Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
Test de l'ISO d'Ubuntu francophone : nous avons besoin de testeurs pour la version francophone d'Ubuntu 14.04. Liens et informations ici.

#126 Le 08/08/2011, à 13:15

The Uploader

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Faut pas que tu le prennes mal, Sarko est un con c'est un fait, l'UMP (et le gouvernement) est un parti rempli d'idiots et de racistes, mais tes propos me semblent franchement paranoïaques.

Surtout que le gouvernement utilise déjà largement les logiciels libres, alors bon... Sans parler de comment taxer un logiciel libre..

Dernière modification par The Uploader (Le 08/08/2011, à 13:16)


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

Hors ligne

#127 Le 08/08/2011, à 13:29

MdMax

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

The Uploader a écrit :

Surtout que le gouvernement utilise déjà largement les logiciels libres, alors bon... Sans parler de comment taxer un logiciel libre..

Ils ont bien trouvé un moyen de remplir les poches des amis évadés fiscaux. Ils appellent ça "redevance copie privée". Cela consiste à taxer un cabinet de radiologie pour l'usage de DVD vierges afin que Johnny et le boss de la SACEM puissent avoir des rentes plus impotantes.

Maintenant qu'il faut trouver des milliards pour la Grèce, l'Irlande, bientôt le Portugal, l'Espagne et l'Italie, sans oublier la France qui a également sa propre dette et ses intérêts à payer, il y aura une grosse pluie de nouvelles taxes et de réductions de budgets dans tous les services publics.

Dernière modification par MdMax (Le 08/08/2011, à 13:30)

Hors ligne

#128 Le 08/08/2011, à 13:39

Astrolivier

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Shanx a écrit :

Ceci dit, il y a eu des guerres bien avant le capitalisme. Par contre, quasi toutes les guerres étaient dues au nationalisme ou aux religions.

le capitalisme a deux cents ans environ, donc c'est évident que les guerres ne datent pas du capitalisme. le nationalisme, par contre est une idée assez récente. pas de nationalisme au moyen-âge, ça ne veux rien dire.

et puis si on prend l'empire romain, ce n'est ni pour la religion et encore moins par nationalisme qu'il a fait des guerres. donc ça ne marche pas.
les guerres, c'est pour le pouvoir, sous toutes ses formes. il se trouve que depuis l'avènement du mode de production capitaliste, ce dernier est un pouvoir prédominant, et donc est une composante essentielle des guerres. fut un temps, on pillait les autres pour garder le pouvoir chez soi. maintenant on a du pouvoir en accumulant les capitaux. et surtout, pour faire une guerre (qui a de rares exceptions près ne se font plus à coup d'épée ou de bouts de bois taillés) il faut beaucoup de capitaux, pour acheter des missiles, des chars, des mitraillettes des munitions etc... et cet argent/capitaux ne tombe pas du ciel.

Dernière modification par Astrolivier (Le 08/08/2011, à 13:40)


S'il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l'humanité, ne serait-il pas indispensable de s'en tenir au principe selon lequel c'est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? (howard zinn)

Hors ligne

#129 Le 08/08/2011, à 14:02

Shanx

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Nationalisme : “Ce terme désigne aussi un mouvement politique déclarant vouloir exalter la nation sous toutes ses formes (État, culture, religion, traditions, préférence nationale pour l'emploi, etc), par opposition aux autres nations et populations.”
Donc dès qu’on combat pour des territoires (les romains, par exemple), les religions (les croisades), l’honneur (toutes les guerres), on peut parler de nationalisme.
Mais bon, tu as raison, tu es tellement calé sur ce domaine…


« En vérité, je ne voyage pas, moi, pour atteindre un endroit précis, mais pour marcher : simple plaisir de voyager. » R. L. Stevenson
--
Blog et randos

Hors ligne

#130 Le 08/08/2011, à 14:16

Sopo les Râ

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

À citation, citation et demi :

Le terme nationalisme désigne le principe
politique [1 ] , né à la fin du XVIII e siècle tendant à légitimer l'existence d 'un État- nation pour chaque peuple (initialement par opposition à la royauté , régime politique qui en France sera ensuite nommé Ancien Régime ), et qui s' est imposé au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle.


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

En ligne

#131 Le 08/08/2011, à 14:25

Hibou57

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Nazebrock a écrit :

Hibou57: J'aime ton procès d'intention roll

Bref, dans toute ton argumentation, j'en ai juste vu de la jalousie envers les riches. Ou comment réduire tout un système social par "les riches vs. les pauvres". Très vague tout ca.

Soit...

Le mot Nuisance ? Tu connais ?

Si tu pouvais l’ajouter ton panel de concepts, ça t’ouvrirait une fenêtre pour comprendre.

D’ailleurs que la première idée qui te vienne à l’esprit soit la jalousie, et révélateur d’une forme d’une certaine forme de rapport aux choses.



Il fume et il chauffe ce topic. Va falloir que je prenne le temps de tout lire.

Dernière modification par Hibou57 (Le 08/08/2011, à 14:26)


Hajimemashteeeee… \(^o^)/ Tachikoma desu (^_^;)
Le saviez‑vous : le j’m’en foutisme est la cause de la plupart des fléaux du monde contemporain.
Mangez des standards : un grand bol de Standard tous les matins, et vous débutez la journée en pleine forme !
bulleforum.net — Forum de discussions, La Bulle (papotage de la vie courante ou choses trop sérieuses)

Hors ligne

#132 Le 08/08/2011, à 15:30

Shanx

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Sopo les Râ a écrit :

À citation, citation et demi :

Le terme nationalisme désigne le principe
politique [1 ] , né à la fin du XVIII e siècle tendant à légitimer l'existence d 'un État- nation pour chaque peuple (initialement par opposition à la royauté , régime politique qui en France sera ensuite nommé Ancien Régime ), et qui s' est imposé au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

J’ai quand même mis “désigne aussi”. Et lorsque je parlais de nationalisme dans mon premier post (enfin, le 2nd sur ce topic), je parlais du nationalisme selon la définition que j’en ai donné qui, si elle n’est pas forcément tout à fait juste, et tout de même valable et souvent utilisée.


« En vérité, je ne voyage pas, moi, pour atteindre un endroit précis, mais pour marcher : simple plaisir de voyager. » R. L. Stevenson
--
Blog et randos

Hors ligne

#133 Le 08/08/2011, à 17:10

chtidusud

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

The Uploader a écrit :

Faut pas que tu le prennes mal, Sarko est un con c'est un fait, l'UMP (et le gouvernement) est un parti rempli d'idiots et de racistes, mais tes propos me semblent franchement paranoïaques.

Surtout que le gouvernement utilise déjà largement les logiciels libres, alors bon... Sans parler de comment taxer un logiciel libre..

Con dans le sens connard, pourquoi pas ... con dans le sens idiot ... je ne pense pas.
Cependant, pour certains, on peut quand même en douter.
Racistes ... sans doute un peu, comme beaucoup .. en fait, ils utilisent surtout le racisme inavoué de la population.

Hors ligne

#134 Le 08/08/2011, à 17:19

Mudochon

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

darktomato a écrit :
Mudochon a écrit :

Alors que reste il à faire pour sauver ce système ? leur faire acheter du superflu, de l'inutile en inventant tous les jours des nouveaux besoins.

Quant aux trucs "inutiles", considère tu la médecine nucléaire ou Internet comme des choses inutiles ? Ce sont pourtant de purs produits de ce "superflu". C'est cette richesse que l'on peut produire maintenant que la satisfaction de nos besoins vitaux prend de moins en moins de ressources...

Les gens achètent de la médecine nucléaire maintenant ? je ne suis pas anti progrès faudrait que tu ouvres un peu les yeux roll

Par contre, dénoncer tous les abus de notre société de consommation, ça je continuerai à le faire tout le temps car je n'ai pas besoin de ma carte bleue pour donner un sens à ma vie lol

Tu veux un exemple simple des dérives de ce système qui veut nous faire acheter toujours plus et plus souvent ? tu n'as qu'à lire ce topic :

http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=443388

PS : un autre exemple de l'achat qui s'est généralisé mais qui pourtant n'est pas indispensable : le téléphone portable ( je n'en ai jamais eu et ma foi pour l'instant à aucun moment de ma vie je n'ai eu à regretter ce choix. Et pourtant il existe des tas de gens comme moi qui n'en n'ont pas vraiment besoin mais qui pourtant en achètent un quand même )

Hors ligne

#135 Le 08/08/2011, à 17:51

Sopo les Râ

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

C'est plutôt le téléphone fixe qui est superflu. Parce qu'aujourd'hui, avoir ne serait-ce qu'un téléphone (fixe ou mobile) est devenu quasi-indispensable. Et, tant qu'à choisir, autant avoir un portable.


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

En ligne

#136 Le 08/08/2011, à 18:21

darktomato

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Sopo les Râ a écrit :

Attila il était nationaliste ou religieux ?

Hitler était socialiste. Ca veut dire que le socialisme est repsonsables de la 2e GM. CQFD. big_smile

Quant à la Nouvelle-Zélande, que tu aimes aussi souvent citer en exemple de modèle libéral ayant "réussi", sa note est moins bonne que celle de la France (et à présent à égalité avec celle de la Belgique et des ...Etats-Unis).

Note qui reste donc parmi les meilleurs, avec une dette considérablement plus faible que la notre. ca n'a rien à voir, donc. C'est juste que le pays est moins puissant.

Absolument faux.

Le Japon n’est pas du tout indépendant des marchés. En voici un exemple en temps réel :

Ton exemple ne prouve rien du tout. Les bourses japonaises peuvent dévisser comme elles veulent, le Japon n'est pas dépendant dee créancier extérieur. Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas dépendant de l'extérieur, il n'est juste pas en relation d'infériorité par rapport à ses créanciers, contrairement à nous.

Quant au MITI, il fait la même chose que ce qui se fait en France ou n'importe où ailleurs, ça s'appelle l'intelligence économique, exemple

Personne n’a obligé les marchés à foutre le bordel en 2008 et à en remettre une couche en ce moment même.

Si. L'Etat américain, comme je l'ai expliqué plusieurs fois déjà.

Faux.

Les marchés poussent systématiquement les états à emprunter et à s’endetter.

Non. Certains Etats ne s'endettent pas comme nous. Il faut arrêter de croire que nous sommes représentatifs.

Il suffit, par exemple et entre autres,  de leur expliquer la grande arnaque de 1973.

Le simple fait de parler de grande arnaque montre que tu n'as pas compris les enjeux de cette mesure, donc ça illustre bien ce que je disais. Et c'est pas en parlant de poudre de perlinpinpin que tu vas te donner raison.

Si les états et leurs responsables décident maintenant  de mettre au pas les marchés et les agences de notation, une fois pour toutes, ce seraient ces derniers et ces dernières qui seraient obligés d’accepter les conditions des états.

Ce serait surtout un magistral suicide, vu que notre économie fonctionne sur le crédit apporté par les investisseurs auxquels tu veux faire un doigt d'honneur. Les points que tu évoques montrent d'ailleurs ton ignorance de la chose: renégocier la dette, on a tenté avec la Grèce, ça a foutu le feu à la zone euro. Ignorer les fluctuations du marché, il n'y a rien à dire tellement c'est ridicule. Ce serait un peu comme dire "maintenant on ignore les fluctuations des saisons", c'est du gros n'importe quoi. Les prix sont fixés par l'offre et la demande, et à moins de mettre en place une dictature mondiale (et encore) tu ne pourras jamais l'empêcher. Quant à poursuivre les agences pour conflit d'intérêt alors que ce sont les Etats même qui ont fixé leurs règles de fonctionnement, c'est juste du foutage de gueule.

Ne faites pas semblant de ne pas comprendre...  La note de la France est déjà dégradée: AA-

S&P vient pourtant de réaffirmer qu'il n'y avait aucune raison à l'heure actuelle qu'elle bouge de son AAA  stable.

PS : un autre exemple de l'achat qui s'est généralisé mais qui pourtant n'est pas indispensable : le téléphone portable ( je n'en ai jamais eu et ma foi pour l'instant à aucun moment de ma vie je n'ai eu à regretter ce choix. Et pourtant il existe des tas de gens comme moi qui n'en n'ont pas vraiment besoin mais qui pourtant en achètent un quand même )

"Je n'ai pas l'utilisation du téléphone portable" => "tout le monde peut s'en passer". Hum hum...

Dernière modification par darktomato (Le 08/08/2011, à 18:23)

Hors ligne

#137 Le 08/08/2011, à 18:36

The Uploader

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Personne n’a obligé les marchés à foutre le bordel en 2008

Ah bon. L'origine de la crise des subprimes c'est magique peut-être ?
Le gouvernement des USA n'y est pour rien, alors! Pas de politique de propriétaires, juste de la malchance! smile

Dernière modification par The Uploader (Le 08/08/2011, à 18:40)


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

Hors ligne

#138 Le 08/08/2011, à 18:36

Sopo les Râ

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

darktomato a écrit :

Les prix sont fixés par l'offre et la demande, et à moins de mettre en place une dictature mondiale (et encore) tu ne pourras jamais l'empêcher.

Réglementer les prix = dictature ?  o_O


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

En ligne

#139 Le 08/08/2011, à 18:50

darktomato

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Sopo les Râ a écrit :

Réglementer les prix = dictature ?  o_O

Règlementer (poser d'éventuelles limites hautes et basses, faire la chasse aux arnaques, poser des lois de protection du consommateur, éventuelles politiques économiques...), non. Les fixer, oui.

C'est un peu comme si avant l'arrivée de Free l'Etat français avait décidé "tiens, on va dire que désormais le prix d'un abonnement internet c'est 60€/mois, et puis c'est tout". C'est simplement l'anihilation de la liberté d'entreprendre et de la liberté de choix du consommateur. Donc pour le faire de manière générale en prétendant "ignorer les marchés"...

Dernière modification par darktomato (Le 08/08/2011, à 18:51)

Hors ligne

#140 Le 08/08/2011, à 19:03

Mudochon

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

darktomato → tes posts multi quote interminables totalement imbuvables et la déformation systématique des propos des autres que tu pratiques ici me saoule ( ou alors c'est que tu confonds les termes " pas indispensable " et " tout le monde peut s'en passer "  roll )

Donc désormais mes conversations avec toi sur ce forum sont closes.

Edit :  http://www.linternaute.com/dictionnaire … spensable/

Dernière modification par Mudochon (Le 08/08/2011, à 19:10)

Hors ligne

#141 Le 08/08/2011, à 20:08

oleg

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Encore une fois, s’il te plaît, darktomato quand tu me quotes n’oublie pas d’insérer mon pseudo : dans ce post, encore une fois, dès la deuxième citation, c’est moi que tu oublies de citer en me faisant passer pour Sopo les Râ : http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.ph … 1#p5674761

Serais-tu  toujours tellement pressé de répondre aux uns et aux autres juste  pour occuper l’espace, au point  de te moquer de cette règle élémentaire de politesse ? Merci d’avance.

darktomato a écrit :
Checky a écrit :

Quant à la Nouvelle-Zélande, que tu aimes aussi souvent citer en exemple de modèle libéral ayant "réussi", sa note est moins bonne que celle de la France (et à présent à égalité avec celle de la Belgique et des ...Etats-Unis).

Note qui reste donc parmi les meilleurs, avec une dette considérablement plus faible que la notre. ca n'a rien à voir, donc. C'est juste que le pays est moins puissant.

Faux, tu bottes en touche, une fois de plus. La Nouvelle-Zélande a appliqué une politique libérale à 100 % depuis une vingtaine d’années. Sa note est basée sur des critères économiques, on ne lui demande pas d’avoir la bombe atomique pour mériter un triple A.

darktomato a écrit :

Absolument faux.

Checky a écrit :

Le Japon n’est pas du tout indépendant des marchés. En voici un exemple en temps réel : http://www.lepoint.fr/bourse/bourse-de- … 571_81.php

Ton exemple ne prouve rien du tout les bourses japonaises peuvent dévisser comme elles veulent,

Tu dis n’importe quoi, tu te contentes de répondre pour répondre sans aucune argumentation qui tienne la route.

Mon exemple en prouve bien plus que ton laïus sans liens.

Et les bourses japonaises ne dévissent pas "comme elles veulent" elles sont tributaires de l’interactivité entre différentes places boursières dans le monde, tu le sais très bien.

darktomato a écrit :
Checky a écrit :

Si les états et leurs responsables décident maintenant  de mettre au pas les marchés et les agences de notation, une fois pour toutes, ce seraient ces derniers et ces dernières qui seraient obligés d’accepter les conditions des états.

Ce serait surtout un magistral suicide, vu que notre économie fonctionne sur le crédit apporté par les investisseurs auxquels tu veux faire un doigt d'honneur.

Ce serait un magistral suicide pour les idéologues libéraux qui ne pourraient pas le supporter.

C’est tout à fait possible, ce n’est qu’une question de volonté politique, c’est tout.

darktomato a écrit :

Ignorer les fluctuations du marché, il n'y a rien à dire tellement c'est ridicule. Ce serait un peu comme dire "maintenant on ignore les fluctuations des saisons", c'est du gros n'importe quoi.

Non, ce n’est pas du gros n’importe quoi, c’est le point de vue d’économistes qui n’ont rien de dangereux gauchistes et qui sont tout à fait en phase avec le système.

Un exemple ici, avec Joseph White, lis donc cette interview =

http://www.liberation.fr/economie/01012 … -du-marche

darktomato a écrit :

Quant à poursuivre les agences pour conflit d'intérêt alors que ce sont les Etats même qui ont fixé leurs règles de fonctionnement, c'est juste du foutage de gueule.

Là, ça devient de la propagande de ta part. Tu te moques du monde. Les Etats n’ont jamais fixé les règles de fonctionnement des agences qui sont les plus opaques que l’on puisse imaginer et qui tiennent à le rester : et tu le sais très bien.

Quant à leur fixer des règles de fonctionnement, non, ce n’est pas du foutage de gueule, c’est une question de volonté politique et Bruxelles commence un peu à y penser et même plus :

« Bruxelles rêve de permettre de poursuivre en justice les agences. » (Libé de ce jour page 6)

Pour en finir et parce que je ne vois plus aucun intérêt de poursuivre un échange avec un gars de mauvaise foi et buté, je vais te dire une chose, darktomato : c’est que tout ton logiciel ultra libéral assez fumeux et tout ton dispositif de propagande qui va avec, tout cela appliqué à la France est complètement ringard, obsolète et dépassé.

En fait, tu n’es pas dans le sens de l’Histoire et de tous ces peuples (comme celui d’Israël en ce moment même) qui se soulèvent parce qu’ils ne supportent plus les dérives du capitalisme financier qui, non seulement creuse inexorablement les écarts entre riches et pauvres, mais touche de plus en plus les classes moyennes.

Tu vis sur une planète de tes rêves qui n’existe pas.

Tu voudrais qu’on la mette à l’épreuve, démocratiquement, dès demain ?

Très simple : on fait un référendum auprès des français et on pose la question :

« Souhaitez-vous demain la constitution d’un état ultra libéral ? » 80 % des français voteront non et tu le sais très bien. Et ils auront raison, avant beaucoup d’autres.

Voilà, c’est tout : ce n’est pas la peine d’aller plus loin. Tu perds ton temps.

Car, ta vision ultra libérale est dogmatique et ne tient aucunement de la culture et de la spécificité des peuples : elle peut s’appliquer à la rigueur à certains peuples comme les anglais ou les américains (dont beaucoup entretiennent une méfiance basique pour tout ce qui vient de « l’Oncle Sam »), mais elle ne correspond nullement à la mentalité et à la culture françaises qui croient toujours (et qui ont raison de croire) en la notion d’Etat-Providence, distributeur et keynésien.

Voilà ce que tu ne pourras jamais changer.

Alors si je peux me permettre de te donner un amical conseil : pour oublier ton dépit, et en lot de consolation plonge-toi donc, par exemple, dans la lecture d’un grand philosophe et acteur d’un libéralisme individuel et de libre pensée intime = Henry David Thoreau.

Moi j’aime bien Thoreau, je le relis même en ce moment.

Mais sa pensée –qu’il serait d’ailleurs malhonnête intellectuellement – de résumer à simple un anti-gouvernementisme viscéral, parce que cette pensée est complexe et qu’elle a beaucoup évolué entre les années 1840 et 1859, sa pensée, donc est vivifiante au niveau de l’individu, mais pas de la  société rapportée à une économie qui la reflèterait.

On pourrait la résumer ainsi :

1) « Connais-toi toi-même », c'est-à-dire : pratique un minimum l’introspection, la méditation, la prise de recul sur les choses.

2) « Vis la vie que tu as imaginée », c'est-à-dire : ne renonce pas à tes rêves de ta jeunesse.

3) » Aime ta vie », c'est-à-dire : jouis de ta vie sans mauvaise conscience « judéo-chrétienne » et  comme le recommandent Spinoza ou Nietzsche.

4) « Simplifie », c'est-à-dire contente-toi du minimum (fuck la propriété, fuck l’argent, les honneurs, les richesses –et là on est loin des mecs de Wall Street et de Goldman Sachs !) Et on sait que Thoreau a vécu deux ou trois dans une simple cabane, pour mettre en pratique ce qu’il disait.

5) « Vis libre et sans liens » (autrement dit pas de femmes ni d’enfants mais la liberté, l’autonomie, l’indépendance et la solitude)

Voilà pour moi une vraie pensée « ultra libérale » : mais elle se place au niveau  intime et personnel. Elle  ne peut être érigée en exemple collectif ni en système économique.

Et je crois après t’avoir lu et relu que c’est la grande confusion que tu fais au niveau de ton délire ultra libéral : entre l’individu intime et l’individu social.

Autre grave erreur : tu appliques ta pensée au pays le moins disposé à cela sur Terre.

Bref : tu prêches dans un désert hexagonal et on va finir par avoir de la peine pour toi.

M’enfin : si ça t’amuse…continue et amuse-toi bien (sans moi désormais) ! cool

Dernière modification par Checky (Le 08/08/2011, à 20:09)


Faire de son mieux et laisser dire
Ne jamais se sentir en dessous de soi ni au-dessus des autres
Mon autogalerie de photos
A +

Hors ligne

#142 Le 08/08/2011, à 20:43

darktomato

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Checky a écrit :

Serais-tu  toujours tellement pressé de répondre aux uns et aux autres juste  pour occuper l’espace, au point  de te moquer de cette règle élémentaire de politesse ? Merci d’avance.

Désolé désolé, trop de choses à répondre, je quote à la main sans utiliser l'outil intégré.

darktomato a écrit :

Faux, tu bottes en touche, une fois de plus. La Nouvelle-Zélande a appliqué une politique libérale à 100 % depuis une vingtaine d’années. Sa note est basée sur des critères économiques, on ne lui demande pas d’avoir la bombe atomique pour mériter un triple A.

Non je ne botte pas en touche: la NZ n'est pas emmerdée par sa dette puisqu'elle n'en a quasiment pas. En parallèle, son économie se porte parfaitement bien.

darktomato a écrit :

Tu dis n’importe quoi, tu te contentes de répondre pour répondre sans aucune argumentation qui tienne la route.

Non. La dette du Japon est détenue par des créanciers intérieurs, ils n'ont donc pas de compte à rendre et pourraient même restructurer leur dette -presque- sans perte.

Et les bourses japonaises ne dévissent pas "comme elles veulent" elles sont tributaires de l’interactivité entre différentes places boursières dans le monde, tu le sais très bien.

Les bourses ne sont pas forcément liées aux forces d'un pays, ce sont des outils de mesure de flux. Que la bourse dévisse ne veut même pas dire que les entreprises se portent mal. Je Japon, lui, peut se permettre d'ignorer les fluctuations du marché. Nous, non.

Ce serait un magistral suicide pour les idéologues libéraux qui ne pourraient pas le supporter.

Plutôt pour les idéologues qui refont la réalité à leur sauce.

Non, ce n’est pas du gros n’importe quoi, c’est le point de vue d’économistes qui n’ont rien de dangereux gauchistes et qui sont tout à fait en phase avec le système.

"on ignore les fluctuations du marché mais... on maîtrise notre dette". Soit c'est complètement hypocrite puisqu'en prétendant de les ignorer il préconise de suivre ce qu'ils disent, soit pour lui accorder le bénéfice du doute ce qu'il dit renforce exactement ce que je disais plus haut: le Japon peut se le permettre parce que sa dette est sous controle. La notre appartient à des étrangers auxquels nous sommes redevables. Quand le marché gueule parce que les investisseurs trouvent que nous sommes trop endettés, il est donc radicalement impossible de l'ignorer.

Là, ça devient de la propagande de ta part. Tu te moques du monde. Les Etats n’ont jamais fixé les règles de fonctionnement des agences qui sont les plus opaques que l’on puisse imaginer et qui tiennent à le rester : et tu le sais très bien.

Je te conseille de te renseigner un peu, avant de tout de suite sortir les grands mots dès que quelque chose te choque. Les règles de fonctionnement des agences ont été fixées par les Etats, et celles-ci ont en particulier vu la sacralisation de leur oligopole avec la règlementation Bâle2 qui a fait en sorte qu'il est impossible de ne pas être noté, ainsi que les notés paient les banques (au lieu des prêteurs).

En fait, tu n’es pas dans le sens de l’Histoire et de tous ces peuples (comme celui d’Israël en ce moment même) qui se soulèvent parce qu’ils ne supportent plus les dérives du capitalisme financier qui, non seulement creuse inexorablement les écarts entre riches et pauvres, mais touche de plus en plus les classes moyennes.

Tu veux parler des gens qui, par exemple, viennent pleurer sur le fait que la crise de 2008 est un pur produit libéral alors que c'est un pur produit de l'Etat américain ?
Je vis sur notre planète, dans la réalité. Simplement je sors des préjugés et je m'informe, au lieu de me contenter de ce que disent les JT.

« Souhaitez-vous demain la constitution d’un état ultra libéral ? » 80 % des français voteront non et tu le sais très bien. Et ils auront raison, avant beaucoup d’autres.

Sans blague ? 80% des Français n'ont aucune idée de ce qu'est le libéralisme et lui attribuent des choses que lui même combat ! Forcément, quand on joue sur l"ignorance des gens on peut leur faire dire n'importe quoi, oui. refuser le libéralisme ? Détruire toutes les libertés individuelles ? Chiche !

Bref, ma vision "dogmatique" ne consiste qu'à te balancer des faits, au final: oui ce sont les Etats qui ont donné leur pouvoir aux agences, oui la crise de 2008 est issue de l'Etat américain, oui il y a différentes dettes dont certaines peuvent être gérables... C'est toile dogmatique qui refuse ce qu ine te plaît pas sous prétexte que ça ne rentre pas dans tes cases préconçues.

mais elle ne correspond nullement à la mentalité et à la culture françaises qui croient toujours (et qui ont raison de croire) en la notion d’Etat-Providence, distributeur et keynésien.

Ah bah oui. C'est pas comme si à la fois la crise de 2008 et la crise des dettes étaient précisément de purs résultats des modèles keynesiens, hein ! wink Entre la politique de crédit et la collectivisation des dettes, ce sont précisément des politiques keynesiennes qui ont déclenché tout ce bordel. Encore un exemple de tes jugements dogmatiques, tu ne veux même pas voir le sens des mots ?

Voilà pour moi une vraie pensée « ultra libérale » : mais elle se place au niveau  intime et personnel. Elle  ne peut être érigée en exemple collectif ni en système économique.

Ca ressemble à l'anarcho-capitalisme, ton ultra-libéralisme. C'est juste de l'extrémisme.

Hors ligne

#143 Le 08/08/2011, à 21:05

lawl

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Ils appellent ça "redevance copie privée". Cela consiste à taxer un cabinet de radiologie pour l'usage de DVD vierges afin que Johnny et le boss de la SACEM puissent avoir des rentes plus impotantes

Oui sauf que le pire c'est que je suis presque sur qu'il n'ont même pas penser qu'en taxant les CD/DVD vierge il taxait les entreprises.....C'est un dommage collatéral !

Tu veux parler des gens qui, par exemple, viennent pleurer sur le fait que la crise de 2008 est un pur produit libéral alors que c'est un pur produit de l'Etat américain ?

Oui sauf que das notre monde mondialisé un défaut d'un acteur devient le défaut de tout le monde et pas qu'économiquement (réseau informatique, énergetique, etc..). Nous vivons dans un monde ou tout est imbriqué à tel point qu'il y a un maillage interdépendant que plus personne ne maîtrise.

Hors ligne

#144 Le 08/08/2011, à 21:34

darktomato

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

lawl a écrit :

Oui sauf que das notre monde mondialisé un défaut d'un acteur devient le défaut de tout le monde et pas qu'économiquement (réseau informatique, énergetique, etc..). Nous vivons dans un monde ou tout est imbriqué à tel point qu'il y a un maillage interdépendant que plus personne ne maîtrise.

D'où l'intérêt d'avoir des Etats qui se concentrent sur la régulation plutôt que les tentatives politiques de manipulation de l'économie. Si tout est dans un cadre bien défini sans que personne n'aie le pouvoir de tout foutre en l'air d'un claquement de doigt comme ça s'est fait, les choses iront bien mieux. L'idée serait justement que plus personne ne maitrise ce maillage, car toute personne en ayant le pouvoir finira forcément par en abuser. Alors que si tout ne dépend que de la multitude d'acteurs qui composent nos sociétés, celles-ci seront bien plus stables. Les tentatives de planification ont fait assez de dégâts comme ça.

Hors ligne

#145 Le 09/08/2011, à 00:44

darktomato

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Tiens, juste pour rire sur la prétendue opacité des agences de notation : et clic et clic et clic !

Parce que bon, affirmer une chose qu'on entend dans les médias c'est bien, vérifier c'est pas mal aussi.

Et pour la forme, petite explication sur Bâle2 ou encore clic, ou encore clic.

Dernière modification par darktomato (Le 09/08/2011, à 00:58)

Hors ligne

#146 Le 09/08/2011, à 01:17

Astrolivier

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

darktomato a écrit :

Tiens, juste pour rire sur la prétendue opacité des agences de notation : et clic et clic et clic !

Parce que bon, affirmer une chose qu'on entend dans les médias c'est bien, vérifier c'est pas mal aussi.

Et pour la forme, petite explication sur Bâle2 ou encore clic, ou encore clic.


tu fais bien de pas trop les commenter :
http://www.standardandpoors.com/servlet … lue3=UTF-8

of near 1.5% annually going forward.
When comparing the U.S. to sovereigns with 'AAA' long-term ratings that
we view as relevant peers--Canada, France, Germany, and the U.K.--we also
observe, based on our base case scenarios for each, that the trajectory of the
U.S.'s net public debt is diverging from the others. Including the U.S., we
estimate that these five sovereigns will have net general government debt to
GDP ratios this year ranging from 34% (Canada) to 80% (the U.K.), with the
U.S. debt burden at 74%. By 2015, we project that their net public debt to GDP
ratios will range between 30% (lowest, Canada) and 83% (highest, France), with
the U.S. debt burden at 79%. However, in contrast with the U.S., we project
that the net public debt burdens of these other sovereigns will begin to
decline, either before or by 2015.

ça fait vachement serieux, et transparent : les autres qui ont triple a sont entre... 30 et 80% (ils ont du chercher longtemps pour trouver une échelle aussi précise...), comme les usa, mais on pense qu'avant 2015 les autres vont baisser leurs dettes alors que les usa non...

même madame irma n'oserait pas de telles prédictions. en pleine recession qui s'annonce, en crise systémique, ils voient la dette de la france (ou des autres) baisser, ce avant même une élection présidentielle, et alors que la france fait un déficit constant depuis plus de trente ans, même en période de ccroissance. je sais pas ce que leur a promis sarkozy, mais ça devait être de la bonne... manque de bol à un moment faut revenir sur terre, même après un shoot à la règle d'or.


edit :

j'aime bien tes liens qui démontre logiquement ta rigueur légendaire :
http://www.banque-credit.org/pages/baleII.html

Ces directives ont été préparées depuis 1988 par le Comité de Bâle, sous l'égide de la «banque centrale des banques centrales» : la Banque des Règlements Internationaux et ont abouti à la publication de la Directive CRD

wikipedia aurait suffit mais dis-moi, la fed, c'est pas une banque privée ? et la bce, c'est pas une banque indépendante, genre le crème de la crème de l'ordolibéralisme ? alors comment tu concilies que les états ont imposé au comité de bâle, indépendant des dits états et qui en fait

http://www.ffsa.fr/webffsa/risques.nsf/ … 050.htm#n2

Si la directive 2006/48 ou CRD (Capital Requirements Directive), qui transpose Bâle II en droit européen, est entrée en vigueur en Europe à compter du début de l’année 2007 [...]

a réussi à imposer aux états leur bouillie qu'ils se sont fait entre eux, sans la moindre pointe de démocratie ?

Dernière modification par Astrolivier (Le 09/08/2011, à 01:37)


S'il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l'humanité, ne serait-il pas indispensable de s'en tenir au principe selon lequel c'est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? (howard zinn)

Hors ligne

#147 Le 09/08/2011, à 02:04

darktomato

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Astrolivier a écrit :

ça fait vachement serieux, et transparent : les autres qui ont triple a sont entre... 30 et 80% (ils ont du chercher longtemps pour trouver une échelle aussi précise...), comme les usa, mais on pense qu'avant 2015 les autres vont baisser leurs dettes alors que les usa non...

Parce que tu crois qu'un analyse auquel on demande de noter le sérieux d'un pays ne va même pas prendre en compte les politiques en cours, l'état des débats et ce qui va être fait sur la question des déficits ? T'es sérieux ou tu le fais exprès ?

même madame irma n'oserait pas de telles prédictions. en pleine recession qui s'annonce, en crise systémique, ils voient la dette de la france (ou des autres) baisser, ce avant même une élection présidentielle, et alors que la france fait un déficit constant depuis plus de trente ans, même en période de ccroissance. je sais pas ce que leur a promis sarkozy, mais ça devait être de la bonne... manque de bol à un moment faut revenir sur terre, même après un shoot à la règle d'or.

Faut lire: en France les mesures anti-déficit ont déjà commencé. Aux USA non.

wikipedia aurait suffit mais dis-moi, la fed, c'est pas une banque privée ?

Non, la FED est aux ordres de l'Etat américain. Ne fais pas semblant de ne pas le savoir, quand même.

et la bce, c'est pas une banque indépendante, genre le crème de la crème de l'ordolibéralisme ?

Le principe même de banque centrale mutualisant l'économie est déjà contraire aux principes libéraux purs, mais je ne vais pas faire semblant de m'étonner que tu continues à sortir bêtise sur bêtise à ce sujet.

Et non, la BCE n'est pas non plus indépendante, il suffit de suivre un minimum l'actu pour le savoir. Tu crois que les chefs d'Etat européen et les responsables de la BCE font des réunions pour jouer à la belote ? smile

Dernière modification par darktomato (Le 09/08/2011, à 02:05)

Hors ligne

#148 Le 09/08/2011, à 02:13

The Uploader

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

La BCE indépendante... La FED une banque privée...

Mon Dieu... roll


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

Hors ligne

#149 Le 09/08/2011, à 09:51

Slystone

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Fiou ! Ca va vite ici, je n'ai pas encore eu le temps de lire toute la prose. En tous cas je voulais juste dire (je ne crois pas avoir vu de lien), que l'émission "C'est dans l'air" a de nouveau fait un programme assez intéressant sur la crise.
Ah zut je viens de voir que c'est du flash. Bon je donne quand même le lien : http://www.france5.fr/c-dans-l-air/inde … rique=1777


« Rigid, the skeleton of habit alone upholds the human frame. » - Virginia Woolf.
Mon petit blog avec mes tutos, mes trads, et mes humeurs (commentaires bienvenus).

Hors ligne

#150 Le 09/08/2011, à 12:08

side

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

The Uploader a écrit :

La FED une banque privée...

Mon Dieu... roll

A qui appartient la FED ?

Hors ligne

Haut de page ↑