Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

À propos de l'équipe du forum.

#376 Le 29/10/2018, à 13:27

pierrecastor

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Salut

Un grand classique. Et si on enchaine d'abord Les robots et les romans intermédiaire, ça fait une immense saga dans le même univers.

Par contre, ça fait 7 livres sur fondation si on compte les deux préquelles. ;-)

Dernière modification par pierrecastor (Le 29/10/2018, à 13:28)


Oui c'est bien plus ouf et c'est bien bandant
Courir nu la bite à l'air, courir nue la fouffe au vent
Ludwig von 88 - Fracas

Hors ligne

#377 Le 29/10/2018, à 19:19

bishop

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

papy104 a écrit :

Bonjour

Pour ceux qui voudraient faire un tour dans la SF : Le cycle complet de FONDATION (5 livres) de Azimov
Deja lu au moins deux fois

Papy

+1 pour le Cycle de Fondation, un des grands classiques de la SF.


Amateur de SF et de Fantastique depuis 1970 j'ai dû lire la trilogie originale Fondation 1951, Fondation et Empire 1952 et Seconde Fondation 1953 cinq ou six fois. Plus récemment il y a eu Fondation foudroyée 1982 et Prélude à Fondation 1988 que j'ai lu une paire de fois. Je ne me rappelle pas de Terre et Fondation 1986  et  L'Aube de Fondation 1993.
J'ai déménagé il y a peu et je retape une maison. Ma bibliothèque est quasi inaccessible, les livres sont entassés dans un placard avec un fatras d'objets divers. C'est un véritable capharnaüm.
Il y a une quinzaine de jours j'ai acheté Terre et Fondation que je relis actuellement. Je viens de m'apercevoir que je possédais ce bouquin.

Sinon dans les classiques de la SF à lire sans modération il y a dans la même veine que Fondation la trilogie Le cycle du Ā d'A. E. van Vogt composée de : Le Monde des Ā, Les Joueurs du Ā et La Fin du Ā.
Je suis un amateur inconditionnel des romans écrits par A. E. van Vogt entre 1946 et 1959 : À la poursuite des Slans 1946, Les Fabricants d'armes 1947, Le Sorcier de Linn 1950, La Faune de l'espace 1950, Les Armureries d'Isher 1951, L'Empire de l'atome 1956, La Guerre contre le Rull 1959. Je relis chaque roman environ une fois tous les cinq ans, chaque roman est un monument de la SF que je redécouvre à chaque lecture.
A. E. van Vogt  n'a plus écrit pendant de nombreuses années pour diverses raisons et les romans qui ont suivi n'ont pas la même verve.

Dans les incontournables de la SF il y a le Cycle de Dune, romans écrits par Frank Herbert. Les suites que son fils Brian Herbert assisté de Kevin J. Anderson a écrit sont pas mal mais ne sont pas de la même veine.

En ce qui concerne le roman fantastique il y a les incontournables. Abraham Merritt est le précurseur de l'heroic fantasy avec quelques romans phares comme Le Gouffre de la Lune 1919, La Nef d'Ishtar 1923/24, Les Habitants du mirage 1932. Ce sont mes préférés mais je n'oublie pas Le Monstre de métal 1920 et La Femme-renard 1943.
Citer les maîtres de l'heroic fantasy en omettant Jack Vance serait un blasphème. Dans mes préférence je relis régulièrement la quadrilogie Le Cycle de Tschaï, une saga épique d'une densité insoupçonnable. L'autre quadrilogie phare de cet auteur à lire est La Terre mourante animée par un héros atypique, Cugel l'astucieux, sans oublier Rhialto le magicien.

Il y en aurait beaucoup d'autres à citer mais je crois avoir suffisamment squatté cette discussion.
À plus amateurs d'imaginaire, de légendes et d’univers fantastiques.

Note : je dis être un amateur de SF et de Fantastique depuis 1970 mais en 1963, j'avais 12 ans, ma mère m'offrit une superbe édition de L'Iliade et l'Odyssée qui a été mon livre de chevet pendant de nombreuse années et que plus tard je considérais comme une œuvre fantastique au même titre que les roman d'heroic fantasy. En 1965 j'achetais régulièrement les magazines amazing stories marvel et autres. Le temps passe... roll

Dernière modification par bishop (Le 30/10/2018, à 18:21)


Moteurs de recherche : PPA Personal Package Archives for Ubuntu, Dépôts Ubuntu Ubuntu Packages Search

Hors ligne

#378 Le 01/11/2018, à 07:13

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Bonjour les Ubunteros.

Je viens de terminer "La nouvelle société du coût marginal zéro" de Jeremy Rufkin.
C'est l'histoire d'un type qui a fait une découverte extraordinaire  et qui vient apporter la bonne nouvelle. Il y a un côté prédicateur légèrement barbant.
Mais il faut lui reconnaître un style plaisant, et malgré quelques rares passages abscons, on va jusqu’au bout, mené par la curiosité.
On assiste donc au combat opposant le bien commun à la propriété privée. Au cours de l'histoire on apprend que le méchant ( la propriété privée) n'est pas vraiment méchant et que s'il prend la plus grosse part du gâteau, c'est pour donner plus de miettes aux pauvres. Et puis, que l'on se rassure, le gentil, le bien commun, gagnera à la fin.
Et tout ça grâce à quoi, je vous le demande ? Grace aux merveilleuses découvertes faites dans les merveilleuses universités américaines. Merci qui ?
Et l'auteur d'énumérer les nouvelles baguettes magiques. Internet, imprimantes 3D,...je vous laisse découvrir, on y apprend beaucoup de choses, mème si l'on peut être déçu par certaines affirmations trop rapides ou le ravissement devant les big data forcement bénéfiques.
Mème si vous sortez de la lecture avec des points de désaccord, vous ne devriez pas regretter d'avoir mis le nez dans le bouquin. cool

Hors ligne

#379 Le 02/11/2018, à 09:36

LeJediGris

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Salut,

Dans le style SF et space opera n'oublions pas un de nos meilleurs auteur français: Pierre Bordage et sa fameuse trilogie...

A+


%NOINDEX%
Matos Asus Zenbook 3 Deluxe UX490
"Home Made" Monstro: core i7 2600+16Go de mémoire+SSD C300 128Go SATAIII+MoBo Asus P8P67 DeLuxe avec Mint 18.3
+ "Terminator", Pentium 4 avec velociraptor, A la niche, place au Core 2 2660 aussi sous Mint 18.3, Freebox Revolution

Hors ligne

#380 Le 04/11/2018, à 19:24

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance . Laurent Mucchielli.
On y apprend beaucoup sur la vidéo surveillance, entre autre qu'il est très difficile pour les conseillers d’opposition d'obtenir des informations .
L'aspect financier est bien traité, dommage que l'auteur n'ait pas poursuivi son enquête sur les enregistrements: utilisation, stockage...Dans un prochain livre ?

Dernière modification par gazimel (Le 07/11/2018, à 08:31)

Hors ligne

#381 Le 14/11/2018, à 04:02

gazimel

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Le jugement d'un psychiatre grenoblois m'a incité à lire Juger les fous au Moyen Âge (dans les tribunaux royaux en France XIVe-XVe siècles) de MAUD TERNON.
Bien que réduit à 2 siècles et à une partie du pays, le livre est très instructif.
Les préoccupations de l'époque rejoignent celles d’aujourd’hui. Sur l' irresponsabilité du "fou", la protection de la société...les préoccupations sont très proches, ce sont les moyens mis en œuvre qui diffèrent.
Avec toujours cette recherche du responsable/coupable des actes du fou.

Hors ligne

#382 Le 05/03/2019, à 19:30

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« Ce fut à l’angle du parapet, à cinq heures du matin. C’était toujours là une heure dangereuse parce que nous avions le lever du jour dans le dos, et si notre tête venait à dépasser du parapet, elle se profilait très nettement sur le ciel. J’étais en train de parler aux sentinelles en vue de la relève de garde. Soudain, au beau milieu d’une phrase, je sentis… c’est très difficile de décrire ce que je sentis, bien que j’en conserve un souvenir très vif et très net.

Généralement parlant, j’eus l’impression d’être au centre d’une explosion. Il me sembla y avoir tout autour de moi un grand claquement et un éclair aveuglant, et je ressentis une secousse terrible – pas une douleur, seulement une violente commotion, comme celle que l’on reçoit d’une borne électrique, et en même temps la sensation d’une faiblesse extrême, le sentiment de m’être ratatiné sous le coup, d’avoir été réduit à rien. (…) Je compris immédiatement que j’étais touché.
(…) La stupidité de cet accident me rendait furieux. Que c’était absurde ! Etre supprimé, et pas même dans une bataille, mais dans ce banal coin de tranchée, à cause d’un moment d’inattention !
J’ai songé aussi à l’homme qui avait tiré sur moi, me suis demandé comment il était, si c’était un espagnol ou un étranger, s’il savait qu’il m’avait eu, et ainsi de suite…
Il ne me fut pas possible d’éprouver à son égard le moindre ressentiment. Je me dis que puisqu’il était fasciste, je l’eusse tué si j’avais pu, mais s’il avait été fait prisonnier et amené devant moi à cet instant, je l’aurais tout simplement félicité d’être bon tireur. »

L’engagement concret sur le terrain d’un homme et d’un écrivain intègres en mai 37 en Catalogne.

Et son témoignage des aberrations vécues sur place : les carences en équipements,  la désunion des forces de gauche et passant plus de temps à se canarder entre elles qu’à combattre l’ennemi objectif réel (Franco), l’incroyable force et farce des campagnes de désinformation allant jusqu’à faire passer le P.O.U.M (d’obédience trotskyste)  et le C.N.T (d’obédience anarchiste) comme des alliés des fascistes franquistes ! Les graves dissensions entre le P.S.U.C (dirigé par les communistes et affilié à la III° Internationale) et le P.O.U.M et le C.N.T.

Un incroyable et indicible imbroglio que l’auteur -engagé un peu par hasard dans le P.O.U.M -  essaie d’expliquer en toute honnêteté à la fin de son récit, dans deux appendices pour mieux comprendre les dissensions entre ceux qui auraient dû se battre ensemble et pour tenter de mieux décrypter l’indicible bordel qui régnait à Barcelone en mai 37 !

Mais dans tout ça, sur le front, dans les tranchées, une vraie camaraderie vécue entre forces combattantes de gauches diverses que leurs directions respectives obligeaient à manoeuvrer les unes contre les autres pour des questions de pouvoir, tout cela au lieu de se tourner enfin unies et ralliées vers un même  ennemi commun.

Quand on y réfléchit un peu, est-ce que ça a vraiment changé ? neutral

George Orwel « Hommage à la Catalogne »

Dernière modification par jackpot (Le 05/03/2019, à 21:22)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#383 Le 06/03/2019, à 07:43

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Le jeune Kaizuo et sa petite amie Tetsuko débarquent du Japon en France avec un projet assez dingue : prendre en otage Alain Delon ! Rien que ça !

Et le bouquin commence avec l’enlèvement de notre monument en péril. Un enlèvement dûment préparé et exécuté dans les règles de l’art.

Mais, en dehors du fait que Kaizuo et Tetsuko, comme beaucoup de japonais, soient de vrais adorateurs d’Alain Delon, pourquoi cet enlèvement et la détention de l’ex-star dans un petit village reculé de province ?

Il y a effectivement une autre raison à cette entreprise périlleuse et qui n’a rien à voir avec une demande de rançon.

Un thriller sympa où se mêlent tension dramatique et décalage un peu déjanté  et dans lequel on a l’impression de se trouver aux côtés du vrai Delon, otage has been vieillissant mal et ronchon à souhait.

Ce n’est pas un chef d’oeuvre mais c’est gouleyant et bien mené.

« Alain Delon est une star au Japon » de Benjamin Berton


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#384 Le 06/03/2019, à 13:40

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Pour les amateurs de l'écrivain mais aussi du personnage intime, c'est un gros pavé peut-être à lire en diagonale pour les plus pressés et les moins patients mais c'est vraiment exhaustif et aussi honnête que possible : "Une vie" par Bernard Crick.

https://www.abebooks.fr/servlet/BookDet … 1-_-image2


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#385 Le 20/03/2019, à 14:00

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

La Corse, pour beaucoup de métropolitains, c’est le plus souvent des paysages et des points de vue magnifiques, de merveilleux souvenirs de vacances d’été, de farniente ou de randonnées dans le fameux GR 20 : bref, la Corse c’est le tourisme.

Mais qui connaît la réalité socio-économique d’une région un peu mise à l’écart, (à l’exception bien sûr de sa bordure littoral type « Club Méd » : à savoir, la plaine orientale ?

Dès ses premières pages, cet ouvrage s’inscrit comme un vrai polar avec la description froide, balistique et rationnelle d’une scène de crime : celle d’un ouvrier agricole marocain retrouvé assassiné le 16 novembre 2009 dans un endroit désert et peu fréquenté proche de San Giuliano en Haute-Corse.

L’auteur précise dans une courte préface que les faits rapportés dans son enquête sont exacts et leur transcription en tous points fidèle à l’enquête sur l’assassinat réel d’un immigré clandestin, le 16 novembre 2009. Il précise aussi en post-face qu’il avait rencontré El-Hassan, la victime, au moins une fois au cours de sa vie pour l’inviter à témoigner face à la caméra. El Hassan lui avait alors répondu étrangement : «  Si je parle, je vais prendre une balle dans la tête. »

Il l’a prise le 16 novembre 2009 sans avoir pourtant officiellement « parlé » à l’auteur.

Qui peut être l’assassin de cet « invisible ? » Quel a pu être le mobile du crime ? Antoine Albertini conduit sa recherche sur les pas des gendarmes et à partir des données qu’il a pu recueillir de l’enquête officielle. Plusieurs pistes sont explorées et, au moins trois reprises, nous croyons détenir la clé de l’énigme et l’identité de son (ou de ses) auteur(s).  Mais non ! À chaque fois, un indice précis et bien exploité par tel ou tel avocat de la défense innocente le (ou les) suspect(s) et l’enquête repart à zéro, de manière désespérante car on croyait enfin « y être arrivés » !

Mais – et c’est aussi un autre intérêt profond du livre – tout en poursuivant sa propre recherche sur le mobile et l’auteur (ou les auteurs) du crime, Antoine Albertini donne une figure humaine à cet « invisible » El Hassan, de même qu’à la terrible réalité socio- économique qu’endurent des centaines d’ouvriers agricoles clandestins venus pour la plupart du Maroc travailler  dans les vergers et les fermes corses, payés à la journée, vivant dans des caravanes ou des abris de fortune dans des conditions d’hygiène exécrables, toujours sous la menace de contrôles d’identité et d’un renvoi au pays mais bénéficiant aussi d’une sorte de « je regarde ailleurs » des représentants de l’État, tant cet apport de main-d’oeuvre est essentiel pour l’économie agricole locale.

Bref : c’est aussi toute l’analyse de l’exploitation sociale et économique d’un sous-prolétariat clandestin et d’une vaste hypocrisie étatique et locale qui donnent aussi de l’intérêt à cet ouvrage qui est bien plus qu’un simple polar.

Le style de l’auteur est de très bon niveau, à la fois réaliste et efficace : pour moi, il fait mouche à chaque page et j’ai lu toute cette enquête avec un intérêt très profond.

Les Invisibles, une enquête en Corse Antoine Albertini


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne