soit celui contenant Windows.

Dans la même lignée que Qid et Bougron: je ne pense pas non plus qu'il soit réellement utile de monter systématiquement et automatiquement le volume contenant Windows. Sans dire que c'est dangereux, il est tout de même probable que Ubuntu ou Windows se plaigne d'un volume incorrectement démonté (particulièrement avec Windows 8 et version ultérieure) dû au mécanisme de redémarrage rapide introduit par défaut à partir de Windows 8. De plus, une mauvaise manipulation pouvant corrompre Windows (ex: suppression malencontreuse d'un fichier système important) sont augmentées -- Ubuntu voit tout et a un accès complet au volume, alors que Windows a certaines protections par défaut pour éviter qu'il soit complètement bousillé malencontreusement. Plutôt, passe par un volume de partage.


Bougron a écrit :

Le nombre de partitions que tu as est normal  sauf SDA5 dont je ne vois pas la raison au premier coup d'oeil.

Même remarque: je ne comprends pas trop l'usage que tu souhaites attribuer à ce petit volume NTFS. Si c'est pour partager des données entre Ubuntu et Windows, peut-être vaudrait-il mieux intégrer son espace dans /dev/sda6 (qui aura alors 367 Mo additionnels), et te servir de ce grand volume pour le partage de données entre tes deux OS.

#2 Re : -1 »  migration de Ubuntu 14.04 à 15.04 » Le 13/07/2015, à 05:07

AlexandreP
Réponses : 6

Bonjour,

PizzaTux a écrit :

Il est donc normale que la commande do release upgrade ne te propose pas de migration puisque tu ne peux pas directement faire 14.04 => 15.04, si tu voulais vraiment avoir la 15.04, tu aurais 2 solutions : soit faire une nouvelle installation directement de la 15.04 (comme si tu n'avais jamais installé ubuntu) ou activer la mise a niveau vers les versions a court terme depuis les LTS (désactivé par défaut) puis passer en 14.10 pour enfin passer en 15.04 chose fortement déconseillé.

Je me permets une petite clarification à ce sujet:

Tel que précisé par ces messieurs ci-avant, la raison pour laquelle aucune mise à niveau vers une version plus récente d'Ubuntu n'est proposée est que, dans le gestionnaire Logiciels et mises à jour, le paramètre "Me prévenir lorsqu'une nouvelle version d'Ubuntu est disponible" est configuré à l'option Pour les versions prises en charge sur le long terme.

1436755652.png


Par défaut, lorsque l'on fait une installation neuve d'une version LTS d'Ubuntu (12.04 LTS, 14.04 LTS), le paramètre est automatiquement configuré à l'option Pour les versions prises en charge sur le long terme. Tel que précisé, encore une fois, par PizzaTux et Nam1962, les versions LTS sont maintenues pendant une période étendue de 5 ans. Du coup, ce sont des versions idéales pour les utilisateurs dont l'environnement devrait peut changer. Le système profite de correctifs de sécurité, mais demeure sur une même base. Beaucoup d'utilisateurs préfèrent demeurer sur le cycle des versions LTS, et ont rechigné lorsqu'une nouvelle version (non-LTS) leur était proposée par erreur. Désormais, toute installation neuve d'une version LTS paramètre par défaut "Me prévenir lorsqu'une nouvelle version d'Ubuntu est disponible" à l'option Pour les versions prises en charge sur le long terme afin de prévenir le passage indésiré à une version non-LTS.


Cependant, l'utilisateur qui procède à l'installation neuve d'une version non-LTS (14.10, 15.04) retrouve le paramètre "Me prévenir lorsqu'une nouvelle version d'Ubuntu est disponible" configuré par défaut à l'option Pour chaque nouvelle version. Encore une fois, tel que mentionné, les versions non-LTS sont maintenues sur une courte période, et la mise à niveau fréquente est plus que recommandée. À noter que lorsque la mise à niveau suivante s'effectue vers une version LTS, le paramètre n'est pas automatiquement changé pour ne proposer que les versions LTS; il est laissé à sa valeur actuelle, et les mises à niveau proposées suivent le processus des versions non-LTS.


Enfin, le passage concernant la mise à niveau vers une version N+2... est tout aussi vrai. En mise à niveau, on ne peut que suivre les cycles suivantes:

  • Depuis une version LTS, on ne peut passer que vers la version LTS immédiatement suivante (ex: de 12.04 LTS vers 14.04 LTS) ou vers la version non-LTS immédiatement suivante (ex: de 14.04 LTS vers 14.10);

  • Depuis une version non-LTS, on ne peut passer que vers la version immédiatement suivante (ex: de 14.10 vers 15.04).

Les modes d'installation disponibles, y compris pour la mise à niveau, sont toujours décrites dans chaque page de version de la documentation du site.

#3 Re : -1 »  Le libre, c'est compliqué, c'est en retard » Le 26/06/2015, à 04:14

AlexandreP
Réponses : 71

Bonjour,

F50 a écrit :

Quant aux tablettes et la productivité, là non plus je ne vois pas, c'est sympathique pour les loisirs mais pas pour le boulot. Montre des exemples où des entreprises fournissent des tablettes pour une productivité accrue.

Ce n'est pas parce que ça ne t'est pas personnellement utile que c'est inutile pour tout le monde en milieu professionnel. Certes, les tablettes seules sont probablement de très mauvais outils de productivité (quoique encore, dans des domaines graphiques, c'est probablement fort approprié). Cependant, elles sont souvent utilisées en tant que complément à un ordinateur complet, qu'il soit un poste de table ou un ordinateur portable plus costaud.

Les tablettes peuvent être très pratiques, par exemple, pour maintenir un agenda, pour présenter des graphiques et rapports, suivre des présentations en téléconférence alors qu'on est en déplacement. Leur faible consommation (durée de pile accrue) aide aussi beaucoup lors de déplacements, et leur plus petite taille les rendent plus acceptables et discrètes dans des meetings corporatifs. Évidemment, je ne pense pas qu'il vienne à l'idée de personne de rédiger une thèse de doctorat directement sur une tablette, de faire une longue saisie de données, de faire de la programmation, etc. Les tablettes ont aussi leurs désavantages, comme la difficulté de réparation, la connectique moins abondante et, justement, leur plus faible performance dans certains domaines.

Bref, oui, y'a des usages professionnels. Qui pourraient être accomplis par des ordinateurs portables ou des ultrabooks? absolument. Mais parfois, le form-factor d'une tablette est plus appropriée et pratique.

F50 a écrit :

J'ai bien compris mais à nouveau, je ne vois pas où nunux GUI est en retard par rapport à w$ ? J'ai dû me farcir ce dernier (8.1) pendant quelques mois et j'ai pas trouvé ça en avance sur quoi que ce soit, au contraire, la manière d'arriver à une configuration est un vrai merdier de sous sous sous sous menu de sous menu. Je comprend le badaud qui me dit : Arf tu sais moi l'informatique... Je comprend avec la manière dont c'est présenté, ça fait pas envie. Je parle même pas de l'esthétique...

Des applications mal foutues dotées de sous-sous-sous-sous-sous-menus prévus pour une utilisation clavier/souris, ça existe aussi. Je ne pense pas qu'on doive blâmer l'interface et le mode de saisie tactile pour tous les logiciels mal codés ou peu ergonomiques à utiliser au doigt. Parfois, il s'agit simplement de réorganiser l'information pour rendre une application plus fonctionnelle.

F50 a écrit :

Là de nouveau, une interfaces UI ça se change au travers des thèmes, icônes, .css, .conf etc. Y'a de quoi faire entre GTK et QT, enlightenment, non ? Qui d'autre propose autant d'environnements différents ?

Absolument, on peut faire bien des choses avec un toolkit graphique. Par exemple, Plasma Active est un environnement qui est prévu pour une utilisation tactile; c'est les mêmes technos que derrière KDE. GNOME Shell aussi est intéressant pour une utilisation tactile, particulièrement avec les nouvelles versions de des logiciels GNOME (Maps, Music, Books...) qui, sans être désagréables à la souris, sont aussi agréables en mode tactile.



oni_shadow a écrit :

Cher linuxiens, bonjours.
Le libre, Linux, c'est chouette, surtout pour les vieux barbus qui ont participé à son essor. Si les avantages sont nombreux, il y a tout de même un gros inconvénient ; le libre c'est toujours en retard.
Cela peut sembler logique dans un premier temps, je suppose que lorsque quelqu'un à une idée révolutionnaire, il préfère la faire breveter plutôt que de donner ça gratuitement.  Il y a quelque temps, je me réjouissait du fait qu'il  n'y a plus besoin d'avoir un ordinateur d'une génération en retard pour avoir quelque chose de fonctionnel (merci papa Torvald), et avec Ubuntu, j'avais l'impression que les choses changeaient plus profondément. Avec la présentation de la convergence, on pensais qu'Ubuntu serait les premiers à s'attaquer aux ordinateurs convertibles.

Sans vouloir mettre tout le blâme sur les brevets et les technologies propriétaires, c'est effectivement un frein dans tout ce qui est développement de pilotes. Lorsque du matériel est breveté, il est beaucoup plus difficile d'en faciliter la prise en charge et, par la suite, de développer pour ce matériel. Les brevets logiciels sont reconnus à certains endroits sur la planète (coucou les États-Unis!), ce qui ne facilite pas les choses. Le reverse-engineering n'a pas non plus réponse à tout.

Autre chose aussi concernant la lenteur: le développement s'axe aussi beaucoup autour de standards, ceux déjà en place et toujours prêts à évoluer ou ceux qui doivent être designés. L'élaboration de normes, l'établissement de consensus, c'est souvent très long. Avantageux pour le long terme et pour l'interopérabilité, mais au détriment d'évoluer plus lentement.

oni_shadow a écrit :

J'étais particulièrement excité à l'idée de tester Unity8, Ubuntu. Force est de constaté qu'à l'heure actuelle, j'ai deux choix; avoir un ordinateur convertible sous Windows ou avoir un ordinateur classique sous Ubuntu.

Yup: Unity 8 est toujours en développement, donc rien de surprenant à ce qu'il ne soit pas complet. Il est développé en priorité pour les téléphones, où il est désormais disponible dans des premiers modèles depuis le début de cette année. Les tablettes viendront ensuite. Mine de rien, Unity 8 et Mir ne sont en développement que depuis deux ans.

#4 Re : -1 »  Le libre, c'est compliqué, c'est en retard » Le 06/07/2015, à 06:14

AlexandreP
Réponses : 71

Bonjour,

LePetitApprenti a écrit :

Attention je n'ai pas dit que c'était pas utile.
J'ai dit que les Pc convertible et tablette n est qu un enjeu mineur par rapport au marché des tours et  Pc portables.
Je ne pense pas qu'à l'avenir le tactile sois prépondérant pour les PC, mais restera au rang de gadget, par ce que le clavier est pour le moment irremplaçable, bien plus performant que le tactile pour la frappe.

Encore une fois, et comme Oni_Shadow l'a mentionné, on ne se sert pas d'une tour, d'un ordinateur portable ou d'une tablette de la même manière. Chacun a son utilité, chacun a ses forces et ses faiblesses. La tablette n'est clairement pas un outil de productivité, particulièrement lorsqu'il s'agit d'une saisie de texte. En cela, en effet, à l'heure actuelle, un bon clavier reste un des meilleurs alliés. Cependant, d'autres usages peuvent favoriser l'usage de la tablette, particulièrement par son format facile à transporter.

Un exemple que nous désirions mettre en place dans l'entreprise où je travaille: nous gérions une équipe de techniciens qui se déplaçaient sur plusieurs étages d'un même édifice -- et même entre plusieurs édifices -- pour voir une liste de personnes dont leur ordinateur venait d'être mis à niveau. Le format d'une tablette tactile aurait été très agréable pour les techniciens afin d'accéder à leur feuille de route et de cocher les utilisateurs qu'ils ont pu visiter, voire même faire remplir une grille de sondage aux réponses prédéfinies. Ç'aurait été plus efficace que naviguer dans une feuille de calcul avec un ordinateur portable où la navigation se fait au pavé tactile; dû aux nombreux déplacement, se traîner une souris filaire ou sans fil devient rebutant.

L'important, pour rendre pratique un outil tactile comme la tablette et le smartphone, est évidemment d'avoir une interface adaptée et des logiciels adaptés pour l'interaction tactile. Si l'on essaie de transposer tel quel les éléments de nos environnements bureautiques actuels pour postes de travail et ordinateurs portables, prévus pour une utilisation au clavier et souris, on trouvera que l'interaction tactile est moins pratique. Probablement que si on réussissait à installer Windows Mobile dans un Samsung Galaxy S6, on le trouverait moins fonctionnel; pourtant, Android (et son écosystème applicatif) y est vachement bien adapté.


LePetitApprenti a écrit :

Par contre je suis sur qu'on nous le vends comme le future du PC car c est un  marché qui débute, qui est porteur et donc qui ouvre plus facilement de nouveaux investissement.
[...]
De plus avec le concept de crise en ce moment ce n'est pas génial pour débuter de nouveaux produits donc pour le futur proche ça tombe plus tôt mal.
Et d'un point de vue humain on dit que les vielles habitudes ont la peau dure.
Je ne me fait pas trop de bil, l humain + la nouvelle techno, le clavier à de nombreux siècles devant lui big_smile
Es ce que le libre va arriver à se démocratiser au sein de la population sur les Pc portable et tours durant ce laps de temps c'est cela le véritable enjeu.

Justement: comme tu le mentionnes, les vieilles habitudes ont la peau dure. Du coup, je doute que ce soit sur les plateformes actuellement en place que la démocratisation d'un système d'exploitation différent, comme des distributions GNU/Linux, puisse réellement se produire. Les gens ont, pour la plupart, déjà adopté leurs habitudes avec leurs postes de travail actuel, et beaucoup rebutent à la vue d'un simple changement de couleur ou d'emplacement d'un raccourci. (Quand le changement du raccourci "Poste de travail" de Windows XP par "Ordinateur" dans Windows 7 perturbe bien des adjointes administratives, que serait un changement radical d'une interface de bureau classique vers une interface plus moderne comme Unity ou GNOME Shell! lol )

Au contraire, avec des nouveaux appareils, avec des nouvelles technologies, voilà une belle opportunité de se tailler une place puisque, eh!, les habitudes ne sont pas encore ancrées. Ici, pas la peine de copier, on peut innover. Android est un excellent exemple du succès de Linux (sans GNU, par contre) sur plateforme tactile; d'autres joueurs moins connus, comme Firefox OS, Jolla Sailfish ou Tizen, explorent les nouvelles avenues offertes par les nouvelles plateformes tactiles.


LePetitApprenti a écrit :

Je vais me prendre le Meizu il a l'air vraiment pas mal à moins que tu en ai un autre à me conseiller ?

Attention: Ubuntu Touch est encore en grands chantiers (pas que pour les tablettes; pour smartphones aussi). Ces premiers appareils visent en priorité les développeurs et les enthousiastes. Sans te déconseiller ces appareils (que ce soit l'Aquaris E4.5 ou l'Aquaris E5 de BQ, ou le Meizu MX4 voire le futur MX5), puisque je n'en ai testé aucun, il n'en reste pas moins que, pour le grand public, la plateforme est encore jeune.

#5 Re : -1 »  Le libre, c'est compliqué, c'est en retard » Le 08/07/2015, à 03:21

AlexandreP
Réponses : 71

Bonjour,

LePetitApprenti a écrit :

afin d'accéder à leur feuille de route et de cocher les utilisateurs qu'ils ont pu visiter, voire même faire remplir une grille de sondage aux réponses prédéfinies.

Pour faire cela je pense que un simple téléphone tactile peux faire l'affaire.

Absolument: un smartphone (particulièrement s'il a un écran large à grande résolution comme il y en a eu dans la dernière année) aurait probablement pu faire aussi l'affaire. Avantage, même: le technicien aurait eu aussi la fonctionnalité d'appel pour joindre l'équipe de soutien expert au besoin.

Un ordinateur portable ou un ultra-portable aurait aussi pu faire le travail. Les piles des ordinateurs récents et la consommation des composantes matérielles sont désormais assez balancées dans de nombreux modèles d'ordinateurs, de sorte qu'il n'est plus réellement nécessaire de brancher longtemps l'ordinateur pour compléter sa journée de travail.

Il n'en reste pas moins que le format tablette était en lice. Un écran facilement portable d'une taille de 8po à 10po aurait été agréable à utiliser. Essentiel? non. Agréable? certainement.
C'est surtout ça que je souhaitais soulever par mon exemple. Certes, d'autres technologies déjà établies auraient pu faire le travail. Mais de nouvelles apportent des nouvelles perspectives. De là à les juger "gadget" parce qu'au jour d'aujourd'hui les interfaces, les logiciels et les habitudes n'y sont pas, je trouve ça rapide.

(Pour finir la petite histoire: finalement, notre équipe n'a pas eu les budgets pour ni fournir des tablettes aux techniciens ni leur payer un forfait de téléphonie cellulaire -- et hors de question que les techniciens utilisent leur appareil personnel [dont certains avaient encore des Blackberry Bold] pour la tâche. Du coup, on est resté au bon vieux papier à remplir a la mano puis à faxer... Bienvenue au XXIe siècle! lol )


LePetitApprenti a écrit :

Je pense que au niveau de l’éducation national si il y a bien quelque chose a faire c'est cela pour deux raison, la première c'est gratuit et la seconde c'est pédagogique avec de la documentation à disposition.

Attention avec ces affirmations! Libre n'est pas synonyme de gratuit. Et particulièrement dans les grandes organisations (comme l'éducation nationale, comme la gendarmerie, comme les milieux d'entreprises), où on voudra habituellement disposer d'une assistance technique professionnelle pour garantir une qualité et un niveau de service. Cependant, tu as bien raison en ce qui concerne l'aspect pédagogique, où un logiciel pourra être mieux étudié et mieux adapté aux besoins du public visé.


LePetitApprenti a écrit :

Tu sais peu importe le support de toute façon,  tablette, tour Pc portable, tamagoshi, si les gens ne veulent pas changer leurs habitudes ils chercheront immédiatement à retrouver leur système classique sur le nouveau support.
Ce n'est pas une affaire de nouvelle technologie mais bien une affaire de mentalité.

Dit autrement: sans un minimum de curiosité, les technologies actuelles vont stagner. Ce qui serait fort dommage, à mon avis.


JeanHallebardeTriphasé a écrit :
AlexandreP a écrit :

que serait un changement radical d'une interface de bureau classique vers une interface plus moderne comme Unity ou GNOME Shell! lol

Qu'est-ce que tu trouves à l'interface de W7 ? Je l'aime bien moi. D'ailleurs Unity y ressemble.

Je n'ai absolument rien contre l'interface de Windows 7. J'utilise Windows 7 tous les jours au boulot, et j'y ai mes repères. Là n'est pas la question.

Mais avec des interfaces comme Unity ou GNOME Shell, où tu fais disparaître une barre de fenêtres affichée constamment en bas d'écran pour plutôt en faire afficher une sur le côté gauche voire aucune; où tu fais sauter complètement le menu de lancement des applications pour le remplacer par un genre de moteur de recherche; où les menus des applications tendent à être déportés en haut d'écran, cachés, ou dans un menu applicatif épuré... Juste avec ça, tu vas en dérouter plus d'uns qui étaient habitués avec un paradigme de bureau classique! Personnellement, je m'y retrouve (et j'apprécie davantage), mais beaucoup seront déroutés au premier abord.


orygynz a écrit :

Je n'aime pas Apple mais si ils vendent bcq de produits, c'est qu'ils ont été les premiers à ajouter une grosse couche d'esthétique ...

... et de cohésion entre les applications, de même qu'entre le matériel et les applications.

#6 Re : -1 »  Le libre, c'est compliqué, c'est en retard » Le 09/07/2015, à 01:28

AlexandreP
Réponses : 71
tiramiseb a écrit :

Gratuité de l'accès au logiciel, mais c'est tout. Pas de formation gratuite, pas d'installation gratuite, pas de dépannage gratuit, pas de maintenance gratuite, pas de support gratuit, etc.

Et j'ajoute: rien n'empêche de vendre le logiciel compilé (comme l'équipe de XChat le fait pour le binaire pour Windows qu'ils proposent; le code source demeure disponible pour qui veut compiler de son côté). De même, si on distribue le code source d'un logiciel libre sous GNU GPLv3 sur un médium physique, on peut aussi charger pour la copie, à la limite du montant raisonnable du médium, de la tâche de production du médium et des frais de ports.

@LePetitApprenti: la note de bas de page à laquelle tu fais référence est une addition pour ce passage du texte:

Ainsi, « logiciel libre » fait référence à la liberté, pas au prix

C'est une addition pour expliquer une différence entre la langue française et la langue anglaise. En anglais, le terme free a à la fois le sens de libre, mais aussi de gratuit; en français, nous avons deux termes distincts. C'est cela que vient préciser la note de bas de page.

Toujours sur le site du projet GNU, on retrouve la page Vendre des logiciels libres, où on découvre entre autre que "si une licence ne permet pas aux utilisateurs de faire des copies et de les vendre, c'est une licence non libre."

Après, évidemment, on peut toujours arguer que rien n'empêche une personne de télécharger le code source du logiciel libre (ou d'en acheter une copie sur médium physique, si applicable), puis de le compiler elle-même de son côté et redistribuer gratuitement sa copie à d'autres personnes. En effet. Mais rien n'empêche que l'éditeur original puisse proposer une copie à coût de son logiciel.

#7 Re : -1 »  Applications et sécurité des données » Le 25/06/2015, à 03:20

AlexandreP
Réponses : 18
Ivan Fiodorovitch a écrit :

Sans vouloir troller, j'ai quand même l'impression que beaucoup d'utilisateurs de Linux accordent une confiance (un peu trop) importante en l'open-source.
Je comprends bien l'idée: si une application open-source comprenait un malware, cela n'aurait pas échappé à telle ou telle personne compétente qui aurait été lire le code source.

De mon point de vue, cela semble quand même un peu léger. D'une part rien ne garantit qu'un expert soit effectivement passé par là, et d'autre part il peut y avoir un délai important avant qu'un comportement indésirable soit détecté. Sans compter qu'il faudrait auditer le code à chaque MAJ.
Le système de notes dans le store n'aide en rien: une application peut être très bonne et contenir un keylogger ou siphonner mes données personnelles.

Après avoir lu pas mal de posts dans le forum "sécurité" (oui j'ai compris un peu tard que j'avais posté au mauvais endroit), j'ai constaté que le message est souvent du type "pas d'inquiétude, c'est de l'open-source".

Sans vouloir troller: je pense que tu as raison. L'open-source et le libre facilite la détection des bogues et leur correction, c'est indéniable; c'est clairement un avantage en matière de sécurité. Mais estimer que ce qui est open-source ou libre est constamment 100% sûr, c'est, je crois, de la pensée magique.

Mais personnellement, ce qui m'inquiète davantage, c'est plutôt une pensée qui estime que toutes les fonctionnalités des applications open-source ou libres sont désirables pour tout le monde. Tu mentionnes plus haut qu'"il peut y avoir un délai important avant qu'un comportement indésirable [d'une application] soit détecté"; qu'est-ce qu'un comportement indésirable? Sont-ce les mêmes pour tout le monde?
Par exemple: Rhythmbox permet de lire des webradios -- ce n'est clairement pas un comportement indésirable. Cependant, disposant d'une connexion Internet limitée, j'aimerais empêcher Rhythmbox de discuter sur le réseau pour empêcher la lecture de webradios, de récupérer des pochettes dans Internet, de télécharger les paroles de chansons..., mais je ne souhaite pas désinstaller Rhythmbox parce que je souhaite pouvoir écouter mon audiothèque locale et lire mes CD. Pour moi, soudainement, cette fonctionnalité devient indésirable. Du coup, un logiciel de contrôle d'accès au niveau applicatif devient intéressant.

#8 Re : -1 »  Applications et sécurité des données » Le 22/06/2015, à 02:42

AlexandreP
Réponses : 18

Bonjour,

Ivan Fiodorovitch a écrit :

Comment faire sous Ubuntu?
- Est-il également possible d'interdire l'émission de données à certaines applications?

À ma connaissance, Ubuntu (à tout le moins, dans sa version actuelle pour postes de travail) ne dispose pas d'une telle fonctionnalité comparable à celle retrouvée, par exemple, sous iOS ou sous Android avec PrivacyGuard ou XPrivacy afin de restreindre les capacités d'une application bien précise. Peut-être que ceci se développera avec l'évolution d'Ubuntu par l'utilisation de Snappy et le déploiement dans les smartphones; mais dans sa forme actuellement, la version pour postes de travail ne semble pas offrir un programme facile de filtrage applicatif.

Certes, comme mentionné plus haut par JeanHallebardeTriphasé et Ayral, Ubuntu inclut un logiciel de pare-feu nommé netfilter. Ubuntu inclut aussi une interface en ligne de commandes pour simplifier sa configuration, appelé Uncomplicated FireWall (UFW); les utilisateurs peuvent installer par-dessus cela une interface graphique, Graphical UFW, pour faciliter encore plus la personnalisation. GUFW offre, par son interface graphique, une vue aisée des ports de communication actuellement ouverts et utilisés. De plus, certains profils applicatifs sont proposés, de sorte qu'il est possible, par exemple, de restreindre l'accès réseau à 0A.D., à DropBox, à MSN Gaming Zone...

Cependant, encore une fois, ce filtrage se fait par port, même en utilisant un profil applicatif prédéfini par GUFW. Ainsi, si je bloque les connexions en entrée pour 0A.D., en réalité, je bloque toute communication entrante vers le port UDP 20595, peu importe l'application requérante. De plus, l'installation de nouvelle applications ne provoque pas l'ajout de nouveaux profils prédéfinis dans GUFW.

Pour du contrôle d'accès au niveau applicatif, il faudrait probablement regarder plus du côté de AppArmor ou SELinux. Deux projets avec l'objectif de créer du filtrage applicatif, Douane et LeopardFlower, pourraient aussi être intéressants à surveiller.



Ivan Fiodorovitch a écrit :

- Comment savoir qu'une application est fiable, puisque je ne connaîtrai jamais les développeurs?

Un lien vers le site des développeurs des applications est visible dans la description des applications dans la Logithèque.



Ayral a écrit :

Par ailleurs le système d'installation / Suppression est largement plus efficace que celui de Windows, le système entrtient une base de données qui conserve la mémoire des paquets installés, de leurs dépendances, et à la suppression cette base de données permet un nettoyage pile poil.
Sur Windows chaque éditeur crée son application d'installation / Désinstallation, qui souvent est de mauvaise qualité et laisse un peu partout y compris dans la base de registres une tas de scories.

En ce qui me concerne, la suppression d'applications par la Logithèque laisse souvent traîner des choses dans mon profil, entre autre des résidus de configuration...

#9 Re : -1 »  Partage de dossier Ubuntu vers W7 » Le 23/06/2015, à 04:01

AlexandreP
Réponses : 63
Martou1 a écrit :
sudo umount /dev/sda1
sudo mount /dev/sda1

Ton volume n'est-il pas sous /dev/sdb1 ?

#10 Re : -1 »  Partage de dossier Ubuntu vers W7 » Le 25/06/2015, à 02:50

AlexandreP
Réponses : 63

Donc, le problème est re-résolu, ou il est toujours présent?

#11 Re : -1 »  Partage de dossier Ubuntu vers W7 » Le 02/07/2015, à 01:03

AlexandreP
Réponses : 63

martin@martin-Aspire-M5100:~$ ls -ld /media/martin/Barracuda
drwxrwxrwx 1 martin root 16384 juin  20 16:57 /media/martin/Barracuda
martin@martin-Aspire-M5100:~$

On voit que les permissions pour tous les utilisateurs sont complètes, du coup le problème ne vient pas de là.
On voit que l'utilisateur "martin" est propriétaire du point de montage. L'utilisateur "martin" devrait donc être en mesure de créer un partage réseau à partir de ce dossier.

martin@martin-Aspire-M5100:~$ cat /etc/fstab
[...]
/dev/sdb1   /media/martin/Barracuda   ntfs   auto,users,rw,nodev,nosuid,allow_other,umask=000,blksize=4096,uid=martin   0   0
martin@martin-Aspire-M5100:~$ 

Ça semble bon.


martin@martin-Aspire-M5100:~$ mount
[...]
/dev/sdb1 on /media/martin/Barracuda type fuseblk (rw,noexec,nosuid,nodev,allow_other,allow_other,default_permissions,blksize=4096)
[...]
martin@martin-Aspire-M5100:~$ 

Le volume est bien monté.


Et comment est configuré le partage dans Nautilus?

#12 Re : -1 »  Partage de dossier Ubuntu vers W7 » Le 04/07/2015, à 03:28

AlexandreP
Réponses : 63

Mmm... et tant qu'à y être, un petit screenshot des onglets "Général" et "Permissions" sur ce dossier Martin/ ?
Et tant qu'à y être (bis), le résultat de:

cat /var/lib/samba/usershares/seagateshare

(y'a peut-être des majuscules dans le nom du fichier...)

#13 Re : -1 »  Partage de dossier Ubuntu vers W7 » Le 29/06/2015, à 05:04

AlexandreP
Réponses : 63

Bon, alors, on recommence une ronde de diagnostic alors! smile

Un screenshot de la configuration du partage dans Nautilus?
Le résultat de la commande suivante?

ls -ld /media/Barracuda1

Le résultat de la commande suivante?

cat /etc/fstab

Le résultat de la commande suivante?

mount

#14 Re : -1 »  Partage de dossier Ubuntu vers W7 » Le 05/07/2015, à 03:24

AlexandreP
Réponses : 63
PPdM a écrit :

Propio moi au lieu martin 
et groupe Root c'est ça qui doit coincer
Le proprio et le groupe doivent être correctement renseignés.

C'est une (mauvaise?) habitude de Nautilus de changer l'affichage du propriétaire par "Moi" lorsque le compte actif est le propriétaire du dossier.
Quant au groupe "root", je ne pense pas que ça ait une importance qu'il soit différent: si l'utilisateur qui tente d'accéder au dossier n'appartient pas au groupe (ce qui est le cas d'un utilisateur invité, par exemple), ce seront les permissions pour "Autres" qui s'appliqueront; et on voit que les permissions pour "Autres" autorisent l'accès en lecture et écriture.

On voit aussi dans les définitions du partage utilisateur que les invités peuvent accéder au partage ("guest_ok = y" et on donne aussi l'accès complet à tout le monde avec la définition d'ACL "S-1-1-0:F").

Du coup, je ne vois pas d'où peut venir le problème. Peut-être un conflit avec d'autres configurations dans Samba?

#15 Re : -1 »  Ubuntu ne démmare pas en dualboot avec Windows 8 » Le 23/06/2015, à 04:53

AlexandreP
Réponses : 35

Bonjour,

Quelle procédure as-tu suivie pour installer Ubuntu?

Bonne journée!

#16 Re : -1 »  Impossible d'utiliser une image iso montée » Le 29/06/2015, à 04:47

AlexandreP
Réponses : 9
gasnier@gasnier-H81H3-EM2:~$ sudo mount -o loop -t iso9660 "/home/gasnier/Téléchargements/Microsoft Office 2010 Pro Edition française Finale.iso" /media/iso

En supposant, évidemment, que le point de montage /media/iso existe.
Je ne suis pas utilisateur de Wine, mais il me semble que par défaut, tout point de montage n'est pas systématiquement attribué à une lettre de lecteur.

#17 Re : -1 »  [HowTo] Démarrer un Windows installé physiquement dans VirtualBox » Le 26/06/2015, à 02:52

AlexandreP
Réponses : 354

Bonjour,

Jmar a écrit :

Échec de l'ouverture de session pour la machine virtuelle Windows 7.
VT-x is disabled in the BIOS. (VERR_VMX_MSR_VMXON_DISABLED).

Les extensions de virtualisation de le BIOS de ton ordinateur hôte sont désactivées. Celles-ci doivent être activées afin de pouvoir virtualiser un OS 64-bit invité.

La méthode d'activation est différente pour chaque BIOS, du coup nous ne pouvons pas réellement t'assister dans cette tâche. À titre informatif, néanmoins, cette fonctionnalité s'appelle généralement "Intel Virtualization", "Intel Virtualzation Technology", "Virtualzation Technology (VT-x)" ou "Technologie de Virtualisation Intel" pour les PC à processeur Intel, ou "Virtualzation Technology", "Virtualization" ou encore "SVM support" dans les PC à processeur AMD.

#18 Re : -1 »  [HowTo] Démarrer un Windows installé physiquement dans VirtualBox » Le 29/06/2015, à 04:59

AlexandreP
Réponses : 354
Jmar a écrit :

et dites moi comment j'accède au Bios

Ça aussi, c'est variable selon le constructeur, et même entre divers modèles d'un même constructeur.
Habituellement, le BIOS des récents modèles d'ordinateurs HP s'accède par le maintien de la touche [F10] à la mise sous tension de l'ordinateur. L'information la plus juste pourra être trouvée dans le manuel d'instruction de votre ordinateur.

#19 Re : -1 »  Alternative Samba Distant » Le 25/06/2015, à 04:08

AlexandreP
Réponses : 8

Bonjour,

Navalex a écrit :

Merci de ta réponse, mais Dropbox ne répond pas à toutes mes attentes. Car nous aimerions pouvoir éditer des fichiers en direct, ce que Dropbox ne propose pas. Après je ne sais pas si on pourra lier le dossier de Dropbox à Apache en plus. Car dans ce cas là autant faire un FTP, ça reviens presque au même. tongue

SSHFS?
CurlFTPFS?

#20 Re : -1 »  Remplacer partition Windows par Ubuntu sur Mac » Le 23/06/2015, à 04:51

AlexandreP
Réponses : 2

Bonjour,

En personnalisant ton partitionnement, tu as oublié de préciser l'un des volumes comme étant celui qui devra être la racine d'Ubuntu.

1435027628.png

À lire: Partitions indispensables dans la documentation du site.

#21 Re : -1 »  Formation » Le 22/06/2015, à 03:02

AlexandreP
Réponses : 6
crowd a écrit :

y a les formations CompTIA A+

... et l'indispensable Professor Messer pour éviter les pièges à l'examen de certification de A+. Sont aussi disponibles des formations vidéo pour Network+ et Security+. En anglais seulement.

#22 Re : -1 »  Own-Mailbox:la boite mail confidentielle qui vous appartient vraiment! » Le 14/06/2015, à 23:55

AlexandreP
Réponses : 28

Je suis quelque peu dubitatif concernant son adoption massive par le commun des mortels. J'ai l'impression que la cible sera, encore une fois et malgré l'objectif du projet, les geeks. "Encore un autre bidule-machin à acheter ($$$) et à brancher..." Déjà que pour certaines personnes, juste s'abonner à un compte Gmail est la croix et la bannière, si en plus il faut brancher un boîtier payant à la maison, alors que Gmail est complètement gratuit... C'est probablement un projet qui résonnera à l'oreille des gens avertis quant aux enjeux de vie privée dans Internet, mais pas à ceux "qui n'ont rien à cacher".

#23 Re : -1 »  migration vers SSD, licence win? » Le 14/06/2015, à 23:30

AlexandreP
Réponses : 3

Salut,

Si ton ordinateur vient avec une licence OEM de Windows, tu devrais pouvoir réinstaller cette version de Windows dans ton ordinateur. Changer un disque dur par un SSD, c'est la même chose que faire un remplacement de disque dur défectueux. L'important avec ta licence OEM, c'est qu'elle soit utilisée (1) dans la même machine avec laquelle elle a été fournie et (2) une seule fois dans cet ordinateur (ex: ta licence ne peut être utilisée pour activer Windows à la fois en tant que système hôte et à la fois en tant que système invité dans une machine virtuelle fonctionnant dans ce même ordinateur).

Réfère-toi au site de Microsoft pour une meilleure compréhension de la licence OEM.

#24 Re : -1 »  migration vers SSD, licence win? » Le 16/06/2015, à 04:56

AlexandreP
Réponses : 3
oni_shadow a écrit :

La page de MS merde grave, tant pis. En tout cas visiblement tu me dis que c'est possible.

Chouette, tu crois sur parole tout ce que je dis! T'ai-je déjà que la Terre était plate? tongue

Pour tout le reste, je te suggère de faire une recherche dans ton moteur de recherche préféré avec des termes comme "créer clé installation windows". Quant à la clé de licence, on ne peut pas trop t'aider: soit c'est sur un certificat d'authenticité livré avec le matériel (Windows 7 et antérieur) soit c'est directement inscrit dans le BIOS (Windows 8 et ultérieur). Pour une meilleure assistance technique concernant l'installation de Windows, consulte aussi des communautés dédiées à de l'assistance pour Windows, comme Forum-Windows ou les forums Microsoft Answers en français. Ces ressources sont les mieux outillées pour répondre à tes questions relatives à Windows.