Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
Test de l'ISO d'Ubuntu francophone : nous avons besoin de testeurs pour la version francophone d'Ubuntu 14.04. Liens et informations ici.

Attention, une faille de sécurité dans bash a récemment été rapportée, il est recommandé de mettre à jour son système (plus de détails) *** mise à jour 12/10/2014 ***

#26 Le 13/04/2013, à 10:42

Marie-Lou

Re : la norme et l’excentrique

Ghost33 a écrit :
Marie-Lou a écrit :
Ghost33 a écrit :

La norme...
Pourquoi l'homme a-t-il besoin de définir des normes ?

Dans certains cas, c'est une question d'utilité, par exemple en électricité il est important qu'il y ai des normes, pour que tout soit compatible et sans risque.

Par contre lorsqu'il s'agit de l'appliquer à l'être humain, je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il s'agit d'une marque de racisme/austracisme/homophobie/peur de l'autre.
Après tout, qu'est-ce que ça peut bien faire si on est différent, tant qu'on est heureux ?
Pourquoi devrait-on définir une norme, si ce n'est pour définir que ceux et celles qui sont différents de la majorité sont des "anormaux" ?
Je trouve donc que derrière l'idée de norme attribuée à l'humain, il y a un jugement porté sur l'autre que je considère totalement déplacé car chacun d'entre nous a le droit d'être ou de vivre comme il/elle en a envie ou comme il/elle est né(e). Évidemment, tant que cela ne porte pas atteinte à autrui.

À mon sens tu as une vision trop restrictive et péjorative, de ce qu'est une norme. Sans norme, on ne pourrait pas acheter notre baguette à la boulangerie. Lorsque je m'y rends, c'est à une heure où la boulangerie est la plus susceptible d'être ouverte ; je sais que je pourrai y payer avec mes pièces en euro ; je sais que je devrai m'adresser au vendeur/à la vendeuse en français ; que si je dis « bonjour », j'ai plus de chance d'être bien reçu que si je ne dis rien ; que je dois attendre, dans la file, dans l'ordre d'arrivée ; que je dois me tenir à une certaine distance du client qui me précède (il risquerait de se sentir agressé si je le collais) ; que je dois attendre un signe (oral ou physique) du vendeur avec d'expliciter ma commande, etc. etc. Sans norme, impossible de coordonner nos actions… Et je reste là à un niveau très microsocial, qui n'est pas le seul possible.

Oui enfin si tu relis ce que j'ai marqué, je deviens pessimiste quand il s'agit d'appliquer la norme à l'humain.

J'ai bien compris cela et moi aussi je n'évoque que l'humain.

Ce que je veux dire, c'est que quand on veut normaliser l'humain, on en vient à dire que ce qui n'est pas dans la norme est anormal, et cela sous-entend qu'il faut s'y opposer.
Il y a plein d'exemples, par exemple les gauchers, les roux, les homosexuels...

D'une part je ne nie pas que la norme puisse être support de discrimination, d'opposition… Je dis juste qu'on ne peut pas regarder la norme que sous cet angle « péjoratif » et mon exemple un peu « bête » avec la boulangerie avait pour but de montrer que sans norme, tu ne pourrais acheter ton pain. La norme est ce qui fait qu'on peut vivre ensemble, donc qu'on peut vivre tout court, puisque l'humain vit toujours « ensemble ».

D'autre part tes propres exemples permettent de nuancer ton propos. Je peux reconnaître l'existence d'une norme sans pour autant m'opposer à ceux qui ne s'y soumettent pas. Par exemple je peux reconnaître vivre dans une société hétéronormée, sans pour autant stigmatiser les homos. La simple existence d'une norme ne suffit jamais à expliquer les phénomènes de « sanction » lorsque la dite norme est bafouée ; il suffit d'ailleurs de constater que, généralement, la stigmatisation provient de certains groupe sociaux et pas de tous, pour se rendre compte que l'existence d'une norme est un préalable à la compréhension de cette stigmatisation, mais un préalable insuffisant.


Compte clôturé

Hors ligne

#27 Le 13/04/2013, à 12:28

yrieix

Re : la norme et l’excentrique

side a écrit :

L'existence des normes est indépendant de la volonté des hommes. Elles émergent de la vie en société, dès qu'il y a des hommes, il y a des normes.

Accessoirement, les normes c'est très utile quand même. Essaye donc de rouler à gauche sur une route nationale, tu verras qu'imposer une norme à tous peut s’avérer utile.

J'ai aucun problème à transformer les règles, les, lois, les comportements etc. en norme.

Ce que tu appelles "norme" en fait, c'est un truc dont la majorité des gens d'un centre commun géographique, idéologique ou autre (par ex. la norme à Paris, ou la norme chez les homos, la norme chez pizza tempo etc..) sont d'accords pour appeler "norme" dans un certain but.

Par ex. si je fais partie (sans le savoir) d'une majorité de gens qui jouent de la guitare avec un médiator, je ne ferais pas forcément partie d'une norme ?

Pourtant si demain Johnny joue avec un médiator et que nous nous mettons tous à jouer à sa façon, parce qu'il le fait, ça devient une norme alors ?

Donc c'est bien dépendant de notre volonté de vouloir qu'une norme existe en tant que telle ?

Hors ligne

#28 Le 16/04/2013, à 10:17

Marie-Lou

Re : la norme et l’excentrique

J'ai récemment lu un article très intéressant qui m'a fait pensé à ce sujet. En prenant le cas de Jacques Chirac, l'article en question examine les  processus par lesquels une élite, bien que condamnée pénalement, semble échapper à la disqualification sociale.

Pour en revenir au message initial de ce topic, l'article est une bonne illustration d'une critique que l'on peut opposer au schéma : ce n'est pas seulement la relation à la norme qui définit le normal ou le déviant (« l'excentrique », dans le schéma), c'est la réaction d'autrui interprétant cette relation (pour des précisions sur cette idée, je vous renvoie à la désormais très classique analyse de Howard Becker sur la déviance).


Compte clôturé

Hors ligne

#29 Le 16/04/2013, à 10:52

side

Re : la norme et l’excentrique

yrieix a écrit :

Par ex. si je fais partie (sans le savoir) d'une majorité de gens qui jouent de la guitare avec un médiator, je ne ferais pas forcément partie d'une norme ?

Si.

Jouer de la guitare avec un médiator est une norme. Ce qui est excentrique, c'est de jouer avec son jack directement sur les micros par exemple.


yrieix a écrit :

Pourtant si demain Johnny joue avec un médiator et que nous nous mettons tous à jouer à sa façon, parce qu'il le fait, ça devient une norme alors ?

Ca dépend combien de temps ça dure.


yrieix a écrit :

Donc c'est bien dépendant de notre volonté de vouloir qu'une norme existe en tant que telle ?

moi a écrit :

L'existence des normes est indépendant de la volonté des hommes individus.

fixed.

Hors ligne

#30 Le 20/04/2013, à 22:17

temp000

Re : la norme et l’excentrique

side a écrit :
yrieix a écrit :

Par ex. si je fais partie (sans le savoir) d'une majorité de gens qui jouent de la guitare avec un médiator, je ne ferais pas forcément partie d'une norme ?

Si.

Jouer de la guitare avec un médiator électrique est une norme.

Tu imagines de la musique sans guitare électrique ? Impossible ! Ou alors ce sont des excentriques qui pourraient tenter ça... lol

Dernière modification par temp000 (Le 20/04/2013, à 22:19)

Hors ligne

Haut de page ↑