Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
Test de l'ISO d'Ubuntu francophone : nous avons besoin de testeurs pour la version francophone d'Ubuntu 14.04. Liens et informations ici.

#101 Le 08/08/2011, à 00:34

Astrolivier

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

darktomato a écrit :

Tu te fais avoir par les journalistes. On parle plus des guerres, donc on a l'impression qu'il y en a plus, mais les chiffres ne mentent pas: leur nombre est effectivement en grande chute.
Regarde l'Europe il y a encore un ou deux siècles: les guerres étaient presque monnaie courante...

quels chiffres ? tu ne suis pas l'actualité ?

la france est en guerre avec au moins deux pays, et vient de se remettre dans le giron de l'otan c'est à dire en guerre permanente contre le tiers monde (maintenant que sa raison d'être - urss - a disparu, on voit clairement ses objectifs). les usa sont constamment en guerre depuis la chute de l'union soviétique. en europe la guerre du kosovo a moins de 12 ans et est au main d'une mafia, et si on considère la géorgie comme européenne c'est quelques années.

l'irak, la libye, la palestine, l'afghanistan, la corée, la tchetchénie, le congo, le cachemire, ceylan, la colombie, la côte d'ivoire, le darfour, la somalie, et c'est sans regarder les répressions armées, les coups d'état, le colonialisme genre tchad, mauritanie etc... ou encore les guerres de cartel à la mexicaine
(et ce ne sont que les cas qui me viennent à l'esprit)

l'indescence à des limites tout de même


S'il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l'humanité, ne serait-il pas indispensable de s'en tenir au principe selon lequel c'est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? (howard zinn)

Hors ligne

#102 Le 08/08/2011, à 00:48

Hibou57

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

HP a écrit :
Hibou57 a écrit :

T’as saboté mon acte militant anticapitaliste du Net sad Tiens, de la lecture : Campagne NoFollow Wikidpedia.

Super, une campagne menée par des SEO aigris !

Faudrait-il encore que je fasse du SEO.

Wikipédia, un site qui va se servir chez les autres (et en faisant rédiger ses articles par des nègres, … nègres qu’en plus Wikipédia ne se prive pas d’insulter), tout en disant aux moteurs de recherche, n’allez pas sur leurs sites, c’est du pipeau, c’est se foutre de la gueule du monde. C’est du pipeau quand c’est sur les sites d’origine, mais quand c’est chez eux c'en est plus. C’est pas prendre les gens pour des cons ça ? Ça l’est certainement à mon avis, et c’est même plus : si j’ai dit « campagne anticapitaliste du Net », ce n’était pas une phrase gratuite, elle est fondée (les justifications sont données juste avant, dans ce même message).

Slystone a écrit :

On oublie souvent de dire une chose sur la dette : le service de la dette est deux fois inférieur aux intérêt touchés par la France pour les intérêts de d'autres pays.

C’est quoi « le service de la dette » ?

darktomato a écrit :

Tu te fais avoir par les journalistes. On parle plus des guerres, donc on a l'impression qu'il y en a plus, mais les chiffres ne mentent pas: leur nombre est effectivement en grande chute.
Regarde l'Europe il y a encore un ou deux siècles: les guerres étaient presque monnaie courante...

Tu pourra aussi préciser, que les deux guerres mondiales, on les doit au capitalisme (*), car elle n’aurait jamais put avoir lieu dans le financement et le soutien du capitalisme, qui a alimenté les deux camps adverses, en même temps. Tu pourra aussi rappeler que ça se passe toujours comme ça maintenant.

(*) La seconde guerre mondiale, on la droit même doublement au capitalisme, puisque c’est le capitalisme qui a produit, en réaction, les mouvement pseudo-mystiques qui ont inspiré le nazisme (c’est par dégout du capitalisme qu’une partie de la population a fini par vouloir fuir la société et trouver un refuge dans n’importe quoi à tout prix, dans ces mouvements pseudo-mystiques).

Dernière modification par Hibou57 (Le 08/08/2011, à 00:58)


Hajimemashteeeee… \(^o^)/ Tachikoma desu (^_^;)
Le saviez‑vous : le j’m’en foutisme est la cause de la plupart des fléaux du monde contemporain.
Mangez des standards : un grand bol de Standard tous les matins, et vous débutez la journée en pleine forme !
bulleforum.net — Forum de discussions, La Bulle (papotage de la vie courante ou choses trop sérieuses)

Hors ligne

#103 Le 08/08/2011, à 01:20

seb24

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Astrolivier a écrit :
darktomato a écrit :

Tu te fais avoir par les journalistes. On parle plus des guerres, donc on a l'impression qu'il y en a plus, mais les chiffres ne mentent pas: leur nombre est effectivement en grande chute.
Regarde l'Europe il y a encore un ou deux siècles: les guerres étaient presque monnaie courante...

quels chiffres ? tu ne suis pas l'actualité ?

la france est en guerre avec au moins deux pays, et vient de se remettre dans le giron de l'otan c'est à dire en guerre permanente contre le tiers monde (maintenant que sa raison d'être - urss - a disparu, on voit clairement ses objectifs). les usa sont constamment en guerre depuis la chute de l'union soviétique. en europe la guerre du kosovo a moins de 12 ans et est au main d'une mafia, et si on considère la géorgie comme européenne c'est quelques années.

l'irak, la libye, la palestine, l'afghanistan, la corée, la tchetchénie, le congo, le cachemire, ceylan, la colombie, la côte d'ivoire, le darfour, la somalie, et c'est sans regarder les répressions armées, les coups d'état, le colonialisme genre tchad, mauritanie etc... ou encore les guerres de cartel à la mexicaine
(et ce ne sont que les cas qui me viennent à l'esprit)

l'indescence à des limites tout de même

En Europe on eu le Kosovo et les Balkans dans les années 90, mais il n'y pas eu de guerre importante Depuis le début du siècle,  et pas de guerre majeur depuis 1945.
En amérique du Nord rien de spécial à signaler.
En amérique du Sud et en Asie les foyers de violences sont en forte réduction, même si il reste quelques points chauds.
Il reste au final principalement le moyen-orient et l'Afrique.
Mais de manière générale il y a moins de guerres et moins de morts.


Membre attitré de la brigade des S
Ubuntuser.com : Blog sur Ubuntu http://www.ubuntuser.com

Hors ligne

#104 Le 08/08/2011, à 01:35

HP

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Hibou57 a écrit :
HP a écrit :
Hibou57 a écrit :

T’as saboté mon acte militant anticapitaliste du Net sad Tiens, de la lecture : Campagne NoFollow Wikidpedia.

Super, une campagne menée par des SEO aigris !

Faudrait-il encore que je fasse du SEO.

Toi tu suis, tu ne mènes rien… c'est donc bien une « campagne menée par des SEO aigris ».

Hors ligne

#105 Le 08/08/2011, à 01:42

darktomato

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Astrolivier a écrit :

quels chiffres ? tu ne suis pas l'actualité ?

Ah bah oui, si c'est TF1 qui le dit, c'est que c'est vrai ! big_smile

l'indescence à des limites tout de même

Effectivement. Un peu de décence t'aurait au moins envoyé chercher des chiffres plutôt que de te reposer sur... rien si ce n'est des préjugés.

A contre-courant des idées reçues, un rapport du Human Security Center révèle une réduction drastique du nombre de guerres, de génocides et de violations des droits de l'homme au cours des douze dernières années. Selon l'étude "Guerre et paix au XXIe siècle", le nombre de conflits armés a été réduit de 40 % depuis 1992. Malgré la Bosnie et le Rwanda, le nombre de génocides et autres massacres d'ampleur a, lui, chuté de 80 % depuis la fin de la guerre froide. Cette tendance forte, décrite en préambule du rapport par l'archevêque Desmond Tutu comme un "rare message d'espoir" , renverse un demi-siècle d'augmentation du nombre des conflits armés et de leur cortège de violence, dans le sillage de la seconde guerre mondiale.
Pourquoi cette évolution passe-t-elle inaperçue ? "Les médias rapportent les événements sanglants, mais les guerres qui s'achèvent ne font pas la "une"" , explique Andrew Mack, le directeur du Human Security Center. Depuis 1988, une centaine de conflits ont pris fin. Presque partout, les violations graves des droits de l'homme seraient en recul. Au cours des dix dernières années, le nombre de réfugiés aurait chuté de 30 %. Les tentatives de coups d'Etat se raréfient aussi, avec 25 en 1963 contre 10 en 2004, qui ont toutes échoué.

INSTITUTIONS INSTABLES

Moins nombreuses, les guerres sont aussi moins meurtrières. En 1950, une guerre faisait en moyenne 38 000 morts, contre 600 morts en 2002. Les conflits opposent désormais rarement de lourdes armées sur un champ de bataille. Le plus souvent, "des forces gouvernementales faibles" font face à de "petites forces rebelles mal entraînées" . Il peut aussi s'agir d'opérations comme au Kosovo, où le déséquilibre des forces et l'utilisation de munitions précises assurent une victoire rapide et peu coûteuse en vies. A ce titre, la guerre en cours en Irak est, selon le rapport, "une exception" , car "des dizaines de milliers de personnes ont été tuées".

(clic)
Quant à dire que l'OTAN est en guerre contre le Tiers-Monde...Comme tu le dis, l'indécence a ses limites !

Tu pourra aussi préciser, que les deux guerres mondiales, on les doit au capitalisme (*), car elle n’aurait jamais put avoir lieu dans le financement et le soutien du capitalisme, qui a alimenté les deux camps adverses, en même temps. Tu pourra aussi rappeler que ça se passe toujours comme ça maintenant.

Si dès qu'il est question d'argent le capitalisme est coupable de tout, forcément... roll
Mais t'as raison, c'est le capitalisme qui a créé les nazis. Surtout pas une quelconque idéologie, surtout pas une volonté de revanche politique, non non c'est le capitalisme. Et puis le meurtrier de Norvège aussi, c'est la faute du capitalisme. Et les sectes c'est la faute du capitalisme, parce que les gens qui y vont sont dégoutés du monde. Et s'il pleut, c'est la faute du capitalisme !

Dernière modification par darktomato (Le 08/08/2011, à 01:46)

Hors ligne

#106 Le 08/08/2011, à 01:52

Renault

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Hibou57 a écrit :

Tu pourra aussi préciser, que les deux guerres mondiales, on les doit au capitalisme (*), car elle n’aurait jamais put avoir lieu dans le financement et le soutien du capitalisme, qui a alimenté les deux camps adverses, en même temps. Tu pourra aussi rappeler que ça se passe toujours comme ça maintenant.

(*) La seconde guerre mondiale, on la droit même doublement au capitalisme, puisque c’est le capitalisme qui a produit, en réaction, les mouvement pseudo-mystiques qui ont inspiré le nazisme (c’est par dégout du capitalisme qu’une partie de la population a fini par vouloir fuir la société et trouver un refuge dans n’importe quoi à tout prix, dans ces mouvements pseudo-mystiques).

Ouais bof, ton argumentation est un peu simpliste.
La première guerre mondiale est surtout dû à la montée en puissance des nationalistes (l'Europe était au main d'empires puissants comme l'Empire Ottoman ou Austro-Hongroie et qui ne respectaient pas les ethnies à l'intérieur). Puis il y avait entre la France et l'Allemagne un esprit de compétition et de revanche depuis la défaite française de 1870. Bref il y avait des tensions qui ont peu à voir aux conditions économiques (bien que existantes mais secondaires). Sans oublier que l'Allemagne avait perdu la chasse aux colonies (le pays comme l'Italie se sont formés au cours du XIXe siècle, soit une éternité face à la France et l'Angleterre qui ont pu prendre la plupart des colonies modernes en Afrique et Asie). L'Allemagne a eu des tensions avec ces deux pays en tentant de rafler la mise (crise dans un port du Maroc par exemple) et de prendre les derniers terrains restants.

La deuxième guerre mondiale est comme la première dû à une multitude de facteurs. La crise économique de 1929 est bien sûr une cause importante car les mouvements extrémistes ont permis de rassurer la population. Seulement tu oublis un peu vite l'importance d'autres facteurs. Le premier est bien sûr le traité de Versailles (et donc la première guerre mondiale). Ce traité est particulièrement lourd envers les perdant (n'oublions pas les sommes que la France réclamait à l'Allemagne pour réparer les dégâts de la plus grande guerre connue à cette époque). Puis l'Allemagne n'a pas digéré sa propre défaite contre la France, la perte de territoires qu'elle a eu (et ses colonies d'ailleurs). La signature à Rottondes de l'armistice de 1940 a tout à voir avec cet esprit de revanche de l'Allemagne. Non la crise de 1929 n'est pas entièrement responsable. Puis n'oublions pas qu'une poignée d'homme a dirigée cette guerre en manipulant les foules en utilisant la haine contre les voisins et des ethnies « inférieures ».

Puis la 2e guerre mondiale n'a pas été financée par le capitalisme, je dirais même que c'était assez étatique comme financement. L'Allemagne pour sortir de la crise a nationalisé en masse les industries et a utilisé la guerre pour remplir les usines en faisant une activité très intense. La France et les États-Unis ont eux aussi utilisé les usines d'entreprises pour les constructions et je doute que ce soit des financements privées qui ont permis cela (car ces pays ont forcé des entreprises à changer d'activité en terme « d'effort de guerre »).

Je dirais donc, merci de ne pas simplifier l'histoire en disant « capitalisme responsable de tout ». Même si le capitalisme a permis des choses horribles, de là à dire que c'est à cause d'eux qu'ont a eu les 2 GM, c'est pousser mémé dans les orties assez violemment…

Dernière modification par Renault (Le 08/08/2011, à 01:57)


Ambassadeur — Testeur — Traducteur de Fedora.
Rédacteur de la documentation française de Fedora.
Membre de l'AFUL, APRIL, Linux Foundation et membre du Conseil d'Administration de Fedora-fr.
Président du Club de l'ISEN sur les Logiciels Libres (CILL).

Hors ligne

#107 Le 08/08/2011, à 02:00

Hibou57

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Astrolivier a écrit :
Hibou57 a écrit :
Astrolivier a écrit :

de plus le fait que tu répètes à la longue "titrisation des subprimes" montre que tu ne comprends pas ce que c'est, les subprimes. les subprimes sont un produit financier titrisé : il n'y a pas de subprimes non titrisés qui seraient devenue titrisé.

Je n’avais jamais entendu parler de titrisation jusqu'à ce message. Vais essayer de comprendre ce que c'est.

Il y a déjà ça :
-http://fr.wikipedia.org/wiki/Titrisation
Mais comme Wikipédia n’est pas un exemple de pédagogie, si tu as d’autres sources pour comprendre, ce sera bienvenue.


voici un vieux post où j'avais essayé d'expliquer un peu :
http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.ph … 9#p2870479

J’ajoute ça à ma liste de lecture.

En fait tu es étudiant en économie ?

HP a écrit :

Toi tu suis, tu ne mènes rien… c'est donc bien une « campagne menée par des SEO aigris ».

Tu radote wink C’est comme avec la question de Google, je n’ai pas attendu qu’on me dise que quelque chose cloche pour voir que quelque chose cloche. Je t’ai expliqué dans mon message pourquoi Wikipédia se fout de la gueule du monde et en quoi ils reprennent la logique du capitalisme. Ce n’est pas une citation du lien que je donnais, que je ne donnais qu’en exemple, parce que tu semblais ne pas connaitre les campagnes NoFollow Wikipedia (il y en a plusieurs)

seb24 a écrit :

En Europe on eu le Kosovo et les Balkans dans les années 90, mais il n'y pas eu de guerre importante Depuis le début du siècle,  et pas de guerre majeur depuis 1945.
En amérique du Nord rien de spécial à signaler.
En amérique du Sud et en Asie les foyers de violences sont en forte réduction, même si il reste quelques points chauds.
Il reste au final principalement le moyen-orient et l'Afrique.
Mais de manière générale il y a moins de guerres et moins de morts.

Oui et non. Oui, parce que dans l’absolu il y a moins de guerres standards et classiques, qu’à une époque pas si lointaine où il y en avait partout, mais non pour deux raisons. La première raison c’est que l’histoire n’a pas toujours été aussi sombre que le siècle dernier (et éventuellement le siècle en cours qui est mal parti); de longues périodes de calmes ont existé aussi dans le passé plus lointain (et on ne peut pas en accorder le mérite au capitalisme, qui n’existait pas). La deuxième raison, c’est que les conflits ont changé de nature, mais sont toujours présents, et justement, l’argent est devenu la nouvelle arme contre les populations, utilisées par celles qui en ont le plus contre celles qui en ont le moins, sans parler des guérillas, et du terrorisme. Les conflits armés sont maintenant atomisés, mobiles, et les grandes guerres sont économiques.

Pour aller plus loin : le monde moderne dispose de bien assez de ressources pour tout le monde, c’est connu. S’il n’y avait pas cette logique qui persiste, de faire des accumulation énormes et démesurés par quelques personnes pour garantir leurs pouvoirs, les conflits, on ne devrait tout simplement plus du tout en connaitre aucun. Comparé à ce que les choses devraient être vu les technologies et les ressources dont on dispose, la situation actuelle est encore plus catastrophique que ce qu’on en perçois (parce que des choses nous paraissent normales et sont tolérées, alors que pourtant leur existence est une aberration).

Pas possible de dire que le capitalisme a pacifié le monde, alors qu’il est lui-même une source de menaces et d’angoisses permanentes. (et même la principale dans le monde).

Dernière modification par Hibou57 (Le 08/08/2011, à 02:21)


Hajimemashteeeee… \(^o^)/ Tachikoma desu (^_^;)
Le saviez‑vous : le j’m’en foutisme est la cause de la plupart des fléaux du monde contemporain.
Mangez des standards : un grand bol de Standard tous les matins, et vous débutez la journée en pleine forme !
bulleforum.net — Forum de discussions, La Bulle (papotage de la vie courante ou choses trop sérieuses)

Hors ligne

#108 Le 08/08/2011, à 04:55

Hibou57

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Je ne sais pas si la vidéo a déjà été posté ici, mais elle reprend ce que disait un autre membre (oublié son nom, désolé, il se signalera s’il le veut) à propos d'une obligation faite à l'état française d'emprunter à des banques privées, plutôt qu'à lui même via la banque de france.

C’est une vidéo de 2 minutes, sans paroles, dont il faut juste lire les sous-titre :
Ici : La dette publique de la France / Loi Pompidou 1973
Ou là : Après 2008 : « Le retour de la crise »

Je cite l’intégralité des sous-titres, c’est éloquent.

Les sous-titres de la vidéo a écrit :

La vérité sur l’endettement de la France

Georges Pompidou, extraits de sa biographie

[…] Durant cette période, Georges Pompidou fît parti du cercle restreint des proches du Général et cette proximité lui valut d’être nommé chef de son cabinet d’avril 1948 à 1953.

Cette année-là, il entra à la banque Rotshschild où il occupa rapidement les fonctions de directeur général et d’administrateur de nombreuses sociétés.

Ce fut pour lui l’occasion de participer à la vie économique du pays, d’accroitre le champ de ses compétences et d’établir un éventail plus large de relations.

Il rédigea néanmoins, durant cette période d’intense activité, trois présentations de Classiques illustrés sur Racine, Taine et Malraux.

[…] Le général de Gaulle élu à la présidence, Georges Pompidou, retourna pendant quelques temps vers le monde de l’entreprise en réintégrant la banque Rotshschild.

Membre du Conseil constitutionnel en 1959,, il profita également de cette période pour rédiger une anthologie de la poésie française.

Georges Pompidou s’installa à l’Élysée le 15 juin 1969.

Son mandat fut écourté par son décès le 2 avril à Paris.

Le 3 janvier 1973.

Dans la loi portant sur la réforme des statuts de la Banque de France, nous trouvons en particulier cet Article 25, très court, qui bloque toute possibilité d’avance au Trésor :

« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets  l’escompte de la Banque de France ».

Traduction :

La loi (n°73-7) interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers le banques privées et à payer des intérêts.

Cette décision correspond à une privatisation de l’argent et ramène la Nation au même range que n’importe lequel de ses citoyens.

La dette publique trouve son origine précisément là.

Dette française en 1973 : ???. Information introuvable.

Dette française en 1979 : 229,15 milliard d'€ (en réalité 82,8 milliard d'€, soit 21% du PIB, mais prenant en compte l’évolution de la valeur de la monnaie cela correspond à 229,15 milliards d'€)

Dette française en 2006 : 1149,9 milliard d'€, soit 63,9% du PIB (INSEE)

Sachant que la France à payé depuis 1980, 1176 milliard d'€ d’intérêts, 1176 - 1149 = 27 milliards d'€ d’excédent si la France ne s’était pas interdit de se prêter à elle-même en 1976.

Question :

Le poste de directeur général de la banque Rothschild occupé par Pompidou pendant quelques année, y est-il pour quelque chose dans cette loi du 3 janvier 1973 ?

Dernière modification par Hibou57 (Le 08/08/2011, à 05:08)


Hajimemashteeeee… \(^o^)/ Tachikoma desu (^_^;)
Le saviez‑vous : le j’m’en foutisme est la cause de la plupart des fléaux du monde contemporain.
Mangez des standards : un grand bol de Standard tous les matins, et vous débutez la journée en pleine forme !
bulleforum.net — Forum de discussions, La Bulle (papotage de la vie courante ou choses trop sérieuses)

Hors ligne

#109 Le 08/08/2011, à 08:06

Nazebrock

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Astrolivier a écrit :

Le retour d'une crise économique

comme les hausses d'impôts pour les riches sont proche du blasphème

Imposer sans arret n'est pas une solution. Les riches comme tu dis, déporteront juste leur argent ailleurs si on les taxe trop et c'est la pire des choses.

Actuellement, il faut juste économiser. Ne plus vivre au dessus de ses moyens. Et cela vaut aussi bien pour le citoyen lambda que pour le ministre des finances.

Dernière modification par Nazebrock (Le 08/08/2011, à 08:07)

Hors ligne

#110 Le 08/08/2011, à 09:13

Sopo les Râ

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

darktomato a écrit :
Sopo les Râ a écrit :

Non. C' est un droit absolument fondamental. Ça
ne se mérite pas plus que la liberté d 'expression
ou le droit à la vie.

Ben voyons. La liberté on s' en fout , mais il faut
que l'Etat file du fric à tout le monde, même à
ceux qui ne font rien ? Ca s' appelle
l' harmonisation par le bas, ça.

Je me permets de refaire une incursion dans le débat car je pense que tu n'as pas bien saisi.
Non, je ne me fous pas des libertés. Au contraire, je ne cherche qu'à les défendre.
La différence entre toi et moi, c'est que je vois dans la liberté de se nourrir ou de se loger un droit aussi fondamental que la liberté de conscience.
Oui, il faut le garantir à ceux qui ne font rien ! De la même façon qu'on garantit le droit à la vie même aux assassins, la liberté d'expression même aux censeurs, etc.
Les libertés fondamentales ne sont pas quelque chose de figé. Je pense que leur champ est voué à s'étendre à mesure que nos possibilités évoluent.

Dernière modification par Sopo les Râ (Le 08/08/2011, à 09:19)


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

Hors ligne

#111 Le 08/08/2011, à 10:57

Astrolivier

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

seb24 a écrit :
Astrolivier a écrit :
darktomato a écrit :

Tu te fais avoir par les journalistes. On parle plus des guerres, donc on a l'impression qu'il y en a plus, mais les chiffres ne mentent pas: leur nombre est effectivement en grande chute.
Regarde l'Europe il y a encore un ou deux siècles: les guerres étaient presque monnaie courante...

quels chiffres ? tu ne suis pas l'actualité ?

la france est en guerre avec au moins deux pays, et vient de se remettre dans le giron de l'otan c'est à dire en guerre permanente contre le tiers monde (maintenant que sa raison d'être - urss - a disparu, on voit clairement ses objectifs). les usa sont constamment en guerre depuis la chute de l'union soviétique. en europe la guerre du kosovo a moins de 12 ans et est au main d'une mafia, et si on considère la géorgie comme européenne c'est quelques années.

l'irak, la libye, la palestine, l'afghanistan, la corée, la tchetchénie, le congo, le cachemire, ceylan, la colombie, la côte d'ivoire, le darfour, la somalie, et c'est sans regarder les répressions armées, les coups d'état, le colonialisme genre tchad, mauritanie etc... ou encore les guerres de cartel à la mexicaine
(et ce ne sont que les cas qui me viennent à l'esprit)

l'indescence à des limites tout de même

En Europe on eu le Kosovo et les Balkans dans les années 90, mais il n'y pas eu de guerre importante Depuis le début du siècle,  et pas de guerre majeur depuis 1945.
En amérique du Nord rien de spécial à signaler.
En amérique du Sud et en Asie les foyers de violences sont en forte réduction, même si il reste quelques points chauds.
Il reste au final principalement le moyen-orient et l'Afrique.
Mais de manière générale il y a moins de guerres et moins de morts.

en europe il n'y a pas eu de guerre entre 45 et la chute du mur de berlin. quel rapport avec le capitalisme qui sauverait des guerres ? entre 45 et 50, les pays capitalistes ont réarmé, en particulier l'allemagne avec l'otan. merci le capitalisme ?
depuis que l'urss n'est plus il y a eu 3 guerres en europe. c'est ça le capitalisme qui sauve des guerres ?


en amérique du nord il n'y a pas eu de guerre depuis la guerre de sécession , mais les usa ont fait la guerre au monde entier entre temps.
en amérique du sud les pays qui sont passés à gauche ont moins de conflits

enfin bref on pourrait faire le décompte des conflits mais ça n'est pas le but. le but c'est que darktomato renvoie la fin des conflits à la mondialisation, et c'est ça qui est complètement débile. la mondialisation était déjà d'actualité du temps des deux guerres mondiales, c'est une vieille rhétorique.

à la fin de la seconde guerre mondiale les usa se sont retrouvés militairement hégémoniques. depuis, ils ont à eux seul plus de ressources militaires que le reste du monde réuni, ils ont des bases dans tous les recoins du monde, ils font la guerre partout où ça les arrange, dans le mépris le plus complet de toute considération humanitaire.

s'il y a des guerres moins sanglantes, c'est uniquement du fait des mouvement des droits civiques des années 45 et 60. du fait que notamment depuis le guerre du vietnam, les citoyens des pays occidentaux n'acceptent plus les massacres tous azimuts que leurs dirigeants aspirent toujours à faire. la guerre en irak a vu des millions de gens dans les rues. la guerre en afghanistan s'est faite dans un silence complet des dirigeants et de la presse. la guerre en libye est peu populaire malgré une campagne de presse lénifiante, et comme d'habitude un comportement belligérant total de leur part.

le capitalisme fait des guerres. la mondialisation est une guerre qui ne dit pas son nom (et ouais la pauvreté recule mais il n'y a jamais eu autan de crève la faim). les guerres mondiales sont des guerres capitalistes, et... mondialisée ! hitler était un capitaliste.

alors ouais comme d'hab' ça va changer de sujet pour évacuer la connerie dite précédemment, mais la connerie, ce n'est pas de pinailler sur si en 2011 il y a plus ou moins de guerre qu'en 1946, 1953, ou 1964. et même si en cherchant un peu je pourrais facilement trouver une année qui a connu moins de guerre qu'actuellement. la connerie, c'est d'attribuer un bilan positif du capitalisme concernant les guerres. ça c'est indécent. les usa, pays capitaliste dès l'origine, se sont construit sur un génocide. la colonisation est un produit du capitalisme. les guerres mondiales aussi. comment est-il possible d'avoir le cerveau dans un tel état de décomposition pour vouloir faire passer le capitalisme comme prévenant les guerres ? comment évacuer les mouvements pour les droits civiques, ou on voit bien l'anguille sous roche, les faire passer pour des mouvements capitalistes ?

voilà le sens de mon propos


Hibou57 a écrit :

En fait tu es étudiant en économie ?

non, même si j'y ai fait un tour fut un temps. je n'ai qu'un bac pour tout diplôme. c'est pas à l'école qu'on apprend l'économie de toute façon.


S'il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l'humanité, ne serait-il pas indispensable de s'en tenir au principe selon lequel c'est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? (howard zinn)

Hors ligne

#112 Le 08/08/2011, à 11:07

Hibou57

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Nazebrock a écrit :
Astrolivier a écrit :

Le retour d'une crise économique

comme les hausses d'impôts pour les riches sont proche du blasphème

Imposer sans arret n'est pas une solution.

Et les problèmes qui durent sans arrêts ? C’est tolérable ?

S’ils ne veulent plus se faire imposer des choses sans arrêt, qu’ils arrêtent de poser des problèmes sans arrêt.

Nazebrock a écrit :

Les riches comme tu dis,

C’est pas « comme tu dis », ça se défini. Ce que les gens appellent les riches, ce sont ceux dont les niveau de possession sont suspects si on les ramènes à la quantité de travail, suspecte — parfois des siècles ou des millénaires, que devrait fournir n’importe qui pour en avoir autant.

Nazebrock a écrit :

déporteront juste leur argent ailleurs si on les taxe trop et c'est la pire des choses.

Et gnan et gnan, et gnan… ben qu’ils partent ! Il partiront avec quoi ? De la monnaie ? C’est quoi la monnaie ? C’est rien (pas tout à fait, mais ce n’est pas ce que tu pense au moins). La monnaie c’est un moyen d’échange (et de reconnaitre le droit à participer aux échanges) et un moyen de faire un suivie des richesses disponibles et de les gérer. La monnaie, ce n’est pas les choses. Si on ne compte pas sur 100, alors on compte sur 1, et 70% deviens 0.7, c’est aussi simple, on peut toujours compter, ça marche aussi bien.

Et ces gnan-gnans et leur cinéma, il y aura de moins en moins de monde pour avoir « pitié » d’eux, c’est inévitable (et ils le savent, c’est pour ça qu’ils sont en mode menaçant).

Le capitalisme a rendu des gens tellement débiles et attardés, qu’ils en confondent la monnaie et les choses.

Non, ce n’est pas la même chose. Ils peuvent partir avec la monnaie, les gens, les savoir faire les ressources, seront toujours là, et c’est avec ça qu’on fait les choses, pas avec la monnaie.

La monnaie se sert pas à faire, mais à échanger, à réguler et à mettre les activités en équilibre les unes par rapport aux autres. Et si on dispose de moins de monnaie, alors sa valeur corresponde augmente, on la fractionne en de plus petites parts, pour arriver au même nombre de part, mais juste plus petites. Cela est valable si on ne perd pas les richesses concrètes.

Ce qu’il faut les empêcher de faire par contre, c’est partir avec les gens, les techniques et les outils. C’est justement ce que tente de faire parfois des personnes lamentablement licenciées : ils ne cherchent pas à bloquer l’argent, mais les machine et les stocks (et en passant, ils montrent qu’ils ont compris que c’est là qu’est la clé).

Nazebrock a écrit :

Actuellement, il faut juste économiser. Ne plus vivre au dessus de ses moyens. Et cela vaut aussi bien pour le citoyen lambda que pour le ministre des finances.

Et à qui va t-on demander de le faire ? M’est d’avis que selon toi, ce n’est pas à ceux à qui ont en demande soit-disant trop, qui vont commencer à donner l’exemple, mais plutôt ceux qui ont le moins, pour ne pas changer.

Qu’est-ce qui te semble le plus logique un peu : demander à ceux qui n’ont déjà rien de se priver ? Ou demander aux riches de contribuer ?

Un peu de bon sens devrait de suggérer la seconde solution.

Dernière modification par Hibou57 (Le 08/08/2011, à 11:21)


Hajimemashteeeee… \(^o^)/ Tachikoma desu (^_^;)
Le saviez‑vous : le j’m’en foutisme est la cause de la plupart des fléaux du monde contemporain.
Mangez des standards : un grand bol de Standard tous les matins, et vous débutez la journée en pleine forme !
bulleforum.net — Forum de discussions, La Bulle (papotage de la vie courante ou choses trop sérieuses)

Hors ligne

#113 Le 08/08/2011, à 11:23

Astrolivier

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Nazebrock a écrit :
Astrolivier a écrit :

Le retour d'une crise économique

comme les hausses d'impôts pour les riches sont proche du blasphème

Imposer sans arret n'est pas une solution. Les riches comme tu dis, déporteront juste leur argent ailleurs si on les taxe trop et c'est la pire des choses.

Actuellement, il faut juste économiser. Ne plus vivre au dessus de ses moyens. Et cela vaut aussi bien pour le citoyen lambda que pour le ministre des finances.

ce n'est pas sans arrêt. si on était resté aux taux des années 60, il n'y aurait aucune dette.

si les riches déportent leur argent, c'est parce qu'ils peuvent. ce n'est pas une fatalité, il est possible d'y remédier. et pour la pire des choses... certainement pas. ceux qui foutent leur argent dans les paradis fiscaux, qu'ils aillent y vivre. le problème c'est qu'ils peuvent mettre leur argent ailleurs, et profiter des avantages du pays dans lequel ils résident, ce que les résident lambda ne peuvent pas.

Actuellement, il faut juste économiser. Ne plus vivre au dessus de ses moyens.

ça ne veut rien dire. c'est avec ce genre d'argument que les gouvernement continuent à défiscaliser les riches, et retirer des prestations aux pauvres. si c'est ça ton programme dis-le clairement.
ce n'est pas le miens. dans les années 60, les riches se portaient déjà très bien. je ne vois aucune raison pour que le pourcent le plus riche paye proportionnellement moins d'impôt que quelqu'un au salaire médian. pourtant c'est le cas.


S'il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l'humanité, ne serait-il pas indispensable de s'en tenir au principe selon lequel c'est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? (howard zinn)

Hors ligne

#114 Le 08/08/2011, à 11:31

seb24

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Astrolivier a écrit :

en europe il n'y a pas eu de guerre entre 45 et la chute du mur de berlin. quel rapport avec le capitalisme qui sauverait des guerres ? entre 45 et 50, les pays capitalistes ont réarmé, en particulier l'allemagne avec l'otan. merci le capitalisme ?
depuis que l'urss n'est plus il y a eu 3 guerres en europe. c'est ça le capitalisme qui sauve des guerres ?


en amérique du nord il n'y a pas eu de guerre depuis la guerre de sécession , mais les usa ont fait la guerre au monde entier entre temps.
en amérique du sud les pays qui sont passés à gauche ont moins de conflits

enfin bref on pourrait faire le décompte des conflits mais ça n'est pas le but. le but c'est que darktomato renvoie la fin des conflits à la mondialisation, et c'est ça qui est complètement débile. la mondialisation était déjà d'actualité du temps des deux guerres mondiales, c'est une vieille rhétorique.

à la fin de la seconde guerre mondiale les usa se sont retrouvés militairement hégémoniques. depuis, ils ont à eux seul plus de ressources militaires que le reste du monde réuni, ils ont des bases dans tous les recoins du monde, ils font la guerre partout où ça les arrange, dans le mépris le plus complet de toute considération humanitaire.

s'il y a des guerres moins sanglantes, c'est uniquement du fait des mouvement des droits civiques des années 45 et 60. du fait que notamment depuis le guerre du vietnam, les citoyens des pays occidentaux n'acceptent plus les massacres tous azimuts que leurs dirigeants aspirent toujours à faire. la guerre en irak a vu des millions de gens dans les rues. la guerre en afghanistan s'est faite dans un silence complet des dirigeants et de la presse. la guerre en libye est peu populaire malgré une campagne de presse lénifiante, et comme d'habitude un comportement belligérant total de leur part.

le capitalisme fait des guerres. la mondialisation est une guerre qui ne dit pas son nom (et ouais la pauvreté recule mais il n'y a jamais eu autan de crève la faim). les guerres mondiales sont des guerres capitalistes, et... mondialisée ! hitler était un capitaliste.

alors ouais comme d'hab' ça va changer de sujet pour évacuer la connerie dite précédemment, mais la connerie, ce n'est pas de pinailler sur si en 2011 il y a plus ou moins de guerre qu'en 1946, 1953, ou 1964. et même si en cherchant un peu je pourrais facilement trouver une année qui a connu moins de guerre qu'actuellement. la connerie, c'est d'attribuer un bilan positif du capitalisme concernant les guerres. ça c'est indécent. les usa, pays capitaliste dès l'origine, se sont construit sur un génocide. la colonisation est un produit du capitalisme. les guerres mondiales aussi. comment est-il possible d'avoir le cerveau dans un tel état de décomposition pour vouloir faire passer le capitalisme comme prévenant les guerres ? comment évacuer les mouvements pour les droits civiques, ou on voit bien l'anguille sous roche, les faire passer pour des mouvements capitalistes ?

voilà le sens de mon propos

Propos qui réécrivent l'histoire. C'est pas mal.


Membre attitré de la brigade des S
Ubuntuser.com : Blog sur Ubuntu http://www.ubuntuser.com

Hors ligne

#115 Le 08/08/2011, à 11:38

Nazebrock

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Hibou57: J'aime ton procès d'intention roll

Bref, dans toute ton argumentation, j'en ai juste vu de la jalousie envers les riches. Ou comment réduire tout un système social par "les riches vs. les pauvres". Très vague tout ca.

Soit...

Hors ligne

#116 Le 08/08/2011, à 11:42

Renault

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Astrolivier a écrit :
Hibou57 a écrit :

En fait tu es étudiant en économie ?

non, même si j'y ai fait un tour fut un temps. je n'ai qu'un bac pour tout diplôme. c'est pas à l'école qu'on apprend l'économie de toute façon.

Bah franchement, tu aurais du y avoir une formation économique et historique avant de balancer de telles absurdités.
Ton post sur ta vision des guerres modernes est ignoble d'un point de vue historique tellement que c'est exagéré et faux. Hitler un capitaliste, bah voyons... Concernant les causes des 2GM, voir mon message précédent et arrêtez un peu de croire que le capitalisme est responsable de tout.

Notons que les USA sont capitalistes depuis très longtemps, pratiquement depuis leur création et ont eu pendant plus d'un siècle un comportement très renfermé sur eux même. ceci est du à la politique des USA.


Ambassadeur — Testeur — Traducteur de Fedora.
Rédacteur de la documentation française de Fedora.
Membre de l'AFUL, APRIL, Linux Foundation et membre du Conseil d'Administration de Fedora-fr.
Président du Club de l'ISEN sur les Logiciels Libres (CILL).

Hors ligne

#117 Le 08/08/2011, à 12:16

MdMax

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Question... elle sera de combien la taxe sur les logiciels libres ? hmm

En ligne

#118 Le 08/08/2011, à 12:26

Sopo les Râ

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

???


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

Hors ligne

#119 Le 08/08/2011, à 12:43

The Uploader

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

?????


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

En ligne

#120 Le 08/08/2011, à 12:56

Astrolivier

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Renault a écrit :
Astrolivier a écrit :
Hibou57 a écrit :

En fait tu es étudiant en économie ?

non, même si j'y ai fait un tour fut un temps. je n'ai qu'un bac pour tout diplôme. c'est pas à l'école qu'on apprend l'économie de toute façon.

Bah franchement, tu aurais du y avoir une formation économique et historique avant de balancer de telles absurdités.
Ton post sur ta vision des guerres modernes est ignoble d'un point de vue historique tellement que c'est exagéré et faux. Hitler un capitaliste, bah voyons... Concernant les causes des 2GM, voir mon message précédent et arrêtez un peu de croire que le capitalisme est responsable de tout.

Notons que les USA sont capitalistes depuis très longtemps, pratiquement depuis leur création et ont eu pendant plus d'un siècle un comportement très renfermé sur eux même. ceci est du à la politique des USA.


formation que tu n'as pas non plus, et qui ne garantirait rien. et si tu avais un peu de raisonnement tu me dirais sur quels point je dis des absurdités

Sans oublier que l'Allemagne avait perdu la chasse aux colonies (le pays comme l'Italie se sont formés au cours du XIXe siècle, soit une éternité face à la France et l'Angleterre qui ont pu prendre la plupart des colonies modernes en Afrique et Asie). L'Allemagne a eu des tensions avec ces deux pays en tentant de rafler la mise (crise dans un port du Maroc par exemple) et de prendre les derniers terrains restants.

et tu ne vois pas de rapport entre colonialisme et capitalisme ??? le colonialisme n'est-il pas une conséquence directe d'un besoin d'expansion des capitaux ?

Puis la 2e guerre mondiale n'a pas été financée par le capitalisme, je dirais même que c'était assez étatique comme financement. L'Allemagne pour sortir de la crise a nationalisé en masse les industries et a utilisé la guerre pour remplir les usines en faisant une activité très intense.

quelles nationalisations ?
le réarmement allemand s'est fait avec des capitaux européens et étas-uniens. il s'est fait avec du fer français. et pour que l'allemagne nazie continue de payer le service de la dette, la bri a donné l'or autrichien et tchécoslovaque à hitler, or qui était dans les banques de londres et paris. le tout sur ordre de la BRI, banque des règlements internationaux situés à bâle. banque qui regroupait les banques centrales privés comme la banque de france (tu as déjà entendu parler des deux cents familles ?).

l'IG farben était de capitaux privés, tout comme la metallgeselschaft, ou en france les schneider, kuhlman, les usines de wendel, renault etc... ceux-là même qui constituaient le gouvernement de la banque de france et qui livraient du fer à l'Allemagne jusqu'en 1939, ou qui ont mis hitler au pouvoir en allemagne.

il y avait des guerres avant le capitalisme, mais les plus ignobles, se sont faites sur des intérêts capitalistes. il est impossible d'expliquer les deux guerre mondiales sans expliquer les intérêts capitalistes qui avaient cours à l'époque. car autrement il est impossible de comprendre pourquoi la france a laissé l'allemagne remilitariser la ruhr, donné la saxe, donné la tchecoslovaquie (et par la même les plans de la ligne maginot), n'a pas réarmé tout en fournissant les matières premières à l'allemagne, n'a pas soutenu la république espagnole etc...

l'absurdité est dans l'ignorance et la croyance que le nationalisme est tombé du ciel, pas dans ce que je dis.


S'il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l'humanité, ne serait-il pas indispensable de s'en tenir au principe selon lequel c'est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? (howard zinn)

Hors ligne

#121 Le 08/08/2011, à 12:58

Shanx

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Ceci dit, il y a eu des guerres bien avant le capitalisme. Par contre, quasi toutes les guerres étaient dues au nationalisme ou aux religions.


« En vérité, je ne voyage pas, moi, pour atteindre un endroit précis, mais pour marcher : simple plaisir de voyager. » R. L. Stevenson
--
Blog et randos

Hors ligne

#122 Le 08/08/2011, à 13:02

Sopo les Râ

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Attila il était nationaliste ou religieux ?


La sieste, c'est maintenant.
   * * *
« J'ai l'intention de vivre éternellement. Pour l'instant, tout se passe comme prévu. »

Hors ligne

#123 Le 08/08/2011, à 13:02

oleg

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

Hibou57 a écrit :

Échanger son argent contre de l'or ne changera rien au problème… l’or et l’argent ayant le même rôle : l'or, c’est de l’argent dans ce contexte.
Par quel effet miraculeux, passer d’un monnaie (papier ou électronique) à une autre (l’or), résoudrait-il le problème des aberrations de l’économie ?
Le problème c’est le capitalisme, pas que la monnaie soit faite de telle ou telle matière.


Pour être plus précis, moi je dirais d’abord que le problème c’est le capitalisme financier.

Ensuite, je dirais que- en restant sur le seul plan monétaire-  le gros souci c’est la valeur surestimée du dollar (et sous-estimée du yuan, mais c’est un autre problème), et l’autre souci est que la monnaie et le crédit sont des moyens d’échange et de paiement  basés sur la confiance.

Quand la valeur de la monnaie s’effondre parce que la confiance se perd, c’est la panique et l’or (mais aussi l’argent, le cuivre,le plomb  etc…il n’y a qu’à voir en ce moment des gars réduits à voler des bouches d’égout ou des couvertures de toits d’église) deviennent des valeurs refuges. Cela n’est pas nouveau, cela a toujours existé et les plus avertis, les plus malins ont toujours de l’or caché quelque part.

En cas de crash monétaire mondial, ces gens-là garderont toujours un moyen de paiement crédible : c’est à eux que l’on fera confiance alors, pas à ceux qui arriveront avec des brouettes de billets pour payer une boîte d’allumettes comme au moment de la crise de 29.

Maintenant, pourquoi le cours de l’or est-il condamné à la hausse ?

•  Plus que tous les autres indices, le prix de l’or a évolué largement entre 2000 et 2008. Il a plus que quadruplé sur cette période sans pour autant avoir encore atteint la moitié des niveaux de 1980 (en données corrigées par l’inflation).
•  L’offre des mines est largement inférieure à la demande finale. Les sociétés exploitant des gisements d’or ont fermé les mines les plus difficiles à exploiter pour améliorer leur rentabilité. La production d’or mondiale stagne.

La demande ne cesse d’augmenter, notamment dans l’industrie (13%) et surtout la bijouterie (70%). Ces deux secteurs ont une progression annuelle dans leurs besoins d’environ 5 à 8%

•  Les crises récentes des Etats-Unis ont fait prendre conscience aux épargnants que les placements monétaires dynamiques étaient risqués. Cela a déclenché un réflexe d’achat d’or.
•  Depuis 2002, le Dollar ne cesse de perdre de sa valeur face à la plupart des devises. L’or est perçu comme « l’anti-dollar » par excellence.

http://www.loretlargent.info/guides/hausse_cours_or/

darktomato a écrit :

Le Japon a été assez intelligent pour ne pas vivre avec l'argent des autres, mais avec le sien.

Le Japon, que tu aimes citer en exemple, n'est pas un cas unique.

La France vit aussi avec un taux d’épargne assez élevé qui lui a permis, entre autres, de mieux résister à la crise de 2008 que d’autres pays d’Europe et il n’y a d’ailleurs pas eu de panique bancaire chez les Français à ce moment-là.

Quant à la Nouvelle-Zélande, que tu aimes aussi souvent citer en exemple de modèle libéral ayant "réussi", sa note est moins bonne que celle de la France (et à présent à égalité avec celle de la Belgique et des ...Etats-Unis).  Et un référendum récent a rejeté un projet du gouvernement de retraite par capitalisation.

darktomato a écrit :

Ils sont donc relativement indépendants des marchés.

Absolument faux.

Le Japon n’est pas du tout indépendant des marchés. En voici un exemple en temps réel :

http://www.lepoint.fr/bourse/bourse-de- … 571_81.php

Et sur d’autres plans, on va  pas faire un cours de géo économique, mais tout le monde sait que le Japon est totalement dépendant de l’extérieur (comme pour ses importations, pour citer un seul exemple).

Il n’y a pas de pays au monde aussi dépendant de l’extérieur ! (Et en plus, ce pays est en plein vieillissement démographique, sans aucune ouverture à l’immigration…)

darktomato a écrit :

Par contre ça n'a rien à voir avec une nationalisation (qui revient à reprendre le privé pour le rendre public), vu que ces dettes sont justement contractées auprès du privé.

Faux.

Les dettes japonaises sont garanties et contrôlées par le gouvernement japonais. En voici une preuve :

Cette page contient des données sur les emprunts d'État japonais (Japan Government Bond). Les emprunts d'État japonais sont des obligations émises et entièrement garanties par le gouvernement japonais.

http://www.forexpros.fr/rates-bonds/japan-govt.-bond

Par ailleurs, tu oublies complètement le rôle moteur que joue l’Etat japonais vis-à-vis de ses propres industries avec le MITTI. Une  petite piqûre de rappel ?

2/ Un état pilote et régulateur
Le Japon est un état libéral. L’Etat y joue cependant un rôle important, bien que souvent discret. Il organise et oriente l’économie japonaise vers les objectifs qui lui semble être les meilleurs. L’Etat est ainsi à l’origine du développement économique du Japon avec la volonté affirmée depuis MEIJI de construire une grande puissance capable d’échapper à la domination étrangère.
Le MITI (ministère du commerce international et de l’industrie) joue un rôle fondamental dans l’économie du pays :
- information : rassemble les données sur les technologies et les marchés étrangers, il collecte toutes les informations de l’étranger et les traduit offrant une banque de données rapidement aux entreprises,
- industrie : il définit les secteurs prioritaires, organise les restructurations et les fusions, facilite l’adaptation rapide de l’économie japonaise et veille à la réorientation vers les activités high-tech,
- commerce : il réglemente la concurrence, fixe les normes.
Il contribue donc au formidable excédent commercial du pays.

http://membres.multimania.fr/djmilien/hist-geo/JP.htm


darktomato a écrit :

Personne n'a obligé les Etats à emprunter.

Personne n’a obligé les marchés à foutre le bordel en 2008 et à en remettre une couche en ce moment même.

darktomato a écrit :

Personne n'a obligé les Etats à emprunter.

Faux.

Les marchés poussent systématiquement les états à emprunter et à s’endetter.

Grand bien leur fasse que les états continuent d’être leurs vaches à lait : les états sont leur gagne-pain et leur raison d’exister.

darktomato a écrit :

Les Français sont-ils capables de comprendre quelque chose d'aussi complexe que l'économie et la dette ?

Tout à fait : c'est pas compliqué les choses simples.

Il suffit, par exemple et entre autres,  de leur expliquer la grande arnaque de 1973.Et de le répéter sans cesse : juste un travail pédagogique. 5 mn tous les soirs au JT de TF1 et au bout de quelques semaines ils commenceraient à comprendre et à réagir.

L’économie et la dette ne sont en rien compliqués : les seuls à le prétendre sont ceux qui veulent croire cela aux autres pour en garder les clés, le contrôle du pouvoir  en se faisant passer pour des experts.

darktomato a écrit :

Si on n'avait pas fait ça, l'endettement aurait aussi existé, mais se serait fait par l'inflation.

Faux.

Habituelle poudre de perlimpinpin.

Cet argument éculé est l’argument habituel de ceux qui veulent masquer l’arnaque.

Je l’ai déjà expliqué en long et en large avec références (avec contrairement à toi qui n’en donne jamais aucune).

darktomato a écrit :
Checky a écrit :

sans renoncer a priori à rembourser complètement ou en partie la dette,

Suicide économique. Demande aux grecs ce qu'ils en pensent, pas sûr qu'ils te conseillent leur situation !

Non. Faux.

C’est une question de rapport de force, tout simplement.

Si les états et leurs responsables décident maintenant  de mettre au pas les marchés et les agences de notation, une fois pour toutes, ce seraient ces derniers et ces dernières qui seraient obligés d’accepter les conditions des états.

Exemple de mise au pas :

1) Désormais on (= nous les Etats) crée 50 % de notre monnaie pour toutes les dépenses et les investissements d’intérêts collectifs nécessaires, et on deale, pratiquement sans intérêts avec nos Banques Centrales : ce domaine ne vous regarde plus, vous n’y avez aucun droit de regard ni d’intervention. Chacun son bac à sable, désormais.

2) On vous laisse vous occuper du reste à une condition : cloisonnement complet et définitif entre banques privées de dépôt et banques privées d’investissement.

3) On poursuit auprès de vous le remboursement de nos dettes passées, présentes (et à venir pour des domaines ne touchant pas à l’intérêt public) en en renégociant totalement la durée et les taux rémunérateurs. C’est à prendre ou à laisser. Et vous avez tout intérêt à accepter nos conditions si vous voulez continuer à prospérer.

4) On ignore clairement vos fluctuations des marchés et on ne réagit plus au quart de tour à chacun de vos cacas nerveux appelés « crises ». Vous verrez que vous vous calmerez plus souvent…

5) On crée de nouvelles agences de notation publiques et privées au niveau européen.

6) On poursuit en justice les 3 agences de notation actuelles (Moody’s, Standard and Poor’s et Fitch) et on leur réclame d’importantes compensations financières  pour les motifs suivants :

- conflits d’intérêt (ces agences sont rémunérées par leurs clients et leur donnent des informations sur la dégradation à venir d’un pays)

- par ailleurs, ces agences (qui existent depuis le début du XX°) sont coupables de ne pas avoir annoncé la crise de 1929, ni la faillite des états sud-américains dans les années 80, pas plus que  la crise de 2008 (alors qu’elles notaient allègrement d’un AAA des produits toxiques 24 heures encore avant le début de cette crise). Ces agences ont aussi joué de malhonnêteté lors de l’affaire Enron = http://fr.wikipedia.org/wiki/Enron
Elles vont devoir trinquer et sortir leur portefeuille pour payer ces dommages aux états.

Voilà le G 20 dont on pourrait rêver.

Pas celui de représentants politiques (avec leurs actuelles" réunions téléphoniques" bidon) qui ne représentant plus l’intérêt et le bonheur de leurs peuples, qui se font dans la culotte et qui sont à genoux devant les « marchés » et les agences de « notation » à chacun de leur nouveau  caca nerveux, des agences de notation et des marchés qui devraient  être notés et jugés par les Etats pour troubles à l'ordre public, conduite en état d'ivresse et agressions physiques et morales sur les biens des citoyens.

cool


Faire de son mieux et laisser dire
Ne jamais se sentir en dessous de soi ni au-dessus des autres
Mon autogalerie de photos
A +

Hors ligne

#124 Le 08/08/2011, à 13:05

MrAzerty

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

MdMax a écrit :

Question... elle sera de combien la taxe sur les logiciels libres ? hmm

En France, 19,6% du prix du logiciel.


On est toujours le geek de quelqu'un.

Hors ligne

#125 Le 08/08/2011, à 13:06

MdMax

Re : Le retour d'une crise économique, et/ou le début de la fin?

The Uploader a écrit :

?????

Ne faites pas semblant de ne pas comprendre... wink La note de la France est déjà dégradée: AA-

Les politicards ne manqueront pas de chercher des moyens de financer leurs gaspillages. Hors de question de vendre Air Sarko One. Il y aura donc forcément des idées absurdes dans le genre "taxe sur le logiciel libre".

Cela tombe bien: le libre est partout, du téléviseur high-tech au smartphone en passant par la box ou le NAS: autant de TVA pour des licences qui ne rentre pas encore dans les caisses de l'état. Il y aura bien un UMP qui va proposer ça.

30 ans de déficits, ça va bien se payer un jour...

30 ans d'intérêts toujours plus élevés à payer aux amis du président qui sont dans la finance, c'est forcément un jour ou l'autre une dépendance totale du pays qui sera amené à vendre ses services, ses institutions et ses lois au plus offrant.

En ligne

Haut de page ↑