Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Si vous rencontrez des soucis à rester connecté sur le forum (ou si vous avez perdu votre mot de passe) déconnectez-vous et reconnectez-vous depuis cette page, en cochant la case "Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites".
Test de l'ISO d'Ubuntu francophone : nous avons besoin de testeurs pour la version francophone d'Ubuntu 14.04. Liens et informations ici.

#76 Le 04/07/2012, à 17:36

david96

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Je trouve qu'il y a du vrai dans ce qui dit torpedolos, du moins je suis plutôt d'accord avec ça :

torpedolos a écrit :

« Si on considère que le proprio est un danger et qu'il ronge les parcelles de liberté a chaque fois que le libre lui en laisse la possibilité, et que c'est maintenant qu'il faut lutter contre ça, alors là, il faut avoir une attitude plus offensive, chercher a faire un système simple et séduisant, chercher a comprendre ce que veut l'utilisateur ...
Et surtout s'unir. »

À ceci près que c'est déjà fait pour les système simple et séduisant tournant sous GNU/Linux. Le reste est surtout de la communication (suffit de voir comme à décollé Androïd alors qu'il tourne sous le noyau Linux).

Hors ligne

#77 Le 04/07/2012, à 17:36

torpedolos

Re : La fin d'un Linux unifié ?

black Almond a écrit :

J'aimerais bien en connaître les sources.
Je n'ai jamais lu de sources fiables parlant de lutter contre les système d'exploitation propriétaire.
Encore moins de se lier contre la vente liée.
Que cela soit un combat des libriste, certes. Que ce soit le combat de Ubuntu, certainement pas.

Alors j'ai mal du comprendre ça :

Mark Shuttleworth in "bug #1" a écrit :

Microsoft has a majority market share in the new desktop PC marketplace.
This is a bug, which Ubuntu is designed to fix.

Non-free software is holding back innovation in the IT industry, restricting access to IT to a small part of the world's population and limiting the ability of software developers to reach their full potential, globally. This bug is widely evident in the PC industry.

Steps to repeat:

1. Visit a local PC store.

What happens:
2. Observe that a majority of PCs for sale have non-free software pre-installed.
3. Observe very few PCs with Ubuntu and free software pre-installed.

What should happen:
1. A majority of the PCs for sale should include only free software like Ubuntu.
2. Ubuntu should be marketed in a way such that its amazing features and benefits would be apparent and known by all.
3. The system shall become more and more user friendly as time passes.

En gros il y a trop de PC vendus avec des os proprio, pas assez avec des os libre, l'objectif d'ubuntu est de changer ça.

Pour toi, il n'y a donc aucun rapport avec la lutte contre la vente liée et les OS proprio.

Tu peux m'expliquer comment tu raisonnes ?

black Almond a écrit :

Rien n'affirme qu'arnaudsm entrevoit une distribution unifiée sans élément propriétaire, d'autant qu'il l'envisage grand public et unifiée. Conçois-tu que cela supprime alors la technologie d'Adobe Flash et les pilotes graphiques propriétaires? Penses-tu pouvoir assumer de parler en son nom?
De plus, il ne veut créer un fork, notion qu'il rejette dans son tout premier message.

Du point de vue de la FSF ubuntu n'est même pas un os "libre", alors soit il n'y a a pas d'OS libre (a part trisquel et 2 ou 3 autres).
Soit on considère que ubuntu est tout de même plus libre que les proprio purs et durs, et on est sur ubuntu parce qu'on est quand même contre le proprio, mais sans être aussi radical que la FSF, ou qu'on conçoit ça comme une étape.

Ce sont de ces distro là, dont on parle.
Je ne pense pas (en tout ca je n'ai pas lu), que arnaudsm ait parlé de faire une distro "pure" du point de vue des critères du libre, c'est a dire sans flash, sans MP3, etc...

Merci de ne pas faire exprès de ne pas comprendre, les trolls sont une des raisons de mon pessimisme actuel.

black Almond a écrit :

Tu me sembles bien agressif.
Et si je puis me permettre, tes arguments ne sont pas particulièrement évolué pour oser critiquer un autre membre.

Non, c'est juste un fait, j’écris une page d’argumentation en pesant bien ce que je dis, et la première réflexion de Neros est que je parle beaucoup pour quelqu'un qui dit s'en foutre, sans s'occuper du sens de ce qui est dis, sans y répondre.
Ca me semble beaucoup plus agressif que ma réponse, en plus de n’être ni intelligent ni constructif.


La convivialité, c'est pas quand un tuto est bien fait, c'est quand il n'y a pas besoin de tuto ! (moi)
https://bugs.launchpad.net/ubuntu/+bug/1
Je ne suis pas un numéro de hotline ! (ploum) http://ploum.net/post/36-je-ne-suis-pas … geek-libre
"Knowledge belongs to everyone" (Kevin Mitnick)

Hors ligne

#78 Le 04/07/2012, à 17:40

torpedolos

Re : La fin d'un Linux unifié ?

david96 a écrit :

À ceci près que c'est déjà fait pour les système simple et séduisant tournant sous GNU/Linux. Le reste est surtout de la communication (suffit de voir comme à décollé Androïd alors qu'il tourne sous le noyau Linux).

Merci, mais hélas non, une union telle que la souhaite l'auteur du fil et moi-même, c'est loin d’être fait.
Et du point de vue des défenseurs du libre, android, c'est le cauchemar absolu: un truc sous GPL, intégré et enfermé dans un truc proprio, qui appartient a une seule boite, qui contrôle tout et qui est très compliqué a modifier ou désinstaller (je ne parles même pas de copier ou modifier).

Dernière modification par torpedolos (Le 04/07/2012, à 17:41)


La convivialité, c'est pas quand un tuto est bien fait, c'est quand il n'y a pas besoin de tuto ! (moi)
https://bugs.launchpad.net/ubuntu/+bug/1
Je ne suis pas un numéro de hotline ! (ploum) http://ploum.net/post/36-je-ne-suis-pas … geek-libre
"Knowledge belongs to everyone" (Kevin Mitnick)

Hors ligne

#79 Le 04/07/2012, à 17:55

Elzen

Re : La fin d'un Linux unifié ?

torpedolos a écrit :

Mais ça touche trop a l’âme de certains qui n'ont un système que pour le bricoler, que toute discussion à ce sujet est inutile.

Ce qui est « amusant », c'est que tu balances des assertions comme ça, genre ce serait uniquement la faute de certaines personnes, alors que :

– d'une part, s'il fallait définir des responsabilités (ce qui est déjà un non-sens), ce serait bien davantage le fait des utilisateurs qui, justement, ne veulent pas bricoler leur système.
Il est en effet évident que l'utilisateur qui veut bricoler, lui, arrivera à se satisfaire même d'un truc unique, à partir du moment où il n'est pas trop verrouillé (ou où les verrous sont suffisamment lâches ; les geeks utilisant Windows ne se privent pas pour faire en sorte d'avoir un Windows qui ne convient qu'à eux, par exemple).
C'est au contraire pour les utilisateurs que ne veulent pas bidouiller qu'il est nécessaire de fournir un nombre conséquents de solutions distinctes, afin qu'il en existe une dans le lot qui leur conviendra sans qu'il y ait besoin de bidouiller (étant acquis que chaque utilisateur, quelles que soit son comportement, a des besoins et des habitudes différents de ceux de son voisin).

– d'autre part, tu te positionnes en disant ça comme celui qui a tout comprit, qui voit tout, et qui peut se permettre de juger les autres… alors que manifestement, tu as toi-même loupé plusieurs étapes. Preuve en est :

torpedolos a écrit :

Dans ce que j'ai lu sur ubuntu, il me semblait que cette distro était justement destinée a ça: fédérer des forces, lutter contre les OS proprio et en particulier contre la vente liée (bug n°1).

Ce fameux bug numéro un désigne le fait qu'un système (en l'occurence, Windows, mais ce serait n'importe quel autre que ça n'aurait aucune espèce d'importance) soit en position fortement majoritaire. Le but recherché, pour la résolution de ce bug, est très précisément de réintroduire du choix dans le marché de l'informatique personnelle.

Considérer que ça se fera en « fédérant les forces » et en n'offrant qu'une unique alternative, c'est simplement un non-sens : on n'introduit simplement aucun choix en cherchant à remplacer un système majoritaire par un autre. Le bug numéro un ne serait pas résolu s'il y avait 50% de Windows et 50% d'Ubuntu, ou pire, 100% d'Ubuntu ; il ne sera résolu que quand chacun pourra choisir son propre système sans problème. Et ça, ça nécessite l'existence de plusieurs (un nombre aussi élevé que possible) systèmes différents.

Par ailleurs, que tu n'aies vraiment pas compris certains trucs, c'est une chose ; ne fait tout de même pas semblant de ne pas en comprendre d'autres.

torpedolos a écrit :

Vala vala, la création artistique et les OS, c'est tout a fait comparable, et si l'un s'alliait a l'autre, il perdrait son âme...

Mais bon, allons au bout de la comparaison, même si elle est totalement  a la masse

Ma comparaison avec le cinéma, et les différents cinéastes avec chacun leur manière propre de concevoir leurs films, allait déjà au bout d'elle-même, puisqu'elle ne visait qu'à illustrer le fait que chaque personne à une manière de concevoir différente, et qu'il est illusoire d'espérer mettre tout le monde d'accord.

Chose que tu sembles toi-même avoir mis en avant :

torpedolos a écrit :

Il y a autant de point de vue que d’adhérent, et même peut-être plus.

Voilà précisément l'une des raisons pour lesquelles il n'existera jamais un système ultime sur lequel tout le monde travaille : il y aurait autant de visions différentes de ce projet unique que de personnes à y participer, autant dire qu'il n'avancerait pas des masses.

(Ce n'est cependant pas la seule raison ; une autre tout aussi fondamentale est qu'Ubuntu et Fedora ont autant de raisons de fusionner que Mac OS X n'a de raison de fusionner avec OpenBSD : bien que ça ait une partie du fonctionnement en commun, ça n'a jamais été des entités assimilables l'une à l'autre, mais ce sont au contraire, dès le départ, des projets bien distincts et sans rapport autre qu'une poignée de caractéristiques techniques).

Mais pour autant, jetons un œil à tes visions d'apocalypse :

torpedolos a écrit :

Et bien gardons notre âme et continuons a regarder le bateau couler.

Et bing !, encore fail.

Un autre truc à comprendre, c'est que le bateau ne coule pas, loin de là.

D'abord, le monde libre (dans ses différentes déclinaisons ; encore une fois, de manière absolument pas unique ni unifiée, puisque d'une part, il ne l'est pas par nature, et que d'autre part, il n'existe aucune raison objective de faire en sorte qu'il le soit, quand bien même ça aurait été possible, ce qui n'est même pas le cas) est très fortement majoritaire dans tous les domaines de l'informatique à l'exception de l'informatique de bureau (bon, et aussi pour les smartphones, le leader (Android) étant basé sur le noyau Linux, mais étant très loin d'être entièrement libre).

Ensuite, même dans le marché des ordinateurs de bureaux, le monde libre n'est absolument pas menacé d'extinction, parce qu'il est développé en (grande) partie pour les besoins propres de ceux qui le développent (aussi bien les contributeurs bénévoles que les entreprises ; ces dernières investissant principalement parce que ça leur est utile). En conséquence, ces systèmes resteront en vie quel que soit le nombre d'utilisateurs qui viennent, ou pas, s'ajouter au noyau dur de ceux qui travaillent dessus.
Note que ç'n'est pas le cas de tous les systèmes. Ubuntu, notamment, est principalement développé pour être utilisé par d'autres que ses utilisateurs ; mais Ubuntu n'est tout de même pas à plaindre à ce niveau, son nombre d'utilisateur étant toujours estimé en hausse.

Enfin, l'existence d'un nombre important de systèmes différents avec chacun leur politique distincte est, au contraire, un formidable outil permettant à tous d'évoluer :

ArkSeth a écrit :
seb24 a écrit :

Alors c'est vrai que ça peu ralentir l'évoluton des interfaces graphiques sous Linux

Ou pas ; en fait ça l'accélère.

C'est l'existence de plusieurs environnements qui permet à ceux qui développent l'un d'entre eux de regarder ce que font les autres et d'en tirer leurs propres idées. Quand bien même il serait techniquement possible (ce qui n'est simplement pas le cas) que tout le monde se mette d'accord pour ne plus travailler que sur une seule interface, on perdrait toutes les idées issues d'autres parcours, qui au final ferait manquer des occasions d'améliorer le truc lui-même.

On en a un très bon exemple récent, d'ailleurs : le fait que Canonical ait décidé de développer sa propre interface a eu beaucoup d'influence sur l'équipe de dev de GNOME ; et GNOME Shell n'aurait pas du tout eu cette tronche-là s'il n'y avait pas eu Unity.

Ceci est valable également pour tous les logiciels.


On peut également ajouter le fait qu'un développement construit et pensé est délicat à mettre en place lorsque le nombre de participants est très élevé ; non seulement les gens qui bossent sur des trucs radicalement différents sont plus utiles en faisant ça, mais en plus ça foutrait une pagaille monstre très difficilement gérable si tout le monde essayait de venir bosser sur la même chose, même indépendamment des problèmes de prise de décision.


Bref, l'« unification des efforts » non seulement n'a pas de sens et ne serait même pas réalisable en pratique, mais en plus, aurait très probablement, dans l'hypothèse totalement absurde où on parviendrait à la mettre en place, des effets plus délétères que bénéfiques.

Dernière modification par ArkSeth (Le 04/07/2012, à 18:01)

Hors ligne

#80 Le 04/07/2012, à 18:17

seb24

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Bref, l'« unification des efforts » non seulement n'a pas de sens et ne serait même pas réalisable en pratique, mais en plus, aurait très probablement, dans l'hypothèse totalement absurde où on parviendrait à la mettre en place, des effets plus délétères que bénéfiques.

C'est surtout qu'une unification imposerait une contrainte forte ce qui est en total opposition avec le libre.

Ou pas ; en fait ça l'accélère.

C'est l'existence de plusieurs environnements qui permet à ceux qui développent l'un d'entre eux de regarder ce que font les autres et d'en tirer leurs propres idées. Quand bien même il serait techniquement possible (ce qui n'est simplement pas le cas) que tout le monde se mette d'accord pour ne plus travailler que sur une seule interface, on perdrait toutes les idées issues d'autres parcours, qui au final ferait manquer des occasions d'améliorer le truc lui-même.

On en a un très bon exemple récent, d'ailleurs : le fait que Canonical ait décidé de développer sa propre interface a eu beaucoup d'influence sur l'équipe de dev de GNOME ; et GNOME Shell n'aurait pas du tout eu cette tronche-là s'il n'y avait pas eu Unity.

Non je pense que, tant que les projets n'ont pas atteint un taille critique en nombre de dev, ca va ralentir le developpement. Ca va par contre augmenter la richesse de  manière globale en apportant de nouvelles idées. Mais beaucoup de projet son petits et n'ont pas forcément toutes les ressources pour arriver à leurs objectifs. Si on prend Gnome , le projet reste relativement modeste et il manquent clairement de main d’œuvre.


Membre attitré de la brigade des S
Ubuntuser.com : Blog sur Ubuntu http://www.ubuntuser.com

Hors ligne

#81 Le 04/07/2012, à 18:18

avelldiroll

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Cette discussion est un marronnier, et revient périodiquement, lancée par des personnes ayant migré il y a peu (2 à 3 ans en général), qui ont saisi certains aspects du "libre", mais n'ont pas encore une vision globale du phénomène (cette une généralité, certains peuvent mettre une dizaine d'année pour prendre le recul nécessaire).

Il faut bien comprendre que chacun à sa vision personnelle du libre, et que c'est la somme de ces visions qui forment le libre.

Il est absurde de vouloir forcer quelqu'un qui dev quelque chose sur son temps libre, parce que son projet perso lui plaît, à bosser sur un projet qui l'attire moins. C'est son projet, il est libre de choisir comment il souhaite y contribuer.
De la même manière ceux qui souhaitent un gros projet unifié sont libres de se regrouper entre eux et de proposer des choses, si leur projet correspond à une demande, ce sera utilisé et deviendra peut être un projet populaire, mais en vouloir à ceux qui dev leur truc dans leur coin et ne se joignent pas à eux est contre-productif.

A partir du moment où un projet est utilisé, c'est qu'il est utile à quelqu'un, et en soi, c'est une bonne chose qu'il existe. Si un projet n'a plus d'utilisateur, il disparaître naturellement selon les lois de l’écosystème logiciel.

Avoir plus de choix est toujours une bonne chose que d'imposer des limitations.

Pour que les projets cohabitent, il est beaucoup plus utile de contribuer à des standards (fhs, posix, freedesktop, ...), mais encore une fois, libre à chaque projet de les respecter ou non.

Imposer des projets et se poser en censeur de "ce qui doit être fait", si tant est que ce soit possible, ne résultera pas en une unification des projets, mais dans une perte drastique de contributeur.

Il faut bien comprendre que la plupart des projets naissent parce qu'un dev "gratte sa propre démangeaison", et règle un problème / innove sur quelque chose qui le préoccupe lui ou ses proches. Lui refuser d'explorer certaines pistes c'est aussi bloquer l'innovation.

Oui, ça force les gens à devoir sélectionner et choisir ce qu'ils veulent utiliser, mais c'est une bonne démarche, car ça apprend à rester critique face à l'utilisation que l'on souhaite.

Par ailleurs, c'est une gageure de penser que les devs proposent des logiciels libres pour "lutter contre le propriétaire" ou "pour avoir le plus d'utilisateur possible", chacun le fait pour ses propres raisons, et c'est parfois, mais rarement, les deux que je viens d'évoquer, mais il est dangereux de penser que c'est la norme.

Pour comprendre tout ça en détail je conseille vivement la lecture de "la cathédrale et le bazar" d'ESR, http://www.linux-france.org/article/the … bazar.html ... c'est toujours d'actualité.


"Les ordinateurs permettent à l'humanité de faire des erreurs le plus rapidement du monde, ... à l'exception peut-être de la tequila et des armes à feu."
Merci de lire ceci de temps à autre ...

Hors ligne

#82 Le 04/07/2012, à 18:29

Julientroploin

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Honnêtement, avoir le choix entre plusieurs logiciels pour la même tâche est déroutant pour le nouvel arrivant, mais c'est un luxe une fois qu'on y est habitué.
Tel logiciel qui me convenait sort une nouvelle version buggée ? supprime une fonction indispensable pour moi ? (les exemples ne manquent pas dans l'actualité)
=> je trouverais forcement mon bonheur chez un autre.

Et puis le code étant libre, si un logiciel "invente" une nouvelle fonction et qu'elle intéresse un "concurrent", il peut sans problème la reprendre. Donc cette dispersion n'est pas un problème en elle-même.

Ce qui me pose plus de problème dans la multiplication des distributions, c'est la perte d'effort dans la résolution des bugs : chaque logiciel, mais aussi chaque distribution à son propre système pour les rapports de bugs, sans qu'il y ait d'unité là dedans.
Certains utilisateurs vont rapporter un bug aux mainteneurs de leur distri. (qui peuvent OU PAS le remonter... qui peuvent OU PAS communiquer entre eux...), d'autres affectés par le même bug vont le signaler aux devs du logiciel, d'autres se perdront en route en ne sachant pas à qui s'adresser...
Au fil du temps, 2 principaux formats de paquets se sont imposés, je suis sûr qu'on pourrait ainsi unifier pas mal de choses sans perdre de diversité pour l'utilisateur. J'ai cité les rapports de bugs, mais il y aurait certainement un travail à accomplir sur l'identification pour les rapports de bugs par exemple.
Ex : admettons que je n'utilise pas Gnome mais juste certains de ces outils (disons Abiword) qui buggent. Est ce que je vais me créer un compte chez gnome pour leur rapporter un bug ou est-ce que je vais laisser tomber ?


Fixe : Core i5, 4GoRAM, NVidia 9800GT Silent => Raring64
Portable Compaq Presario2158 : AthlonXP-M2400+, 1GoRAM, ATI Radeon mobility320M => Debian stable+Openbox
https://launchpad.net/~julienmbpe

Hors ligne

#83 Le 04/07/2012, à 18:47

lawl

Re : La fin d'un Linux unifié ?

ui ont saisi certains aspects du "libre", mais n'ont pas encore une vision globale du phénomène (cette une généralité, certains peuvent mettre une dizaine d'année pour prendre le recul nécessaire).

Oui d’ailleurs ils pensent même que Ubuntu est la première distribution grand public alors qu'avant il y a eu Mandrake/Mandriva, Knoppix, Mepis (trop méconnu) et qu'après Ubuntu il y en aura d'autres.

Hors ligne

#84 Le 04/07/2012, à 19:57

arnaudsm

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Rebonjour a tous smile
Je m'excuse de mon absence mais je suis ravi de voir que mon sujet a conduit a un tel débat.
Je suis parfaitement d'accord avec torpedo, mais en lisant la discussion j'arrive a la conclusion suivante :
Il y a des spécialistes, "barbus", présents depuis le début qui aiment les distributions configurables de zéro, pour parfaitement leur convenir. Mais parfois ils y tiennent également pour prouver qu'ils sont tellement plus forts que les "noobs" des distributions faciles. C'est cet ego qui cause la fragmentation, car chacun va créér sa distribution encore plus personnalisée et inacessible.
Pourtant linux assez mûr depuis 5 ans pour acceuillir tout le monde. Sommes-nous entrain d'oublier que notre but premier était d'offrir un système pour tous, voire permettre d'échapper aux OS proprio ?
Les bidouilleurs créent des nouvelles fonctions mais à quoi servent-elles si elle ne sont implantées nulle part, à part dans une distro terminal-nightly-private-on-freenet ?
On a usiné de belles pièces de puzzle, mais il faudrait l'assembler un jour. Pour contenter tout le monde, pourquoi ne pas faire une démocratie-Os ? On voterai pour les fonctions par défaut, mais en laissant les autres facultatives à l'utilisateur final. Par exemple pour l'interface, dans les options, un switch entre dock et menu_démarrer.
Certains ont dit que la compétition pouvait favoriser l'innovation, pourtant Gnome copie actuellement Unity, et les dev se divisant, ils perdent du temps à se recopier.
Je cite E.S. Raymond (grande figure hacker) : Les cerveaux créatifs sont une ressource de valeur, et limitée. Ils ne devraient pas être gaspillés à ré-inventer la roue pendant qu'il y a tant de nouveaux problèmes fascinants qui attendent.

Bien que je soit conscient de mon jeune âge (enfin j'ai compilé mon image ubuntu pour la chrooter sur mon android quand même), si certaines personnes partagent mon avis, je vais essayer de créer une distro d'une seule version, avec les meilleurs programmes et interfaces de 2011, pour au moins avoir la crème de la crème et servir de quelque chose autant configurable qu'utilisable sur toutes les machines pour convertir mon entourage à linux (car Unity n'est fluide que sur les machines de guerre).
Pourtant, Linux ne pourra pas rester un éternel laboratoire, pensez à la prochaine génération, quand je vois des enfants effleurer des livres pour voir s'ils sont tactiles comme leur ipad puis les jeter, je me dis que Linux va mourir a la fin de cette génération si on continue à s'enfermer dans notre cercle Snob.

PS: Quand aux barbus qui se sentent insultés quand je parle d'Ubuntu, je vous rapelle que je n'ai pas posté sur son forum dédié pour rien.

Hors ligne

#85 Le 04/07/2012, à 20:26

The Uploader

Re : La fin d'un Linux unifié ?

arnaudsm a écrit :

(car Unity n'est fluide que sur les machines de guerre).

C'est faux, ça peut très bien tourner sur un eeePC, ça dépend. En tout cas la configuration minimum pour Unity est très modeste.


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

En ligne

#86 Le 04/07/2012, à 20:28

arnaudsm

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Bon j'avoue avoir été habitué à la 11 encore mal optimisée, mais je parle de sans l'accélération matérielle, alors que gnome n'a aucun problème (sur Eeepc1005ha).
N'empêche que je suis sur qu'au terme d'un sondage gnome sortirai vainqueur.

Hors ligne

#87 Le 04/07/2012, à 20:32

The Uploader

Re : La fin d'un Linux unifié ?

J'ai le même eeePC (ou presque, un 1015ha avec 2 Gio de mémoire vive), même la 12.04 ne tourne pas de manière satisfaisante là dessus.

Xubuntu y tourne beaucoup mieux (faut dire que Xfce se fiche du GPU).

Dernière modification par The Uploader (Le 04/07/2012, à 20:33)


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

En ligne

#88 Le 04/07/2012, à 20:36

arnaudsm

Re : La fin d'un Linux unifié ?

A part les détails, quel est votre avis envers mon dernier post ?

Hors ligne

#89 Le 04/07/2012, à 20:39

The Uploader

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Que ne pas réinventer la roue, c'est une bonne règle.

Mais dans les faits, elle est constamment "violée" pour une raison X ou Y (qui peuvent être valides. Du genre "cette roue ne me convient pas", "cette base est archaïque et est devenue trop difficile à maintenir"), même dans le monde des logiciels proprios.

Or c'est le logiciel proprio qui domine sur le "desktop". Donc il faut chercher la cause ailleurs. smile

(peut être dans la vente liée, qui sait tongue )

Dernière modification par The Uploader (Le 04/07/2012, à 20:40)


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

En ligne

#90 Le 04/07/2012, à 20:39

gguillaume017

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Je rêve ou c'est le culte Asus chez les linuxiens ? big_smile (enfin, ça reste la meilleure marque de constructeur avec Intel, pour moi)
Ben, t'as pas tord, dans le fond, il faut des projets différents mais il faut surtout qu'ils se retrouvent et s'améliorent ensemble, que tout se passe avec une certaine harmonie qu'il n'y a pas actuellement, ou peu.

#91 Le 04/07/2012, à 20:50

arnaudsm

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Je suis sur que si une distribution pouvait centraliser les efforts et prouver sa valeur avec un produit FINI (et non une release en catastrophe avec des gros changements comme la 11), certains constructeurs pourraient comprendre notre force et vendre des PC sous Linux.
C'est tout ce que l'on peut faire, bien qu'il crève les yeux que Microsoft subventionne la vente liée pour monopoliser.

Ça vous dit de résumer toute le débat en un article pour alerter la communauté et l’appeler a la fraternité ? (oui je rêve un peu...)

Hors ligne

#92 Le 04/07/2012, à 20:52

The Uploader

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Justement Asus vend des PCs sous Ubuntu..
Et Dell aussi on dirait

Dernière modification par The Uploader (Le 04/07/2012, à 20:53)


Passer de Ubuntu 10.04 à Xubuntu 12.04 LTS
Archlinux + KDE sur ASUS N56VV.
ALSA, SysV,  DBus, Xorg = Windows 98 !
systemd, kdbus, ALSA + PulseAudio, Wayland = modern OS (10 years after Windows, but still...) !  Deal with it !

En ligne

#93 Le 04/07/2012, à 20:55

Hibou57

Re : La fin d'un Linux unifié ?

arnaudsm a écrit :

Alors reprenons les origines de Linux, formons une grande distribution open-source et mobilisons-nous tous autour, chaque spécialiste de son domaine  pour avancer. Comme çà, en un an ou deux on peut aboutir à une distribution extraordinaire. Mettons l'ergonomie à la première place, la collaboration totale, refaisons Xorg et arrêtons cette défragmentation !

Et de décréter ça, va magiquement résoudre

arnaudsm a écrit :

puis abandonnent leur projet dans leur coin.

d’autant que

arnaudsm a écrit :

Je voulais dire une distribution libre, gratuite,

sachant que le pain, l’EDF, le loyer, ne sont pas gratuits eux.

arnaudsm a écrit :

mais où tous les efforts se concentrent.

Ben ne te prive pas pour te concentrer sur les tiens, … gratuitement, bien sûr tongue

arnaudsm a écrit :

Concentrons-nous sur UNE distribution, UNE interface graphique, UNE documentation et UNE communauté soudée !

Comme l’a justement dit Mornagest : Windows ? Avec Windows, tu as une distribution uniforme, une interface uniforme, etc…

Et c’est là que je m’interroge sur ton

arnaudsm a écrit :

je suis repassé sur Windows (oui, j'ai honte).

Si tu choisi une distribution selon des critères d’itentification ou de reconnaissance de la part d’autrui, plutôt que sur des critères d’adéquation à des besoins, il n’y aura peut‑être pas de solution à ton problème.

Si Windows est la solution pour toi et qu’elle ne pose pas de problèmes la rendant aisément praticable, alors pourquoi te priver ?

Dernière modification par Hibou57 (Le 04/07/2012, à 20:55)


Hajimemashteeeee… \(^o^)/ Tachikoma desu (^_^;)
Le saviez‑vous : le j’m’en foutisme est la cause de la plupart des fléaux du monde contemporain.
Mangez des standards : un grand bol de Standard tous les matins, et vous débutez la journée en pleine forme !
bulleforum.net — Forum de discussions, La Bulle (papotage de la vie courante ou choses trop sérieuses)

Hors ligne

#94 Le 04/07/2012, à 20:55

gguillaume017

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Oui, entre autres, mais c'est surtout que je n'ai jamais eu un seul problème de reconnaissance matériel avec Asus, jamais déçu du matos, ça tiens le coup, c'est performant, toujours à la pointe, le SAV est relativement bien et pratique. Bref, on sait vraiment qu'ils sont constructeurs plus qu'assembleurs. Ils ont peut être pas le monopole des ventes mais au moins ils font de la qualité ... (je ne crierais ni sur Samsung ni sur Sony ! big_smile Quand un constructeur fait des machines à laver, des télés, des laves vaiselles et j'en passe, pas sûr qu'ils soient calés sur le domaine de l'informatique.)

#95 Le 04/07/2012, à 21:00

arnaudsm

Re : La fin d'un Linux unifié ?

@Hibou57
Désolé je débute, ça m'arrive de me contredire à cause de mon vocabulaire encore imprécis.

Hors ligne

#96 Le 04/07/2012, à 21:02

Hibou57

Re : La fin d'un Linux unifié ?

ArkSeth a écrit :

Le truc à comprendre, c'est que le « linux unifié » dont tu as l'air de parler ne peut pas se finir, puisqu'il n'a jamais existé.

Il existe partiellement : Linux Standard Base. (Il a changé d’adresse ? Depuis quand ? yikes )

Mais comme l’auteur du topic parle surtout d’interface utilisateur graphique, ça ne peut pas être suffisant, puisque LSB ne va pas jusque là.

Dernière modification par Hibou57 (Le 04/07/2012, à 21:02)


Hajimemashteeeee… \(^o^)/ Tachikoma desu (^_^;)
Le saviez‑vous : le j’m’en foutisme est la cause de la plupart des fléaux du monde contemporain.
Mangez des standards : un grand bol de Standard tous les matins, et vous débutez la journée en pleine forme !
bulleforum.net — Forum de discussions, La Bulle (papotage de la vie courante ou choses trop sérieuses)

Hors ligne

#97 Le 04/07/2012, à 21:03

lawl

Re : La fin d'un Linux unifié ?

C'est cet ego qui cause la fragmentation, car chacun va créér sa distribution encore plus personnalisée et inacessible.

Euh là tu caricature un peu trop.
La fragmentation à cause des extrémistes est plutôt faible.

Ensuite, en appelant à fraternisé autour de quoi ? comment font se faire les choix ? Tu va avoir autant d'avis que de participant d’où les innombrables distribution. Comment pense tu empêcher des gens de faire leur propre distribution !?
La fragmentation est obligatoire dans un monde ou tu a le choix !

Hors ligne

#99 Le 04/07/2012, à 22:03

PPdM

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Pitaing!!!  la prise de tête indigeste, !!!
Vous déconnez a  plein tube les mecs, soyez zen et tolérants, Linux c'est l'auberge espagnole chacun bouffe ce qu'il apporte!!
Si la bouffe est dégueulasse, c'est a faute a tout le monde et vice Versailles!!! roll

En ligne

#100 Le 04/07/2012, à 22:21

Elzen

Re : La fin d'un Linux unifié ?

Hibou57 a écrit :
ArkSeth a écrit :

Le truc à comprendre, c'est que le « linux unifié » dont tu as l'air de parler ne peut pas se finir, puisqu'il n'a jamais existé.

Il existe partiellement : Linux Standard Base. (Il a changé d’adresse ? Depuis quand ? yikes )

Mais comme l’auteur du topic parle surtout d’interface utilisateur graphique, ça ne peut pas être suffisant, puisque LSB ne va pas jusque là.

Nan, mais LSB, ç't'une tentative de normalisation de l'utilisation. C'est fait pour définir des standards, pour garantir l'interopérabilité, ç'tout.

Ça n'a pas pour vocation à s'imposer comme la seule entité existante ; au contraire, même, définir des standards est justement, par principe, fait pour qu'il puisse exister plein de trucs différents (par exemple, les standards Web définis par le W3C permettent l'existence de différents navigateurs, ils ne cherchent pas à les faire fusionner entre eux).

La même chose existe à plus haut niveau, d'ailleurs.

Hors ligne

Haut de page ↑