Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites". Attention, le forum rencontre actuellement quelques difficultés. En cas d'erreur 502, il ne faut pas re-valider l'envoi d'un message ou l'ouverture d'une discussion, au risque de créer un doublon.

La section divers se réorganise ! De nouvelles sous-sections à venir. (plus d'infos + donner son avis)

#26 Le 03/10/2012, à 10:06

david96

Re : La question du gaz de schiste

Ayral a écrit :
david96 a écrit :

3 heures de routes avec ma petite famille (ma femme et mes deux filles).

Ça dû être une journée passionnante pour tes filles. 6 heures de bagnole et la moustache à José. Et des débats pour un autre âge.

Oui elles ont adoré et se sentent très concernées figure toi, alors ta petite critique à la gomme tu peux te la garder…
Je n'ai aucune considération pour toi et à mon tour de t'envoyer une critique sur tes progénitures : que leur laissera tu plus tard ? Quel cadre de vie rêve tu pour elles ? Des champs de métaux sans ciel étoilé pour rêver ?

Hors ligne

#27 Le 03/10/2012, à 10:07

cardabelle

Re : La question du gaz de schiste

@Ayral : plutôt que les infos des Echos, je préfère celles d'Owni, un peu pus fouillées  http://owni.fr/2012/10/01/les-data-en-forme-episode50/  et sans parti pris affairiste.
Tu as le droit d'être proGDS, mais évite de dire n'importe quoi...Le lobbying, ça commence à bien faire... http://www.premiercercle.com/newsletters/edr2012/2/ et pour savoir qui et le premier cercle : http://bellaciao.org/fr/spip.php?articl … orum487165

Hors ligne

#28 Le 03/10/2012, à 11:19

Ayral

Re : La question du gaz de schiste

L'auteur de ce fil désirait des informations diversifiées et se faire une morale personnelle. C'est pourquoi je cherchais de quoi alimenter le débat.

Pour David96, ma progéniture à moi quand elle était petite, on allait sur les sites de ce genre mais on laissait les petites à des amis. Maintenant, à l'âge qu'ils ont (35, 30 et 22 ans) ils s'occupent de leur vie et de leur avenir eux mêmes. L'une d'elles est responsable d'un groupe Amap et suit sa propre voie.

Edit : j'allais oublier: Cardabelle affirme: marre du lobbying. C'est vrai. Le militantisme anti gaz de schiste, anti OGM, c'est pas du lobbying, c'est du militantisme. J'oubliais, désolé.

Sur ce je vous laisse entre potes.

Edit mot oublié en italique

Dernière modification par Ayral (Le 03/10/2012, à 13:58)

Hors ligne

#29 Le 03/10/2012, à 11:46

sweetly

Re : La question du gaz de schiste

Je ne sais pas si ça a été dit, mais le gaz de schiste, c'est surtout une impasse énergétique à très court terme. Je repars.

Hors ligne

#30 Le 03/10/2012, à 11:47

david96

Re : La question du gaz de schiste

Ayral a écrit :

Pour David96, ma progéniture à moi quand elle était petite, on allait sur les sites de genre mais on laissait les petites à des amis. Maintenant, à l'âge qu'ils ont (35, 30 et 22 ans) ils s'occupent de leur vie et de leur avenir eux mêmes. L'une d'elles est responsable d'un groupe Amap et suit sa propre voie..

Bâ c'est tant mieux pour toi si t'avais la chance d'avoir des amis qui pouvaient garder tes enfants, ce n'est pas le cas de tout le monde. Et quand bien même, ça te surprendra peut-être mais si j'avais fait ça, mes filles m'en auraient voulu, surtout par la dernière qui est vraiment concernée. Bref ça serait bien qu'on évite les petites attaques personnelles, à l'emporte-pièce, ça commence à me gaver menu cette ambiance.

Hors ligne

#31 Le 03/10/2012, à 14:55

Ayral

Re : La question du gaz de schiste

david96 a écrit :

ça commence à me gaver menu cette ambiance.

Moi aussi, mais vu de l'autre position. Dès que l'on exprime une position différente, genre gaz de schiste pourquoi pas, Ogm pourquoi pas parlons en, aussi sec on se fait traiter de lobbyiste, valet au service du capitalisme agro industriel, militaro industriel, énergétique, au choix du client. Et moi ça me gave de ne pas pouvoir exprimer une opinion même si elle n'est pas majoritaire.

C'est pourquoi je vous laisse entre potes, ayant assez d'avoir à me justifier. Et désolé si tu as eu le sentiment d'avoir été personnellement visé, ce n'était peut être pas malin de ma part. Quoi qu'il en soit par ailleurs.

Hors ligne

#32 Le 18/06/2013, à 04:59

oleg

Re : La question du gaz de schiste

Une interview très intéressante à propos du gaz se schiste parue dans Libé d'hier : l'universitaire Thomas Porcher dénonce les illusions économiques vendues par les industriels (auxquels j'ajouterai : les politiques partisans du projet)

Quelques extraits :

Vous dites que le débat entre pro et anti gaz de schiste est mal posé. Pourquoi ?

Il est réduit à une balance entre gains économiques et coût environnemental. Du coup, il laisse croire que si on trouvait une autre technique d’extraction que la polluante fracturation hydraulique, le problème serait résolu. Or il resterait l’impact sur le climat. Surtout, on serait loin de la manne annoncée. Personne n’a tenté de mesurer l’impact économique réel d’une exploitation du gaz de schiste en France. Car la réponse est connue ! Le Medef et l’Ufip [l’Union française des industries pétrolières, ndlr] savent que le gaz n’a jamais apporté grand-chose à la collectivité. Les spécialistes parlent de «rente gazière» : ce que rapporte le gaz à la compagnie n’a aucune commune mesure avec les créations d’emplois et les effets directs sur l’économie. Un million de dollars de production ne crée que 2,35 emplois ! Les gaz de schiste sont un mirage ne profitant qu’aux compagnies.

Et les 600 000 emplois créés aux Etats-Unis ? Et les 100 000 emplois potentiels en France ?

Comment les Etats-Unis créent autant d’emplois - directs et indirects - avec du gaz ? C’est simple : ils forent en continu. Plus de 500 000 puits entre 2005 et 2012, un nouveau toutes les huit minutes ! C’est énorme. Une ruée vers l’or sauvage, la seule explication du «miracle» américain. Tant qu’il y a des puits installés, il y a des jobs créés. Un par puits, en gros. Le jour où on arrête, c’est fini. En France, pour créer 100 000 emplois d’ici 2020, il faudrait donc forer environ 90 000 puits. Soit 30 par jour ! Un matraquage concentré dans le Gard, l’Ardèche, les Cévennes ou l’Ile-de-France

(....)

Il y aurait de belles rentrées fiscales…

Même pas. Le code minier actuel ne permet pas à l’Etat de récupérer une part importante des bénéfices. La ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, veut le moderniser pour prendre en compte la charte de l’environnement et prévoir la consultation des populations et des collectivités territoriales. Les industriels le savent, c’est pour cela qu’ils sont si pressés d’obtenir des permis.
Les compagnies demandent juste le droit d’explorer pour évaluer les ressources…
Si elles explorent sans exploiter ensuite, elles perdent de l’argent. Car 90% de l’investissement se fait en amont de l’exploitation, des millions d’euros. Explorer veut donc dire pousser la ligne pour exploiter. D’où un effet pervers : les compagnies annoncent des chiffres de réserves faramineux. Pour allécher, accélérer les processus. Quitte à déchanter, comme en Pologne, où les réserves sont dix fois moindres que prévu.

(....)


Totalité de l'interview : http://www.liberation.fr/economie/2013/ … cee_911303


Jusqu'ici tout va bien !

A +

Hors ligne

#33 Le 18/06/2013, à 09:37

david96

Re : La question du gaz de schiste

En France, pour créer 100 000 emplois d’ici 2020, il faudrait donc forer environ 90 000 puits. Soit 30 par jour ! Un matraquage concentré dans le Gard, l’Ardèche, les Cévennes ou l’Ile-de-France

Grrr, S'ils pensent qu'on va les laisser massacrer nos beaux paysages, ils ont tort. C'est finit l'argument pour l'emploi, pour le progrès… Toutes ces conneries, ça va, on ne va pas refaire les mêmes erreurs.

Merci, oleg, je fais suivre.

Dernière modification par david96 (Le 18/06/2013, à 09:38)

Hors ligne

#34 Le 13/07/2013, à 06:41

oleg

Re : La question du gaz de schiste

Dernières nouvelles très inquiétantes, ne serait-ce qu'au niveau démocratique (car les peuples européens ne sont pas du tout associés au débat et à ce qui se trame en ce moment même en coulisses) (extraits d'une série d'articles parus hier 23/7 dans Libé qui y consacre plusieurs pages) :

1) Les lobbys mettent de plus en plus la pression pour l'exploitation du gaz de schiste en France avec la complicité active de certains hommes politiques qui se laissent séduire (réunions informelles, invitations à dîner etc...)

Il suffisait de laisser traîner ses oreilles après le débat sur les gaz de schiste organisé au ministère de l’Ecologie, le 3 juillet, pour distinguer les contours du lobbying dont fait l’objet cette ressource. Il y eut d’abord la phrase adressée à sa voisine par le directeur général de l’Union des industries chimiques, Jean Pelin : «La question est : faut-il tuer les écologistes ?» «Vous pensez, vraiment ?», lui a-t-on alors lancé. Et lui, hilare : «Je pense que oui !» Vinrent ensuite les félicitations adressées par le sénateur UMP Jean-Claude Lenoir au directeur de Total en charge des gaz de schiste en Europe, Bruno Courme : «Votre présentation était parfaite, très punchy, bravo !» Lenoir ? L’auteur, avec le député PS Christian Bataille, d’un rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. Publié le 6 juin, ce plaidoyer pour les gaz de schiste en avait fait hurler plus d’un, tant il épousait les thèses des industriels.

(....)

Pourquoi les industriels sont-ils aussi pressés de forer, alors que l’extraction propre n’existe pas encore ? Il faut surtout regarder du côté du code minier, très favorable aux entreprises. «Il ne prévoit aucune protection ni aucune redevance pour l’Etat dans la phase d’exploration, explique l’ancienne ministre de l’Environnement Corinne Lepage. Les compagnies veulent obtenir des droits acquis et s’accaparer les ressources nationales pour pas un rond. Elles savent que le code minier va être durci. D’ailleurs, tout a été fait jusqu’ici pour que la réforme ne sorte pas.»

Leurs arguments :

L’enjeu financier est énorme. Et la manne profiterait à une bonne partie du CAC 40, ce qui explique l’ampleur de la mobilisation en coulisses. Outre les pétroliers et gaziers, il y a par exemple le fabricant de tubes de forage Vallourec, celui-là même qui est mis en cause par Batho (lire ci-dessous) ; les parapétroliers Schlumberger et Technip ; les géants des matériaux Lafarge (ciment pour les puits) et Saint-Gobain (microcristaux injectés dans la roche) ; ceux de l’eau, Veolia et Suez (fourniture de 15 000 m3 d’eau par puits, puis retraitement) ; les chimistes comme Solvay, qui fournissent le cocktail «d’additifs» nécessaire à la fracturation. Tels ces derniers, bien des industriels rêvent d’un gaz pas cher.

(...)

On peut la résumer en trois volets. D’abord, en substance : «On n’a pas le choix, c’est la crise, ne passons pas à côté de ce trésor. Regardez le miracle américain, son million d’emplois créés, les prix du gaz quatre fois moindres, la compétitivité, l’indépendance énergétique…» Arguments contestés par l’économiste Thomas Porcher, qui démontre notamment qu’il n’y a qu’un emploi par puits ( Libération du 16 juin). Deuxième leitmotiv : «Laissez-nous au moins explorer pour évaluer la réserve.» Selon Corinne Lepage, il s’agit d’un cheval de Troie : l’exploration est si coûteuse que les compagnies exigeront de rentrer dans leurs frais, donc d’exploiter. Enfin, les industriels assurent qu’ils vont rendre la fracturation hydraulique moins polluante. En attendant, ils en minimisent les risques, évitant par exemple de détailler la composition du cocktail chimique employé. Ils tentent aussi d’imposer un vocabulaire moins anxiogène. Chez Total, on parle de «fissure» plutôt que de «fracture» de la roche. D’autres osent des termes quasi érogènes, comme «massage» et «stimulation».

Conseillers ministériels - en particuliers à Bercy - et parlementaires sont travaillés au corps. A coups d’argumentaires, de repas, de réunions informelles, jamais de cadeaux - ça laisse des traces. Du classique. «C’est un lobby sain : ce n’est pas parce que vous êtes invité à manger que vous couchez avec la personne le soir même», estime le député PS Pascal Terrasse

Article complet : http://www.liberation.fr/economie/2013/ … gie_917730


2) A propos du patron de Vallourec (Philippe Crouzet), époux de la Directrice de Cabinet de François Hollande, aurait-il obtenu la tête de Delphine Batho ?

http://www.liberation.fr/economie/2013/ … rec_917733


3) Quand Montebourg rallume le feu :

Comme il le fait depuis un an, le ministre du Redressement productif a donné mardi soir un nouveau coup de canif dans le consensus des opposants devant la commission des affaires économiques. Pour Montebourg, qui était résolument contre pendant la primaire socialiste de 2011, si on résout le «pur scandale» de la pollution des sous-sols, les gaz de schiste peuvent «être un des éléments de redressement de notre économie». Comme tous les zélateurs, il angle son plaidoyer sur l’indépendance énergétique de la France, la balance commerciale rééquilibrée et la création d’emplois. Oubliant allégrement la lutte contre le réchauffement climatique.

http://www.liberation.fr/economie/2013/ … feu_917734

4) Le lobbying des industriels se fait aussi au niveau de l'UE et les gouvernements de plusieurs états membres sont clairement pour l'exploitation (les peuples on sait pas, on s'en fout, on leur demande pas leur avis)

La bataille du gaz et du pétrole de schiste fait rage dans les couloirs bruxellois. Plusieurs pays - au premier rang desquels la Pologne (assise sur les plus grosses réserves estimées du Vieux Continent), suivie par le Royaume-Uni, l’Espagne, la Roumanie, la Lituanie ou la République tchèque - militent pour exploiter librement cette ressource. Ils refusent donc toute législation européenne contraignante qui alourdirait les coûts d’extraction, même si les dommages environnementaux ne connaissent pas de frontières. Les compagnies pétrolières sont en appui actif, qu’elles soient américaines (Exxon Mobil, Chevron, Halliburton) ou européennes (Total, Statoil, PGNiG, Shell). Elles (se) dépensent sans compter pour convaincre les institutions communautaires et les médias de l’innocuité des gaz de schiste.

http://www.liberation.fr/economie/2013/ … ons_917743

5) Cerise sur le gâteau : une société d'exploitation américaine lance un recours pour commencer à forer en France !

La loi anti-fracturation est sous la menace d’un recours déposé par la société américaine Schuepbach :

Y aura-t-il des forages de gaz et pétroles de schiste à l’automne ? La loi du 13 juillet 2011 qui leur ferme la porte en France est menacée. Elle interdit la fracturation hydraulique, seule technique d’extraction disponible. Or, la société texane Schuepbach, dont deux permis d’exploration ont été annulés, a déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel. Motif : la loi est discriminatoire car elle autorise la fracturation pour la géothermie. «Oui, mais dans le cas de celle-ci, on n’injecte pas de produits chimiques», rétorque Pascal Terrasse, député (PS) de l’Ardèche et opposant aux gaz de schiste. «Cette loi est fragile parce qu’elle ne définit pas précisément la fracturation hydraulique, tout le monde le savait, ajoute-t-il. Je pense d’ailleurs que cela a été fait exprès.»

http://www.liberation.fr/economie/2013/ … eur_917735

6) Et pourtant : petite piqûre de rappel concernant les risques de l'exploitation :

Oui, on trouve des traces de méthane dans les eaux souterraines aux alentours d’exploitations de gaz de schiste. Le propos n’émane pas d’une ONG militante, mais de scientifiques universitaires, et a été publié dans une revue à comité de lecture respectée : Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS, émanant de l’Académie des sciences américaine).
Les neuf chercheurs américains auteurs de l’article (1) ont analysé l’eau potable de 141 puits utilisés par des familles du nord-est de la Pennsylvanie, aux Etats-Unis. Une région où l’exploitation des gaz de schiste par la technique de la fracturation hydraulique bat son plein. Les scientifiques ont détecté des concentrations en méthane dans les échantillons d’eau 6 fois plus fortes en moyenne dans les 59 puits situés à moins d’un kilomètre d’une exploitation de gaz de schiste. Pour l’éthane, les concentrations sont 23 fois plus élevées. Et du propane a été détecté dans 10 échantillons, provenant tous de puits situés à moins d’un kilomètre d’une exploitation. En termes de normes sanitaires, 12 échantillons dépassaient la limite des 28 mg/litre de méthane - avec un maximum près de 70 mg/l -, à partir de laquelle les autorités recommandent une action immédiate pour y remédier.

http://www.liberation.fr/economie/2013/ … ble_917740

7) Lire aussi l'excellente interview de Thomas Porcher qui démonte point par point, et de manière qui me paraît convaincante, tous les arguments de ceux qui sont pour l'exploitation. J'en rappelle le lien déjà donné dans mon dernier post ci-dessus :

http://www.liberation.fr/economie/2013/ … cee_911303

Dernière modification par oleg (Le 13/07/2013, à 06:47)


Jusqu'ici tout va bien !

A +

Hors ligne

#35 Le 13/07/2013, à 14:21

Ghost33

Re : La question du gaz de schiste

Le gaz de schiste c'est le nouveau futur pétrole.

C'est à dire que l'homme a découvert le pétrole, s'est mis à l'exploiter, a pollué son environnement créant moult catastrophes écologique et mettant la terre à genoux.
Regardez autour de vous, y-a-t'il un seul endroit où vous posez les yeux sans y voir un matériaux issu du pétrole ?
A l'époque l'homme n'a pas vraiment mesuré l'impact que cela allait avoir sur l'environnement et sur notre futur.

Aujourd'hui, malgré les alertes que lancent des scientifiques et des asso écolo, l'homme est reparti pour faire la même chose avec le gaz de Schiste.

Parceque la course folle au développement et à la consommation d'énergie est plus attirante financièrement que le principe de décroissance, qui voudrait qu'on fasse un retour en arrière.

Qu'on ai envie ou pas de faire ce retour en arrière, on sera obligé sinon c'est la misère et la mort assurée pour l'humanité.

Je pense qu'il n'y a pas d'alternative possible, je suis très pessimiste lorsque je pense à l'avenir, pour moi il nous reste quelques dizaines d'années avant avant le début de la disparition de l'humanité.

Tant que le pognon est érigé comme un Dieu tout puissant, nous allons joyeusement dans le mur.


Légalise le lait fraise !

Hors ligne

#36 Le 13/07/2013, à 20:24

oleg

Re : La question du gaz de schiste

Le problème du gaz de schiste c'est aussi qu'on ne sait pas non plus si on peut l'insérer dans ce qu'on appelle la "transition énergétique" vers les énergies renouvelables alternatives. Personnellement, je ne le pense pas, je crois que c'est du court terme avec en plus des inconvénients environnementaux qui me paraissent redoutables.

L'émission "C dans l'Air" d'hier (12/7) avait pour thème la question du coût des énergies : vers la fin de l'émission, la question du gaz de schiste est abordée, mets le curseur sur 42 mn (mais toute l'émission est intéressante) :

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/envi … lent-39326

Dernière modification par oleg (Le 13/07/2013, à 20:26)


Jusqu'ici tout va bien !

A +

Hors ligne

#37 Le 13/07/2013, à 20:47

PPdM

Re : La question du gaz de schiste

oleg a écrit :

Le problème du gaz de schiste c'est aussi qu'on ne sait pas non plus si on peut l'insérer dans ce qu'on appelle la "transition énergétique" vers les énergies renouvelables alternatives. Personnellement, je ne le pense pas, je crois que c'est du court terme avec en plus des inconvénients environnementaux qui me paraissent redoutables.

L'émission "C dans l'Air" d'hier (12/7) avait pour thème la question du coût des énergies : vers la fin de l'émission, la question du gaz de schiste est abordée, mets le curseur sur 42 mn (mais toute l'émission est intéressante) :

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/envi … lent-39326

La réponse est très simple NON, toute énergie libérant plus de CO2 ou de Méthane qu'elle n'en fait économiser est nuisible pour la planète actuellement !


Linux n'est pas plus compliqué, il est différent.
GNU/Linux à Marseille Découvrir Marseille Ma librairie indépendante
Si vous pensez que le sujet du fil vous concerne, ne vous incrustez pas, postez une demande en donnant le lien de VOTRE fil

Hors ligne

#38 Le 13/07/2013, à 22:13

david96

Re : La question du gaz de schiste

Le gaz de schiste, non, c'est de la pure merde… L’argument de l'emploi, ça va, ils peuvent se la mettre au cul. Ça c'est dit.

Que faire alors, pour notre dépendance à cette énergie si précieuse pour notre quotidien.

Plus concrètement, j'ai participé à des réunions sur les énergies renouvelables, il y a de bonnes idées, étonnante d'ailleurs et d'autres plutôt inquiétante tels que faire des parcs Éoliens de partout, franchement, ça m’excite moyen de voir des éoliennes hautes de 100 mètres gâcher tout les paysages environnent… De plus pour faire fonctionner la rotation il faut du néodyme.

wikipédia a écrit :

Cet élément fait partie des terres rares dont les procédés d'extraction et surtout de raffinage sont décriés car extrêmement polluants

Écolo ?

wikipédia a écrit :

Ces éléments sont à l'origine de cancers du pancréas, du poumon et de leucémies. D'après la carte des villages du cancer en Chine, la mortalité par cancer est de 70 % dans les villages à proximité de Baotou

Ha oui, l'extraction est polluante et ça tue des gens, mais là bas, loin… Si chez nous il y a plus de danger, tout va bien ! (j'ironise).
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89olie … 3.A9nients

Que faire alors ?

Chercher encore, pas de panique, y'a toujours une solution à tout.

Édite : @oleg, merci pour ces liens, j'archive et communique smile

Dernière modification par david96 (Le 13/07/2013, à 22:18)

Hors ligne

#39 Le 17/07/2013, à 22:49

david96

Re : La question du gaz de schiste

FNE a écrit :

Suite au recours de France Nature Environnement, le Conseil d’État vient d’invalider un décret du 2 juin 2006 qui soumettait à simple déclaration les forages destinés à la recherche de gisements d’hydrocarbures. Une bonne nouvelle en matière de prévention des risques.

http://www.stopaugazdeschiste07.org/spi … rticle=577

Hors ligne

#40 Le 18/07/2013, à 09:17

Akiboot

Re : La question du gaz de schiste

david96 a écrit :
loup2 a écrit :

L'eau c'est  la  VIE.

Tout est dit.

Bien que l'indépendance énergétique soit importante, n'oublions que le cadre de vie des habitants l'est deux fois plus.

Bref, je pense qu'il y a des possibilités de se créer de l'énergie, saine et sans polluer, ni casser le cadre de vie…

J'avais vu sur France 3, un artisan qui avait inventé un moyen de se créer sa propre énergie.
Il croulait sous les commandes, mais ne pouvait en satisfaire aucune à cause des décrets de loi (souvent voulu par les lobbies industriels) qui lui empêchait sa commercialisation.

En voulant retrouver ce reportage, je suis tombé sur cette vidéo étonnante :
Faites rouler votre voiture avec de l'eau

Le site : http://www.voitureaeau.com/

Édit : je n'ai pas encore bien analysé ce site, si qq'un a des infos sur ces techniques, je suis preneur. smile

C'était le sujet de mon TPE il y a quelque année. Par contre je n'ai pas de son au boulot pour regarder la video donc je ne sais pas si c'est le même procédé.

En gros il te faut un bac à electrolyse rempli d'eau forcément. Ensuite grâce à un signal éléctrique bien particulier (qui est très facile à réaliser avec un gbf est une carte électronique bricoler) que tu envoie dans des électrode (le nombre dépend du volume de gaz que tu désire pour ton moteur).
Ce signal à la particularité de faire vibrer les molécule d'eau et de les casser, tu es donc capable ensuite d'extraire du H2 (gaz très inflammable) que tu injecte dans le moteur pour remplacer l'essence) et de l'O.
Nous avons testé ça sur un moteur de tronconneuse et nous étions particulièrement content du résultat, le moteur tournait au poil. Nous pouvions même récupérer de l'eau formé lors de la combustion du H2 mélangé avec l'oxygène présent dans l'air, nous n'avons par contre pas eu le temps de faire des mesures précise pour savoir le taux de perte et donc si il est possible de faire tourner le moteur dans une sorte de boucle "fermé"

Par contre pour ce qui est de l'inclure à un moteur de voiture, il y a beaucoup de critique mais venant souvent de personnes ayant un interret dans les moteurs essence, a prendre avec du recul donc...

Hors ligne

#41 Le 18/07/2013, à 10:36

david96

Re : La question du gaz de schiste

Bon sang de flash, en voulant voir ce qu'était un bac électrolyse, une vidéo à fait planter iceweasel (firefox), rhaaaa…

Je disais donc, merci pour ce retour d'expérience, comme quoi si on se donne les moyens on peut j'en suis persuadé, faire des énergies renouvelable non polluante, respectueuse du cadre de vie des habitants et de l'environnement en général.

C'est juste une décision politique soutenue par une adhésion citoyenne. On écarte les lobbys de l'industrie pétrolière et consort, ils ont assez pollué le débat comme ça.

Dernière modification par david96 (Le 18/07/2013, à 10:37)

Hors ligne

#42 Le 18/07/2013, à 11:41

temp000

Re : La question du gaz de schiste

nous n'avons par contre pas eu le temps de faire des mesures précise pour savoir le taux de perte et donc si il est possible de faire tourner le moteur dans une sorte de boucle "fermé"

Et ça, c'est la version la plus honnête : on aurait dû le faire, mais on ne l'a pas fait.
La version la plus fréquente c'est : on ne s'est pas posé la question (à d'autres... !) et puis ce n'est pas la peine d'en parler.

En bien si on le fait, on trouve systématiquement que ça débite moins d'énergie que ça en consomme ! Et donc que ce n'est en rien (strictement en rien) une solution aux problèmes énergétiques. En tous cas aucune expérience (et quand on regarde l'étendue des technologies contemporaines, ça en fait, des expériences) n'a jamais permis d'envisager seulement de mettre en doute le célèbre principe de Lavoisier. Il a toujours été confirmé, sans la moindre exception, jusqu'à  présent. Et alors les branleurs qui prétendent l'infirmer sont capables de monter de gigantesques esbroufes bien spectaculaires mais la seule chose qu'ils ne font jamais, strictement jamais, c'est d'indiquer l'énergie en entrée et l'énergie en sortie ! Et ce n'est jamais difficile à mesurer, donc ce n'est pas ça la raison...

Bien sûr, il y a des conversions dont le rendement est plus plus élevé que celui d'autres. Exemple banal :
moteur à explosion : environ 25 % (un peu plus un peu moins, selon le type de moteur, les réglages, etc.)
moteur électrique : environ 90 % (même remarque)
Mais ça ne suffit pas pour conclure : s'il s'agit de bagnole, par exemple, c'est le rendement de la bagnole qu'il faut considérer. Trimbaler 300 kg de batteries ou 25 litres d'essence (au début c'est 50, à la fin c'est 0) c'est pas pareil ! En outre, les batteries, il faut les fabriquer et les recycler, alors que l'essence ça se ramasse quasiment par terre et les déchets de combustion on les envoie gentiment dans l'atmosphère...
Donc trouver un machin là-dedans qui a rendement plus élevé n'assure même pas que le rendement global va être plus élevé. Ça pourrait même être le contraire !
Etc. Parce qu'il y aurait encore bien des choses à dire...

Evacuer discrètement tout ça et s'en prendre aux lobbys pétroliers, c'est ridicule.
Il faut arrêter de tomber dans tous les panneaux !

Dernière modification par temp000 (Le 18/07/2013, à 11:47)

Hors ligne

#43 Le 18/07/2013, à 12:27

david96

Re : La question du gaz de schiste

Ce qui est ridicule c'est tout ton laïus. Tu sais ce que veux dire le mot recherche ? Bâ justement, toi tu conclus, alors qu'il faut justement continuer à chercher pour pallier à ces problèmes que tu soulignes et faire en sorte que ça marche, si ça ne passe pas par la droite, tentons à gauche.
Proposer d'autres pistes, au lieu d'être systématiquement dans la négation ou le plaisir de contredire.

Sinon je ne m'en prends pas qu'aux lobbys pétroliers, y'a aussi les corrompus et les trolles dans ton genre qui ne servent strictement à rien.

Hors ligne

#44 Le 18/07/2013, à 12:30

Smon

Re : La question du gaz de schiste

Qu'il y en ait encore ou pas, va falloir arrêter de voir les énergies fossiles comme une solution et investir dans l'avenir plutôt que dans une solution à court terme.

Hors ligne

#45 Le 18/07/2013, à 12:34

david96

Re : La question du gaz de schiste

J'ai souvenance que dans les années 80 on avait lancé des recherches dans les déchets. L'idée était tentante : produire notre énergie avec nos propres déchets…

Je ne sais plus où ça en est vraiment tout ça.

Hors ligne

#46 Le 18/07/2013, à 12:49

temp000

Re : La question du gaz de schiste

david96 a écrit :

Ce qui est ridicule c'est tout ton laïus. Tu sais ce que veux dire le mot recherche ?

Oui ! Je suis docteur en chimie-physique !
T'es mal tombé !

Hors ligne

#47 Le 18/07/2013, à 12:56

inkey

Re : La question du gaz de schiste

david96 a écrit :

J'ai souvenance que dans les années 80 on avait lancé des recherches dans les déchets. L'idée était tentante : produire notre énergie avec nos propres déchets…

Je ne sais plus où ça en est vraiment tout ça.

Fausse bonne idée. Du moins pas à faire à grande échelle. Un recyclage qu'importe s'il produit des objets ou de l'énergie ne sera , je pense jamais propre.
Il faut bien comprendre qu'à partir du moment ou tu brûle quelque-chose , tu pollue.
On ne pourra pas éviter de polluer mais se permettre de créer des déchets pour ensuite en faire de l'énergie me semble une conception assez inquiétante. La seule vrai solution viable, c'est de produire plus intelligemment et donc moins.
Quand au recyclage, qu'il soit le plus simple possible. Faire de l'énergie à partir de déchet c'est je pense la solution la moins intéressante possible.
La meilleure étant la réutilisation, entre les deux se trouve le fait de «refondre» «remachiner», mais faire de l'énergie avec, à part tout mettre au feu comme une centrale thermique je vois pas.

Dernière modification par inkey (Le 18/07/2013, à 12:56)

Hors ligne

#48 Le 18/07/2013, à 13:23

Nasman

Re : La question du gaz de schiste

temp000 a écrit :
david96 a écrit :

Ce qui est ridicule c'est tout ton laïus. Tu sais ce que veux dire le mot recherche ?

Oui ! Je suis docteur en chimie-physique !
T'es mal tombé !

+1


PC fixe et portable avec Precise 64 bits

Hors ligne

#49 Le 18/07/2013, à 13:36

temp000

Re : La question du gaz de schiste

Nasman a écrit :
temp000 a écrit :
david96 a écrit :

Ce qui est ridicule c'est tout ton laïus. Tu sais ce que veux dire le mot recherche ?

Oui ! Je suis docteur en chimie-physique !
T'es mal tombé !

+1

???
Je te donne la suite

Lui :
Tu sais ce que veux dire le mot recherche ?
Moi :
Oui, je suis docteur en chimie-physique
Lui :
Argument d'autorité

Si tu en veux un sac plein dans le même genre... Ça commence là : http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.ph … #p14126241

Dernière modification par temp000 (Le 18/07/2013, à 13:38)

Hors ligne

#50 Le 18/07/2013, à 13:47

pierrecastor

Re : La question du gaz de schiste

david96 a écrit :

Ce qui est ridicule c'est tout ton laïus. Tu sais ce que veux dire le mot recherche ? Bâ justement, toi tu conclus, alors qu'il faut justement continuer à chercher pour pallier à ces problèmes que tu soulignes et faire en sorte que ça marche, si ça ne passe pas par la droite, tentons à gauche.
Proposer d'autres pistes, au lieu d'être systématiquement dans la négation ou le plaisir de contredire.

Sinon je ne m'en prends pas qu'aux lobbys pétroliers, y'a aussi les corrompus et les trolles dans ton genre qui ne servent strictement à rien.


'tain, pour une fois que temp000 nous pose un message construit, cohérent et argumenté, il se refait taper dessus parce que ça ne va pas dans votre sens.

Il dit la même chose que toi, il faut faire de la recherche. Mais faire de la recherche, ça veut dire un minimum de rigueur dans la démarche. Alors certes il le dit de manière désagréable, comme souvent, mais ça n'invalide pas le fond.

Les truc de moteur à énergie positive, mouvement perpétuel, moteur à eau, moteur à aire comprimé, c'est pour l'instant de l'arnaque, effectivement. Et quand tu veut "vendre' une nouvelle énergie ou un nouveau moyen de faire tourner des trucs, faut aussi se poser la question du bilan énergétique global. Ce qui est très rarement fait dans les vidéos youtube des nouveau petits génie à la recherche de financement.

Sinon ça n'a pas de sens, quand tu veut faire le bilan de l'efficacité d'un système, il faut allez un peu plus loin que le simple rendement énergétique pur.

Tout comme quand on discute énergie renouvelable. Un panneau photovoltaique, par exemple, est une grosse connerie écologique.

La thermodynamique, on peut difficilement la contourner.

Dernière modification par pierrecastor (Le 18/07/2013, à 13:54)


C'est cool, les quotes dans la signature, j'en une super, n'est-ce pas ? :lol:

S.O.D.

Hors ligne

Haut de page ↑