Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

L'équipe des administrateurs et modérateurs du forum vous invite à prendre connaissance des nouvelles règles.
En cas de besoin, vous pouvez intervenir dans cette discussion.

Ubuntu 18.04 LTS
Ubuntu-fr propose des clés USB de Ubuntu et toutes ses « saveurs » ainsi qu'un magnifique t-shirt pour cette toute nouvelle version d'Ubuntu !

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

À propos de l'équipe du forum.

#226 Le 01/08/2011, à 17:46

side

Re : Tous esclaves des banques à l'insu de notre plein gré

@The Uploader : Il parle du passé ... pas de l'Histoire. Le fait est que l'Homme n'a accès au passé que par l'Histoire. Tes critiques sont bonnes mais l'affirmation de luxigo est tout aussi vrai.


« Je ne suis pas une adversaire de l’Europe, je me sens européenne. Je voudrais qu’il y ait des accords entre les nations librement consentis, c’est cette Europe-là que je veux voir émerger et je souhaite que la France soit à l’origine de ce beau projet, de cette belle initiative » - Marine Le Pen - 25 Avril 2017 - TF1

Hors ligne

#227 Le 02/08/2011, à 12:15

®om

Re : Tous esclaves des banques à l'insu de notre plein gré

seb24 a écrit :

En gros si l'état s'endette c'est la faute au Banque ?

Qui crée les richesses d'un pays? La population, bien sûr. Et cette population est endettée pour des richesses qu'elle a produites elle-même ? Endettée envers qui ? Envers ceux qui ont créé l'argent…
Plus la population va créer de richesses, plus elle va devoir s'endetter pour les payer. C'est absurde.

Une petite fable intéressante : L'île des naufragés.

On dit souvent que l'État "vit au-dessus de ses moyens". Mais peut-on dire qu'on vit au-dessus de nos moyens lorsqu'on produit "trop de richesses" pour pouvoir les payer avec de l'argent qu'on doit emprunter ailleurs, et rembourser avec intérêts ?

http://blog.rom1v.com/2011/05/linjustice-monetaire/

Dernière modification par ®om (Le 02/08/2011, à 12:16)

Hors ligne

#228 Le 03/08/2011, à 14:44

mazarini

Re : Tous esclaves des banques à l'insu de notre plein gré

Et moi qui croyait que l'on s'endettait quand on dépensait plus qu'on gagnait.

La fable est très intéressante, mais elle a au moins 2 faiblesses :
1) La manipulation du banquier (prêter l'argent initial) est très grossière.
2) Le banquier ne dépense jamais rien, ce qui implique de ne jamais pouvoir le rembourser.


S'il existait une école de la politique, les locaux devraient être édifiés rue de la Santé. Les élèves pourraient s'habituer. (Pierre Dac)

Hors ligne

#229 Le 08/08/2011, à 18:57

luxigo

Re : Tous esclaves des banques à l'insu de notre plein gré

je suis juste mort de rire en entendant à la radio que "pour faire face au problème de la dette en Europe il sera nécessaire d'augmenter l'impôt sur le revenu et de diminuer les dépenses publiques" ...


Un troll désigne simplement un internaute immature dont la conversation, généralement envahissante, n’est ni très pertinente ni très polie et engendre de nombreuses discussions inutiles.

Hors ligne

#230 Le 20/10/2011, à 23:46

luxigo

Re : Tous esclaves des banques à l'insu de notre plein gré

Une vidéo très cohérente avec l'énoncé de ce thread, pour ceux qui ont encore de la peine à admettre qu'ils sont les dindons de la farce:
http://www.creationmonetaire.info/2011/ … lique.html

Mieux que "c'était mieux avant" on peut en effet dépasser ce qui existe par des changements de paradigmes, des changements de conception de ce que doit être l'outil d'échange économique, afin qui soit réellement au service des échanges et non pas conceptualisé dans un objectif dérisoire de prise de pouvoir de quelques uns sur les autres sur le principe des mâles dominants des meutes animales. Un principe qu'il faut laisser aux animaux qui n'ont pas la capacité de s'extraire de leur condition.

Dernière modification par luxigo (Le 20/10/2011, à 23:49)


Un troll désigne simplement un internaute immature dont la conversation, généralement envahissante, n’est ni très pertinente ni très polie et engendre de nombreuses discussions inutiles.

Hors ligne