Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

La nouvelle clé USB Ubuntu-fr est en prévente
Rendez-vous sur la boutique En Vente Libre

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

À propos de l'équipe du forum.

#401 Le 13/05/2019, à 09:22

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

J’ai commencé la lecture de ce petit livre un peu du mauvais pied : je ne sais pas trop pourquoi, il ne m’accrochait pas. J'ai même failli arrêter, un moment. Et puis, petit à petit, je m’y suis intéressé parce qu’il permet de comprendre l’étendue des fossés culturels entre certains pays et certains continents.

On n’a pas grand-chose à voir des fois avec certains "autres" ! On est bien trop différents ! On ne peut vraiment pas se comprendre !

Là l’auteur nous fait découvrir la Corée du Sud qu’il découvre lui-même, en fait.  Il a ses entrées un peu partout, officielles ou officieuses, il ne voyage donc pas en groupe ou en solitaire, mais entretient d’assez précieux rapports avec quelques hôtes coréens qui l'attendent, qui l'accueillent, qui lui expliquent les choses et dont certains connaissent même notre culture européenne et hexagonale.

Alors, oui, c’est très intéressant de mesurer à quel point nous sommes à l’opposé dans bien des domaines.

Et des choses sont dites sans détours par certains interlocuteurs de l’auteur comme lorsque celui-ci questionne :

(L’auteur ) : - Le fameux protectionnisme européen… Estimerais-tu que ton pays est raciste ?

(Kyu-dong réalisateur ) :  - Clairement. Nous n’aimons pas le Japon, pour commencer. Cela dit tous les pays sont racistes. Même en France, quand j’y étudiais, j’ai connu de nombreux moments de discrimination : à la préfecture pour obtenir mon titre de séjour, dans les bureaux de l’université… Enfin au moins, la France est métissée. En Corée, c’est une race pure, sans mélange ou presque. (p.226)

Mais il n’y a pas que ça dans le livre, plein d’autres sujets sont abordés, testés et goûtés littéralement (comme tout ce qui se rapporte aux traditions culinaires). Et là on est loin de Samsung ou d’Hyundai et de tout ce peu de choses qui peuvent nous faire penser à la Corée du Sud.

Arthur Dreyfus « Je ne sais rien de la Corée »

Edit : J’aime beaucoup la photo montage de la couverture de ce livre  Je trouve qu'elle a beaucoup de sens.

Dernière modification par jackpot (Le 13/05/2019, à 09:45)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#402 Le 14/05/2019, à 17:50

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Cela dit tous les pays sont racistes.

Les Chinois nous disent que" le prince nomme les choses et les gens"
Imaginons que nous nous soustrayons à l'autorité des philosophes de télé, et que nous  nous mettions à penser par nous même.
Le racisme pourrait être l'autre face du patriotisme.
Rêvons un peu, mais c'est pure fiction. Et si, pour la réunification des 2 Corées, on trouvait dans la corbeille les usines de l'une et l'arme nucléaire de l'autre ?
Ce qui n'a pas été le cas pour la réunification de l’Allemagne.

Pour les Coréens, la question est débattue ou taboue ?

Hors ligne

#403 Le 15/05/2019, à 08:54

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

gazimel a écrit :

Le racisme pourrait être l'autre face du patriotisme.

La Corée a été colonisée, exploitée et vidée de sa substance par le Japon de 1910 à 1945. Le Japon qui n'a jamais pu ou su demander pardon pour les atrocités qu'il a commises chez son voisin, notamment durant la Deuxième Guerre mondiale.. On peut alors comprendre alors que les Coréens ne ressentent pas un grand amour pour ce voisin...

gazimel a écrit :

Et si, pour la réunification des 2 Corées, on trouvait dans la corbeille les usines de l'une et l'arme nucléaire de l'autre ?
Ce qui n'a pas été le cas pour la réunification de l’Allemagne.

Pour les Coréens, la question est débattue ou taboue ?

Je ne suis pas sûr que les Coréens (du Nord comme du Sud) puissent être les seuls maîtres su jeu géopolitique en cas de réunification des deux Corées. Les E-U et la Chine, avec leurs propres intérêts divergents, veillent, si tu vois ce que je veux dire... et ce seront eux qui seront les vrais maîtres du jeu, à mon avis.

Par contre, dans "Je ne sais rien de la Corée", il y a des choses intéressantes qui sont exprimées par l'auteur et ses hôtes sur le plan psychologique dans les rapports des Coréens du Sud à leurs "frères" du Nord : est évoquée, entre autres, une forme de schizophrénie avec des sentiments qui auraient évolué au fil de temps de la colère et de la haine envers leurs frères du Nord jusqu'à la compassion, la commisération voire même... la pitié ces dernières années ! (voir p. 84) 

Je ne suis pas sûr qu'un jour on puisse établir des bases très solides et positives de réconciliation avec ce genre de sentiments. Surtout si la réunification devait s'accompagner en plus d'une facture financière assez démentielle à régler pour le Sud. hmm

Dernière modification par jackpot (Le 15/05/2019, à 09:51)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#404 Le 16/05/2019, à 19:33

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Je viens de terminer Fractures françaises de Christophe Guilluy.
Il aurait pu l'intituler " A la recherche de la classe moyenne disparue "
Un peu comme un archéologue cherchant les signes distinctifs d'une peinture rupestre, l'auteur repère les lignes de force de la société dans le maquis des statistiques. Et ce qu'il découvre, c'est une disparition, celle de la classe moyenne en train de devenir minoritaire.
Et puis, il dresse le portrait d'une banlieue très différente de son image télévisuelle, beaucoup plus mobile, active. Le contraire d'un cul de sac.
Il part également à la découverte d'une France périphérique, dérivant lentement vers le tiers monde, loin de la quinzaine de métropoles bénéficiant de la mondialisation heureuse.
Je l'ai complété par  - No society. La fin de la classe moyenne occidentale, toujours du même auteur.
Un livre annonciateur du mouvement des Gilets Jaunes et de l’américanisation de notre société.

Tout va très bien, madame la marquise monsieur le président !

Hors ligne

#405 Le 17/05/2019, à 08:43

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

@ gazimel : "Fractures françaises", un livre qui a l'air intéressant en effet. Je le note dans mes projets de lecture wink


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#406 Le 18/05/2019, à 11:22

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Je viens de lire un chapitre de Jacques Gernet,La Vie quotidienne en Chine_(1250-1276), à la veille de l’invasion mongole.
celui-ci porte sur L’ÉDUCATION ET L’ENSEIGNEMENT.
"L’éducation vise à former des caractères affables, doux et obéissants. Elle enseigne d’abord la retenue, elle apprend à chacun à se contenter de son lot et à vivre en bonne intelligence avec ses proches, ses amis et les étrangers. Répandues même dans les classes humbles, les règles de la politesse n’ont pas d’autre objet."
"Cette éducation freine les tendances individualistes et ne forme en général que des gens admirablement adaptés à la vie sociale. Elle ne produit guère de révoltés ni d’ambitieux. Elle ne favorise pas non plus les tempéraments guerriers et belliqueux."
"La petite enfance est une des périodes les plus heureuses de l’existence. On laisse les enfants vaquer librement dans les rues, en groupes. On ne les bat point et, pour faire taire les plus insupportables, on se borne à les menacer en évoquant des sortes de croquemitaines. L’un d’eux est Liu le Barbare, au teint foncé comme celui des Indiens ou des Malais. Dans la vallée de la Huai et au Hubei, on effraie les petits enfants en leur annonçant la venue de Yang les Gros Yeux, à la voix terrible. Dans le sud du Jiangsu, au contraire, on fait appel à une sorte de démon guérisseur du paludisme. A en juger par le nombre des marchands de sucreries et de jouets qui parcourent les rues de la ville, les enfants sont plus souvent gâtés que punis. C’est seulement assez tard, semble-t-il, vers l’âge de sept ans, qu’on les envoie à l’école ou qu’on leur donne, dans les familles riches, un précepteur."
Bref, un pays étonnement moderne, qui a su séparer éducation et religion. A la même époque, l’Europe qui s'était ouverte à l'esprit scientifique se referme brusquement sous  la contrainte de l'église. Il sera pourtant envahi par un peuple beaucoup plus "arriéré".
Cette collection " La vie quotidienne" ne m'a jamais déçu. A lire avec modération, comme l'on déguste un grand cru.

Hors ligne

#407 Le 19/05/2019, à 10:16

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Ce qui est décrit là c'est un peu les bases du Confucianisme, non ? En tout cas, ça m'y fait beaucoup penser. Maintenant reste à savoir ce qu'il en reste chez les chinois d'aujourd'hui. Encore que là il faut aussi être prudent et voir si l'on parle du chinois mondialisé des grands villes ou du chinois non mondialisé des régions de l'intérieur rurales.


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#408 Le 21/05/2019, à 03:53

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

jackpot a écrit :

Ce qui est décrit là c'est un peu les bases du Confucianisme, non ? En tout cas, ça m'y fait beaucoup penser. Maintenant reste à savoir ce qu'il en reste chez les chinois d'aujourd'hui. Encore que là il faut aussi être prudent et voir si l'on parle du chinois mondialisé des grands villes ou du chinois non mondialisé des régions de l'intérieur rurales.

Le Confucianisme me semble être un guide du bien vivre et du bien gouverner.
C'est lui qui permet aux mandarins de tenir à distance, respectueuse certes, les deux grandes religions et un animisme vivace.
A la même époque, l'occident sous-traite l'ordre publique à l'église, avec les dérives que l'on connaît.
Les Chinois, à partir d'un polythéisme actif, ont réussi à créer une sorte de laïcité à la Chinoise, bien avant les Français qui sont pourtant en pointe en Europe.

La pensée confucéenne survit elle dans l'esprit des chinois ?
Au moins en partie, avec le respect des rites, le "culte" des ancêtres, et surtout le besoin d'ordre qui leur fait accepter  la violence d'état.
Il y a des "zombies" confucéens, comme il y a des "zombies" cathos.(Emmanuel Todd ), pas forcement là ou on les attend.

Le polar me semble un outil performant pour tenter de comprendre une société.
Sous couvert d'énigme policière, une génération d'auteurs chinois à fait la critique de la révolution culturelle, mais aussi de la nouvelle société émergente avec ses "monsieur gros sous".

Hors ligne

#409 Le 21/05/2019, à 07:39

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

gazimel a écrit :

Le polar me semble un outil performant pour tenter de comprendre une société.

Je suis bien d'accord avec ça ! wink


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#410 Le 29/05/2019, à 09:54

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

On sait combien tous les hommes de pouvoir exercent un attrait sur les femmes mais alors là !

Proprement incroyable le défilé des bimbos, des secrétaires (parfois très jeunes et vierges), des actrices en devenir ou confirmées mais aussi des prostituées de haut vol.

On sort de ce livre avec l’impression que durant le mandat inachevé de JFK, ce président n’a pas beaucoup bossé et que la Maison Blanche fut tout simplement le plus grand baisodrome des E.-U. !

Mais pas qu’à la Maison Blanche d’ailleurs : ses escapades sexuelles de JFK se déroulaient aussi un peu partout aux E.-U, au gré de ses déplacements.

Le livre nous raconte que cette furia sexuelle avait commencé bien avant l’élection de JFK, en fait, et même bien avant qu’il ne soit sénateur.

Comment l’expliquer (entre autres?) parce que là, ça dépasse carrément l’entendement. Bon cet homme était doté d’un charme inné c’est certain, il était issu d’une famille très riche aussi et toute son éducation avait été forgée pour qu’il devienne un homme de pouvoir. Mais il devait bien y avoir une autre explication parce que son addiction au sexe confinait à la pathologie, manifestement.

Alors qu’il faut chercher du côté des effets secondaires de traitements médicaux que JFK devaient subir  depuis sa plus tendre enfance. Ce type était une pharmacie ambulante à lui tout seul ! Dès l’âge de 3 ans, cet enfant chétif et malingre a connu la scarlatine, de nombreux épisodes de bronchites aigües et il est né avec un dos flottant qui le faisait atrocement souffrir. Je croyais que ses problèmes de dos n’étaient apparus qu’à la suite d’une blessure de guerre pendant sa participation à la bataille du Pacifique mais non : il en souffrait en fait depuis son plus jeune âge. Même si peu de photos en témoignent, JFK marchait d’ailleurs souvent avec des béquilles d’ailleurs.

Ce qui m’a frappé à la lecture de ce livre c’est l’insouciance et la désinvolture de JFK par rapport aux risques qu’il faisait courir aux services chargés de sa sécurité. En fait ses gardes du corps n’en pouvaient plus de ses frasques et des risques qu’il prenait en faisant venir à la Maison Blanche tant de femmes arrivant ainsi incognito, sans pouvoir être fouillées, devant être laissées seules comme ça avec le Président dans la Lincoln Room.

Quant à l’épouse, Jackie, cela se passait parfois pratiquement sous son nez, elle était au courant bien sûr mais fermait les yeux.

Une liste (non exhaustive bien sûr!) de ses conquêtes est dressée avec les photos et les noms de ces jeunes femmes ce qui fait qu’on peut aller retrouver quelques informations sur elles sur Internet : en plus des renommées Marlène Dietrich et Marylin Monroe on en trouve nettement moins connues comme Marion Beardsley (une jeune stagiaire vierge qu’il a déniaisée) , Inga Avard, Florence Pitchett, Peggy Cummins, Angie Dickinson, Blaze Starr, Tempest Storm, Pamela Turnure, Durie Malcom, Alicia Darr, Judith Campbell, Ellen Rometsch…

J Edgar Hoover au FBI savait tout, notait tout et ça se corsait pour JFK lorsque certaines de ces femmes pouvaient être suspectées de travailler pour Moscou (comme Ellen Rometsch) et d’autres avaient de solides accointances avec la mafia (comme Judith Campbell) : la mafia qui fut, soit dit en passant, une sacrée pourvoyeuse de « chair fraîche » pour JFK et cela, bien avant qu’il ne soit élu président ! Mais à chaque fois que ça devenait « borderline » le frère de JFK, Bobbie, jouait le rôle de pare-feu. Quant à la presse, elle savait en partie ce qui se passait mais elle se taisait pour de multiples raisons. Nul doute que jamais JFK n’aurait jamais pu bénéficier de cette forme d’impunité à notre époque de réseaux sociaux !

À noter que si certaines de ces femmes ont pu marquer JFK pour leurs talents sexuels, quelques unes, rares certes, l’ont marqué pour leur intelligence, leur culture et qu’il a pu les aimer franchement et longuement : ainsi Gene Tierney  mais aussi Marie Pinchot Meyer  une de ses rares conquêtes apte à lui avoir tenu tête, à lui avoir parlé politique et à lui avoir donné des conseils avisés en matière de réconciliation avec Cuba et l’abandon de l’escalade nucléaire. Elle notait tout d’ailleurs de ces discussions avec JFK et comme c’est étrange : on n’a jamais retrouvé celui qui l’a assassinée en 1964, peu de temps après l’assassinat de JFK en novembre 1963.

http://www.leparisien.fr/espace-premium … 855193.php

Georges Ayache « JFK, une histoire sexuelle » (Editions du Rocher) 

Dernière modification par jackpot (Le 29/05/2019, à 09:56)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#411 Le 02/06/2019, à 06:51

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

J’en avais visité un au cours d’un voyage au Vietnam, dans la région du delta : un de ces fameux tunnels de Cu Chi.

Une fois descendu dans cet étroit boyau sombre, je m’étais senti vraiment très mal, je me déplaçais laborieusement à quatre pattes, mon sac à dos volumineux  frottait dur contre la paroi, je me sentais coincé, je respirais mal et, très vite,  j’avais été pris dans un mouvement de panique .  Je m’étais alors empressé de ressortir de cet enfer au plus vite, pas très fier d’avoir osé tenté cette incursion en touriste ! Je crois même que j’en avais cauchemardé la nuit suivante !

Mais comment des hommes avaient-ils pu vivre là-dedans durant des mois, que dis-je ! pour certains durant des années, dans la chaleur, la promiscuité, les odeurs, un manque d’hygiène et de lumière, comment ? Comment sans ressentir la moindre claustrophobie ?

C’est toute l’histoire de la résistance des maquisards Vietcongs  du Sud-Vietnam et de leurs 300 kms de réseaux creusés dans la région de Cu Chi : un ingénieux dispositif souterrain  incorporant des salles de réunion , des stocks d’armes et de riz, des dortoirs, des cuisines « Dien Bien Phu », des hôpitaux , des cheminées d’aération, des trappes étanches de protection contre l’eau  les gaz et les explosions, des fausses galeries piégées par toutes sortes de dispositifs sadiques et bien sûr des postes de tir à partir desquels les maquisards menaient leurs actions de harcèlement pratiquement au coeur même du dispositif de cantonnement ennemi, dans la zone même de son Q.G tout en disparaissant ensuite dans leurs trous à rat.

Les Américains n’ont pas réalisé tout de suite l’importance qu’avait ce dispositif clandestin qu’ils avaient pratiquement sous leurs pieds.

Mais ils ont fini par comprendre après de multiples pertes.

Alors ils ont organisé la recherche des trappes d’entrée et ont commencé à y envoyer des volontaires prêts à  se battre couteaux dans les dents, au corps à corps contre les maquisards Viet-Congs : ces gars, des durs à cuire à petits gabarits , formaient un corps d’ élite très particulier, insensibles à la claustrophobie, dotés d’un moral de fer, on les appelait les « rats de galerie ».

Il leur fallait déjouer tous les pièges de l’ennemi (fausses trappes, pieux empoisonnés, serpents etc.) et le rechercher dans le noir en le repérant à l’odeur de son haleine chargée de nuoc-mâm, à sa sueur, parfois même à un simple clignement d’yeux !

De grandes figures de ces combats particuliers sont citées, des deux côtés d’ailleurs avec tous les détails : leurs caractères bien trempés, leurs actions héroïques et obscures, leurs ratages aussi et leurs moments de découragement.

C’est en fait un bouquin que j’ai déjà lu il y a quatre ou cinq ans.

Je me demande même si je n’en ai pas déjà parlé dans ce topic (ou dans un autre topic du forum) : dans ce cas-là désolé mais tant pis, j’en remets une couche  tellement je le trouve passionnant… En tout cas pour ceux qui comme moi avouent un plaisir coupable :  celui d’aimer les bons films et les bons récits de guerre sans blabla .  À ceux-la, je le recommande avec force !

« L’incroyable histoire de la guerre souterraine au Vietnam /  Les Tunnels de CU CHI » de Joh, Penycate et Tom Mangold/ Editions Albin Michel.


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#412 Le 02/06/2019, à 09:22

moko138

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

À ce sujet, cf. aussi ./viewtopic.php?pid=22091813#p22091813  smile


%NOINDEX%
Un utilitaire méconnu : ncdu

Hors ligne

#413 Le 02/06/2019, à 17:39

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

moko138 a écrit :

À ce sujet, cf. aussi ./viewtopic.php?pid=22091813#p22091813  smile

Y a des histoires et des thèmes qui fascinent, on sait pas trop pourquoi mais c'est ainsi ! wink


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#414 Le 03/06/2019, à 21:31

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

La révolution industrielle au moyen age de  Jean Gimpel.

Tout d’abord, grosse déception. Alors que l’on pouvait s’attendre à une description minutieuse de toutes les techniques, découvertes, inventions de l’époque, on n’a droit qu’à un simple survol.

Et puis, au fil de la lecture, les informations arrivent. Elles portent surtout sur l’organisation du travail, des corporations d’artisans et aussi des marchands.

Bon, c’est pas du Braudel ou du Le Goff, mais c’est un beau voyage dans le temps, sans quitter son fauteuil.

Hors ligne

#415 Le 03/06/2019, à 21:51

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

jackpot a écrit :
moko138 a écrit :

À ce sujet, cf. aussi ./viewtopic.php?pid=22091813#p22091813  smile

Y a des histoires et des thèmes qui fascinent, on sait pas trop pourquoi mais c'est ainsi ! wink

Cette bataille fait penser à Stalingrad. Dans les 2 cas, une armée puissante et, jusque là invincible, face à une résistance acharnée. Comme si l'issue du combat dépendait de quelques individus.

Était-ce si différent dans les tranchées ? Sujet abordé avec le "Capitaine Conan "

Hors ligne

#416 Le 04/06/2019, à 05:56

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

gazimel a écrit :
jackpot a écrit :
moko138 a écrit :

À ce sujet, cf. aussi ./viewtopic.php?pid=22091813#p22091813  smile

Y a des histoires et des thèmes qui fascinent, on sait pas trop pourquoi mais c'est ainsi ! wink

Cette bataille fait penser à Stalingrad. Dans les 2 cas, une armée puissante et, jusque là invincible, face à une résistance acharnée. Comme si l'issue du combat dépendait de quelques individus.

"

  À  la fin du livre on apprend quand même que – après avoir essayé des tas de combines pour détruire les tunnels de l’intérieur - les Américains finissent par en venir à bout grâce aux bombardements des B-52. Tout le réseau est alors détruit et le moral des maquisards Viet-Cong du Sud est au plus bas. Chose que j’ignorais, leurs pertes humaines étant tellement énormes et la situation tellement désespérée, de nombreux Viet-Cong du Sud trahissent alors et se rendent aux Américains qu’ils renseignent sur les réseaux d’infiltration Viet-Cong du Sud que les Américains s’empressent de démanteler, notamment à Saigon même.

Il semble donc y avoir une réussite militaire américaine (dans le Sud en tout cas) vers 1971. Or, paradoxalement, en 1972 les forces terrestres US commencent à être évacuées du Viet-Nam et les Américains confient la suite de la lutte à l’ARVN, les forces armées vietnamiennes du Sud peu motivées et peu engagées face aux forces communistes du Nord.

En fait c’est plutôt l’impopularité énorme dans le monde entier de ce conflit disproportionné +  la lassitude des soldats US sur place face à la guerre d’usure qui semblent avoir détruit la détermination américaine.

Situation que l’on retrouve peut-être bien dans la guerre d’Algérie : elle paraissait gagnée militairement sur le terrain à la fin, mais elle se retrouvait aussi totalement perdue sur le plan moral et politique.

Edit : à propos du Vietnam d'aujourd'hui, un excellent bouquin : "Vivre avec les Vietnamiens" de Philippe Papin et Laurent Passicosset. https://indomemoires.hypotheses.org/19241 Deux choses m'avaient alors frappé à la lecture de ce livre : d'abord que depuis le Nord communiste l'avait emporté il n'y avait plus grand chose de l'idéologie communiste dans le pays (à part un cadre rigide) et ensuite que la corruption y atteignait des niveaux incroyables dans toutes les couches de la société, des plus modestes aux plus élevées.

Dernière modification par jackpot (Le 04/06/2019, à 06:07)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#417 Le 15/07/2019, à 15:21

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Philippe Kerr a écrit :

Chacun d’entre nous est capable de cruauté. Chacun d’entre nous est un criminel en puissance. La vie n’est qu’une longue bataille pour conserver une enveloppe civilisée.

(« La Pâle Figure » de Philippe Kerr dans la Trilogie Berlinoise.)

Extrait :

« -  Mais je vous dirai une chose, reprit-elle en baissant la voix. Avez-vous lu Mein Kampf ?

- Ce vieux bouquin rigolo qu’ils distribuent aux jeunes mariés ? Pour moi, c’est la meilleure raison que j’ai trouvée de rester célibataire .

- Eh bien, moi je l’ai lu. On y trouve plusieurs passages dans lesquels Hitler évoque les maladies vénériennes et leurs conséquences. Il va jusqu’à affirmer que l’élimination des maladies vénériennes est la Grande Tâche que doit accomplir la nation allemande.

- Mon Dieu, suggérez-vous qu’il est syphilitique ?

- Je ne suggère rien du tout. Je vous dis juste ce qui est écrit dans le grand livre du Führer.

- Mais le livre date des années 20. S’il a une chaude-pisse depuis ce temps-là, il doit en être au stade terminal.

- Cela vous intéressera peut-être d’apprendre que beaucoup de malades internés avec Josef Kahn à l’asile de Herzeberge sont des gens dont la démence organique est le résultat direct d’une syphilis. Ces malades peuvent faire ou admettre des déclarations contradictoires. Leur humeur oscille entre l’euphorie et l’apathie, sur fond d’instabilité émotionnelle. Le type classique est caractérisé par une euphorie délirante, la folie des grandeurs et des crises d’extrême paranoïa.

- Seigneur, la seule chose qui manque au portrait, c’est la moustache ridicule. Changeons de sujet si ça ne vous fait rien. Parlons de choses plus drôles, par exemple, de notre tueur en série. Savez-vous que je commence à le comprendre ? C’est vrai, je ne plaisante pas. Ce sont les jeunes mères de demain qu’il supprime. Les machines à produire des recrues pour le Parti. Moi, je suis à fond pour ces sous-produits de la civilisation moderne qu’on ne cesse de dénoncer, les familles sans enfants et les mères stériles. Au moins jusqu’à ce que nous soyons débarrassés de ce régime de matraques en caoutchouc . Après tout, qu’est-ce qu’un psychopathe de plus dans un pays où ils abondent ?

- Vous en dites plus que vous n’en savez, rétorqua-t-elle. Chacun d’entre nous est capable de cruauté. Chacun d’entre nous est un criminel en puissance. La vie n’est qu’une longue bataille pour conserver une enveloppe civilisée. L’exemple de nombreux tueurs sadiques montre que cette enveloppe ne se déchire que de temps en temps. Prenez Peter Kürten, par exemple. C’était un homme d’apparence si douce que ceux qui le connaissaient ont eu beaucoup de mal à admettre qu’il ait se rendre coupable de crimes aussi horribles. »

Publiés pour la première fois entre 1989 et 1991, L'Eté de cristal, La Pâle Figure etUn requiem allemand ont pour toile de fond le IIIe Reich à son apogée et, après la défaite, l'Allemagne en ruine de 1947. Bernie Gunther, ex-commissaire de la police berlinoise, est devenu détective privé. Désabusé et courageux, perspicace et insolent, Bernie est à l'Allemagne nazie ce que Philip Marlowe est à la Californie de la fin des années 1930 : un homme solitaire, témoin de son époque.
Des rues de Berlin "nettoyées" pour offrir une image idyllique aux visiteurs des Jeux olympiques à celles de Vienne la corrompue, Bernie enquête au milieu d'actrices et de prostituées, de psychiatres et de banquiers, de producteurs de cinéma et de publicitaires. La différence avec un film noir d'Hollywood, c'est que les principaux protagonistes s'appellent Heydrich, Himmler et Goering.…

Mon avis : je suis en plein dedans. C’est assez déroutant mais j’aime ! C’est pas tant les intrigues qui intriguent que le style de l’auteur, sa façon de décrire l’univers totalitaire hitlérien avec distance et humour et tout un contexte de l’Allemagne d’avant-guerre.

Il y a aussi tellement de descriptions et de références précises qu’on a l’impression que l’auteur est allemand et berlinois et non écossais.

J’ai déjà lu la première partie de la trilogie (« L’Eté de cristal »), là je suis dans la seconde « La Pâle Figure »,  : on a l’impression d’être vraiment au coeur même du  sombre Berlin d’avant-guerre,  dans un univers pourri par le nazisme que notre détective exècre et décrit avec allégresse et humour tout en n’en faisant pas trop pour se faire interner. Quoique non, d’une certaine manière, dans l’ « Eté de cristal »,  il franchit la ligne mais d’une drôle de manière parce qu’il est obligé de se faire interner à … Dachau comme espion interné dans le cadre d’une de ses enquêtes. Et là, il trinque ! tongue

Dernière modification par jackpot (Le 15/07/2019, à 15:22)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#418 Le 17/07/2019, à 18:19

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Pour tous les mateurs et amateurs d’ex RDA, pour les nostalgiques de Traban (10 ans d’attente en moyenne après commande), et les enfants gâtés friands d’Ostalgie touristique, un livre à lire que je viens de terminer :
Le Mur de Berlin / Petites et Grandes Histoires de Bernard Brigouleix 

Incroyables les ingéniosités, les stratégies mises en place pour passer à l’Ouest pendant des années !

Et quand on y arrivait, surtout éviter de se vanter et de se faire de la pub une fois arrivé dans l’eldorado de Berlin Ouest. Se faire discret et raser les murs – si j’ose dire – car des espions de la Stasi œuvrant à l’Ouest pouvaient vous repérer et « s’occuper » de votre famille restée à l’Est.

Le livre de Bernard Brigouleix retrace les tentatives avortées, celles réalisées avec les réussites mais aussi les échecs tragiques comme celui d’un certain Peter Fechter qui aura fait le tour du monde en 1962

http://allemagnehorslesmurs.blogs.rfi.f … erlin.html

… Echecs tragiques de beaucoup d’autres retombés dans l’anonymat :

511 morts officiellement recensés. Ce chiffre qu’on pourrait considérer comme modeste par rapport aux tragédies de l’Histoire, n’inclut pas les exécutions restés dans l’ombre survenues durant l’interception des fuyards ou après que les évadés ayant réussi le passage du mur aient été enlevés par les services secrets de RDA à Berlin Ouest.

http://www.onirik.net/Le-Mur-de-Berlin-Petites-Grandes


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#419 Le 02/08/2019, à 17:49

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Bonjour.

Edit : à propos du Vietnam d'aujourd'hui, un excellent bouquin : "Vivre avec les Vietnamiens" de Philippe Papin et Laurent Passicosset. https://indomemoires.hypotheses.org/19241 Deux choses m'avaient alors frappé à la lecture de ce livre : d'abord que depuis le Nord communiste l'avait emporté il n'y avait plus grand chose de l'idéologie communiste dans le pays (à part un cadre rigide) et ensuite que la corruption y atteignait des niveaux incroyables dans toutes les couches de la société, des plus modestes aux plus élevées.

Est-ce que les auteurs n'attendaient pas un peu trop de ce peuple héroïque, qui a repoussé le plus grand empire mondial ?
Avec un PNB aussi bas, la corruption doit être très inférieure à celle des pays riches.
De temps en temps, tel un volcan surgissant dans l'océan, un paradis fiscal apparaît dans la presse puis disparaît, sans provoquer de tsunami.
Ainsi va le monde.

Hors ligne

#420 Le 02/08/2019, à 19:37

CM63

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Bonjour,

Je lis en ce moment "La nouvelle Héloïse" de Jean-Jacques Rousseau, dans une version numérique téléchargée sur le site de la BNF (et sur mon nouveau Smartphone, mon pdf reader ne mémorise pas le fait que je veux lire en mettant le Smartphone horizontalement, ni le zoom roll ) .
En parallèle je lis "Biographie de la faim" de Amélie Nothomb, trouvé dans un passe-livre (en fait je l'ai commencé il y a un mois, je l'avais oublié, je viens de le redécouvrir sous la pile de mon bureau lol ).


D'sous n'a mis, est-elle avare, frivole ou tellurique?

Hors ligne

#421 Le 03/08/2019, à 19:58

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

C'est quoi ton nouveau smartphone ? Et as-tu bien assimilé son mode d'emploi ?


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#422 Le 04/08/2019, à 10:05

CM63

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

jackpot a écrit :

C'est quoi ton nouveau smartphone ? Et as-tu bien assimilé son mode d'emploi ?

C'est un Samsung S7 reconditionné que j'ai acheté chez /e/ , avec un fork libre de Android déGAFAMisé . Si j'ai bien assimilé son mode d'emploi? Ben je ne sais pas , mais tu crois que ça vient du mode d'emploi du Smartphone? Ce ne serait pas plutôt des fonctionnalités du pdf reader que j'ai, qui est également un fork libre du pdf reader de Adobe.

Il y a une touche vertical/horizontal , je n'ai pas compris son fonctionnement, je ne vois pas de changement.

PS : j'ai trouvé un mode dégradé: si je sais que le Smartphone va partir en time-out d'affichage, j'appuie sur marche/arrêt, ça éteint l'affichage (évidemment), et quand je "rallume" à nouveau le Smartphone, le mode d'affichage de pdf reader est conservé. Mais bon, il faut prévoir le coup, quand je quitte ma place pour aller boire un coup ou autre.

Dernière modification par CM63 (Le 04/08/2019, à 10:40)


D'sous n'a mis, est-elle avare, frivole ou tellurique?

Hors ligne

#423 Le 04/08/2019, à 17:34

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

A mon avis, ton problème doit venir des associations proprio vs libre qui fonctionnent mal ensemble mais je peux me tromper. Tu peux toujours demander de l'aide dans cette section du forum  = https://forum.ubuntu-fr.org/viewforum.php?id=6


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#424 Le 18/08/2019, à 18:18

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« Ce matin, à Krasnoïarsk  , une aube sale, jaunâtre, se lève dans les tourbillons de neige. Grues et chalands enfarinés sur le Iénissei, et une ville fantôme comme vue au travers d’un verre dépoli. (…) Dans un coin de la salle d’attente de la gare, un assez minable petit buffet offre au voyageur frigorifié du thé brûlant et des pirojki graisseux. Les tables et chaises de plastique publicitaires font contraste avec le luste monumental et les chapiteaux corinthiens, vestiges des fastes révolus de l’Union Soviétique. Le Trabssibérien Vladisvostok-Moscou fait une entrée majestueuse, ses wagons coiffés d’une crinière blanche.
(…)

J’aime les trains russes, leurs longs wagons cannelés, gris et rouges, l’espèce de petite coupée qui permet de s’y hisser, le couloir desservant les compartiments à l’ancienne, l’impeccable blancheur amidonnée de la literie, des couchettes, le samovar qui ressemble à un vieux percolateur ; j’aime même leur lenteur, pas plus de soixante kilomètres heure en moyenne, qui permet de se laisser doucement engourdir par la monotonie du paysage. »

Voilà, le ton est donné, le décor est planté, c’est parti pour un long périple dans le Baïkal-Amour, sur des milliers de kilomètres, avec des dizaines de compagnons de voyage sympathiques (ou carrément froids et désagréables) , de nombreuses escales dans des villes ou bourgades au coeur de la Sibérie, escales faisant souvent l’objet de petits rappels historiques tournant souvent autour des dizaines de centres de rétention et de goulags, de chantiers titanesques ou des milliers de prisonniers politiques ou de guerre ont vécu et péri pour construire ces infrastructures, parfois pour rien : bref tout un retour dans l’histoire souvent tragique de ce pays qui fait froid dans le dos.

Nombreuses petites anecdotes savoureuses aussi quand l’auteur et son interprète descendent dans des hôtels-bouges parfois tenus par telle serveuse sympathique qui parle un peu français au milieu de nulle part parce qu’elle a fait des études de langue à Saint-Pétersbourg dans sa jeunesse ! Et qui les accueille avec plaisir. Mais qui ne ferait rien pour quitter son petit coin de paradis à elle, "petit coin de paradis" qui pourrait pourtant faire fuir le premier touriste occidental débarquant là, même celui avec les meilleurs a priori sur la Russie post-soviétoque.

Oui car l’auteur nous fait voyage au coeur d’un pays matériellement déglingué et laissé à l’abandon comme on pourrait pas l’imaginer avec de vieux russes indifférents, cyniques et souvent ivres trop marqués qu’ils sont par le souvenir de l’impitoyable période stalinienne.

Cette odyssée, de Krasnoïarsk à Vladivostok, est empreinte d’une incroyable tristesse mais on s’y fait à ce pays, et on aime temporiser dans ces pages tant tout cela est si simplement bien narré et imagé. On quitte ce petit live de même pas 200 pages vraiment à regrets. En tout cas c’est mon sentiment.

Baïkal-Amour par Olivier ROLIN (Prix Pierre Mac Orlan)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#425 Le 21/08/2019, à 06:51

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Je viens de terminer Le hareng de Bismarck (Le poison allemand) de JL Melenchon.
Dés le départ, nous voila prévenu, il s'agit d'un pamphlet.
On veut bien le croire. Pu.aing, ça dépote ! Ça flingue, ça défouraille, la politique réécrite par Audiard !
La " mère " Merkel, comme on l’appelle outre Rhin, n'est pas ménagée, ainsi que ses prédécesseurs.

L'auteur fustige les germanolâtres, qui semblent vouloir remplacer les groupies américains. il met au grand jour les dégâts causés par la politique et l'industrie allemandes, curieusement ignorés par la presse française. De nombreux sujets sont abordés, En particulier la question de l'euro et la crise Grecque. Il s’étonne de l'extravagante mansuétude dont bénéficient les Allemands , qui ne remboursent jamais leurs dettes pour les pillages et la destruction des pays voisins.

En remontant jusqu'à Bismarck, il montre la continuité d'une attitude, d'un comportement, d'une politique. Les successeurs de Merkel chausseront les bottes de Bismarck. Seul le rapport de force peut modifier les choses. (Emmanuel Todd a déjà étudié l'influence de l'organisation familiale allemande sur son comportement, il serait intéressant de voir son avis actuel.)

Les relations avec la Russie sont évoquées à travers l'Ukraine. Si l'auteur actualisait son livre, il pourrait noter le possible infléchissement de la politique française avec la réception de Poutine et, peut-être, le retour à une vision moins suiviste, plus réaliste, comme l'avait fait De Gaulle. Il faut habituellement 2/3 ans au locataire de l’Élisée pour prendre conscience des pesanteurs de l'histoire.

Bref, c'est du Mélenchon. Quand la politique se lit comme un polar.
Imaginez Tocqueville traduit par San Antonio.

Dernière modification par gazimel (Le 21/08/2019, à 06:52)

Hors ligne