Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Ubuntu-fr.org recrute toujours de nouveaux modérateurs, avec de l'expérience.

Ubuntu 16.04 LTS
Commandez vos DVD et clés USB Ubuntu-fr !

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

nombre réponses : 25

#0 Re : -1 »  Ecran grub accessible via dalle tactile » Le 29/01/2016, à 12:59

men-go
Réponses : 13

Bonjour,

    La gestion tactile d'un écran est réalisée par le système d'exploitation. Or GRUB comme son nom l'indique (GRand Unified Bootloader) est chargé par le micrologiciel pour que lui même charge l'un ou l'autre système d'exploitation. Tant qu'il s'exécute, pas de système d'exploitation et donc pas de gestion tactile d'écran.

#1 Re : -1 »  VirtualBox - Réseau NAT » Le 19/05/2016, à 17:09

men-go
Réponses : 4

Salut,

       Le mieux est d'utiliser une petite (genre Debian Jessie) VM en tant que routeur. Lui installer 2 cartes réseau, une pour le réseau 192.168.1.0, l'autre pour le réseau par exemple 192.168.0.0 sur lequel se trouvent les deux autres VM. Bien entendu, il faudra définir les routes pour que ces réseaux communiquent est aussi paramétrer la NAT au niveau du routeur si on veut que les VM puissent aller sur Internet. Je ne sais pas comment fonctionne VirtualBox sous Windows (je n'ai jamais essayé), mais sous Linux donc Ubuntu, il s'agit simplement d'un problème de paramétrage de réseau.

#2 Re : -1 »  VirtualBox - Réseau NAT » Le 20/05/2016, à 10:59

men-go
Réponses : 4

Bonjour,

Le problème de pkzubuntu est de pouvoir utiliser le "réseau NAT" (qui est expérimental d'après la doc de VirtualBox). Je viens de faire le test avec deux machines (réelle et virtuelle) Ubuntu Xenial en suivant exactement la doc: création du réseau NAT sur la machine hôte et aucune action sur la VM. Il n'y a eu aucun problème. La VM va sur Internet et ne communique pas avec le réseau réel ( ceci pourrait être réalisé avec routeur virtuel ayant une connexion par pont en ne déclarant pas les routes accédant au réseau réel). Normalement, il ne devrait y avoir aucune action sur les VM Windows si on utilise le DHCP.

#3 Re : -1 »  [Résolu] problème au démarage d'ubuntu 12.04 » Le 19/05/2016, à 15:28

men-go
Réponses : 18

Salut,

        Il faudrait qu'on connaisse exactement la teneur du message d'anomalie, il me semble qu'on y indique quel est le volume que le système ne peut pas monter.

#4 Re : -1 »  [Résolu] Wifi Instable carte BCM43142 » Le 29/01/2016, à 13:53

men-go
Réponses : 23

Bonjour,

     A priori, la carte du Toshiba serait un peu "faiblotte" (et ceci n'a rien à voir avec Linux), vu que ce Toshiba fonctionne de près et qu'un PC plus ancien n'a pas de problème. Il existe des solutions pour étendre un réseau wifi: le CPL (Courant Porteur en ligne), prise "point wifi" etc.

#5 Re : -1 »  libreoffice n'ouvre pas les fichiers sur réseau smb » Le 24/01/2016, à 12:21

men-go
Réponses : 14

Bonjour,

            Le réseau Samba peut aussi se décliner au niveau Linux comme une collection de systèmes de fichiers cifs. L'avantage de cette façon de faire est d'accéder directement le partage par Nautilus (même exécuté sous root) d'une part et d'autre part manipuler les fichiers par les scripts [ba]sh ou y accéder par Terminal. Exemple:

Partager une unité USB sur une “Live“BOX

Créer un répertoire sur /media (ex: /media/LIVEBOX§USB) et installer les paquets: cifs-utils keyutils winbind libpam-winbind libnss-winbind libnss-myhostname:

sudo mkdir /media/LIVEBOX§USB; sudo apt-get update; sudo apt-get install cifs-utils keyutils winbind libpam-winbind libnss-winbind libnss-myhostname 

Après l'installation des paquets, deux solutions:

1) montage du système de fichier, le label du volume USB étant par exemple SAN81_FAT:

sudo mount -o rw -t cifs //livebox/san81_fat /media/LIVEBOX§USB

2) modification de /etc/fstab:
//livebox/san81_fat        /media/LIVEBOX§USB    cifs    rw                0    0

   Lorsqu'on affiche par Nautilus, les colonnes Propriétaire et Groupe sont marquées root et les permissions sont bien équipées, contrairement à ce qui se passe lorsque on visualise directement le réseau Samba (colonnes Groupe, Permissions et Propriétaire sont marquées "inconnu"). Un test de modification de document par Libreoffice5 se passe comme s'il s'agissait d'un système de fichier extn, le fichier lock étant créé lors de la manipulation.

   Inconvénient, depuis Ubuntu 15.04, il y a demande de mot de passe spécifique pour monter chaque système de fichiers de ce type. Ex:

cyclope@DELOS:~$ sudo mount -o rw -t cifs //livebox/san81_fat /media/LIVEBOX§USB
Mot de passe [sudo] pour cyclope : 
Password for root@//livebox/san81_fat:  ********
cyclope@DELOS:~$

Le mot de passe étant celui d'un administrateur. Si on intègre le montage dans /etc/fstab, le mot de passe  est demandé pendant le boot.

Partage à partir d'un serveur de données (MIMAS)
Comme j'utilise nfs pour mes partages, j'ai simplement effectué des tests cifs sur les deux systèmes de fichiers originaux NTFS et EXT4:

cyclope@DELOS:~$ sudo mkdir /media/MIMAS§CIFSNTFS
cyclope@DELOS:~$ sudo mkdir /media/MIMAS§CIFSEXT4
cyclope@DELOS:~$ sudo mount -o rw,user=cyclope -t cifs //mimas/media/cyclope/TARES-home/ /media/MIMAS§CIFSEXT4
Password for cyclope@//mimas/media/cyclope/TARES-home/:  ********
cyclope@DELOS:~$ sudo mount -o rw,user=cyclope -t cifs //mimas/media/HESTIA/ /media/MIMAS§CIFSNTFS
Password for cyclope@//mimas/media/HESTIA/:  ********

men-go@HEBE:~$ sudo mount -o rw,user=men-go -t cifs //mimas/media/HESTIA/ /media/MIMAS§CIFSNTFS
Password for men-go@//mimas/media/HESTIA/:  ********
men-go@HEBE:~$ sudo mount -o rw,user=men-go -t cifs //mimas/media/cyclope/TARES-home/ /media/MIMAS§CIFSEXT4
Password for men-go@//mimas/media/cyclope/TARES-home/:  ********

Bien entendu les mots de passe à fournir sont spécifiques à chaque utilisateur.

   Les documents édités en premier sur chaque utilisateur étaient bien en mise à jour alors qu'ils étaient en "lecture seule" en deuxième édition.

   C'est un peu plus compliqué que l'utilisation standard de smb, mais cifs permet de remettre smb dans le monde Linux. A noter que mon NAS qui est aussi piloté par un Linux fait les partages en cifs ou nfs.

#6 Re : -1 »  libreoffice n'ouvre pas les fichiers sur réseau smb » Le 25/01/2016, à 19:55

men-go
Réponses : 14

Bonjour,

   Les idées que j'ai données dans le premier post sont valables si on reste dans un réseau local.

   Dans une ancienne vie j'accédais directement aux serveurs via le réseau d'entreprise lorsque j'étais au boulot mais quand j'étais d'astreinte, j'accédais aux serveurs à partir de chez moi, donc via une liaison Internet. Dans le premier cas, éditer un document ne posait aucun problème, dans le second c'était un peu plus compliqué. Je n'ai, moi aussi, pas très bien compris dans quel cas tu te trouves. 

   Le problème est que pour t'aider il faudrait je simule ta situation pour tester et même si les tests effectués dans mon "petit réseau local" reproduisent les mêmes symptômes, il n'est pas certain que les solutions proposées soient les bonnes, ne pouvant pas les tester dans la même situation que la tienne.

   Ceci étant, visionner un document (pdf ou VLC, je ne connais pas pyRenamer) du point de vue logiciel c'est relativement simple. Par contre éditer un document (donc pouvoir le mettre à jour), comme tu l'as remarqué c'est une autre paire de manches, puisque le logiciel doit s'assurer (normalement) que la mise à jour ne peut être faite que par un utilisateur à un instant T. Ceci est valable qu'on soit sur un disque local ou sur un disque réseau. Avec Nautilus sous Ubuntu, on peut visualiser un fichier soit avec Samba (smb) dont l'initiateur est "Parcourir le réseau" dans la rubrique Réseau de la colonne de gauche, ou monter (par Terminal) des "unités" avec comme systèmes de fichiers NFS ou CIFS auquel cas, si on a choisi les points de montage dans /media/..., ces points de montage seront visualisés dans Nautilus dans la partie "Périphériques". L'édition de documents Libreoffice ne fonctionne correctement que dans le second cas (NFS, CIFS).

   Concernant le deuxième problème (plus d'accès aux documents après réinstallation de Libreoffice), lorsque j'ai ce genre de problème pour avoir des infos, je lance Libreoffice par Terminal. En règle générale c'est beaucoup plus bavard. Ex:

men-go@MIMAS:~$ /usr/lib/libreoffice/program/soffice.bin --writer //livebox/san81_fat/RaccK_Unity.odt --splash-pipe=5

Le nom du fichier édité sous Samba (//livebox/san81_fat/RaccK_Unity.odt) provient de Nautilus, copié/collé du nom du fichier en supprimant le préfixe "smb:". D'autre part après réinstallation de Libreoffice, si tu peux visualiser le(s) document(s) du réseau smb par Nautilus et si tu peux par exemple le|les recopier ailleurs c'est que tu n'as pas de problème de réseau mais plutôt une problème de Libreoffice.

#7 Re : -1 »  libreoffice n'ouvre pas les fichiers sur réseau smb » Le 26/01/2016, à 18:32

men-go
Réponses : 14

Bonjour,

      Nautilus est le nom du "navigateur de fichiers" et aussi celui du programme qui crée cette fonctionnalité. Pour s'en convaincre il suffit d'aller dans Terminal et de frapper la commande:
sudo nautilus /

qui permet d'avoir cette session de "navigateur de fichiers" sous root (à manipuler avec précautions) ou émettre la simple commande nautilus pour avoir la session normale.

J'ajoute que libreoffice ouvre tous les documents que j'ai dans "mes documents", dans la partition de données de mon disque dur ou sur une clé USB. Le problème est donc bien lié à libreOffice et le passage sur le serveur.

Je pense qu'effectivement il y a eu un problème lors de la réinstallation de Libre-office (pourrais-tu expliciter comment tu as procédé?). Pour vérifier l'incident, si tu en as la possibilité peux-tu tester Libre-office avec une session Ubuntu live (DVD/USB) à moins que tu possèdes un Ubuntu de secours sur un disque externe (USB) par exemple.

#8 Re : -1 »  libreoffice n'ouvre pas les fichiers sur réseau smb » Le 27/01/2016, à 14:36

men-go
Réponses : 14

Bonjour,

    Ça m'a l'air correct.

   Pour l'instant je ne vois que deux possibilités:

1) Des fichiers de configuration qui se trouvent dans ton "Dossier personnel" (.libreoffice, .config/ibreoffice) n'ont pas été effacés pendant la désinstallation de Libre-office 5. Pourrais-tu faire le simple test, éditer par Libre-office un des documents auxquels tu as accès mais en prenant la session d'invité ?

2) La version 4.4.7 installée de Libre-office n'est pas tout à fait compatible avec celle d'Ubuntu 14.04 à jour (4.2.8.2) (mais je n'y crois pas trop).

   Je pencherais plutôt pour le 1) auquel cas il faudrait se déloguer et effacer manuellement avec un autre administrateur les dossiers de configuration indiqués et le .cache en plus, ils seront recréés au prochain login et à la prochaine relance de Libre-office (faire éventuellement des sauvegardes avant).

   Si en désespoir de cause, il fallait réinstaller Libre-office 4, installer la version officielle par la "Logithèque Ubuntu" ou mieux par Synaptic (sudo apt-get update; sudo apt-get install  synaptic).

#9 Re : -1 »  libreoffice n'ouvre pas les fichiers sur réseau smb » Le 28/01/2016, à 09:14

men-go
Réponses : 14

Avec Nautilus: /usr/share/applications/libreoffice-writer[.desktop]; clic-droit; Propriétés. Ou mieux, pour ne pas modifier les fichiers systèmes, recopier le lanceur /usr/share/applications/libreoffice-writer[.desktop] dans .local/share/applications/ le modifier comme décrit plus haut . Réinstaller le lanceur de façon habituelle.

#10 Re : -1 »  Problème live cd Installation Ubuntu 14.04.3 LTS » Le 26/01/2016, à 10:34

men-go
Réponses : 13

Bonjour,

    Vérifier aussi que le live DVD Ubuntu est bien en AMD64, la version 32 bits ne fonctionne pas en boot UEFI.

    Effectivement il n'y a aucune raison qu'Ubuntu ne tourne pas sur cette machine c'est pourquoi détailler les symptômes de l'incident est plus important que le détail du matériel.

#11 Re : -1 »  Problème live cd Installation Ubuntu 14.04.3 LTS » Le 26/01/2016, à 14:21

men-go
Réponses : 13

Re,

    C'est un début correct, on a bien un début de boot sur le DVD. Si on fait <Entrée> GRUB charge le noyau Linux et au bout de 1mn30 à 2mn, l'écran Ubuntu devrait s'afficher. Si ce n'est pas le cas, faire Alt-Ctrl F1 ou F2 pour vérifier si on accède à une console terminal.

#12 Re : -1 »  Problème live cd Installation Ubuntu 14.04.3 LTS » Le 27/01/2016, à 09:35

men-go
Réponses : 13

Bonjour,

    Si la 15.10 fonctionne, il se peut qu'il y ait eu des erreurs de téléchargement pour la 14.04. Dans tous les cas après le téléchargement, il faut vérifier le fichier téléchargé: Vérifier l'image iso DVD

#13 Re : -1 »  Problème live cd Installation Ubuntu 14.04.3 LTS » Le 27/01/2016, à 09:38

men-go
Réponses : 13

Re

     Au mois d'avril va sortir la version 16.04 LTS d'Ubuntu qui sera plus proche de la 15.10 que de la 14.04. Il vaut mieux donc se faire les dents avec la 15.10.

#14 Re : -1 »  [Résolu]Live USB Ubuntu 14.04 64bits » Le 25/01/2016, à 08:59

men-go
Réponses : 6

Bonjour,

    Une Live clé USB d'Ubuntu contient un système de fichiers d'1Go par défaut sur lequel seront écrites toutes les modifications qu'on apportera lors d'une session et qu'on doit normalement retrouver lors des sessions live suivantes.
    Ajouter des nouveaux logiciels sur une live clé USB c'est possible mais n'a aucun intérêt. Par contre on peut installer Ubuntu sur une clé USB (8-16Go, les nouvelles clés USB3 sont aussi rapides qu'un disque) et là on peut y ajouter tous les logiciels que l'on veut jusqu'à saturation de la clé.

#15 Re : -1 »  installation ubuntu 14.04 sur HP17-p009nf » Le 25/01/2016, à 09:14

men-go
Réponses : 3

Bonjour,

   Je ne connais pas le Notebook HP 17-p009nf, mais la majorité des ordinateurs modernes dignes de ce nom ont la possibilité dans le micrologiciel d'afficher un menu de boot contenant toutes les unités susceptibles d'être bootées. Le boot UEFI, par défaut, va sur le disque dur interne. A titre d'exemple, j'ai un portable HP récent sur lequel je fais F9 au démarrage pour pouvoir afficher ce fameux menu de boot.

#16 Re : -1 »  installation ubuntu 14.04 sur HP17-p009nf » Le 25/01/2016, à 20:01

men-go
Réponses : 3

Bonsoir,

   Effectivement le live DVD/USB Ubuntu UEFI ne fonctionne pas en 32 bits. Personnellement, quelque soit la machine, à partir du moment où le processeur est à 64bits (AMD ou non), j'utilise Ubuntu AMD64.

#17 Re : -1 »  Ubuntu, Cisco et voice vlan » Le 18/01/2016, à 11:13

men-go
Réponses : 1

Bonjour,

     Les utilisateurs de ce forum n'ont pas de réseau d'entreprise et par conséquent n'en ont pas la problématique. Ceci étant, dans les réseaux conséquents  on n'utilise pas le DHCP, chaque terminal a une adresse IP statique et unique de telle sorte que les administrateurs de réseau puisse facilement repérer ce même terminal en cas de problème.
     Personnellement j'ai un petit réseau ayant comme GW une livebox sur laquelle je n'active le DHCP (dans une plage bien spécifiée) qu'en cas de besoin. Tous les terminaux (Ubuntu ou Windows) ont une adresse IP statique chacune étant décrite dans /etc/hosts.
     Comme on n'a aucun schéma ni les paramètres de définition du réseau en cause la seule réponse que je puisse apporter est donc d'utiliser les adresses IP statiques évitant ainsi que "Parfois un poste ubuntu prend juste une IP réservée aux téléphones". Je ne connais pas les matériels CISCO ni la "box pour la voix" mais il doit exister la possibilité de paramétrer leur micrologiciel (activation [optimale] on non du DHCP...) de telle sorte qu'avec l'utilisation des adresses statiques, le problème serait résolu.

#18 Re : -1 »  montage d'un disque réseau » Le 17/01/2016, à 11:38

men-go
Réponses : 2

Une des solutions ressemble à ceci:

7.4  Partager une unité USB montée sur une “Live“BOX (Samba)
Le partage se fait naturellement. Ce paragraphe donne les instructions pour installer l'équivalent du ”mount”.
Créer le répertoire /media/LIVEBOX§USB et installer les paquets: cifs-utils keyutils winbind libpam-winbind libnss-winbind libnss-myhostname:

sudo mkdir /media/LIVEBOX§USB; sudo apt-get update; sudo apt-get install cifs-utils keyutils winbind libpam-winbind libnss-winbind libnss-myhostname

Après l'installation, deux solutions:
1) montage du système de fichier, le label du volume USB étant par exemple SAN81_FAT:

sudo mount -o rw -t cifs //livebox/san81_fat  /media/LIVEBOX§USB

2) modification de /etc/fstab:

//livebox/san81_fat        /media/LIVEBOX§USB    cifs    rw                0    0

L'avantage de cette façon de faire est d'accéder directement le partage par Nautilus (même exécuté sous root) d'une part et d'autre part manipuler les fichiers par les scripts [ba]sh ou y accéder par Terminal.

Noter que dans mon cas particulier l'adresse IP du volume USB est contenue dans /etc/hosts (192.168.1.1    BOX.cyclopedmn        BOX    LIVEBOX), donc remplacer //livebox/san81_fat par //adresse_IP/Label_volume.

#19 Re : -1 »  Montage NFS » Le 26/12/2015, à 11:55

men-go
Réponses : 3

Bonjour,

Lorsque j'ai étudié la mise en place d'un réseau local j'en suis venu à la conclusion que le montage de volumes NFS par fstab donnait une structure trop rigide (ne serait-ce le démontage pour raison de maintenance de volumes presque impossible). La solution que j'ai adoptée est la suivante:

- Un script sh de montage et de démontage d'un volume NFS que j'ai nommé mnfs1rc. Ce script a une boucle d'attente qui vérifie par showmount que le volume NFS est accessible et le monte si c'est le cas. Si ça ne l'est pas il attend 10 secondes et recommence pendant x périodes (voir ci-dessous)
- Un script sh nommé mnfsrc qui lit un fichier texte nfsrcmnt contenant les noms de volumes, les points de montage, les noms des serveurs, le nombre de périodes et qui appelle mnfs1rc avec ces éléments. mnfsrc est  initialisé par /etc/rc.local pour monter les volumes NFS au boot
- Un script bash appelé mnfsu qu'on peut utiliser à tout moment. Il appelle mnfsrc pour les montages et démontages et a les options d'arrêt du système avec relance ou non. Ce script est exécuté entre autres par les lanceurs NFSShutdown et NFSrestart placés dans la bande de lanceurs d'Unity.

Les scripts sus-cités sont logés dans /usr/local/bin, les lanceurs dans /usr/local/share/applications. Le fichier de paramètres nfsrcmnt a été copié dans un répertoire commun de chaque système. Le script mnfsu, appelé par sudo, a été déclaré dans /etc/sudoers.d/ulocal_nopw pour éviter de donner un mot de passe si un utilisateur autre qu'un administrateur l'utilise pour arrêter un système. Tous les objets décrits sont utilisés sur tous les postes du réseau.

C'est une solution relativement complexe (mais peut-il en être autrement si on veut avoir une certaine souplesse ?). Je gère un réseau local de 5 machines, dont un serveur de données principal, un de secours et un NAS. En principe les serveurs démarrent avant les clients mais si un client démarre avant, il attend pendant x périodes que le|les serveur(s) est|sont disponible(s). Et on a toujours la solution de relance manuelle avec mnfsu.

#20 Re : -1 »  [RESOLU] Compaq CQ-58 - Problème au démarrage » Le 06/04/2014, à 13:58

men-go
Réponses : 4

Bonjour,

           Normalement, tout PC avec un micrologiciel UEFI est capable de booter sur une "live clé USB", c'est à dire une clé USB contenant l'image du fichier iso permettant d'installer Ubuntu et il n'est nul besoin de modifier quoi que ce soit, une fois cette "live clé USB" créée. La plupart des micrologiciels de ce genre permettent aussi d'afficher un menu avec lequel on peut choisir l'unité sur laquelle on veut booter.

     D'après ce que j'ai compris (je ne sais pas exactement ce que contient ta clé USB), il se pourrait que les manipulations avec boot-repair aient fusillé Windows.

     Booter sur une vraie "live clé USB" ne devrait pas poser problème, même avec "Secure boot". Le fait de pouvoir compter sur un système qui fonctionne est un atout en cas de dépannage. Quant à Windows, démarrer comme si on allait le réinstaller et peut-être que l'option "Réparer l'ordinateur" va vraiment le réparer.

#21 Re : -1 »  [résolu] Suppression d'une partition - dual boot à disparu » Le 02/04/2014, à 11:24

men-go
Réponses : 6

Bonjour,

            En ce qui te concerne c'est trop tard, mais pour ceux qui vont lire cette discussion, je voudrais conseiller qu'avant tout "tripotage" des partitions, sauvegarder le MBR (Master Boot Record) qui dans une table de partitions MSDOS contient la définition de chaque partition, par la commande:

sudo dd if=/dev/sda  of=nom_de_fichier bs=512 count=1

/dev/sda est le disque habituel, mais la procédure fonctionne avec une autre unité. nom_de_fichier peut être quelconque mais évidemment le placer sur une unité externe.

Pour restaurer:

sudo dd if=nom_de_fichier  of=/dev/sda bs=512 count=1

Ceci t'aurait permis de retrouver les partitions et y accéder au moins par un live Ubuntu.

#22 Re : -1 »  [résolu] Suppression d'une partition - dual boot à disparu » Le 03/04/2014, à 10:31

men-go
Réponses : 6

Bonjour,

            Je n'ai jamais eu l'occasion d'utiliser PartedMagic donc je ne sais sais pas ce qu'il vaut. Par contre il existe dans Ubuntu une application: TestDisk qui est capable de récupérer des partitions.  TestDisk est aussi capable de recopier des répertoires et/ou des fichiers. Le paquet qui installe cette application contient aussi Photorec. Ceci étant, si TeskDisk récupère tes partitions, tu n'auras besoin de rien d'autre. Si tu ne disposes pas encore d'un vrai système Ubuntu (pas un live), ça peut facilement s'installer sur une clé USB de 8Go. Après installation d'un Ubuntu, installer le paquet "testdisk". Pour le lancer, soumettre dans Terminal la commande:  sudo testdisk.
     
   Pour tester TestDisk, j'ai remis à zéro le MBR c'est à dire entre autres la table des partitions d'une clé USB contenant 4 partitions primaires: UBUNTU, Linux swap, DATA et home . Il a réussi à retrouver la structure des partitions mais il s'est un peu mélangé les pinceaux, puisque la dernière partition a été considérée comme logique. J'ai pu remettre en place la vraie structure et aussi sauvegarder la totalité de ce contient cette partition càd home (il faut jouer avec les flèches de direction).

#23 Re : -1 »  SSHD (hybride), partitionnement et points de montage » Le 08/04/2014, à 15:06

men-go
Réponses : 5

Bonjour,

           N'ayant jamais utilisé un SSHD (je n'en vois pour l'instant pas grand intérêt, ayant lu qu'il ne fallait pas écrire trop souvent sur ce type d'unité) je répondrais sur le montage des différents répertoires systèmes.

     Le contenu des répertoires dont tu parles peut être copié soit dans des partitions (avec les disques formatés avec une GPT il n'y a pas de problème au niveau du nombre de partitions. Même avec une table MSDOS on peut avoir autant de partitions logiques que l'on désire) soit dans des fichiers préparés pour cela. A titre d'exemple, j'utilise moi-même un petit fichier d'une centaine de Mo que je monte sur /usr/local, ceci pour éviter de contaminer le système d'origine.

     Linux (ou Unix) donne effectivement à l'utilisateur le choix de dispatcher ou non les différents répertoires systèmes. Il faut juste faire la part des choses entre la performance et la complexité de l'architecture qu'on va mettre en place. Pour la performance, il vaudrait mieux que les répertoires soient dispatchés sur différents disques (et non des partitions). Pour l'architecture, que se passera-t-il s'il faut de temps en temps réinstaller le système ? ou lors des incidents, ne vaut-il pas mieux pour le diagnostic avoir une architecture plus monolithique ? Personnellement  je ne dispatche que /home et crée une partition DATA accessible à tous les utilisateurs et tous les systèmes. Les définitions de ces ensembles sont dans /etc/fstab.

     Pour répondre plus précisément à tes questions, tu peux créer une partition pour chaque répertoire système, y recopier les éléments de chacun (ou les mouvementer) et faire les définitions dans /etc/fstab. Les points de montages sont les mêmes, par exemple si tu veux dispatcher /usr, sachant qu'il faut manipuler soit sur un autre système soit sur un live Ubuntu (ci-dessous, remplacer $USER par l'utilisateur courant et "sys_ubuntu" par le label ou l'uuid adéquat):

- Création d'une partition ext4 avec Gparted dont le nom aura pour label ou étiquette par exemple: USR
- Monter (si ce n'est déjà fait) avec Nautilus le système à recopier ainsi que la nouvelle partition
- Copie de /usr par:  sudo cp  -a /media/$USER/sys_ubuntu/usr /media/$USER/USR
- Modifier /media/$USER/sys_ubuntu/etc/fstab avec par exemple:
    # USR
LABEL=USR            /usr     ext4    rw,nosuid,nodev,uhelper=hal    0       0

     A noter que lorsqu'on monte un système de fichier sur un point de montage quel qu'il soit, le contenu d'origine du répertoire du point de montage est inaccessible pendant la durée du montage.

#24 Re : -1 »  SSHD (hybride), partitionnement et points de montage » Le 09/04/2014, à 12:34

men-go
Réponses : 5

Bonjour Bruno,

                       Comme je me suis plus focalisé sur le système Ubuntu lui-même, j'avoue qu'au niveau matériel je ne suis la technologie que de loin en loin. C'est pourquoi après avoir bien lu, effectivement, ma remarque est en partie erronée.

     Concernant les performances des disques, déjà le système Linux maintient un cache en mémoire centrale (voir la commande free). Il suffit pour s'en rendre compte de lancer LibreOffice puis de l'arrêter et de le relancer. On se rend compte que la relance est beaucoup plus rapide que le lancement initial. Je regrette par contre qu'on ne puisse pas agir sur le contenu de ce cache au moment du boot, c'est à dire que l'utilisateur pourrait mettre en cache via un fichier de paramètres les applications qu'il utilise le plus souvent ce qui ferait que même le premier accès serait performant (il existe bien des fonctions C pour gérer le cache système, évidemment inaccessibles à l'utilisateur lambda).

     Mais il est vrai qu'un cache au niveau du sous-système disque pourrait aussi améliorer les performances et le mieux serait que le cache soit au niveau de contrôleur. Ça existe sur les mainframes mais je ne sais pas si sur les petits systèmes ça existe aussi. L'avantage serait que le contrôleur réponde directement en cas de "hit cache" et qu'il suffirait d'utiliser des disques "normaux" donc moins onéreux. Ceci étant pour les mainframes qui gèrent parfois des dizaines de milliers d'utilisateurs, la milliseconde est très importante puisque les entrées/sorties se comptent aussi parfois en milliers par seconde. En ce qui nous concerne je ne suis pas certain que je puisse voir la différence entre deux entrées/sorties durant 5 et 50 millisecondes.

Cordialement,

                        men-go