Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites". Attention, le forum rencontre actuellement quelques difficultés. En cas d'erreur 502, il ne faut pas re-valider l'envoi d'un message ou l'ouverture d'une discussion, au risque de créer un doublon.

La section divers se réorganise ! De nouvelles sous-sections à venir. (plus d'infos + donner son avis)

nombre réponses : 25

#0 Re : -1 »  Nouveautés dans Quantal » Le 01/05/2012, à 15:10

darktomato
Réponses : 2569
Malizor a écrit :

[*]Début de l'intégration de Wayland (en tant que « compositeur système », pour les pilotes compatibles)[/*]

C'est-à-dire qu'il serait utilisable au quotidien, ou pas encore ?

Je pense ne pas être le seul dans ce cas, mais Wayland est bien le seul espoir pour moi de réutiliser un jour Ubuntu (ou toute autre distro)... Vivement qu'il arrive.

#1 Re : -1 »  Nouveautés dans Quantal » Le 01/05/2012, à 18:51

darktomato
Réponses : 2569
Jarvis a écrit :

Je veux bien répondre mais je ne comprends rien à son post... Ça sent le troll à plein nez.

Ayant une Nvidia avec Optimus, je suis infoutu d'utiliser mon PC et mon écran hdmi ensemble. Wayland est donc un de mes rares espoirs de pouvoir utiliser Ubuntu, parce que je n'ai pas un PC pour ne pas pouvoir m'en servir. Si tu as un doute, la moindre des politesses est de demander des précision, plutôt que d'être directement agressif...

#2 Re : -1 »  Nouveautés dans Quantal » Le 02/05/2012, à 02:55

darktomato
Réponses : 2569
Jarvis a écrit :

Désolé mais ça ne changera rien à ça Wayland.

J'avais vu que si dans le post sur Optimus ?

Notamment, il me semble qu'un gros problème de X est qu'il ne gère pas les branchements à chaud. Donc exit toute possibilité d'adapter l'utilisation de la carte graphique. Avec Wayland, ça ouvre cette possibilité (donc en théorie, Nvidia pourrait même ressortir son driver; ce problème de branchement à chaud est d'ailleurs leur argument principal pour le non-développement d'Optimus sous Linux, et pour le coup je ne peux pas totalement le leur reprocher).

#3 Re : -1 »  insécurité en plein centre ville : un gérant d'un café témoigne » Le 08/05/2012, à 16:01

darktomato
Réponses : 47
Diogène le cynique a écrit :

Sur la vidéo t'as rien aucune explication, aucun contexte, aucun lien avec rien c'est tout à fait normal de l'associer au FN...

On appelle ça la présomption de culpabilité, en fait. Ce n'est pas parce que le FN fait son fond de commerce de l'insécurité que comme par magie toute l'insécurité en France disparaît que dès qu'on en parle on est frontiste. Avec cette présomption, vous faites exactement ce que vous leur reprochez: associer l'insécurité au FN de sorte qu'il devient impossible d'en parler, et que ceux qui la vivent se retourneront de plus en plus vers le FN car ils deviennent les seuls à en parler.
Je sais pas, si moi je raconte comment il y a quelques mois je me suis fait agresser en une soirée par trois groupes de banlieusards maghrebins différents, je détesterai tout autant le niveau zéro de réflexion du FN type "gné, que des étrangers, dehors" que le niveau zéro de réflexion des anti-FN type "gné, sale frontiste, dehors". J'écouterai par contre d'une oreille plus attentive la personne qui connectera plus de deux neurones pour entamer une réflexion sur la ghettoisation des générations issues de l'immigration et de la difficulté d'intégration due à la pauvreté imposée à ces quartiers enfermés... et encore plus s'il y a des débuts de pistes comme des idées d'aménagement urbain empêchant les concentrations de pauvreté pour homogénéiser l'ensemble.

#4 Re : -1 »  Kubuntu 12.04 (pangolin): Retours apès installation » Le 05/05/2012, à 14:49

darktomato
Réponses : 41

Au départ: Kubuntu totalement nue (je ne l'utilise pas, je suis sous Seven qui marche - lui)

Tentative d'upgrade: plantage en cours de Muon à 37%
Redémarrrage forcé, le binz marche toujours mais paquets bloqués. DPKG se charge de remettre les choses à plat.
Nouvelle tentative d'upgrade, à priori réussie.
Redémarrage: au moindre lancement de logiciel, tout plante.

Après moult redémarrages et tentatives d'utilisation, j'ai essayé de lancer un logiciel en console (déjà que j'arrive à lancer la console, pas évident): ça fige un bon moment, puis ça me met un message parlant de réponse de Dbus, ou un truc dans le genre ('pensez bien que j'ai pas pu le copier, le système était déjà à la fin de son agonie)

rambo.jpg
C'est pas ta guerre, petit...

#5 Re : -1 »  Kubuntu 12.04 (pangolin): Retours apès installation » Le 06/05/2012, à 00:41

darktomato
Réponses : 41

En quoi une partition différente devrait influencer le système ? Surtout que perso, ma Kubuntu de base était vraiment à poil: aucun logiciel additionnel ni driver installé, c'est juste pour continuer à suivre un peu l'évolution pendant mon long exil forcé sous Windows (Optimus powa).

#6 Re : -1 »  Mouvement étudiant au Québec. » Le 22/05/2012, à 10:15

darktomato
Réponses : 54
Ayral a écrit :

C'est la même problématique que en France, où par exemple la fac du Mirail est bien connue pour l'importance des étudiants "anars"  tendance FAI, prêts à tout pour empêcher les cours de reprendre, et où les étudiants "normaux" ont presque accepté l'idée que au Mirail, il faut 2 ans d'études pour en faire1... (ma fille quand elle était étudiante au Mirail était excitée comme une puce à chaque grêve, courant d'AG en AG, et vouait aux gémonies les salopards qui voulaient reprendre les cours! à mon grand désespoir de papa!)

Fac du Mirail qui est aujourd'hui la plus mal classée de sa catégorie, qui délivre des diplômes gratuitement (je connais des types qui ont eu deux mois de cours sur l'année) et dont les patrons ne veulent plus embaucher les sortants parce qu'ils savent qu'ils n'ont rien pu apprendre. Cette unif est juste complètement détruite par ses grêves, elle ne vaut plus rien. Et c'est une honte pour ceux qui se cassent à s'y payer des études et veulent réellement bosser.

Je ne connais pas la situation au Quebec et je ne soutiens certainement pas les atteintes à la liberté d'expression, mais si l'idée est de développer les universités, est-ce qu'il n'y a pas tout de même quelque chose de bien là dedans ? Si tous les syndicats sauf un ont signé, est-ce que c'est quelque chose de si terrible ? C'est sûr qu'on améliore difficilement une université sans augmenter son budget, alors vu que là bas les frais d'inscription sont normalement remboursés par l'Etat, il suffit de voir les modalités, non ?

#7 Re : -1 »  Mouvement étudiant au Québec. » Le 22/05/2012, à 10:42

darktomato
Réponses : 54
Ayral a écrit :

Je ne sais pas comment ça se passe au Québec, mais ça m'étonnerait que l'état rembourse les frais d'inscription.

La dernière fois que j'ai discuté avec des Canadiens (et là je me fais incendier par les Quebequois s'il y en a ici), c'est ce qu'il m'ont dit: universités privées et remboursement des frais d'inscription.
Pour le Mirail, peut-être que c'était mieux y'a 10 ans, je sais pas. Mes principales infos datent de l'année dernière. Par contre, j'avais vérifié sa position dans le classement des unifs françaises.

#8 Re : -1 »  La naïveté et les utopies » Le 19/05/2012, à 14:25

darktomato
Réponses : 51
billou a écrit :

Je crois que Na Kraiou a bien résumé les choses... Le progrès social n'est pas censé être le but de chaque génération afin qu'elle laisse cet héritage à la prochaine, que cette dernière s'en sorte mieux en vivant en société?

Qu'est-ce que le progrès social ? Faire travailler les gens toujours moins, ou leur permettre de gagner plus d'argent en travaillant plus ? Deux visions opposées généralement assimilées à la Gauche et la Droite... Qui peut s'attribuer le monopole du progrès social entre l'une et l'autre ?

Le pire du pire, étant dernièrement ce que se reçoivent les 35H dans la gueule depuis quelques temps, sous prétexte de crise, mais le but dans la vie, c'est pas d'aller trimer XX heures dans l'usine pour faire plaisir aux marchés et investisseurs, le but, c'est de dépasser tout ça, travailler le moins possible sans se flinguer la santé, pouvoir d'avantage consacrer de temps à sa famille, les relations amicales, les activités personnelles ou sociales, culturelles, artistiques, avoir de quoi se nourrir/vêtir/loger, ainsi que les siens,  etc...

Je suis evidemment d'accord. Sauf que si on veut que le but dans la vie ne soit pas l'obligation de travailler à fond, il aurait fallu éviter de construire un modèle infinançable et pourri qu'on doit ensuite se tuer à la tâche à faire survivre. Pourquoi insiste t-on tant aujourd'hui sur la productivité, le travail, etc ? Parce qu'on a fait n'importe quoi de notre système, et qu'il faut en assumer les dégâts. Pendant ce temps, les peuples qui ont été plus sages sont effectivement moins martelés par ces problématiques.

Par contre je pense que le coup d'obtenir pleins de trucs en travaillant le moins possible correspond à la naïveté que critiquait l'auteur de ce sujet: il est évident que moins tu travailleras, moins tu auras. Même si en parallèle tout le monde profite de la progression globale de la société (un pauvre français reste vachement plus à l'aise qu'un pauvre indien), on ne peut avoir à la fois le beurre et l'argent du beurre, les choses sont un poil plus complexes.

La dette, la crise, ne doit pas être une excuse pour d'avantage sacrifier l'humain sur l'autel de l'économie...

C'est au nom de cet humanisme qu'on a fait un système qui se retourne aujourd’hui contre nous et qui justement détruit l'humanisme de notre société: nos politiques ont cru au nom de cet humanisme pouvoir financer plein de trucs avec l'argent des autres, ça a créé la crise de la dette. Les politiques américains ont cru pouvoir permettre aux plus pauvres de devenir propriétaires, ils ont créé la crise des subprimes.. Aucune valeur (ex: travailler le moins possible) ne doit être une excuse pour faire n'importe quoi, il y a toujours des gens qui payent à la fin. Les valeurs humanistes n'ont rien d'incompatibles avec les valeurs de pragmatisme et de gestion économique, cette dernière peut au contraire être un formidable outil pour faire progresser l'Humain. Quand je vois par exemple les progrès de la médecine issus de ce monde capitaliste, je trouve que ce système tant décrié a pourtant créé des choses vachement "humaines".
Après, quant à savoir ce que c'est que d'être humain, on en retourne au début de mon message; si tout le monde était d'accord sur le sujet, la politique n'existerait pas.

#9 Re : -1 »  La naïveté et les utopies » Le 20/05/2012, à 20:02

darktomato
Réponses : 51
lawl a écrit :

Quand ont a du travail/argent il est encore plus facile d'avoir du travail/argent, il est donc nécessaire d'aider ceux qui en on moins sinon ce sont tjs les même qui en profitent.

Toujours les mêmes ? Genre le type qui créée une entreprise et s'enrichit, tous les salariés, les gens qui profitent des richesses créées, ils n'en profitent pas ?

#10 Re : -1 »  La naïveté et les utopies » Le 20/05/2012, à 20:07

darktomato
Réponses : 51

Belle illustration du titre du topic: "la naïveté".

Y'a un moment, faut sortir des caricatures, tu sais ?

#11 Re : -1 »  La naïveté et les utopies » Le 20/05/2012, à 20:25

darktomato
Réponses : 51
Sopo les Râ a écrit :

Tu parles de ce genre de caricatures :

le type qui crée une entreprise et s'enrichit

?

Un type qui créée une entreprise, à moins de se planter, s'appauvrit rarement. roll

#12 Re : -1 »  La naïveté et les utopies » Le 20/05/2012, à 20:31

darktomato
Réponses : 51

Tu parlais des gens qui ont des sous , je donne un exemple de gens qui ont des sous. Tu planerais pas un peu, là ?
Et donc, ce seul exemple suffit à démonter ta caricature selon laquelle ceux qui ont des sous sont les seuls à en profiter. A vrai dire, même une personne qui se contente de dépenser son argent fait déjà profiter tous les commerces où il va et fait vivre l'économie. Si un millionnaire demandait à rentrer sur le territoire à condition qu'on ne lui taxe rien, tu gagnerais encore bien plus à le laisser rentrer qu'à le refuser.

#13 Re : -1 »  La naïveté et les utopies » Le 20/05/2012, à 20:36

darktomato
Réponses : 51

Non, c'est Lawl qui en parlait, au temps pour moi. Par contre ça ne change rien à la naïveté de ta caricature et à l'inanité de ta remarque puisque je répondais sur un propos portant sur les gens qui ont de l'argent.

#14 Re : -1 »  La naïveté et les utopies » Le 20/05/2012, à 20:42

darktomato
Réponses : 51
sweetly a écrit :

Source ? (Et puis, en définissant "appauvrissement", au passage)

Un salaire est rarement négatif ?
(appauvrissement par opposé d'enrichissement, tu gagnes ou tu perds de l'argent, bêtement)

#15 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 12:51

darktomato
Réponses : 2487

En fait, si au lieu de faire ton boulet agressif tu lisais les passages mêmes que tu as cité, tu aurais vu que j'ai dit ça:

Après, ça n'empêchera pas un Etat clientéliste de céder aux sirènes des lobbies et d'inventer des lois pour imposer aux gens de payer les clients de l'Etat, comme ça se fait dans tous les domaines de manière quasi-permanente

Avant d'accuser les gens de prendre les autres pour des cons, lis au moins ce qu'ils écrivent, merci. Ça commence effectivement à être fatigant...

#16 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 13:22

darktomato
Réponses : 2487
faustus a écrit :

Et comment est-il censé faire, l'Etat, pour favoriser la concurrence ?
Il fait des lois :
1) pour rendre marchand des secteurs qui ne le sont pas encore ou pas nécessairement

Certainement pas. L'Etat n'a pas à décider quoique ce soit dessus. "concurrence libre et non faussée", ça te dit quelque chose ? L'exemple que tu me donnes est une magnifique démonstration de privation de liberté et de déformation de la concurrence en attribuant des droits monopolistique à un acteur. C'est l'exact inverse de la citation de Friedman.

2) il confie ces secteurs marchands au privé !

Si le secteur n'est pas marchand, alors c'est qu'il est déjà privé. Si des agriculteurs dont des trucs dans leur coin sans avoir à faire avec de grandes firmes, c'est du 100% privé.

En introduisant de plus une dose de cette "liberté" qui t'est si chère

Ce n'est pas de la liberté, c'est exactement l'inverse: l'imposition.

Etat clientéliste ? N'importe quoi ! Parce que la privatisation généralisée ce n'est pas "céder aux sirènes des lobbies", peut-être ? Tu es effroyable de mauvaise foi !

Et toi tu es d'une ignorance effarante. Tu reproche au libéralisme des choses qui sont 100% antilibérales. Faut que tu te mettes dans le crâne que quand l'Etat impose quelque chose à quelqu'un, c'est une privation de liberté, pas l'inverse. Qu'un secteur soit public ou privé ne fait aucune différence, dès lors que l'Etat lui impose son fonctionnement et un monopole de pouvoir: il n'y a aucune concurrence, aucune liberté. Ici, c'est de la faute de l'Etat si les agriculteurs ne peuvent pas choisir leurs semences, si l'Etat n'intervenait pas pour faire plaisir à ses lobbies, les agriculteurs seraient libres de choisir les semences qu'ils veulent.

#17 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 15:17

darktomato
Réponses : 2487

Si c'était vrai (ce face à quoi je suis également dubitatif), ce serait effectivement une bonne nouvelle. Sans juger le côté financier, la grande maladie de la France est justement celle de ses entrepreneurs qui, gênés par un système défavorable et mal considérés, ne peuvent agir ou s'exilent à l'étranger pour ce faire.
Je défie quiconque de me donner instinctivement des noms d'entreprises françaises récentes, innovantes et ayant du succès. Si on fait la même chose avec les US, les noms pleuvent.

Tu as vu ça où, par curiosité  ?

#18 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 16:34

darktomato
Réponses : 2487
side a écrit :

Le néolibéralisme, c'est un truc 100% antilibéral ?

Quand l'Etat bride la liberté de choix des individus ça n'a rien de néolibéral. C'est de l'étatisme, de l'antilibéralisme pur jus.

"néolibéral", c'est juste un terme fourre-tout inventé par des gens en mal d'idée pour se trouver un bouc émissaire facile.

tshirtman a écrit :

Le discours classique du libéral… le gouvernement ne peut rien faire de bon pour l'économie, il n'a qu'a la laisser tranquille, elle se portera mieux…

Non, le discours classique de la personne qui réfléchit et se dit que quand l'Etat créée des emplois, c'est de l'argent prélevé aux gens donc une équivalence d'emplois en moins: ça n'a économiquement aucun intérêt, à part faire financer une partie de la population par une autre. Alors que les emplois du privé, eux, sont une création de richesses pure.

#19 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 17:13

darktomato
Réponses : 2487
tshirtman a écrit :

(je comprends que le discours que vous tenez soit intellectuellement séduisant, mais c'est une fumisterie…)


Non, tu ne le comprends pas.

Le but d'engager des fonctionnaires pour l'école publique, c'est pas de créer des emplois, c'est de créer l'école publique. De même pour l'hosto. Or ce qui était dit, c'est que la création d'emploi publics "pour créer de l'emploi" était au mieux inefficace, au pire nocive. Dans les cas que tu cites, ce n'est pas le but.
Par contre, ce qu'on pourrait effectivement dire, c'est qu'on pourrait filer directement l'argent aux gens en leur laissant le choix plutôt que de tout subventionner en décidant pour eux, c'est par exemple le principe du revenu universel.


@faustus: le jour où tu seras capable de prendre en compte un argument plutôt que de te contenter de baver sur les autres, n'hésite pas à le signaler.

C'est exactement ce qu'ils font... Et après on s'étonne que le FN fasse de tels scores...

Le libéralisme n'existe pas en France, mais comme par magie il est responsable de la montée du FN, oui oui oui... (et surtout pas les deux gros partis incapables de répondre aux attentes des électeurs frontistes, ça non, eux sont innocents ma bonne dame big_smile)

#20 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 17:19

darktomato
Réponses : 2487
side a écrit :
darktomato a écrit :

"néolibéral", c'est juste un terme fourre-tout inventé par des gens en mal d'idée pour se trouver un bouc émissaire facile.

lol

J'suis d'accord. Les types qui ont inventés ce terme étaient tous des gens en mal d'idées. Par contre, je ne sais pas vraiment quel bous émissaire ils souhaitaient fustiger avec ce terme, sinon les libéraux aux-mêmes.

Bah tu vois qu'on est d'accord. C'est juste un terme pour reprocher aux libéraux des choses totalement antilibérales. wink

On le voyait très bien juste avant avec Faustus qui reprochait au libéralisme (qui veut diminuer l'imposition étatique) le fait que l'Etat interdise aux agriculteurs de choisir leurs semences. Et le pire, c'est qu'il est tellement enfoncé idéologiquement qu'il ne se rend même pas compte qu'une contradiction aussi évidente... Voilà à quel niveau d'incohérence on en est arrivé à force de considérer uniquement des boucs émissaires sans réfléchir...

#21 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 17:27

darktomato
Réponses : 2487
faustus a écrit :
darktomato a écrit :

@faustus: le jour où tu seras capable de prendre en compte un argument plutôt que de te contenter de baver sur les autres, n'hésite pas à le signaler.

J'ai hélas une lourde formation scientifique et du coup je ne confonds pas "baratin" et "argument"...

dixit le type qui reprochait l'interventionnisme étatique au libéralisme qui le combat, à la page précédente encore.
Je te rassure, elle se voit pas, ta formation. Du moins ton idéologie politique l’annihile complètement, vu que tu es capable de faire des contradictions totale sans te remettre en question le moins du monde.

#22 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 18:01

darktomato
Réponses : 2487
faustus a écrit :

C'est faux ! Il ne veut pas diminuer l'imposition étatique, il en veut une autre, bien précise.

C'est bien, mon petit "scientifique". Va ouvrir un dictionnaire, maintenant, zou !


tshirtman a écrit :

Non bien sur, les investissements de l'état doivent être dirigés dans la création de service ou de cadre permettant à la population de prospérer et l'économie de se développer, pas à brûler de l'argent…

Toute la question étant de différencier l'efficacité des services.
je vais ressortir un exemple basique: en Belgique, l'Etat avait donné un monopole au FAI Belgacom, assurant ainsi à ses citoyens des prix très élevés pour des services très mauvais. Pendant ce temps, en France, la concurrence de Free tirait les prix vers le bas et la qualité vers le haut... Schéma qui s'est répété dans la téléphonie après que l'Etat aie fini se mettre des batons dans les roues de l'opérateur.

C'est marrant par ce que j'étais vaguement pour cette proposition, mais depuis que je te vois la défendre, et faustus la repousser, je me dis qu'il faut sans doute que je reconsidère la question un de ces jours tongue

C'est un paradigme totalement différent de l'actuel. On peut être pour ou contre, mais le minimum serait d'en discuter avec des arguments, ce qui n'est pas vraiment le cas de Faustus (cf son acharnement encore sur le coup des agriculteurs à la liberté détruite par l'Etat). Dans un autre topic, j'avais fait un calcul donnant un bon millier d'euros par tête de pipe (1300, si je me souviens bien) en gardant un Etat régalien, l'EdNat, la Recherche, et encore d'autres trucs dont je ne me souviens plus. Ca montre qu'un tel système est non seulement possible, mais qu'on pourrait en plus le mettre partiellement en place.
De manière plus simple, si au lieu de faire des taxes et des subventions dans tous les sens on rapportait tout à un impôt unique et une redistribution unique, on aurait une simplification considérable et des économies substantielles d'argent (argent qui reviendrait au peuple, donc, ou permettrait d'améliorer les services régaliens qui tombent en ruine alors même que l'Etat n'a jamais autant dépensé !)

Bref, le cheval de bataille reste l'inefficacité de la gestion publique qui croît exponentiellement avec la complexification de 40 années de gestion ultra-court-termistes.

Ils sont aussi libéraux qu'ils le peuvent, mais comme le libéralisme ça marche pas, ils composent, et fermant les yeux sur les incohérences que tu dénonces, pour ne pas remettre en cause le dogme…

Ils ne sont pas "aussi libéraux qu'ils le peuvent", ils ne cessent de combattre le libéralisme par tous les moyens possibles. L'exact inverse me paraît par contre plein de sens: ils sont aussi étatistes qu'ils le peuvent, mais comme l'étatisme à tout va ne marche pas, ils composent, et ferment les yeux sur leurs incohérences pour ne pas remettre en cause le dogme. On en a un bon exemple avec Hollande, qui se fait aussi étatiste qu'il le peut mais doit bien avouer qu'il devra songer à réduire les déficits.
La France est l'un des pays les moins libéraux au monde, et ça se ressent sur ses politiques. Dans tous leurs discours, on voit le même refrain: utilisation de l'Etat massivement pour prétendre résoudre tous les problèmes. Un souci économique ? L'Etat est là. Un fait divers ? L'Etat intervient. Une usine qui va fermer ? L'Etat arrive pour la racheter ou lui trouver un repreneur. etc etc. C'est permanent.

#23 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 01/05/2012, à 18:35

darktomato
Réponses : 2487
faustus a écrit :

Darktomato radote. C'est tout !

Darktomato il reproche pas au libéralisme qui combat l’interventionnisme étatique de réduire la liberté des agriculteurs par l'interventionnisme étatique, mon petit trollinou. wink
(et il ne répète pas la même erreur encore et encore juste parce qu'elle sert son idéologie, en utilisant l'insulte ou le comportement rigolard d'un gamin pour échapper à la contradiction)

#24 Re : -1 »  Le topic des présidentielles - 2012, épisode trois ! » Le 02/05/2012, à 02:36

darktomato
Réponses : 2487
side a écrit :

Darktomato, il bave la vulgate néolibérale qu'on peut lire un peu partout dans les mass-médias à longueur de post et ça ne l'empêche pas de se croire parfaitement subversif et par dessus le marché hors idéologie.
.

On vit dans deux France séparées, alors. Dans la mienne, les médias sont tous keynesiens, il n'y a quasiment aucun média qui ne soit pas antilibéral. Les mass-medias, comme les politiciens, se contentent d'appeler l'Etat à l'aide pour absolument tout et n'importe quoi. Il y a des conservateurs, il y a des socialistes, mais des mass-medias osant affirmer que le rôle de l'Etat doit être réduit ? Nada.
Je sais que pour un extrême gauche tout ce qui n'est pas de sa pensée est automatiquement de droite et ultralibéral, mais y'a des moments où il faut aussi se poser et vérifier les définitions propres des mots qu'on utilise (sinon, bis repetita, on se retrouve à sortir des trucs à la Faustus où l'intervention étatique devient libérale dès lors qu'elle est mauvaise).



tshirtman a écrit :

hélas free est une heureuse exception

C'est pourtant de manière générale cette concurrence qui tire les prix vers le bas. Tiens, puisqu'on est dans l'informatique, que penserais tu qu'il se passerait si au lieu de l'ensemble des fabricants on n'en avait qu'un ? Le monopole ferait tout simplement que la boîte se reposerait sur ses lauriers, investirait moins, en profiterait pour se gaver sur les prix, etc.
Free est une sorte d'exception française, à la rigueur, car Niels est l'un de ces trop rares vrais entrepreneurs qui existent encore en France. Une espèce malheureusement en voie de disparition, qu'on a chassée du pays justement en détruisant l'entreprenariat.

Attention aussi à ne pas confondre libéralisation et privatisation. Par exemple, la pseudo-libéralisation des prix du gaz ou de l'électricité sont totalement bidonnées. De même, attention aux monopoles structurels : tu parles du réseau téléphonique par fil, il en fait partie. Il est bien difficile d'avoir une vraie concurrence sur quelque chose de matériellement unique. Dans ce cas, tu aboutis plutôt à un ou plusieurs monopoles de fait, qui seront forcément néfastes. C'est encore pareil pour la distribution de l'eau ou les autoroutes. Dans ce cas, effectivement, mieux vaut un monopole public qu'un monopole privé, car tu auras plus de contrôle (certes indirect) dessus.

Pour tes calculs, je veux bien voir si tu trouves, ça dépends de ce que tu tranche, 1000€ ça peut être beaucoup ou pas beaucoup, si tu coupe la sécu par exemple, pour beaucoup de gens ça devient pas tenable, et c'est rarement leur faute…

Je ne l'ai plus sous la main, mais je peux en refaire un rapidos: les dépenses de l'Etat son actuellement à plus de 500 milliards/an. Mettons que j'en laisse 250 de côté pour l'éducation, la recherche et enseignement supérieur, la justice, l'armée, la police et une bonne marge qui peut aussi comprendre le trou de la Sécu.
Restent 250 milliards qui donnent 350€/an/personne.

Donc là, j'ai juste gardé les services régaliens et les services publics que les Français chérissent, sans toucher à la sécurité sociale. Et surtout, sans toucher aux dépenses des collectivités: je suis parti sur une base de 500 milliards, mais en réalité la dépense publique est à 1300 milliards. Largement de quoi tailler dans le tas pour transformer une bonne partie en revenu universel tout en réduisant les impôts et en gardant les services "primaires". Mon calcul à 1000€ partait sur ce dernier chiffre en utilisant 720 milliards/an, ce qui laisserait encore 600 milliards/an d'ex-dépenses publiques soit plus que le budget actuel de l'Etat.

Mais déjà, rien que la simplification serait salvatrice. Pour reprendre un vieil exemple, la Nouvelle Zélande avait fait une telle opération, et leur Etat avait gagné plus d'argent qu'auparavant tout en réduisant les impôts.

«l'état ne peut pas tout» — Lionel Jospin — Mais bon, peut-être sarko est-il moins libéral que les socialistes smile

Il peut arriver aux socialistes de devenir réalistes. tongue
Par exemple Manuel Valls est un ultralibéral à côté de Sarko. Ce dernier est clairement bien moins libéral sur le plan politique que les socialistes. Économiquement, il reste un petit poil plus libéral, la valeur méritocratique étant plus facilement partagée.
En dehors de ça, les relations sont plutôt tendues entre la Droite actuelle et les libéraux. Nombre d'entre eux ne voient simplement pas de différence entre sarko et Hollande. Il est vrai que si les paroles de Sarko sont parfois ouvertes vers ces idées, ses actes démontrent l'exact inverse. Mis à part quelques mesurettes, dur de trouver de quoi se mettre sous la dent dans ses réformes...