Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

DVD, clés USB et t-shirts Ubuntu-fr disponibles sur la boutique En Vente Libre

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

À propos de l'équipe du forum.

#1 Le 09/10/2014, à 16:13

Compte supprimé

Auto-hébergement et écologie

Salut, je me posais une question sur l'autohébergement : est-ce qu'éclater le travail d'un gros datacenter avec des moyens et dont le propriétaire a intérêt, rien que pour le coût de l'énergie, à optimiser sa consommation, son refroidissement, son efficacité ; sur plusieurs milliers de serveurs autohébergés par des particuliers qui n'ont que faire des coûts énergétiques (optimiser un serveur perso peut peut-être rapporter quelques euros sur la facture EDF mensuelle, pas franchement worth), ne serait pas néfaste pour l'environnement ?

On peut ajouter à la perte d'efficacité énergétique le gaspillage de matériel, puisque chaque particulier pratiquant l'autohébergement devra posséder une machine, contrairement aux services centralisés où le travail est réparti efficacement entre les serveurs d'une compagnie.

#2 Le 09/10/2014, à 19:43

Elzen

Re : Auto-hébergement et écologie

Si on fait l'hypothèse que l'auto-hébergement conduit à arrêter les datacenters plutôt que de tourner en plus d'eux, alors, vraisemblablement, ce serait largement bénéfique à l'environnement, pour plusieurs raisons.

Premièrement, le fait d'avoir des gros datacenters n'empêche absolument pas les particuliers d'avoir plein de machines qui tournent. Une box, par exemple, est un ordinateur qui reste généralement allumé en permanence, et qui aurait très largement les ressources pour servir de serveur personnel. Il faudrait faire l'hypothèse que les gens qui s'auto-hébergent soit puissent vraiment se servir de leur box, soit la virent au profit d'un ordinateur qu'ils maîtrisent ; mais comparativement à celle de couper les datacenters, cette hypothèse est tout à fait raisonnable.

Ensuite, les machines utilisées pour l'auto-hébergement sont, souvent, des machines à faibles coûts (rapsberry pi et compagnie), ou des machines de récupérations. Dans les deux cas (surtout le second), l'impact de création du parc est assez faible.

De plus, concentrer le trafic demande d'autant plus de puissance (c'est l'une des raisons pour lesquelles on a fait Internet comme il est au lieu d'en rester aux réseaux centralisé, notamment). Si chaque serveur indépendant n'a à gérer que ses propres connexions, la somme des ressources requises pour faire tourner le réseau est a priori moindre que si on concentre tout au même endroit.

Par ailleurs, l'auto-hébergement induit un gain énorme en ce qui concerne les transferts : si tu es chez toi, et que tu contactes une machine qui est chez toi aussi, tu ne mobilises presque rien pour transporter des données de l'une à l'autre ; tandis que si les deux machines sont chacune à un bout d'Internet, tu dois mobiliser un bon paquet de serveurs intermédiaires pour chaque échange.

On peut aussi envisager le fait qu'on va faire des copies locales dans les deux cas (faute de quoi, le point concernant les transferts serait encore plus nettement défavorable aux datacenters, puisqu'il faudrait multiplier énormément les transferts). Or, faire des copies locales, ça a un coût environnemental également (créer les disques durs et les faire marcher). Dans le cas des datacenters, ce coût est nécessairement un surcoût (ton disque dur ne sera jamais branché au datacenter). Dans le cas de l'auto-hébergement, pas forcément (tu peux mobiliser les ressources de stockages de façon plus utile).

Enfin, si l'on envisage que les gens qui s'auto-hébergent se sentent un minimum concernés par l'écologie, on peut également envisager que le serveur ne tourne pas avec l'électricité du réseau EDF, mais avec un moyen plus personnel de produire de l'électricité (panneau photovoltaïque…). Un serveur perso tournera très largement avec ça. Ce qui peut donc potentiellement représenter un gain supplémentaire vis-à-vis du datacenter, qui dépendra toujours des grosses centrales.

J'avais évoqué le sujet dans cet article.

Hors ligne

#3 Le 09/10/2014, à 20:35

tiramiseb

Re : Auto-hébergement et écologie

Salut,

Je rebondis juste sur le dernier point :

Enfin, si l'on envisage que les gens qui s'auto-hébergent se sentent un minimum concernés par l'écologie, on peut également envisager que le serveur ne tourne pas avec l'électricité du réseau EDF, mais avec un moyen plus personnel de produire de l'électricité (panneau photovoltaïque…).

Sauf que ça ne se fera jamais, tant qu'EDF rachète l'électricité plus chèque qu'on ne la paye...

Hors ligne