Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
Test de l'ISO d'Ubuntu francophone : nous avons besoin de testeurs pour la version francophone d'Ubuntu 14.04. Liens et informations ici.

Attention, une faille de sécurité dans bash a récemment été rapportée, il est recommandé de mettre à jour son système (plus de détails) *** mise à jour 12/10/2014 ***

nombre réponses : 24

#0 Re : -1 »  [Support] Ekiga : messagerie, téléphonie/VoIP et webcam via internet » Le 24/05/2010, à 10:30

luxigo
Réponses : 919

yikes mon cpu (core2 duo T7700 2.4ghz) monte à 99 degrés Celsius quand j'appelle un no de téléphone avec Ekiga 3.2.6 ...

Téléphoner gratos avec voipdiscount c'est cool, mais si le prix à payer est un nouveau pc portable le mois prochain... roll

#1 Re : -1 »  Problème Trackpoint de mon lenovo x200 sous xubuntu » Le 24/03/2013, à 21:39

luxigo
Réponses : 1

Chez moi aussi le curseur avait comme une inertie... genre impossible d'utiliser le trackpoint.

Désactiver le bluetooth a résolu le problème smile

#2 -1 »  Crise... de rire ? » Le 05/03/2012, à 08:38

luxigo
Réponses : 4

Pourquoi la "crise" actuelle ?

Parce qu'une croissance infinie n'existe pas, et que les plus gros vautours de la finance ont trouvé le moyen de gagner du fric en pariant sur la baisse (des marchés, des monnaies, etc) : ils empruntent de l'argent pour acheter un actif à un prix futur plus bas que le prix actuel, et quand sa valeur baisse et atteint ce prix futur (touche le fond smile), ils empochent la différence avec le prix de départ !!!

Exactement l'inverse de la logique de l'investisseur qui achète et attend que le prix augmente.

Après avoir parié sur la baisse, il ne reste plus qu'à la provoquer à coup de rumeurs et d'intox (c'est quand même moins fatiguant que de viser la hausse, surtout quand on a de l'influence sur les agences de notation ou les médias, par exemple)

Après avoir touché le jackpot, si la valeur de l'actif est vraiment sous-évaluée et ne peut pas descendre plus bas, pourquoi pas réinvestir un peu et attendre que ça remonte.

D'un autre côté, le financement des dépenses publiques - ce qu'on appelle "création monétaire" (c.a.d. quelques bits à 1 dans une mémoire de masse) - est maintenant un monopole privé pour lequel il faut payer des intérêts (exit la banque nationale et le zéro intérêts). L'impôt provenant du labeur des citoyens est englouti par le gouffre sans fond des intérêts au lieu de servir à rembourser les dépenses publiques, qu'il faut du coup restreindre ou privatiser, ou financer en s'endettant encore plus à travers le système privatisé de "création monétaire" numérique. La croissance de la dette devient infinie (là ça existe) , comme dans les pays du sud "aidés" par le FMI, comme aux USA, comme en Grèce et dans le reste de la zone euro, etc..

De plus quand la dette augmente trop, les agences de notation déclassent, les investisseurs perdent confiance, le taux d'intérêt des dépenses publiques augmente.. et hop les fonds d'investissements s'en mèlent pour accélérer la chute et s'en mettre plein les fouilles avec leurs produits dérivés que personne ne fait l'effort d'essayer de comprendre...

Bref, tant que la "création monétaire" restera privatisée (au bénéfice d'une sous partie de la population, et au détriment de l'ensemble) et que les produits dérivés, ou mieux, la totalité du marché financier ne seront pas réglementés au niveau international, on est pas près de sortir de la valse des "crises" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_ … i%C3%A8res)...

Ce qui n'est pas pour demain, à cause entre autres:

  • de la nature humaine (un chat est un chat)

  • des incompatibilités entre les systèmes de valeurs (morales, éthiques, etc) liés à chaque culture,

  • du fait qu'un élu ou un chef d'état soit aisément remplaçable si il ne se laisse pas corrompre ou ne marche pas droit (une Monica, un camion, une révolution, un coup d'état ou un déséquilibré est si vite arrivé),

  • du système électif sur lequel sont fondées toutes les oligarchies qu'on nomme "démocraties" (où on vote - de façon invérifiable par internet mad - pour élire des notables non représentatifs du peuple qui n'ont de comptes à rendre qu'aux généreux donateurs qui financent leur campagne et à ceux qui les soutiennent),

  • etc.

Mais restons positifs: Le futur étant une projection du passé à travers le présent, un jour ou l'autre quelque chose se passera "maintenant" qui changera le futur... Mais...  pourquoi attendre "maintenant" ?..


Patrick Nordmann a écrit :

(...)

« Le tueur qui est aujourd’hui à l’œuvre a un nom : c’est l’hypercapitalisme. Ceux qui le pratiquent ont entamé la 3e guerre mondiale et à l’instar de leurs prédécesseurs du siècle dernier, ils s’appuient sur des méthodes qui s’apparentent davantage au fascisme qu’à la démocratie. »

Mépris, violence, asservissement, propagande et surtout désignation obligatoire d’un bouc émissaire (...) et désormais ce sont les Etats qu'on montre du doigt. Haro, donc, sur ces salauds d’incapables qui nous gouvernent ! A bas ces gaspilleurs qui s’endettent pour investir dans de stupides et dispendieuses prestations publiques ! Qu’on les mette au pas, qu’on leur impose des plans de rigueur et de privatisation, et que ça saute ! Les médias et le bon peuple, déboussolés, gobent cette propagande tandis que les coupables véritables se frottent les serres en engrangeant les millions de milliards qu’ils ont tondus sur le dos de tout le monde.

mais qui sont ces salopards qui se goinfrent ? Facile : ce sont les grands spéculateurs mondiaux avec la complicité, qu’elles le veuillent ou non, des principales banques d’affaires. (...) C’est grâce à des fonds d’investissement spéculatifs gigantesques, disséminés dans tous les paradis fiscaux et soutenus par quelques riches pays émergents d’Europe centrale, d’Asie ou d’ailleurs, que ces grands charognards font la pluie et le mauvais temps dans toutes les bourses de la planète.

Et ils s’amusent beaucoup en ce moment. Leurs rapines, multiples, fonctionnent toutes sur le même mode : parier sur la baisse d’un marché boursier, monétaire ou autres. Pour y parvenir, il y a une excellente combine : les ventes à découvert. Comment ça marche ? Simple : sans sortir un rond (ou presque), ces monstres voraces spéculent donc sur la baisse du marché. Avec les contrats à terme, si leur prédiction s’avère bonne, bingo ! Ils encaissent la différence !

Or, quand on parie sur une baisse, le meilleur moyen de gagner est encore de provoquer soi-même la baisse. Ces gens-là ont le pouvoir financier qu’il faut. A coups de rumeurs malveillantes, de menaces de dégradation des notes financières, de fausses informations sur la santé économique d’un Etat ou d’une entreprise, les marchés financiers perdent la tête et s’effondrent. Les grands requins raflent la mise, et peu leur importe que des centaines de milliers de petits poissons restent sur le carreau. Voilà comment l’hypercapitalisme tue toute l’économie. Et on n’aura même plus les moyens de l’enterrer dignement !

Source: http://www.vigousse.ch/numeros/70/pdf/Vigousse_no70.pdf

Jean-Louis Barrault a écrit :

la dictature c'est "ferme ta gueule", la démocratie c'est "cause toujours"

Anonymous a écrit :

Démocratie ? Où ça ?

#3 Re : -1 »  Crise... de rire ? » Le 06/03/2012, à 08:32

luxigo
Réponses : 4

J'ai mieux à faire que de te répondre darktomato, mais on t'aime bien tu sais smile

darktomato a écrit :
luxigo a écrit :

et que les plus gros vautours de la finance ont trouvé le moyen de gagner du fric en pariant sur la baisse

Et que les gouvernements ont vendu la souveraineté de leur peuple respectif en s'endettant n'importe comment pour se faire réélire ?

Où as-tu jamais vu un peuple souverain ?

Ceci mis à part, je ne vois pas du tout le rapport entre le texte que tu cites et ta remarque.

Ce n'est pas le gouvernement qui s'endette, c'est le secteur financier privé qui endette les états de toutes les manières possibles parce que ça rapporte:

1. Pour couvrir les dépenses publiques, ils mettent quelques bits à 1 dans une mémoire de masse sans rien sortir de leur coffres, et contrairement à ce qui se passait du temps ou c'était les banques nationales qui effectuaient l'opération sans rien demander en contrepartie et que les contributions publiques venaient équilibrer le bilan et effacer cette "monnaie" virtuelle (ie: dette), ils demandent des intérêts que peinent à éponger les contributions publiques. Du coup les intérêts sont payés indéfiniment mais le principal (la dette) ne peut pas être remboursé et augmente -> c'est ce qui se passe en France, où le montant de ce qui à été versé pour payer les intérêts de la dette publique depuis le début de cet état de fait (loi Giscard/Rotschild 1973, puis traité de Maastricht et de Lisbonne) correspond à peu de chose près au montant de la dette publique actuelle.

2. Ils misent sur l'endettement des pays à travers le marché des produits dérivés (credit default swaps, marchés à terme, etc.) tout en provoquant et en amplifiant cet endettement et ainsi s'enrichir. Le secteur financier n'a pas de scrupules et n'a de comptes à rendre à personne: Il n'existe aucune réglementation internationale, et tout le monde (de la haute finance) en profite en faisant ce qu'il veut là où il peut.

3. etc... (pourquoi s'arrêteraient-ils en si bon chemin ?)

darktomato a écrit :
luxigo a écrit :

D'un autre côté, le financement des dépenses publiques - ce qu'on appelle "création monétaire" (c.a.d. quelques bits à 1 dans une mémoire de masse) - est maintenant un monopole privé

Raté. D'une part c'est un mécanisme passant par les banques privées et publiques régi selon les règles fixées par les Etat (lesdites banques fonctionnant également selon la législation, cf règles de Bâle), d'autre part par les banques centrales (publiques) rarement indépendantes des Etats.

Raté. Les règles sont fixées par le traité de Lisbonne, et la banque nationale ne peut plus "créer de la monnaie" comme par le passé (mettre quelques bits à 1 pour financer les dépenses publiques sans demander d'intérêts) même si l'Etat le souhaitait. D'autre part la banque centrale européenne est privée et totalement indépendante des états. Tout comme la banque centrale des banques centrales (BIS) située à Bâle, qui est une société anonyme dont les actionnaires sont des banques centrales.

Mais ces détails importent peu. Le fait que le secteur privé se crée une source de revenus inépuisable à croissance infinie (enfin jusqu'à ce que tout pête) en demandant des intérêts pour avoir modifié quelques bits dans une mémoire de masse dans le but de financer les dépenses publiques est juste totalement immoral, égoïste et antisocial. D'autant que c'est le labeur des classes sociales inférieures qui va alimenter cette sangsue insatiable qui grève le développement et le maintien des services publics et sociaux.

darktomato a écrit :

Le coup du "c'est pas notre faut, c'est les marchés", c'est juste l'excuse des politiciens qui cherchent à se dédouaner de la merde dans laquelle ils nous ont mise. wink

Les politiciens, c'est à dire l'Etat ? C'est ce que le monde de la haute finance essaye de faire avaler à ceux qui gobent tout ce qu'on leur apprend à travers l'enseignement scolaire et les médias. Même si il est vrai que les politiciens soutiennent le monde de la haute finance (si tant est qu'ils n'en fassent pas partie) et participent à ce hold-up mondial, ce sont les acteurs majeurs du marché financier qui agissent de façon incontrôlable et spéculent sur l'endettement des pays.

Patrick Nordmann a écrit :

(...) Ceux qui pratiquent l'hypercapitalisme s’appuient sur des méthodes qui s’apparentent davantage au fascisme qu’à la démocratie. Mépris, violence, asservissement, propagande et surtout désignation obligatoire d’un bouc émissaire, les nazis leur ont montré la voie. il faut donc « des juifs de service » et désormais ce sont les Etats. (...)

#4 Re : -1 »  [Résolu/script] .pdf en .png avec convert (imagemagick) » Le 27/08/2011, à 07:50

luxigo
Réponses : 4

-density c'est un bon début, mais le résultat est pas très lisse (dans le cas d'un document scanné en tout cas). Pour résoudre les problèmes de crénelage, il faut utiliser des valeurs plus grandes pour -density afin d'obtenir une image intermédiaire de taille plusieurs fois supérieure à ce que l'on souhaite, puis réduire avec -resize.  C'est le principe du suréchantillonage (supersampling).

Exemple:
Pour convertir les pages de 1 à 10 d'un pdf en noir et blanc, et obtenir une image de la même qualité qu'en visionnant le pdf à 400% il m'a fallu faire:

convert -colorspace Gray -density 1000x1000 fichier.pdf[1-10] -resize 3200x page-%03d.png

(avec 1000x1000 j'obtenais une image de 8500 pixels de large)

Il faut commencer par essayer avec une page (contenant une trame par exemple) et comparer ce qu'on obtient avec ce qu'on voit dans le pdf viewer, puis ajuster la valeur de -resize (on peut aussi indiquer un pourcentage, genre 33%) jusqu'à ce que le résultat soit satisfaisant.

#5 Re : -1 »  Le G8 et le néo-colonialisme » Le 31/05/2011, à 07:05

luxigo
Réponses : 13
darktomato a écrit :

personne n'oblige personne à s'endetter

Tout comme personne n'oblige personne à croire un escroc qui a une idée derrière la tête.

#6 -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 12:34

luxigo
Réponses : 24

Ce qui est marrant avec les accidents c'est qu'au départ on pensait tout contrôler, et puis un jour un bug survient quelque part et on se rend compte qu'on s'était planté... big_smile

Tchernobyl et Fukushima sont là pour nous rappeler (s'il en était besoin) que l'intérêt économique à court terme de quelques uns prime sur les conséquences possibles à long terme pour les populations. sad

(D'ailleurs, d'où il vient le pognon ?..
Qu'est-ce que le processus de création monétaire ?
Qu'est-ce que la dette nationale et à combien se chiffre-t-elle ?
Quel est le rapport de grandeur entre le montant de l'impôt sur le revenu et le montant des intérêts sur la dette nationale que l'état verse aux banques ?..
Qui est conscient que l'abolition de l'esclavage n'a été au final qu'une réforme ?
Qui est conscient d'être l'esclave des banquiers ?
Qui cela révolte-t-il dans votre famille et dans votre entourage ?)

Que ce soit dans le domaine de l'énérgie, de la santé ou de l'agro-alimentaire, on parle de risque admissible au lieu d'anticiper et de viser une sécurité maximale qui coûterait beaucoup plus cher; et on fonce. mad

C'est jouer à la roulette russe avec la vie des autres pour se faire du pognon. cool

Dans le cas du nucléaire qui peut rendre inhabitable des régions immenses pendant des dizaines de milliers voir des millions d'années et affecter l'ensemble de la population terrestre du jour au lendemain, ça prouve bien (s'il en était besoin) que l'homme est l'animal le plus con de la planète.

Mais comment pourrait-on aller à l'encontre de la nature humaine et de l'ordre des choses ?.. roll  Si ce n'est parce que c'est justement dans la nature humaine et dans l'ordre des choses ?.. tongue

Tout vient à point à qui sait attendre..

En attendant, on continue:

  • à nous faire confondre les concepts martelés de concert par les médias et les fictions avec la réalité factuelle,

  • à relâcher en continu des déchets nucléaires dans l'air et dans l'océan et à stocker le combustible usé dans la nature,

  • à tuer les terres agricoles avec engrais et pesticides chimiques inutiles mais payants,

  • à faire disparaitre la biodiversité animale et végétale,

  • à acheter des produits qui ne sont faits que pour être vendus,

  • à nous rendre dépendants du système en délocalisant et en monopolisant tout, y compris les productions alimentaires de première nécessité,

  • à empoisonner travailleurs et consommateurs,

  • à exploiter la population mondiale comme des esclaves "in situ" avec l'aide des banquiers,

  • etc.

Mais ubuntu va bien, on ne dira rien neutral

On ne dira rien parce qu'on fait tous partie de ce système qui nous profite plus ou moins, et qu'on est tous aussi responsables les uns que les autres de ce qui arrive ici et maintenant. hmm

...

#7 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 16:25

luxigo
Réponses : 24
marinmarais a écrit :

La notion de sécurité maximale n'a selon moi aucun sens. D'un point de vue purement probabiliste, un risque n'est jamais nul

On est d'accord: si il y a un risque, il n'est jamais nul. C'est pourquoi je n'ai pas écrit "sécurité absolue".

marinmarais a écrit :

Quand bien même tu rehausserais la digue de 2m, la probabilité qu'une crue la dépasse ne sera toujours pas nul...

Si une crue serait catastrophique, pour un maximum de sécurité face à ce problème éventuel tu construiras en hauteur, pas en zone inondable.

#8 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 16:56

luxigo
Réponses : 24
marinmarais a écrit :

OK, dans ce cas, prenons "sécurité maximale". Mais par rapport à quoi ? Sur quel critère tu définis la "sécurité maximale" sans faire intervenir la notion de risque admissible ?

La sécurité maximale, c'est faire le maximum pour que le risque tende vers zéro sans se restreindre d'appliquer certaines mesures pour des raisons financières au nom du risque admissible.

#9 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 19:05

luxigo
Réponses : 24
seb24 a écrit :

[
Tu fais comment pour ne pas prendre en compte l'aspect financier ?

Ah ces spécialistes des firewalls ! dès qu'on prononce le mot "sécurité"...

J'ai pas dit qu'il ne fallait pas prendre en compte l'aspect financier de la sécurisation. Mais un coût excessif ne doit pas être prétexte à augmenter le risque admissible pour limiter les dépenses quand le risque concerne des vies humaines, voir la vie humaine sur terre.

Tous ce par quoi on nous tiens par disons les gonades.. devrait servir l'intérêt public et non des intérêts privés.. (agro-alimentaire, énergie, santé, banques, ...)

#10 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 19:08

luxigo
Réponses : 24

La sécurité maximale pour l'agro-alimentaire c'est de ne pas utiliser de substances chimiques.

Pour l'énérgie c'est d'abandonner le nucléaire. Même si après 60 ans d'exploitation la vie humaine est toujours possible, le risque zéro n'existe pas et il y a accumulation après chaque incident, sans compter l'accumulation des déchets...
De plus l'uranium est une ressource limitée et recyclable à hauteur de 10% seulement.

Pour l'économie c'est de reprendre le contrôle de la création monétaire aux banquiers privés.

Pour la santé c'est de nationaliser les services médicaux et l'industrie médicale.

#11 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 19:19

luxigo
Réponses : 24
marinmarais a écrit :

Personnellement, l'aspect que je trouve le plus répugnant tient au fait qu'on laisse 2 milliards d'êtres humains souffrir de faim et de soif. Mais pas uniquement parce que beaucoup en meurent, mais parce que ça les empêche de réfléchir. C'est même la méthode la plus efficace pour empêcher quelqu'un de penser.

Georges Abitbol a écrit :

Monde de merde...

Selon les statistiques environ 100.000 personnes meurent de faim chaque jour, cad un peu plus d'une personne par seconde, dont un enfant toutes les 5 secondes; alors que la production mondiale permettrait de nourrir 12 milliards d'individus par année.

Vous reprendrez bien une petite tranche de chocolat à la menthe mesdemoiselles ?..

burp

#12 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 19:30

luxigo
Réponses : 24
marinmarais a écrit :
luxigo a écrit :

Si une crue serait catastrophique, pour un maximum de sécurité face à ce problème éventuel tu construiras en hauteur, pas en zone inondable.

C'est pas toujours possible : Hollande, Venise, Charentes maritimes.

Si c'est pas possible pour des raisons autres que financières, c'est que t'as atteint le maximum de sécurité.. dans ce cas, si le risque de mettre en péril la population locale ou mondiale demeure, va le faire ailleurs.

#13 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 19:44

luxigo
Réponses : 24
Inso a écrit :

En général, sécurité + liberté = constante.

Tendre vers une sécurité maximale va impliquer de se retrouver avec une liberté minimale.
Ce n'est pas aux gouvernants de tout décider pour nous. Si quelqu'un veut construire sa maison à coté d'une centrale ou dans une zone inondable (pas très dur de se renseigner), c'est aussi son problème.
qu'on arrête de nous pondre x règles plus débiles les unes que les autres à chaque incident ou fait divers.
Je veux avoir la liberté de faire des conneries, à mes risques.

Tant que tu mets pas les autres en péril t'es libre.

Inso a écrit :

D'autre part , les intérêts et aspirations des différentes nations ne sont pas les mêmes, qui aura raison ? entre la Chine, l'Afrique et l'Europe, si on fait un sondage (en admettant que ce soit possible), les souhaits ne seront certainement pas les mêmes. Certains en sont au stade de vouloir remplir les besoins élémentaires (nourriture, eau ...) d'autre en sont aux besoins de confort.

Une seule solution pour homogénéiser tout cela : une dictature mondiale...

On a déjà l'ONU, l'OMS, l'OMC et le FMI qui s'érigent au dessus des gouvernements. Mais bien qu'ils se présentent comme des institutions respectables, ils sont plus souvent utilisés comme outils du libéralisme pour se jouer des législations locales que pour servir l'intérêt général.

#14 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 09/05/2011, à 20:16

luxigo
Réponses : 24
marinmarais a écrit :

J'me sens fatigué là...

Autant pour moi, d'autant que la bouteille de rhum arrangé arrive au bout..

marinmarais a écrit :

Mais bon, t'as raison, faisons comme l'Allemagne, choisissons de constuire plein de centrales thermiques à charbon qui, comme tout le monde le sait, sont moins polluantes et présentent un plus faible coût humain que le nucléaire.

Au moins diminuons le risque acceptable au détriment du profit: renationalisons les centrales (et les banques centrales en passant, pour financer ça avec nos impôts plutôt qu'engraisser les banquiers avec...)

marinmarais a écrit :

Le nucléaire, c'est un peu comme l'avion dans les transports. Les accidents sont très rares et très faibles. Mais quand ça pète, si tu es dedans ou dessous, t'as peu de chance d'en réchapper. Néanmoins, statistiquement, ça reste le mode de transport le plus sur

Très faible, le mot est faible... en 60 ans déjà 3 zones habitées d'au moins 30 km de circonférence devenues inhabitables pour un nombre d'années qui nous dépasse, et une contamination interne globale de la population mondiale via l'eau et la chaîne alimentaire qui ne cesse de croître... sans compter que les communiqués officiels minimisent les dégâts.

Mais c'est vrai qu'on peut parfaitement vivre dans un environnement fortement contaminé jusqu'à 50 ou 60 ans (comme dans la région de Mayak), avant de mourir dans d'atroces souffrances lorsque le cancer se généralise et que la morphine ne fait plus d'effet...

#15 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 10/05/2011, à 04:32

luxigo
Réponses : 24
marinmarais a écrit :

Si tu veux écrire une hiérarchie de la souffrance en mettant le nucléaire en numéro 1, libre à toi.

Heu... Tu devrais peut-être relire un peu mieux mon pamphlet; si tout ce que t'en a retenu c'est l'image du nucléaire dans les deux paragraphes qui y font allusion dans le but d'illustrer des concepts généraux qui ne s'appliquent pas exclusivement au secteur de l'énergie (qui comprend aussi pétrole et charbon),..

J'aurais pu faire allusion aux Sioux plutôt qu'au nucléaire... mais c'est moins d'actualité :-)

#16 Re : -1 »  Ubuntu va bien dans le meilleur des mondes » Le 10/05/2011, à 04:48

luxigo
Réponses : 24
marinmarais a écrit :

Personnellement, l'aspect que je trouve le plus répugnant tient au fait qu'on laisse 2 milliards d'êtres humains souffrir de faim et de soif. Mais pas uniquement parce que beaucoup en meurent, mais parce que ça les empêche de réfléchir. C'est même la méthode la plus efficace pour empêcher quelqu'un de penser.

Je crois que c'est la TV et les jeux vidéos les méthodes les plus efficaces pour empêcher à grande échelle les gens de penser neutral

#17 -1 »  imprimante multi-fonctions DCP-540CN / Jaunty -> mauvais cadrage » Le 29/07/2009, à 13:07

luxigo
Réponses : 1

Quand j'imprime du texte il manque les 2 premières lignes...

Le haut de la page de test qu'on peut imprimer après l'ajout de l'imprimante est également tronqué.. sad

J'ai essayé de modifier les chiffres pour A4 et letter dans le fichier .ppd situé dans /usr/share/ppd, de supprimer/rajouter l'imprimante ou de redémarrer, mais ça n'a rien changé sad

Une petite idée ?

#18 -1 »  après mise en veille: demande une clé wpa alors que je suis en wep » Le 17/03/2009, à 05:19

luxigo
Réponses : 0

on dirait un problème avec l'acpi

j'ai un asus f8sa avec une carte wifi iw4965agn et j'utilise ubuntu 8.10 avec les dernières mises à jour.

après une mise en veille (ce que je ne fais presque jamais d'habitude, car avec le driver privateur d'ATI, mon notebook plante si j'essaie de regarder une vidéo (xv) après une mise en veille..),
je me suis retrouvé avec une fenêtre me demandant une clé WPA pour me connecter au réseau (sans possibilité de choisir une autre méthode de cryptage dans le menu déroutant)

mais le réseau est configuré en WEP.. j'imagine que ne pouvant pas s'associer à l'access point ou obtenir une adresse réseau, le network-manager me demande une clé WPA.. mais c'est déroulant..

j'ai essayé de configurer la carte manuellement (après avoir éteint l'ordinateur aussi)
mais impossible de la faire fonctionner sous ubuntu... elle s'associe à l'access point au début et le signal est bon, puis quand je fais un ifconfig ou que je ping (je ne me rapelle plus exactement à quel stade), elle n'est plus associée...

que la led soit allumée ou pas au démarrage ou après, ça ne change rien non plus...

tiens là d'ailleurs j'ai rebooté dans un autre syst-M de M elle n'est pas allumée mais j'ai le net.. donc la led c'est pas vraiment le problème (même que des fois dans ubuntu ca marche aussi quand la led est éteinte)..

bref je me tire des balles et je vais proscrire la mise en veille... (on peut désactiver la mise en veille dans ubuntu ?..)

j'ai pas eu trop de problèmes depuis plus d'un an à part que des fois si j'appuie sur le bouton de fonction pour désactiver et reactiver le wireless (et la led), je n'ai plus de wireless avant de redémarrer ou de recharger les modules iwlagn et iwlcore

en bootant en live sur une clé usb le problème persiste..

je réussi maintenant à me connecter, après avoir enlevé wpasupplicant et network-manager-*,
et en faisant "ifconfig wlan0 down" puis "ifconfig wlan0 up" deux fois avant "dhclient -n wlan0" ..

HELP !!

#19 Re : -1 »  partage de partition ntfs via nfs » Le 16/04/2008, à 16:06

luxigo
Réponses : 21

j'ai le même problème en voulant exporter un répertoire en nfs sur un livecd: http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?pid=1679067

#20 -1 »  exportfs: Warning: /nfs does not support NFS export. » Le 16/04/2008, à 12:25

luxigo
Réponses : 2

j'ai ce message pour le moins agaçant quand je lance nfsd.

j'ai vu que d'autres avaient ce même message avec la gutsy en voulant partager du ntfs en nfs..
http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?pid=1343517

Ici ça se passe sur un livecd sur lequel est installé nfsd,
et le répertoire /nfs qui doit être partagé se trouve à la racine du système de fichier.
Je vois pas / dans mtab, mais on doit être sur du unionfs ou du squashfs.

Me dites pas que c'est normal smile

C'est quoi ce message d'erreur à la noix qui veut rien dire ?..

#21 Re : -1 »  exportfs: Warning: /nfs does not support NFS export. » Le 16/04/2008, à 16:33

luxigo
Réponses : 2

il s'agit pas de ntfs mais de unionfs je crois..
mais c'est le même combat: http://nfs.sourceforge.net/#faq_c6

ps: desolé pour les doublons j'ai pas eu de confirmation mais un timeout

#22 -1 »  exportfs: Warning: /nfs does not support NFS export. » Le 16/04/2008, à 12:19

luxigo
Réponses : 1

j'ai ce message pour le moins agaçant quand je lance nfsd.

j'ai vu que d'autres avaient ce même message avec la gutsy en voulant partager du ntfs en nfs..
http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?pid=1343517

Ici ça se passe sur un livecd sur lequel est installé nfsd,
et le répertoire /nfs qui doit être partagé se trouve à la racine du système de fichier.
Je vois pas / dans mtab, mais on doit être sur du unionfs ou du squashfs.

Me dites pas que c'est normal smile

C'est quoi ce message d'erreur à la noix ?..

#23 -1 »  exportfs: Warning: /nfs does not support NFS export. » Le 16/04/2008, à 16:03

luxigo
Réponses : 1

j'ai ce message pour le moins agaçant quand je lance nfsd.

j'ai vu que d'autres avaient ce même message avec la gutsy en voulant partager du ntfs en nfs..
http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?pid=1343517

Ici ça se passe sur un livecd sur lequel est installé nfsd,
et le répertoire /nfs qui doit être partagé se trouve à la racine du système de fichier.
Je vois pas / dans mtab, mais on doit être sur du unionfs ou du squashfs.

Me dites pas que c'est normal smile

C'est quoi ce message d'erreur à la noix qui veut rien dire ?..

Pourquoi il fait sa chochotte nfsd ?

Pour dépanner je vais déplacer le contenu du dossier à partager dans une partition ext3 contenue dans un fichier image, et monter l'image sur le dossier. Mais ca va pas être top niveau performances..

C'est assez difficile d'accepter que nfsd refuse d'exporter un répertoire contenant des fichiers et des sous-répertoires, comme dans n'importe quel autre système de fichiers..

Où va-t-on ?..