Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
Test de l'ISO d'Ubuntu francophone : nous avons besoin de testeurs pour la version francophone d'Ubuntu 14.04. Liens et informations ici.

#1 Le 11/01/2013, à 16:37

Sopo les Râ

Le financement des entreprises

Pour les protéger contre le risque de maladie, l'État oblige chaque Français à cotiser auprès de l'assurance maladie. L'argent ainsi collecté est redistribué selon des critères précis à ceux qui en ont besoin, c'est à dire potentiellement tout le monde.
Pour les protéger contre le risque de chômage, l'État oblige chaque Français à cotiser auprès de l'assurance chômage. L'argent ainsi collecté est redistribué selon des critères précis à ceux qui en ont besoin, c'est à dire potentiellement tout le monde.
Pour leur permettre de prendre leur retraite, l'État oblige chaque Français à cotiser auprès de l'assurance retraite. L'argent ainsi collecté est redistribué selon des critères précis à ceux qui en ont besoin, c'est à dire tôt ou tard tout le monde.

Pour leur permettre de se financer, l'État oblige chaque entreprise à cotiser auprès de l'assurance financement. L'argent ainsi collecté est redistribué selon des critères précis à celles qui en ont besoin, c'est à dire potentiellement toutes les entreprises.
Pour se financer, les entreprises sont obligées de quémander auprès de ceux qui ont de l'argent, qui en profitent pour exiger des contreparties parfois exorbitantes. Au mieux, des intérêts fixés à l'avance, au pire, des intérêts-surprise décidés par le préteur, à perpétuité, assortis d'un pouvor quasi-total sur la marche même de l'entreprise. Ainsi ceux qui avaient de l'argent ont encore plus d'argent.

neutral


J'ai fait mon petit calcul : en collectant 6 milliards d'euros sur les bénéfices des entreprise (soit à peu près 7% des bénéfices des seules entreprises du CAC40), on pourrait donner à chaque français un « bon d'achat » de près de 100 € utilisables uniquement pour l'achat de pseudo-actions (pseudo parce que s'éteignant à leur remboursement complet). Les dividendes seraient alors répartis uniquement en fonction de la justesse de l'investissement, et non du capital possédé initialement.
En collectant l'équivalent de l'actuel taux d'investissement, ce seraient plus de 5400 € en « bons d'achat » pour chaque français. N'ayant pas de formation comptable, je ne suis pas persuadé d'avoir bien saisi ce que représente exactement ce taux par contre. hmm

Dernière modification par Sopo les Râ (Le 11/01/2013, à 16:37)


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

Hors ligne

#2 Le 11/01/2013, à 16:46

ginette

Re : Le financement des entreprises

je comprends pas ton truc...tu donnes 100€ d'action a chaque français, et ?
Et puis pourquoi leur donner 100€ d'action ?

#3 Le 11/01/2013, à 17:04

Sopo les Râ

Re : Le financement des entreprises

Je donne 100 € de bons d'achats, et il les investit dans les action de son choix. Le seul moyen de récupérer 100 € d'espèces sonnantes et trébuchantes étant de les investir dans une entreprise qui marche / va marcher.

Je pars de la réflexion que l'actionnariat sert deux objectifs.

  • Le premier objectif, l'objectif affiché, est de permettre aux entreprises de se financer. Les contreparties consenties aux actionnaires sont alors le seul moyen pour les convaincre d'investir.

  • Le second objectif, et surtout le résultat le plus net, est de permettre à ceux qui ont déjà de l'argent d'en profiter pour drainer, à vie, les revenus d'entreprises qui en ont besoin.

En prenant l'argent à la source pour former un fonds d'investissement, géré à part égale par chaque français, on satisfait au principe d'allocation idéale des ressources par le marché (sur lequel je suis assez réservé en fait, mais de toute façon on se base déjà dessus actuellemnt), sans avoir besoin de convaincre qui que ce soit. Et sans provoquer une agrégation de l'argent autour de quelques chanceux.


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

Hors ligne

#4 Le 11/01/2013, à 18:13

ginette

Re : Le financement des entreprises

ben en peu de temps tes 100€ X xmillions ne représenteront plus grand chose parce que les français les auront placé dans des coup foireux. La bourse ça peut être comme le casino.

#5 Le 11/01/2013, à 20:51

Sopo les Râ

Re : Le financement des entreprises

Ça dépend de ce qu'on appelle « la bourse ». La plupart des transactions se font aujourd'hui sur le marché secondaire, et donc ne rentrent pas dans ce cadre.

Ensuite, oui, il y a le risque d'investir dans une entreprise qui ne dégagera pas de bénéfice, et donc de perdre son investissement. Mais c'est justement tout l'intérêt : le contribuable reçoit des bons d'achat, il n'a rien à perdre et tout à gagner.


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

Hors ligne

#6 Le 11/01/2013, à 21:21

mazarini

Re : Le financement des entreprises

Pourquoi pas. Par contre rassembler ca dans un fond d'investissement pauserai un problème de gestion de ce gros monstre. Pouvoir (mais pas obligatoirement) utiliser les fonds commun de placement et sicav existant pourrai être bien à condition de n'autoriser que ceux qui sont spécialiser dans un secteur pour laisser un minimum de choix aux gens.


Je suis désolé de t'avoir blessé en te traitant de con. Je croyais que tu le savais déjà...

Hors ligne

#7 Le 12/01/2013, à 16:07

Sopo les Râ

Re : Le financement des entreprises

Je ne pense pas que ça poserait plus de problèmes que n'importe quel impôt ou cotisation sociale. Ou que la bourse telle qu'on la connait aujourd'hui.

Sinon, effectivement, la possibilité de faire réaliser ses placements par des spécialistes est indispensable. Mais il faut que chacun puisse faire son choix.


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

Hors ligne

#8 Le 12/01/2013, à 16:30

mazarini

Re : Le financement des entreprises

Il ne faut pas oublié que le financement des entreprises se fait par des augmentations de capital. Ce que l'on entend régulièrement sur la bourse n'a que lien lointain avec les entreprises. Les entreprises ne voient pas un centime des achats et ventes d'actions.
D'ailleurs le seul lien entre le cours de bourse d'une entreprise et l'entreprise elle même, c'est que le patron sera viré si les actionnaires ne sont pas contents du cours. Le cours de bourse est également un indicateur de la santé d'une entreprise et a une influence dans ses rapports avec les banques.


Je suis désolé de t'avoir blessé en te traitant de con. Je croyais que tu le savais déjà...

Hors ligne

Haut de page ↑