Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Ubuntu 16.04 LTS
Commandez vos DVD et clés USB Ubuntu-fr !

Pour en savoir un peu plus sur l'équipe du forum.

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

#51 Le 07/04/2010, à 13:52

Gage

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

ilagas a écrit :
Gage a écrit :

En fait, ces deux règles figurent dans le code de déontologie médicale : Le secret médical interdit de révéler tout ce qu'il a vu, entendu ou compris dans l'exercice de sa profession (en tout cas de façon nominative : je peux raconter la maladie d'un de mes patients en détail tant que je ne permets pas de l'identifier), et le médecin peut refuser de soigner uniquement s'il donne au patient les coordonnées d'un autre médecin qui pourra prodiguer des soins de qualité égale ou supérieure. Bien entendu, s'il s'agit d'une urgence, le refus de soins est impossible.


Sinon, je suis totalement en accord avec le reste.

donc tu peux pas signaler un gamin maltraité ?

Sisi, il y a quelques dérogations au secret médical, tout en gardant à l'esprit que le secret est institué dans l'intérêt du patient :
- Il ne peut pas être opposé au patient, qui a toujours le droit de connaître son état de santé ;
- Les maladies à déclaration obligatoire sont déclarées à la DDASS ;
- La maltraitance sur mineur de 15 ans aussi ;
- Les crimes en train ou sur le point d'être commis (donc : 1. pas les délits, 2. Pas les crimes passés, 3. Pas ceux qui seront commis dans un an)
- Si le médecin doit assurer sa propre défense au tribunal, il peut dévoiler les informations médicales nécessaires à sa défense. Cas typique : un patient qui attaque pour se plaindre de sa prise en charge.

Mais on est totalement hors-sujet, je te suggère d'en ouvrir un autre si ça t'intéresse.


Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.
Merci, c'est tout à fait comme ça que je le voulais ! Crois-tu qu'il faille beaucoup de ressources à ce mouton ? Parce que ma config est toute petite...
Ça devrait aller. Tu peux te compiler un petit mouton.
Pas si petit que ça. Tiens ! il s'est mis en veille...

Hors ligne

#52 Le 07/04/2010, à 14:02

Astrolivier

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Gage a écrit :
Seisan a écrit :
Gage a écrit :

La consommation de cannabis est un délit. Tu remarqueras que je n'ai cité que des crimes. Je te laisse chercher la différence wink.

Jsuis malade t'aurai pu m'éviter de chercher ><

La limite entre "merci du coup de main" et "non mais tu me prends vraiment pour une conne ?" est plus ténue qu'entre crime et délit, et elle dépend des personnes... J'ai préféré jouer la prudence wink.

t'es sûr ?
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=93CD49189A5A62617FC2EA7D2E148C38.tpdjo02v_2?idSectionTA=LEGISCTA000006165284&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=20100407


S'il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l'humanité, ne serait-il pas indispensable de s'en tenir au principe selon lequel c'est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? (howard zinn)

Hors ligne

#53 Le 07/04/2010, à 14:13

inconnu

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

J'ai noté que les gens qui ont été balancé on l'exact profil des déséquilibrés habituels qui se font gauler parce qu'il ne peuvent(veulent?) maitriser leurs pulsions.
Ca aurait été un big scoop si il avait réussi a faire tomber l'organisation derrière le serveur russe diffusant des fichiers pédopornographiques dont il est question à un moment.
Plus efficace aussi.
Oui mais là, c'est des gens qui n'hésiteraient certainement pas à buter un journaleu. Infiltrer un milieu de paumés ça va, c'est facile et sans risque, infiltrer la criminalité organisée c'est déjà plus chaud. Et puis inutile d'aller jusque là pour faire le buzz autour du reportage, le sujet déclenche une réaction émotionnelle suffisamment intense pour qu'on se passe de réflexion sur l'éthique du journalisme, pour faire taire toute critique et surtout le reportage fait de l'audience.
Et faire de l'audience c'est bien ce qui compte, non?

#54 Le 07/04/2010, à 14:16

Seisan

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

DrDam a écrit :

@Seisan : oui on ne peut pas comparer la porno-pédophilie au trafic de drogue, mais je pense qui serai plus "propre" de fermer tout une filière ( du "recrutement" des enfant, au tournage, à l'utilisateur final) que juste arrêter un mec.

C'est bien ce que je pensais. Tu parles du trafic d'enfants. Bah là évidemment que je suis d'accord et qu'il faut de vraies investigations plutôt que d'arrêter un ptit mac, 3 pauvres gamins pour leur faire peur ou un seul pauvre client pris en flag.

Mais "l'utilisateur" (quelle horreur) final donc le pédophile, lui ne fait pas parti de ce trafic. Il est le client. Là c'est comparable à la drogue oui.

Freiner ces trafics c'est une chose. Arrêter les pédophiles une autre. Même si les 2 sont très liés.

Et on ne parle pas que de ce genre de trafics. Il y a des pédophiles qui ne vont pas du côté de la prostitution et qui se servent sans demander.

sweetly

Très joli laïus.

L'été dernier, j'ai adoré un reportage sur la coca, sa culture, sa transformation, jusqu'à sa vente aux toxs dans les pays occidentaux. Ce reportage montrait TOUT. Les journalistes, on le voyait, protégeaient toutes leurs sources et tout ceux qu'ils avaient filmés. Surtout que les premiers de la chaine qu'on pourrait croire responsables de tout sont les plus mal lotis et la culture (légale) puis la vente et la transformation (déjà illégale) ne leur rapporte rien. (Quand on voit le prix au gramme final...)

Même si pour moi le travail réalisé dans ce reportage vaut tous tes reportages sur la pédophilie (c'est qu'une question de gout) je me dis qu'effectivement, l'indépendance des journalistes aujourd'hui les protège (parfois pas) dans des cas extrêmes comme tu as cité (les pays en guerre ou ce genre de reportages dont je viens de parler, où leur vie sont réellement mis en jeu pour leur métier et où on ne les laisserait plus approcher si on les savait liés aux forces armées)

Mais où se trouve la limite alors du métier de journaliste ?

Demain, je peux faire un reportage sur les snuffs (allez disons qu'une chaine serait intéressée pour passer mon reportage)
Je trouve un réseau d'amateurs où on m'indique où je peux trouver des vrais réalisateurs de snuffs. Ils acceptent de me rencontrer. Je les interviewe et comme le contact passe bien, ils me proposent d'aller les rejoindre tel jour à telle heure pour assister à un vrai tournage (à un vrai meurtre donc) Youhou ! Si c'est pas un scoop ça. J'y vais évidemment (en prenant mes sécurités au cas où ils aient décidé que ce soit moi l'actrice principale) j'y vais, j'assiste, je filme et j'interviewe encore en fin de tournage pour avoir les émotions à vifs des autres acteurs.

Évidemment, à la télé, la partie du meurtre sera floutée mais on me félicitera d'avoir fait un si bon reportage, d'être allée si loin dans le sujet et de faire gagner bonbon à la chaine qui passera mon reportage (grâce aux spots Ptit Dop qui passeront au milieu)

Et tout ça sera normal ?


Il y a des limites à la sagesse de l'être humain, arbrisseau fragile secoué par le vent. HAGAKURE.

Hors ligne

#55 Le 07/04/2010, à 14:20

Grünt

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Seisan a écrit :

Et tout ça sera normal ?

Ni plus ni moins que si tu te faisais mousser en ayant trahi la confiance de tes sources.


Red flashing lights. I bet they mean something.

Hors ligne

#56 Le 07/04/2010, à 14:27

Grünt

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

ilagas a écrit :

mais j'aime l'idée de regarder les gens faire n'importe quoi en souriant smile

Pareil. En fait, plus je vois ce débordement émotionnel qui prend le pas sur toute logique et toute raison, et plus ça me donne envie de rajouter de l'huile sur le feu.

Devinette: qu'est-ce qui a deux grands pieds et deux petites mains?


Red flashing lights. I bet they mean something.

Hors ligne

#57 Le 07/04/2010, à 14:33

inconnu

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Et tout ça sera normal ?

Tant que ça fait de l'audience, tout va bien.
Si en plus tu réussi à passer pour un(e) justicier(e) en balançant tes sources c'est encore mieux(et en prime en faisant grace à ça un buzz pour faire connaitre ton reportage pour la nouvelle saison de l'émission au cours de laquelle il passe).
Ton collègue journaliste qui se prendra plus tard une balle dans la tête parce qu'il aura essayé d'approcher le même genre de milieu, c'est pas ton problème, coco, l'important c'est l'audimat big_smile

Dernière modification par DerKraKen (Le 07/04/2010, à 14:35)

#58 Le 07/04/2010, à 14:33

DrDam

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Seisan a écrit :

Mais où se trouve la limite alors du métier de journaliste ?

Réussir à rester objectif quoi qu'il se passe. Retranscrire les évènement avec l'œil le plus "VRAI" possible ..

Seisan a écrit :

Demain, je peux faire un reportage sur les snuffs [...]
Et tout ça sera normal ?

C'est comme un avocat commis d'office  comme avocat du pire des criminel ( imagine toi, devant commis d'office comme avocat d'un pédophile ) , ou un médecin charger de soigner un type qui mérite de "crever dans le caniveau" ...

Pour agir toujours selon la déontologie/la vérité , il faut souvent une foi inébranlable dans son métier .

je pense que dans le cas du journalisme c'est aussi le cas ... soit tu sais que tu arrivera à faire ce reportage... soit tu essaye pas !

Dernière modification par DrDam (Le 07/04/2010, à 14:34)


Tout ce qui a été crée par l'Homme devrait être patrimoine de l'humanité
Vous etes perdu ?, là ce sera trop loin

Hors ligne

#59 Le 07/04/2010, à 14:38

Grünt

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

DrDam a écrit :

je pense que dans le cas du journalisme c'est aussi le cas ... soit tu sais que tu arrivera à faire ce reportage... soit tu essaye pas !

Oui, quand on décide d'être journaliste, faut assumer.


Red flashing lights. I bet they mean something.

Hors ligne

#60 Le 07/04/2010, à 14:46

Seisan

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Ouais... bah jsais pas.

J'ai envie de dire bof mais c'est pas très constructif...


Il y a des limites à la sagesse de l'être humain, arbrisseau fragile secoué par le vent. HAGAKURE.

Hors ligne

#61 Le 07/04/2010, à 14:46

sweetly

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Ce qui n'est pas "normal", Seisan, ce n'est pas que le journaliste ait réussi à faire un reportage sur les snuffs sans balancer ces sources à la police, mais que les flics n'arrivent à en choper les auteurs alors que eux, c'est leur métier. Question de moyens, de lois, ou d'autres choses (volonté politique, par exemple), mais tout ça n'a à peu près rien à voir avec le métier de journaliste et sa pérennité. Ce n'est pas du corporatisme, c'est faire en sorte qu'un métier, utile à tous et même essentiel, puisse exister.

Après, pour concilier les émotions avec la raison, on peut dresser une liste d'exception légale à ce code de déontologie, ce qui est je crois le cas pour la pédophilie dans les sujets journalistiques, d'ailleurs. Mais qui dresse ces exceptions : le pouvoir législatif. Qui doit les faire appliquer : le pouvoir exécutif. Résultat : le journalisme s'assujettit à deux pouvoirs alors qu'il n'existe que tant qu'il est indépendant.

Hors ligne

#62 Le 07/04/2010, à 14:48

Grünt

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

ilagas a écrit :

un journaliste il infiltres le "snuffs" pour faire quoi mis a part de l'audimat ?

Au hasard: informer? C'est son boulot, après tout. S'il est là juste pour donner les résultats du match de la veille, une machine ira tout aussi bien.


Red flashing lights. I bet they mean something.

Hors ligne

#63 Le 07/04/2010, à 14:48

yugo

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Demain, je peux faire un reportage sur les snuffs (allez disons qu'une chaine serait intéressée pour passer mon reportage)
Je trouve un réseau d'amateurs où on m'indique où je peux trouver des vrais réalisateurs de snuffs. Ils acceptent de me rencontrer. Je les interviewe et comme le contact passe bien, ils me proposent d'aller les rejoindre tel jour à telle heure pour assister à un vrai tournage (à un vrai meurtre donc) Youhou ! Si c'est pas un scoop ça. J'y vais évidemment (en prenant mes sécurités au cas où ils aient décidé que ce soit moi l'actrice principale) j'y vais, j'assiste, je filme et j'interviewe encore en fin de tournage pour avoir les émotions à vifs des autres acteurs.

La comparaison est douteuse. Je m'explique.
Il faudrait déjà trouver un journaliste ET des réalisateurs de snuffs prêt à remplir ce contrat. As-t-on déjà vu une interview de tueur en série en activité? Non parce que de tels criminels refuseraient probablement de se faire interviewer ET le journaliste consciencieux refuserait pour des raisons éthiques évidentes (difficile il est vrai d'accepter de protéger ses sources dans ces cas extrêmes).

DONC les deux points du contrat sont liés:
1) ne pas occulter sa profession de journaliste
2) ne pas divulguer ses sources

Un journaliste respectant la déontologie du métier n'aurait pas pu interviewer le pédophile canadien sans violer le point 1 du contrat OU respecter les 2 points et assumer pleinement de cacher ses sources (trop invraisemblable). DONC la question de la divulgation de la source ne se pose plus!

À partir du moment ou ce "journaliste" avançait à visage masqué, il a eu raison de divulguer ses sources. Il reste ainsi cohérent avec lui-même et assume pleinement le fait qu'il fasse ce que l'on appelle en 2010 du "journalisme d'investigation" : de la bouse pour TF1. Merci F2.

Dernière modification par yugo (Le 07/04/2010, à 15:02)


Dans la vie il y a 3 sortes d'imbéciles: ceux qui doutent de tout et ceux qui doutent de rien

Hors ligne

#64 Le 07/04/2010, à 14:54

DrDam

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

GRUNT a écrit :

Au hasard: informer? C'est son boulot, après tout. S'il est là juste pour donner les résultats du match de la veille, une machine ira tout aussi bien.

+42
les journalistes qui sont là juste pour répéter "la version officiel" ... il y en a déjà assez !

en même temps, il n'a "occulter sa profession de journaliste" que pour l'approche ... durant l'interview c'était clair !

Dernière modification par DrDam (Le 07/04/2010, à 14:56)


Tout ce qui a été crée par l'Homme devrait être patrimoine de l'humanité
Vous etes perdu ?, là ce sera trop loin

Hors ligne

#65 Le 07/04/2010, à 14:56

Gage

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

yugo a écrit :

Un journaliste n'aurait pas pu interviewer le pédophile canadien sans violer le point 1 du contrat. DONC la

Je ne suis pas d'


Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.
Merci, c'est tout à fait comme ça que je le voulais ! Crois-tu qu'il faille beaucoup de ressources à ce mouton ? Parce que ma config est toute petite...
Ça devrait aller. Tu peux te compiler un petit mouton.
Pas si petit que ça. Tiens ! il s'est mis en veille...

Hors ligne

#66 Le 07/04/2010, à 14:59

yugo

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

DrDam a écrit :

en même temps, il n'a "occulter sa profession de journaliste" que pour l'approche ... durant l'interview c'était clair !

Faux dans le cas du canadien et dans les personnes impliquées dans les réseaux de pédopornographie.

Vrai dans le cas des personnes cherchant à approcher des mineures. Mais le reportage ne dit pas si dans ce cas les personnes interviewées ont été dénoncées...


Dans la vie il y a 3 sortes d'imbéciles: ceux qui doutent de tout et ceux qui doutent de rien

Hors ligne

#67 Le 07/04/2010, à 15:02

DrDam

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

ok ok ...


Tout ce qui a été crée par l'Homme devrait être patrimoine de l'humanité
Vous etes perdu ?, là ce sera trop loin

Hors ligne

#68 Le 07/04/2010, à 16:06

Gage

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

ilagas a écrit :

ça sert a quoi une emission sur les pedophiles ?
quelle info tu veux ?

Ouais, c'est vrai ça, tu veux quelle info, hein, d'abord ? Chercher à comprendre ? Et pourquoi tu aurais besoin de comprendre ? Tu sais à quoi ça mène, le journalisme ? Ça fait réfléchir ! C'est ça que tu veux, réfléchir ? Avoir de l'esprit critique ? Penser différemment de ton voisin ? Tss, ces libres-penseurs, ça me fait gerber.


Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.
Merci, c'est tout à fait comme ça que je le voulais ! Crois-tu qu'il faille beaucoup de ressources à ce mouton ? Parce que ma config est toute petite...
Ça devrait aller. Tu peux te compiler un petit mouton.
Pas si petit que ça. Tiens ! il s'est mis en veille...

Hors ligne

#69 Le 07/04/2010, à 16:24

Gage

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Quand tu as trouvé un sujet à troll, tu le lâches jamais, hein ? wink


Ça, ce sont les sources. Le mouton que tu veux est dedans.
Merci, c'est tout à fait comme ça que je le voulais ! Crois-tu qu'il faille beaucoup de ressources à ce mouton ? Parce que ma config est toute petite...
Ça devrait aller. Tu peux te compiler un petit mouton.
Pas si petit que ça. Tiens ! il s'est mis en veille...

Hors ligne

#70 Le 07/04/2010, à 17:07

Julientroploin

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Gage a écrit :

Ça fait réfléchir ! C'est ça que tu veux, réfléchir ? Avoir de l'esprit critique ? Penser différemment de ton voisin ?

mais tu es un grand malade toi! tu veux pas qu'on pense par nous même en plus! c'trop fatiguant.


Fixe : Core i5, 12GoRAM, NVidia 9800GT Silent => Ubuntu 15.10
Portable Compaq Presario2158 : AthlonXP-M2400+, 1GoRAM, ATI Radeon mobility320M => Debian stable+Openbox
https://launchpad.net/~julienmbpe

Hors ligne

#71 Le 07/04/2010, à 17:19

sweetly

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

ilagas a écrit :
Gage a écrit :
ilagas a écrit :

ça sert a quoi une emission sur les pedophiles ?
quelle info tu veux ?

Ouais, c'est vrai ça, tu veux quelle info, hein, d'abord ? Chercher à comprendre ? Et pourquoi tu aurais besoin de comprendre ? Tu sais à quoi ça mène, le journalisme ? Ça fait réfléchir ! C'est ça que tu veux, réfléchir ? Avoir de l'esprit critique ? Penser différemment de ton voisin ? Tss, ces libres-penseurs, ça me fait gerber.

pour savoir ce qu'est un pedophile suffit d'ouvrir le dictoinaire a la page P
apres si tu veux comprendre pourquoi ils sont comme ça tu vas chez les medecins , geneticiens ou psychiatre

Non, c'est pas mon boulot, ça. C'est celui du journalisme. Mais pas que. L'investigation, c'est aussi de rencontrer des malades, pour qu'il se fasse une idée.

Perso, une reportage sur Alzheimer sans rencontrer de malade, ça n'a pas plus de valeur pour moi que le même reportage sans rencontrer de médecin. L'un te met devant la réalité, l'autre la met en perspective. Si tu ne fais pas les deux, tu discutes dans le vide (tu démontres par l'exemple ou tu théorises sans pouvoir conceptualiser).

C'est un peu pour ça que j'ai zappé ce reportage, supputant que la pédophilie y était là pour faire vendre, sans volonté d'essayer de la mettre en perspective, justement : pourquoi elle existe (ne pas le savoir est aussi une réponse qu'il faut développer), est-ce qu'on peut la prévenir ou la rendre supportable (autrmement la faire rester dans le champ du fantasme) pour ceux qui ont cette déviance, peuvent-ils avoir une place dans la société, etc. Je n'attends pas des réponses spécialement définitives, juste qu'on m'éclaire sur le sujet. Parce que la pédophilie, c'est un peu "le mal indicible, autour duquel la raison ne peut rien". J'aimerai au minimum qu'on démontre en quoi la raison n'y peut rien (pas comprendre, pas expliquer, pas traiter, pas intégrer), parce que je ne le sais pas. J'aimerais qu'on m'informe, en clair.

Et pour le coup du dictionnaire, c'est une définition subjective, hein. Qui ne m'apprend rien de plus que ce que je sais déjà.

Après, peut-être le sujet était-il les réseaux pédophiles : dans ce cas là, oui pourquoi pas contacter des pédophiles via ces réseaux (exemple) mais interview des sociologues, psychologues sociaux, flics qui traitent de ces sujets (mise en perspective). Ça m'intéresse aussi.

Mais le vrai journalisme, celui qui m'importe ne semble pas facile à exercer. Ni à vendre, apparemment.

Hors ligne

#72 Le 07/04/2010, à 17:36

Grünt

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

ilagas a écrit :

pour savoir ce qu'est un pedophile suffit d'ouvrir le dictoinaire a la page P

Vu comme ça roll

Tout ce que te donnera le dictionnaire c'est la définition légale et/ou médicale d'un pédophile. Si avoir la définition d'un mot te suffit pour comprendre le phénomène qu'il décrit, on se demande ce que tu fais ici: tu ferais mieux d'apprendre le dictionnaire par coeur, et tu sauras tout ce qu'il y a à savoir.

apres si tu veux comprendre pourquoi ils sont comme ça tu vas chez les medecins , geneticiens ou psychiatre

généticiens, ça m'étonnerait. Et leur demander directement pourquoi eux, ils pensent qu'ils sont pédophiles, tu crois que ça n'a aucun intérêt? Ils sont uniquement objets et pas sujets?


Red flashing lights. I bet they mean something.

Hors ligne

#73 Le 07/04/2010, à 17:40

Seisan

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Pour toi la pédophilie est une maladie ? Voilà pourquoi tu es contre le fait que les interviewés ont été dénoncés. Ils sont malades... on les a piégé...
Tu les victimises (le mot est bien choisis hein)

Ce n'est pas aux journalistes d'informer la populas de ce qu'est telle ou telle maladie de nos jours, comment on la vit, comment on s'en sort. C'est bel et bien au monde de la santé de le faire.

Un journaliste (pas reporter) est là avant tout pour dire l'information au jour le jour. Un reporter peut décider de traiter tel ou tel sujet, mais il ne s'agit plus là de donner une information. Sauf si il est médecin. C'est un peu comme un historien traiterai d'un sujet pour le présenter aux médias, journaux, tv, radio. L'info est passée, il peut la présenter, développer, donner des exemples, chercher des causes mais comme il n'est que journaliste, en aucun cas il n'est celui qui informe ou apprend la nouvelle.

Ces journalistes là (les infiltrés) ont apparemment enquêté pendant un an sur ce reportage que tu ne veux pas voir parce que tu penses qu'il est là juste pour "vendre" (moi non plus je regarde pas mais c'est juste parce que ça ne m'intéresse pas smile)
Un an passé à être en contact avec ces pédophiles, à découvrir ce monde, à voir, lire, entendre des propos choquants pour leur métier et pour le reportage.
Je pense que même si au départ, ils n'avaient pas dans l'idée de dénoncer qui que ce soit, au bout d'un an de ça, ils ont du finalement changé d'avis et ça a du devenir évident pour eux.

Tous ces types cotoyés, tous ces sites, tous ces échanges ne pouvaient pas rester impunis. Un reportage à la télé ne suffisait pas. Ils ont dénoncés. Et je trouve qu'ils ont très bien fait.


Il y a des limites à la sagesse de l'être humain, arbrisseau fragile secoué par le vent. HAGAKURE.

Hors ligne

#74 Le 07/04/2010, à 17:54

inconnu

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Voilà pourquoi tu es contre le fait que les interviewés ont été dénoncés. Ils sont malades... on les a piégé...

Pour ma part, plus précisément, c'est surtout la mise en scène hypocrite de la dénonciation dans le but de faire le buzz(parce que, est ce vraiment par soucis de défendre l'enfance en danger que précisément l'info sur ces dénonciations est sortie suffisamment tôt pour lui permettre de circuler, précisément au moment ou une nouvelle saison de la série "les infiltrés" commençait? J'en doute) afin de garantir l'audience que je trouve particulièrement indécente, vu le sujet sordide.
edit: l'idée vient juste de me traverser l'esprit: le calvaire des enfants abusés est tout aussi instrumentalisé par la spectacularisation hypocrite de sa dénonciation que dans le trafic d'image pédo pornographique(le but étant de faire de l'audience dans les deux cas). C'est surtout le ce coté spectacle de l'émission qui m'a mis profondément mal à l'aise.

Dernière modification par DerKraKen (Le 07/04/2010, à 18:03)

#75 Le 07/04/2010, à 18:02

sweetly

Re : Les infiltrés et l'éthique journalistique

Seisan a écrit :

Pour toi la pédophilie est une maladie ? Voilà pourquoi tu es contre le fait que les interviewés ont été dénoncés. Ils sont malades... on les a piégé...
Tu les victimises (le mot est bien choisis hein)

J'ai dit "malade", j'aurais pu dire monstre, je m'en fous. On va dire ces "gens-là", si tu préfères, sachant qu'en réalité, je ne sais pas ce qu'ils sont. Et c'est bien mon problème. Si tu ne te poses pas la question, que tu as décidé que ces gens-là n'étaient pas des humains puisqu'ils ne méritent aucune tentative d'empathie (c'est la traduction de ne rien vouloir savoir sur quelqu'un avant de le juger), tant mieux pour toi, c'est ton droit le plus strict.
Je le répète encore une fois, je ne les victimise pas puisque je ne sais rien de comment ils fonctionnent. Et il me paraît que c'est le minimum pour pouvoir catégorisé quelqu'un. donc je retire le malade, je joue "ces gens-là" à la place.

Ce n'est pas aux journalistes d'informer la populas de ce qu'est telle ou telle maladie de nos jours, comment on la vit, comment on s'en sort. C'est bel et bien au monde de la santé de le faire.

Non, c'est aux journalistes de nous informer. C'est leur fonction, leur métier. Et s'ils le font bien, ils relaient les scientifiques, médecins, etc. Mais un médecin n'est pas formé pour informer. Etant chercheur, je ne suis pas formé pour informer. Je n'ai pas l'esprit de synthèse, le réseau de contact pour mettre en lumière des faits qui dépassent mon seul sujet de prédilection. Les journalistes, si.

Un journaliste (pas reporter) est là avant tout pour dire l'information au jour le jour. Un reporter peut décider de traiter tel ou tel sujet, mais il ne s'agit plus là de donner une information. Sauf si il est médecin. C'est un peu comme un historien traiterai d'un sujet pour le présenter aux médias, journaux, tv, radio. L'info est passée, il peut la présenter, développer, donner des exemples, chercher des causes mais comme il n'est que journaliste, en aucun cas il n'est celui qui informe ou apprend la nouvelle.

Ok, donc on n'a pas la même vision de journalisme. En fait, pour toi, un journaliste peut être remplacé par une machine (pour "les info au jour le jour") et par une caméra pour transmettre le discours des gens compétents. Pas de synthèse, pas d'analyse, de mise en perspective, non rien de tout ça. Surtout que la plupart des sujets demandent qu'une seule personne pour en parler, c'est bien connu.

Ces journalistes là (les infiltrés) ont apparemment enquêté pendant un an sur ce reportage que tu ne veux pas voir parce que tu penses qu'il est là juste pour "vendre" (moi non plus je regarde pas mais c'est juste parce que ça ne m'intéresse pas smile)
Un an passé à être en contact avec ces pédophiles, à découvrir ce monde, à voir, lire, entendre des propos choquants pour leur métier et pour le reportage.
Je pense que même si au départ, ils n'avaient pas dans l'idée de dénoncer qui que ce soit, au bout d'un an de ça, ils ont du finalement changé d'avis et ça a du devenir évident pour eux.

Ou pas. Je n'en sais rien de leur vie et de leurs pensées, à ces journalistes. Toi non plus d'ailleurs. On peut aussi penser qu'ils n'en avaient rien à carrer, que ce sont des personnes bien cyniques à la recherche du scoop et de sa revente. Comme nous n'en savons rien, il me paraît vain de discuter sur "qu'est-ce qu'ils ont pensé en faisant ce reportage". En revanche, leurs actes, on les connaît, on peut réfléchir dessus.

Tous ces types cotoyés, tous ces sites, tous ces échanges ne pouvaient pas rester impunis. Un reportage à la télé ne suffisait pas. Ils ont dénoncés. Et je trouve qu'ils ont très bien fait.

C'est ton avis, je ne le partage pas. Pas que ça devait rester impuni, mais que dans le cadre de leur profession, pour le bien de celle-ci, ce n'est pas à eux de régler ce problème. Pour des raisons que j'ai déjà expliquée au-dessus.

Hors ligne