Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites". Attention, le forum rencontre actuellement quelques difficultés. En cas d'erreur 502, il ne faut pas re-valider l'envoi d'un message ou l'ouverture d'une discussion, au risque de créer un doublon.

La section divers se réorganise ! De nouvelles sous-sections à venir. (plus d'infos + donner son avis)

nombre réponses : 25

#0 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 29/10/2014, à 21:16

inkey
Réponses : 442
voxpopuli a écrit :

Une question:
Le but est-il de créer de l'emploi, où d'accomplir un travail nécessaire?

J'ai  effectivement l'impression que ça fait depuis un bon moment que la machine capitaliste brasse du vent, beaucoup de vent.
J'ai parfois l'impression que le monde est dans une sorte de machine folle de la production , on produit, on détruit , on reproduit, etc…
Les conséquences sur notre environnement sont dramatique mais qu'importe, Il faut stimuler la machine, stimuler l'innovation,
il faut absolument mettre de la technologie partout .
On arrive au point ou on considère que « La donnée, c’est l’or noir du 21e siècle » . Tout est ainsi transformer en marchandise,
années après années, mais pour quoi faire ?
Pourquoi se donner tant de mal pour "créer de la richesse" … sans cesse ?
A quoi rime tous ces objets technologique périssable qui nous entoure ?
Pendant que nous créons tous ces objets afin de nous "occupé" et de remplir ainsi notre existence de consommateur,
il y à des tonnes de choses qui vont de travers, des gens se trouve sans logement, d'autre on du mal à se nourrir,
d'autre à se soigner.

Dés fois, j'ai un peu l'impression de faire partie d'une œuvre d'art contemporain géante, nous invitant à contempler un monde absurde
qui se veut basé sur la rationalité.

Fin, cette chanson dit tout

#1 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 29/10/2014, à 23:25

inkey
Réponses : 442
sucarno a écrit :

Pour les faire sortir du chômage, il faut créer du travail.

C'est là toute l'erreur, créer du travail, on en est capable, mais c'est pas ça qu'on leur demande,
c'est un emploi.

Comme je le dit, ils y à beaucoup à faire, mais comme le seul travail valide pour la société est celui
qui créer une valeur d'échange…
On est en plein dans l'aliénation du travail, là .

#2 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 30/10/2014, à 11:01

inkey
Réponses : 442
SystemeD a écrit :

Ce qui est acceptable pour les uns ne l'est pas forcément pour les autres et vice-versa.

Ceci étant posé, il est facile pour certains, qui ont déjà tout, de dire qu'il ne faut pas surproduire alors que ce n'est même pas de la surproduction mais seulement de la production tout court.

Généralement, les partisans de la baisse de la production sont ceux qui ne manquent de rien : le bobo hédoniste qui roule en 4X4 avec des moyens confortables mais qui gueule contre la surproduction des biens en est un bon exemple.


Sauf gue tu remarquera que on se trimballe avec des tonnes d'objets à l'utilité douteuse. Et que dans le même temps les produits vraiment nécessaire ont des prix qui augmentent…

SystemeD a écrit :

Edit : la production de masse abaisse les coûts et permet aux "moins-riches" de s'équiper.

Là ou c'est amusant, c'est que c'est vrai pour le nouvel iphone mais c'est pas du tout si évident pour un logements ou la nourriture.

#3 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 30/10/2014, à 11:10

inkey
Réponses : 442
PileOuFace a écrit :
inkey a écrit :
SystemeD a écrit :

Edit : la production de masse abaisse les coûts et permet aux "moins-riches" de s'équiper.

Là ou c'est amusant, c'est que c'est vrai pour le nouvel iphone mais c'est pas du tout si évident pour un logements ou la nourriture.

Je n'ai pas l'impression qu'il y ait "production de masse" de logements en France. Il y a des logements libres en quantité, pas forcément là où il faudrait. On trouve aussi des logements vides mais indisponibles à la location, par exemple à Paris, mais pas de grands chantiers immobiliers à mon sens.

Justement, il est amusant que le système ne fonctionne / ne se met en marche que quand il s'agit de produit de confort…

#4 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 30/10/2014, à 15:28

inkey
Réponses : 442
PileOuFace a écrit :

Pendant qu'ici on veut bosser le moins possible pour se préserver une bonne qualité

Je crois que tu est complètement à côté du problème.
Le problème n'est pas tant de bosser moins que le travail ait du sens.
C'est tout le problème de notre système capitaliste, le travail est vidée de plus en plus de sa substance, les hommes sont juste des rouages d'un système qui nous échappe.
Moi je veut bien travailler mais ce n'est pas cela cela qu'on me demande, ce qu'on me demande c'est un emploi, un d'être un pion dans un système.
Quand tu vois la division à outrance du travail, comment veut-tu que les gens soient motivés à poser des rivets à la chaîne ?

PileOuFace a écrit :

de vie, le leitmotiv des pays asiatiques, c'est : "travailler, travailler, travailler, travailler encore". Et tout le monde trouve ça normal, y compris les salariés eux même, un singapouriens et un hong kongais m'ont expliqués que leurs pays respectifs sont "affamés de business". Si tu leur parle des 5 semaines de congés payés et des RTT, ils te répondent que les français sont des fainéants.

Il serait intéressant de savoir pourquoi plutôt d'en conclure n'importe quoi.
Pas sûr que si tu vas voir les pauvres ouvriers de chez foxconn, ils te racontent la même chose sur leur soif de travailler.

#5 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 30/10/2014, à 16:13

inkey
Réponses : 442
tontonrobertettantirene a écrit :

Peut-être, mais l'enquête concluait que la large majorité des sans emplois souhaiteraient un emploi.
C'est pas moi qui le dit, c'est l'enquête. Ils ne parlent pas d'être reconnus,

Peut être parce que dans notre société la reconnaissance sociale est presque indissociable de l'emploi ?

D'ailleurs quand il disent souhaiter un emploi, il serait intéressant de savoir ce qu'ils mettent derrière,
pas sûr que si tu leur propose des emplois complètement aliénant et n'apportant aucune reconnaissance,
ils vont y aller…

#6 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 30/10/2014, à 16:38

inkey
Réponses : 442
tontonrobertettantirene a écrit :

Peut-être oui..sans doute d'ailleurs. Si je me regarde, c'est bien ce que je pense, et pourtant je n'ai pas vraiment l'impression d'être un aliéné par le travail et le reste.

Justement à niveau, il faut faire attention à ne pas mal interprété l'aliénation du travail.
Tout travail, même salarié, n'est pas nécessairement aliénant, je pense par exemple aux métiers de l'artisanat, mais le système par sa volonté à mettre de la rationalité partout,tend vers cette aliénation.
Et il ne s'agit pas là d'un problème valable uniquement pour les métiers manuel.

#7 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 30/10/2014, à 19:15

inkey
Réponses : 442
PileOuFace a écrit :

Je ne suis pas sûr que tu ais compris ce que j'exprimais. Je ne te parle pas des emplois qui consistent à poser des rivets à la chaîne justement.

Tu parle de quel type d'emploi  alors ?

PileOuFace a écrit :

Pendant que les emplois sont détruits en France, je vois ici que des entreprises se battent presque pour s'implanter et qu'elles proposent des emplois qui ont de plus en plus de valeur ajoutée.

Quels sont ces emplois vachement intéressant dont tu nous parle donc ?

inkey a écrit :

- Idem que plus haut : je ne te parle pas de ce type d'emplois. Il faut arrêter de penser que tous les emplois en Asie concernent les usines et les salariés qui travaillent à la chaîne, c'est de moins en moins vrai.

Il font quoi donc tes employés ?
Je dis ça parce que si c'est pour remplacer le travail manuel à la chaîne par un travail de cadre d'une certaine vacuité (voir ici, lien que j'ai déjà donné), on à peut être gagné en trouble musculosquelettique, mais clairement pas en santé mentale.
La question de l'aliénation du travail se pose toujours.

#9 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 31/10/2014, à 14:42

inkey
Réponses : 442
tontonrobertettantirene a écrit :

Sinon ben voilà ce qu'en pense monsieur GATTAZ
On notera que le sujet de ce monsieur et ceux qui pensent comme lui, c'est "Comment faciliter le licenciement"
Le bon sens voudrait qu'on facilite l'embauche, et qu'on focalise sur ce point là. Mais non, on va vous faire croire que s'attacher à faciliter le licenciement va dans le sens de faciliter l'embauche....Mais c'est vrai que le bon sens  roll

Gattaz a écrit :

Les chefs d'entreprise, quand ils peuvent embaucher, craignent de se trouver devant les prud'hommes s'ils rompent le contrat. C'est un des principaux freins à l'embauche",

Source
Et je pense que M LEBRANCHU ne tiendra pas le coup bien longtemps

Il est intéressant de noter que cette volonté de «flexibilité» (bref de précarisation du travail) est un exemple bien criant
de l'aliénation du travail.
Les même qui vont te dire que l'entreprise (et le patron) c'est bien, qui vont mettre la valeur (sic) travail sur un pied d'estale,
vont trouver normal que tu puisse changer d'emploi comme de chaussure.

#10 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 31/10/2014, à 17:09

inkey
Réponses : 442
billou a écrit :

ça hélas, c'est comme partout, il y a des gens mauvais et des gens de bien... C'est valable aussi dans le salariat... Ou même chez des clients.

Dans le contexte actuel, je suis d'accord que le salarié se sente plus oppressé que le patron et qu'au vu du nombre de patrons face au nombre de salariés, le "rapport de force" puisse sembler assez souvent inégal, mais faut comprendre aussi que pour les petits patrons... C'est pas facile non plus.

Il ne semble pas, il est inégal.

billou a écrit :

De façon générale, si être entrepreneur c'était tellement le rêve, tout le monde le serait... Mais ça demande une énergie que la plupart des gens n'ont pas/plus,

Bah alors pourquoi s'obstiner à vouloir faire le boulot de plusieurs seul ?
M'est d'avis qu'il doit y avoir pas mal d'ego en jeu tout de même chez cette espèce.

billou a écrit :

le carcan juridique/comptable/administratif est intenable,

Il est tout à fait tenable, si tu t'organise bien. À commencer par… ne pas chercher à faire le boulot de plusieurs à toi tout seul !

Il est amusant qu'on ne conçoit l'activité que sous les formes d'organisation les plus égoïste qui existe.
Il est tout à fait faisable d'avoir une activité sous forme d'une association (mais faut dire bye bye aux bénéfices) ou encore d'une coopérative.

billou a écrit :

et les charges bien trop nombreuses. (Même en tant que salarié, si en bossant à mon compte on m'annonce que près de la moitié du chiffre d'affaire sera englouti, parce que tout l'argent part dans le RSI & cie, ça ne me botterais pas plus que ça finalement... Ceux qui veulent conserver une petite activité sont condamnés à trimer plus de 50H/semaine et se faire bouffer par le système, seules les moyennes et grandes entreprises s'en sortent à condition d'avoir atteintes une taille critique.)

Tu prend le problème à l'envers, c'est pas les charges qui sont trop nombreuse, c'est les entreprises qui triche sur les charges qui le sont.
Si les grosses boîtes ne tricherais pas avec le système, la viabilité serait d'un autre ordre.

Et désolé mais si tu baisse les charge, c'est l'état des routes, de l'éducation de tes enfants, de  ta retraite ou de ta santé qui est en jeu.
C'est un jeu dangereux de baisser les charges.

#11 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 31/10/2014, à 17:12

inkey
Réponses : 442
rambo7 a écrit :

pour entreprendre il me semble qu'il faut commencer par être financé avoir de l'argent non ?

Je doute qu'on te finance facilement si tu n'a pas déjà un beau capital de départ.

#12 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 31/10/2014, à 19:18

inkey
Réponses : 442
billou a écrit :

Mais le gars qui a peu de moyen et qui arrive tout juste à tenir son activité car ayant des charges à payer, il fait comment pour payer le salaire d'une autre personne plus le "deuxième salaire" pompé par l’État ? (Ceci dit je peux me tromper, les nouveaux arrivants ont peut être une ristourne [mais qui instaurerait le risque de prendre un train de vie à l'entreprise au dessus de ses moyens] ?)

Bah il suffit de bien organiser les tâche, tu peut tout à fait démarrer une entreprise à plusieurs.
Pour certains éléments, c'est même plus simple.
Et il ne s'agit pas là de payer un salaire mais d'avoir un associé, ça n'a rien à voir.


De toute façon, il paraît que au début, une entreprise n'est jamais rentable, alors je vois pas trop ce que ça change.

billou a écrit :

Il ne me semble pas qu'il soit possible de pouvoir ouvrir une association, et en tirer un salaire... Hors tout le problème est là, pour s'y intégrer et y vivre, la société nous pousse à obtenir des revenus réguliers, les associations ne semblent pas compatibles avec ça non ?

Lol


billou a écrit :

Quand à la coopérative, il faut quand même pas mal d'argent à investir, non ? (La plupart des salariés s'en sortent déjà à peine, ils le trouvent où cet argent ?)
Et on reste dans un système compétitif ou le bénéfice est roi.

C'est à mon avis plus facile à réalisé à plusieurs que tout seul dans ton coin la lever d'argent, tu crois pas ? (même si les sommes sont du coup plus élevées)


billou a écrit :

Du coup, les petites et moyennes entreprises et les entrepreneurs en nom propre, doivent payer les pots cassés pour les grosses entreprises et multinationales qui en viennent à esquiver la plupart des charges ? :-/

Tu préfère que ça soit l'état ?

billou a écrit :

Bien qu'étant d'accord avec toi, j'estime que ce discours ne tient plus vraiment... sad
Les routes, on sait qui bénéficient de leurs entretiens et qui a récupéré les autoroutes, financés avec notre argent... L'éducation nationale, il y en a beaucoup à redire, et pas contre les profs... Quand à la retraite, je doute qu'on en bénéficie un jour au vu du temps d'études qui s'allonge, et des périodes sans emploi.
La sécurité sociale, ça aussi c'est devenu une belle blague, une énorme usine à gaz gérée par des caisses de mutuelles privées, en situation de monopole, une gestion désastreuse avec un déficit monstre, et une industrie du médicament qui profite de cette dernière pour nous refourguer leurs traitements à prix d'or par rapport aux voisins d'Europe... On est bien loin de l'idylle que les gouvernements (de droite ou de gauche) nous vendent, très très loin même... En soit l'idée est louable, mais il faudrait soit rendre notre système de santé totalement public et transparent, soit l'ouvrir à la concurrence...

Youppi jettons le bébé avec l'eau du bain, il  y à des problème, alors cassons tout sous prétexte d'aider les petits cheffaillon !

#13 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 09/11/2014, à 09:48

inkey
Réponses : 442

Pour avoir passer mon bac il y à quelques années, j'aurais quelques remarque à faire
à ceux qui critique son supposé "nivellement par le bas"

- Qui sont les bachelier d'hier et d'aujourd'hui ? Ceux qui critique le niveau qui baissent
ne serait-il pas entrain de juger des choses qui n'ont pas de lien.
Il me semble a peu près évident qu'à une époque ou les jeunes  qui préparant le bac
provenaient essentiellement de certaines catégories sociales aisés, le niveau
se retrouve plus élevé.
De fait, en voyant le niveau demandé possiblement rabaissé par une moyennation des
notes, ont pourrait y voir une baisse du niveau alors qu'en réalité ce
qu'il faut voir c'est l'obtention d'un tel diplôme par des populations populaires .

- Les compétences ont elles-aussi beaucoup changé. Il est donc ridicule
de critiquer que les élèves d' aujourd'hui fassent des fautes d' orthographes
ou ne savent pas répondre à des problèmes mathématique abscons,
ce n'est simplement plus ce qu'on leur demandent.
On peut en penser ce qu'on veut, mais contrairement a certaines écoles notamment asiatique
donc la connaissance est basé sur beaucoup de par coeur et d' accumulation de connaissances,
l'approche actuelle française est beaucoup basé sur le raisonnement.
De fait, on m'a raconté qu'il fut très difficile pour certains chinois brillants finissant leurs études en
France, de comprendre ce qu'est une «problématique».

#14 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 09/11/2014, à 17:41

inkey
Réponses : 442
tontonrobertettantirene a écrit :

En pratique, l'approche française c'est du bachotage et  du par coeur.

Sauf que … non.

#15 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 11/11/2014, à 12:34

inkey
Réponses : 442
PileOuFace a écrit :

=> tu prends un salarié très qualifié qui n'a que l'embarras du choix pour travailler. Ton employeur lui propose le SMIC, mais le salarié peut trouver largement mieux ailleurs. Dans ces conditions, l'employeur pourra difficilement recruter pour son poste aux conditions qu'il propose. Il n'aura donc que deux choix : faire sans/autrement (si il peut), ou améliorer son offre. Ce n'est donc pas lui qui décide de tout, il "subit" également l'état du marché.

Ce qui est amusant, c'est que dans d'autre situations, on appelle ça la sacro-sainte concurrence.
Un vrai libéral, te dira alors, que le patron ne subit rien, il n'est juste pas assez inventif pour attirés des talents.
tongue

Là ou c'est amusant, c'est que cette concurrence que bien souvent ont met en avant comme un facteur de progrès,
obéis à sa propre logique, et donc n' arrange pas grand monde.

#16 Re : -1 »  Les conditions de travail: Hier, aujourd'hui et demain » Le 11/11/2014, à 14:26

inkey
Réponses : 442
tontonrobertettantirene a écrit :

La norme est plutôt: 100, 150 voire d'avabntage de demandes pour 1 offre

Effectivement le chômage est systèmique dans notre société.

#17 Re : -1 »  un truc me choque :/ » Le 09/11/2014, à 09:09

inkey
Réponses : 50
The Uploader a écrit :

- unetbootin : fonctionne pas

Chezmoiçamarche ©

The Uploader a écrit :

- tuxboot : fonctionne pas

Connaît pas.

The Uploader a écrit :

- le truc d'ubuntu : bah et les autres distribs alors ?

Ce "truc" à tout de même l'avantage de faire des iso ubuntu compatible secure-boot.

The Uploader a écrit :

- dd : je préfère pas utiliser un truc en root... Si je me trompe de /dev/sdX adieu mes données. Et puis la seule fois où j'ai essayé de faire un live USB avec ça n'a pas fonctionné.

Chezmoiçamarche ©

The Uploader a écrit :

- Linux live USB : n'existe que pour Windows, télécharge la distro pour toi (parmi une liste), et fonctionne 9 fois sur 10.

Chezmoiçamarche ©

The Uploader a écrit :

- gravure : fonctionne 10 fois sur 10, et un lecteur optique USB coûte pas cher et est portable.

À c'est marrant, moi c'est sûr les cd que j'ai eu le plus de problèmes.

Soit vraiment t'a pas de chance, soit simplement tu t'y prend mal.
Tu devrais étudié l'état de tes clés usb si la copie sur usb plante.
Ainsi que ce qui est lié a l'UEFI/secure-boot si le "ça marche pas" se produit uniquement par le fait
que la clé ne boote pas.

#18 Re : -1 »  Nouveau parti "Réconciliation Nationale" ? » Le 11/11/2014, à 12:18

inkey
Réponses : 14

se "réconcilier" ? avec qui ? pourquoi ?

#19 Re : -1 »  Aides à la presse (Le Monde… Télé Z) 1,2 milliard par an de subvention » Le 29/10/2014, à 12:31

inkey
Réponses : 69
zététix a écrit :
inkey a écrit :

Il peut, mais entre le poid du type qui possède le journal et celui de quelques subventions d'état, voit-tu je pense que le premier est bien plus important.

Et si celui qui possède le journal est favorable à une certaine politique menée par l'état ?
Ces considérations sont extrêmement importantes car il s'agit bien de ce qu'on nous fait penser. Inutile de passer en force si on peut faire adhérer le peuple par un matraquage médiatique. On l'a vu avec le mariage pour tous. De l'intérêt de diriger un journal.

Ce qui est amusant, c'est que tu vois le méchant état qui est là a chercher à nous contrôler la pensée, mais tu semble oublier que c'est pareil avec tout les médias privée.
Au mieux tu peut trouver des médias qui se revendique "indépendant" , il seront peut-être moins influencé par le marché ou par l'état , mais crois-tu qu'il ne te montrerons un visage plus objectif de la réalité ?
Rien n'est moins sûr.
La société nous façonne, façonne nos opinions, tu ne peut pas simplement sortir de tout ceci comme si tu sortirai de la caverne de platon, défait des illusions et dans le vrai.

De fait, il est normal que les médias soient subjectif… et donc ce que je leur reproche ce n'est clairement pas ça, mais leur uniformité de pensée et leur prétention à l'objectivité.

#20 Re : -1 »  Aides à la presse (Le Monde… Télé Z) 1,2 milliard par an de subvention » Le 29/10/2014, à 21:00

inkey
Réponses : 69
slan a écrit :

Oui enfin à la BBC il y a une émission "Have I got news for you" qui se moque à de multiple occasions sur la BBC alors qu'ils y sont justement. Le genre de truc qui n’arriverai pas en France chaîne publique ou privé.

Pourquoi ?

Pis tu sais il y a se moquer… et se moquer. C'est parfois bien plus subtile que ça le semble. J'aime vu de nombreuse critique d'émission de canal+ dans les guignols de l'infos.

Je ne vois pas pourquoi une tel critique ne pourrait avoir lieu chez nous. si elle est bankable,
Pis bon espérer de la télévision d'avoir un avis subversif … c'est plutôt drôle.

#21 Re : -1 »  Aides à la presse (Le Monde… Télé Z) 1,2 milliard par an de subvention » Le 29/10/2014, à 23:39

inkey
Réponses : 69
ares a écrit :

Effectivement, et en plus cette uniformité est très « dirigé » et ne permet pas d'informer le « lecteur » objectivement.

Mais surtout elle ne peut pas informer le lecteur objectivement, c'est tout bonnement impossible.

ah tiens, ça me rapelle ça :

Jean Luc Godard a écrit :

L'objectivité, c'est 5 minutes pour les juifs et 5 minutes pour Hitler

ares a écrit :

La question que je me pose :
Un journaliste est il au service des citoyens ou d'un pouvoir ?

Pourquoi avoir une vision si binaire, le journaliste est souvent au service de son propre intérêt, qui peut être plus proche
des citoyens ou du pouvoir, selon les circonstances.
Cette idée du journaliste "au service de" me semble assez réductrice.

ares a écrit :

Car, actuellement le journaliste (presse, médias) a perdu son rôle de contre pouvoir face à l'État.
Ce « quatrième pouvoir » est quasi inexistant.

Parce que tu crois que la presse à eu un jour un rôle de 4éme pouvoir ? lol
Foutaise.

#22 Re : -1 »  Aides à la presse (Le Monde… Télé Z) 1,2 milliard par an de subvention » Le 30/10/2014, à 11:13

inkey
Réponses : 69
slan a écrit :

Le truc inkey c'est que dans l'émission que je parle ils sont vache par rapport à la direction du groupe et pas seulement la directions les politiciens aussi et la partie dont je parle été l'attitude de la direction de BBC envers le scandale Savile.

Certes mais ça n'explique pas en quoi c'est pas possible chez nous.
Il est courant de penser que l'herbe est plus verte ailleurs, mais… j'ai comme un doute.

#23 Re : -1 »  Aides à la presse (Le Monde… Télé Z) 1,2 milliard par an de subvention » Le 30/10/2014, à 11:31

inkey
Réponses : 69
slan a écrit :

c'est juste qu'on a pas trop vu après que cela soit impossible à 100% non bien sur mais il y a aussi une mentalité différente
(d'ailleurs l'un des deux personne permanente au show fait partie de Private Eye un équivalent du Canard Enchainé)

Tu as d'autre exemple dans le même pays ou c'est une exception ?