Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

DVD, clés USB et t-shirts Ubuntu-fr disponibles sur la boutique En Vente Libre

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

À propos de l'équipe du forum.

#276 Le 28/03/2016, à 19:35

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Rufus T. Firefly a écrit :

Donc tu regardes la télé pendant 1 heure pour y trouver 3' qui dépassent la lunette des chiottes... Ça ne m'étonne guère que tu aimes Onfray... Avec un rendement pareil... lol
Ben moi je refuse de faire la part des choses, je ne regarde plus la télé depuis au moins 30 ans et j'économise beaucoup de pq... lol
Je n'écoute pas davantage France Cul depuis l'entreprise de démolition réussie de Laure Adler...

Dis-moi donc ce qui trouve grâce à tes yeux, alors...Les "géniaux" topics politiques du forum peut-être ? (auxquels tu sembles consacrer pas mal de temps...) hmm

Dernière modification par jackpot (Le 28/03/2016, à 19:40)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#277 Le 28/03/2016, à 19:42

Rufus T. Firefly

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

jackpot a écrit :
Rufus T. Firefly a écrit :

Donc tu regardes la télé pendant 1 heure pour y trouver 3' qui dépassent la lunette des chiottes... Ça ne m'étonne guère que tu aimes Onfray... Avec un rendement pareil... lol
Ben moi je refuse de faire la part des choses, je ne regarde plus la télé depuis au moins 30 ans et j'économise beaucoup de pq... lol
Je n'écoute pas davantage France Cul depuis l'entreprise de démolition réussie de Laure Adler...

Dis-moi donc ce qui trouve grâce à tes yeux, alors...Les "géniaux" topics politiques du forum peut-être ? (auxquels tu sembles consacrer pas mal de temps...) hmm

Dans les médias mainstream ? Rien ! De toutes façons, il n'y a qu'à lire quelques posts de certains intervenants des topics politiques du forum pour avoir une idée assez précise de ce que distillent les médias... lol

Dernière modification par Rufus T. Firefly (Le 28/03/2016, à 19:45)


La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds. (Bertolt Brecht)
Il n'y a pas de route royale pour la science et ceux-là seulement ont chance d'arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés. (Karl Marx)
Il est devenu plus facile de penser la fin du monde que la fin du capitalisme

Hors ligne

#278 Le 28/03/2016, à 20:08

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Rufus T. Firefly a écrit :

Dans les médias mainstream ? Rien !

Oui mais en dehors ?


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#279 Le 28/03/2016, à 20:26

Rufus T. Firefly

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?


La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds. (Bertolt Brecht)
Il n'y a pas de route royale pour la science et ceux-là seulement ont chance d'arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés. (Karl Marx)
Il est devenu plus facile de penser la fin du monde que la fin du capitalisme

Hors ligne

#280 Le 29/03/2016, à 08:19

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Rufus T. Firefly a écrit :

C'est bien ce que je me disais ! Et tu es bien l'auteur de ce reportage , n'est-ce pas ? tongue wink

Dernière modification par jackpot (Le 29/03/2016, à 09:40)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#281 Le 02/04/2016, à 08:40

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« Situation de la France » (Pierre Manent)

C'est un livre très bien écrit, bien réfléchi mais qui devrait être à mon avis édité sous l'appellation d' essai. Je l'ai lu en entier, j'ai même pris des notes car j'y ai trouvé des remarques intéressantes et pertinentes.

Ce livre commence par un long diagnostic de la "situation de la France" avec lequel on peut être d'accord dans quelques grandes lignes (mais pas toutes, loin de là).

Il se poursuit avec l'établissement d'une sorte de contrat avec nos compatriotes de confession musulmane sur les bases de ce diagnostic (donc contrat en partie faussé pour moi puisque l'état des lieux me paraît en partie erroné. Je pense aussi qu'il est désormais bien trop tard, qu'on a raté le coche et que, de toute façon, certains ne veulent plus entendre parler de contrat dans le cadre de l'alliance que fixe l'auteur...C'est devenu un peu "chacun sa route", quoi..).

Et il se termine par une sorte de prêche de croyant catholique qui ne me paraît pas du tout en rapport avec la réalité du pays. Pierre Manent aurait écrit ce livre en tant que polonais pour la Pologne, d'accord mais il le fait pour en France en tant que français et puis en Pologne la question de l'intégration de musulmans polonais ne se pose pas puisqu'à ma connaissance il n'y en a pas !

Tout en le lisant je me demandais quand l'auteur (qui louvoie pas mal pendant les ¾ de son ouvrage), allait enfin abattre ses cartes. Et quand il les abat, prudemment d'abord puis de manière plus affirmée dans les dernières pages, là moi je me dissocie.

A mon avis, ouvrage à lire quand même ne serait-ce que pour toutes les questions qu'il soulève dans sa partie diagnostic qui incitent à l'auto-réflexion et qui méritent débat. Sur la patrie "contrat", bien des lacunes à mon avis. Quant à la place que P. Manent accorde à l' Eglise catholique dans cette nouvelle "Alliance", là je crois bien que l'auteur est complètement à côté de la plaque et qu'il oublie le détachement (pour ne pas dire: le divorce irrémédiable) d'une grande partie des français à l'égard d' institutions et d'une foi chrétiennes qui viendraient, selon lui, cohabiter efficacement avec la foi de nos compatriotes musulmans dont il faudrait clairement accepter et intégrer les moeurs en France -c'est sa proposition centrale- (à l'exception-dit-il- de la polygamie et du voile intégral... et alors qu'il semble oublier le mariage musulman qui prévoit la possibilité de la répudiation de l'épouse par l'époux, et qu'on puisse trancher la main des voleurs et lapider les femmes infidèles etc etc et qu'il oublie de toute façon que les moeurs musulmanes ne forment pas un tout indissociable, qu'il y en a quelques variétés possibles )...

Dernière modification par jackpot (Le 04/04/2016, à 17:08)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#282 Le 04/04/2016, à 17:06

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« Au-delà des pyramides » de Douglas Kennedy

L'auteur, jeune écrivain inconnu à ses tout débuts, débarque à Alexandrie en 1985 avec ses carnets de bord à remplir de notes. Il fait en Egypte des tas de rencontres (autochtones surtout mais aussi quelques jeunes ou vieux résidents européens), rencontres qu'il rapporte avec beaucoup de soin, de précision mais aussi d'humour. Il nous fait découvrir une Egypte hors des sentiers battus, hors des circuits touristiques, hors des visites de ruines et de pyramides qu'il prend soin d'éviter. Pas bien génial, une lecture facile mais sympathique...

Dernière modification par jackpot (Le 04/04/2016, à 17:07)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#283 Le 19/04/2016, à 07:25

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Kafka et les jeunes filles (Essai de Daniel Desmarquest / Editions Pygmalion)

Très très compliqués les rapports du jeune homme avec les jeunes filles qui fonctionne constamment sur le mode attrait/répulsion, un pas en avant, deux pas en arrière. Dégoût du corps, de son propre corps mais aussi crainte de voir ceux des jeunes filles s'avachir et être spoliés dans le mariage et la vie de couple. Peur maladive de quelque engagement que ce soit et retour précipité à soi, à son « home » dès lors que la jeune aimée semble en demander et en attendre trop. Son « home » autrement dit : l'écriture, la maladie qui le ronge mais dont il se délecte parfois car Kafka est animé par un désir de mort quasi permanent.

Et même quand il existe une véritable complicité intellectuelle (ce qui est le cas avec la géniale Milena qui semble être la seule évoquée qui fasse vraiment le poids face à lui d'autant plus que c'est sa traductrice et qu'elle s'intéresse à ses oeuvres), Kafka finit toujours par trouver suspect le développement trop concret d'une liaison et il préfère en revenir à son fatum : la recherche d'une inaccessible étoile et son sens tragique de la vie à travers l'écriture solitaire...

Dernière modification par jackpot (Le 19/04/2016, à 08:54)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#284 Le 22/04/2016, à 06:48

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« L'islam que j'aime, l'islam qui m'inquiète » de Christian Delorme dans le cadre d'un entretien avec Antoine d'Abbundo (Edtions Bayard)

Encore un titre que je trouve un peu racoleur et pas suffisamment à l'image véritable de son contenu...

Christian Delorme (curé de trois paroisses de la banlieue lyonnaise) est un ami de longue date de musulmans (dignitaires religieux ou simples citoyens de tous âges). C'est aussi un grand connaisseur de l'islam. Le livre est vivant puisque basé sur un entretien qui retrace tout ce qui concerne les tentatives de dialogues et de compréhension entre le christianisme et l'islam. Aucun prêchi-prêcha de la part de l'auteur qui n'a rien d'un bisounours, qui demeure très lucide et critique vis-vis de son fonds de commerce et qui parle de l'islam et des musulmans qu'il connaît avec beaucoup de connaissances théoriques et pratiques. Je suis rentré dans ce bouquin à reculons mais j'ai pris du plaisir à le lire au fur et à mesure et j'y ai appris des choses.

« Des pauvres à la bibliothèque , enquête au Centre Pompidou » de Serge Paugam et Camila Girogetti (Ed PUF)

Démarche analytique très fouillée, très fournie, très sérieuse mais aussi très particulière d'auteurs sociologues qui choisissent comme terrain d'investigation la Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou à Paris pour observer très finement les habitudes et les comportements de tous ses usagers mais surtout de ceux qui sont manifestement en situation précaire, voire même de quasi rupture avec la société.  Durant toute l'étude, on côtoie littéralement ces personnes déshéritées qui viennent rechercher une sorte de refuge et d'asile dans cet espace mais aussi un semblant de dignité et de lien social. Pour beaucoup d'entre elles, le jour de fermeture hebdomadaire du mardi est problématique mais ils apprécient aussi les heures de fermetures tardives (22h).

La cohabitation (parfois problématique) avec les personnes qui n'ont pas leurs problèmes est vraiment bien traitée.

Parmi les usagers les plus déshérités, de nombreux portraits d'habitués sont brossés dont certains constituent de véritables figures. Dans la description de leurs tenues, de leurs accoutrements, des gros sacs qu'ils traînent avec eux dans cette enceinte, des odeurs qu'ils dégagent, de la répulsion qu'ils peuvent susciter autour d'eux etc etc, rien ne nous est épargné... mais sans aucun mépris ni condescendance de la part des auteurs qui s'en tiennent toujours au domaine de l'analyse rationnelle et clinique et qui les observent lire, visionner des films, se connecter sur Internet, réserver leurs petits espaces quotidiens pour sommeiller parfois, utiliser les toilettes du lieu pour un peu d'hygiène etc etc... Mais les auteurs ne se contentent pas d'observer : dans certains cas, ils engagent le dialogue avec ces personnes et restituent fidèlement leurs propos, quels qu'ils soient et dans la forme même où ils les expriment.

Pour tous ceux et celles qui fréquentent les bibliothèques municipales, et qui de temps à autre, regardent de temps à autre autour d'eux, un ouvrage qui fait réfléchir...

Je ne pense pas que la Bibliothèque Pompidou à Paris constitue une exception d'ailleurs... et c'est très bien que de pareils endroits existent pour tous, sans discriminations.


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#285 Le 13/06/2016, à 06:56

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Une journée déconnectée : comme ça fait du bien, nom d'une pipe ! et un petit moment de grâce de lecture en totale empathie avec le style et l'univers d'un auteur...d'autant plus que j'avais été fasciné par un autre ouvrage du même (« La ballade de l'Impossible »).

On est donc là-aussi au Japon. Une jeune épouse au foyer découvre- à la suite d'un cauchemar durant lequel un vieillard verse le contenu d'une carafe d'eau sur ses pieds-  qu'elle n'arrive plus à dormir. Sans ne rien en dire à son mari, elle vit donc éveillée 24 heures sur 24 tout en se sentant bien. Tandis qu'elle observe son mari et son enfant dormir, elle passe ses nuits à relire « Anna Karénine » de Tolstoï, à se promener au volant de sa vieille Honda Civic dans les rues désertes de la ville et à s'interroger sur  cette étrange capacité qui est désormais devenue la sienne et qui défie les lois biologiques. Car ce n'est pas d'insomnie dont il s'agit.

Un seul et terrible regret : l'histoire s'achève si brusquement ! j'aurais tellement aimé qu'elle se poursuive longtemps encore tellement c'est à la fois simple et envoûtant ! J'adore cet auteur.

« Sommeil » d'Haruki Murakami (à ne pas confondre avec Murakami Ryu) , très facile à lire en une heure ou deux (c'est une nouvelle) dans une belle édition illustrée chez Belfond : http://www.belfond.fr/livre/litterature … i-murakami

Magique ! smile

Dernière modification par jackpot (Le 13/06/2016, à 06:57)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#286 Le 13/06/2016, à 09:28

Oni_Shadow

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Je viens de relire la fameuse histoire d'Elzear Bouffier ; l'homme qui plantait des arbres de Giono. Je n'affectionne pas particulièrement les écrits de Giono et pourtant cette courte nouvelle (dix pages) d'une simplicité presque enfantine est une magnifique ode à l'humanité et au travail.

Sinon à côté, je me découvre un intérêt certain pour voltaire et ses lettres philosophiques ; elle me paraissent intemporelles et d'une lucidité.... Je comprend enfin la renommé de V qui me paraissaient pourtant surfaite lors de mes années lycées.

Enfin, je bouquine The brief Wondrous Life of Oscar Wao de Junot Diaz, en version original. Je n'en suis qu'à un tiers du livre mais il raconte de façon cocasse l’immigration Dominicaine aux US.


Rouillé

Hors ligne

#287 Le 14/06/2016, à 07:35

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Oni_Shadow a écrit :

Sinon à côté, je me découvre un intérêt certain pour voltaire et ses lettres philosophiques ; elle me paraissent intemporelles et d'une lucidité.... Je comprend enfin la renommé de V qui me paraissaient pourtant surfaite lors de mes années lycées.

.

Ouh la la ! Les Lettres philosophiques pour moi aussi ça fait un bail ! J'avais beaucoup apprécié à l'époque mais c'était à l'époque, il y a si longtemps. Le problème des "lectures d'antan", c'est qu'elles correspondent à des époques passées de nos vies et que -sauf à de rares exceptions en ce qui me concerne- on se rend compte qu'on ne peut pas forcément les retrouver avec les mêmes sensations d'avant parce que, soi-même, on a évolué, on a pu changer entre-temps...Par exemple, je me souviens avoir passionnément aimé "L'écume des jours" de Boris Vian. Pour moi ce livre fut une véritable révélation mais j'hésiterai à le relire à présent de peur de ne pas éprouver la même magie aujourd'hui et d'être même déçu parce que "beaucoup d'eau a coulé sous mes ponts depuis" ! Je préfère donc garder au fond de moi intact le souvenir magique de cette oeuvre à l'époque où je l'ai découverte...

Edit : Tiens, tout cela me ramène à ce que je considère comme une des plus belles et plus fortes chansons françaises de notre répertoire :

Léo Ferré a écrit :

Avec le temps...
Avec le temps va tout s'en va
Mêm' les plus chouett's souv'nirs ça t'as un' de ces gueul's

http://www.paroles.net/leo-ferre/paroles-avec-le-temps

Dernière modification par jackpot (Le 14/06/2016, à 07:56)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#288 Le 19/06/2016, à 11:01

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« Trois amis en quête de sagesse » (Christophe André, Alexandre Jollien, Matthieu Ricard)

Je n'ai pas marché.

Je n'ai pas marché justement parce que je ne les ai pas tellement trouvés « en quête de sagesse » nos trois amis mais plutôt « l'ayant déjà trouvée » cette fichue sagesse !  Donc, moi lecteur, invité tout le long de ce livre à partager quelques petites recettes d'un bonheur apparemment acquis, intériorisé et moi lecteur invité au spectacle de la belle béatitude présente, extatique, universaliste et  « bisounourstique » de notre trio de sages accomplis. 

Ce qui m'aurait davantage intéressé ça aurait été de les voir vraiment  évoquer et illustrer les combats menés pour atteindre leur beaux états présents.

"Une Saison en Enfer" dans son intégralité quoi ! Plutôt que ses derniers mots = "Que  parlais-je  de  main  amie  !  Un bel avantage, c'est que je puis rire des vieilles amours mensongères, et frapper de honte ces couples menteurs, -j'ai vu l'enfer des femmes là-bas ; - et il me sera loisible de posséder la vérité dans une âme et un corps. " (A.R)

J'ai patienté, j'ai lu les ¾ mais j'ai renoncé à la fin : trop sucré ce bouquin pour moi !

Et puis il y en a un parmi les trois, à savoir « le moine Ricard » qui a le don de finir par m'exaspérer tel qu'il s'affiche en tout cas, toujours avec son beau sourire, toujours drapé dans sa toge bienheureuse, à arpenter les plateaux de télé !


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#289 Le 21/06/2016, à 07:14

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Extrait :
« J'avais appris à accepter la souffrance. Mon coach avait baptisé ces instants où la douleur vous submerge le « point de non- retour ». C'est un moment de supplice pur et simple où le corps demande grâce à l'athlète parce qu'il n'en peut plus. C'est le moment où tout peut basculer. Le coach pensait que si l'athlète fléchissait à ce moment précis, toute la douleur endurée jusque-la était vaine. En revanche, si l'athlète parvenait à faire deux ou trous tours de plus, il en sortait plus fort. »

Là, avec ce livre, je vais tout à fait à rebours du précédent. J'avais l'image d'un incroyable athlète qui survolait avec une facilité délirante et insolente toutes les grandes compétitions, ces images qu'on a tous vues  d'explosions de records, sa façon de « faire la flèche » à la suite de ses incroyables victoires etc etc... Et je découvre en fait l'histoire d'un jeune garçon jamaïcain très fragile avec une montée en puissance très lente, avec beaucoup de souffrances et d'échecs et de blessures déjà alors qu'il n'est encore que junior, prometteur certes mais pas au-dessus du mot à ses tout débuts, avec en plus un sacré problème de scoliose à la colonne vertébrale difficile à gérer, avec l'envie de tout arrêter au moment même de ses premières victoires en tant qu'amateur parce que les entraînements sont trop durs, parce que le coach en demande trop, parce que ce jeune athlète est assez paresseux au fond, il ne le cache pas, il aime dormir tard, il déteste se lever aux aurores pour aller se taper du « foncier », les 400 m, les 800 m «  de routine » alors qu'il est manifestement fait pour des distances plus courtes...et les salles de muscu à se taper sans joie... Il a un don c'est clair mais il est très réticent à le travailler et la concurrence est rude. Il est aussi très sensible aux changements climatiques, il déteste voyager et devoir aller courir sous la pluie et dans le froid en Europe...Non, ce n'est pas du tout l'Usain Bolt que j'avais imaginé !

Une autobiographie vraiment sympa et attachante, un bon conseil de lecture d'été si vous aimez comme moi ces histoires de mecs d'exception :

« Usain Bolt, plus rapide que 'éclair » Ma biographie chez Arthaud


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#290 Le 19/07/2016, à 09:02

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

"La démocratie des crédules" de Gérarld Bronner : un livre vraiment absolument indispensable pour les internautes et les utilisateurs des réseaux sociaux que nous sommes tous aujourd'hui. Il démontre, entre autres, que plus de gens reçoivent d'informations, moins la connaissance progresse. Et que plus la concurrence entre les sources d'information est forte, moins il en ressort de vraies connaissances. Il démontre enfin comment les rumeurs sur le net séduisent plus que la vérité (qui demande beaucoup plus de temps, de sérieux et d'investissement pour démonter la rumeur). Mais encore : comment il faut relativiser la croyance en une sagesse populaire et dans le fait que la vérité et la connaissance réelles pourraient émaner du peuple. A mon avis, il manque quand même au livre une approche marxiste des rapports de pouvoir. En tout cas : une lecture plus politique de ceux-ci. Mais ce bouquin n'en demeure pas moins passionnant car il nous concerne directement dans les croyances (souvent fausses et infondées) que l'on peut tirer de notre usage quotidien du net.

Dernière modification par jackpot (Le 19/07/2016, à 09:09)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#291 Le 24/07/2016, à 12:16

ceric

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Le Horla, que je viens de recommencer de lire. Ce livre est un recueil de nouvelles rédigées par Guy De Maupassant.


Laptop 18.04.0 (Budgie x64)

Hors ligne

#292 Le 13/08/2016, à 08:41

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« La trêve » de Primo Levi. De Primo Levi, j'avais été marqué par « Si c'est un homme », son ouvrage le plus connu je crois, un ouvrage dont on ne sort généralement pas indemne. Rien de la dimension tragique de « Si c'est un homme » dans celui-ci, bien au contraire. On est en janvier 45, au moment où les Russes libèrent Auschwitz où est interné l'auteur depuis un an. Toute "La Trêve" raconte le rapatriement carrément rocambolesque et épique des libérés vers leurs patries d'origine.
Alors attention, les Russes c'est pas les Allemands ! lol Désorganisation complète du convoi ferroviaire russe qui se dirige au jour le jour sans plan précis vers l'est au lieu de rejoindre l'ouest, (faut dire que beaucoup de voies ferrées sont détruites) escales improbables dans les villages détruits de Pologne, de Russie, de Roumanie où le groupe, animé par de fortes personnalités débrouillardes vole, pille, marchande pour survivre au jour le jour dans une Europe centrale en ruine...

Tout cela narré par l'auteur avec une distance étonnante mais aussi beaucoup d'humour et plein d'anecdotes savoureuses à la fois réalistes et drôles. Un livre picaresque et humain que l'on quitte à regret tellement il est attachant et différent de "Si c'est un homme".

« Israël-Palestine, la paix n'aura pas lieu » de Pierre Puchot (Mediapart) : un ouvrage qui fait le point en détail et en toute objectivité sur l'impasse du conflit, au passé, au présent et au futur, très probablement. C'est clairement la loi du plus fort (Israël) qui l'emporte et qui fait taire toute objection à ses plans sous peine qu'on soit aussitôt suspecté d'antisémitisme et qu'on souhaite la destruction de la cinquième puissance militaire mondiale, dotée d'une centaine d'ogives nucléaires capable de vitrifier tous ses voisins en 5 mn.  Mais l'ouvrage n'épargne pas non plus la désorganisation et la corruption des leaders palestiniens. Du bon,bien documenté.

« Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz » de Primo Levi. Encore un ouvrage très différent de « Si c'est un homme » et de « La trêve ». Là , c'est clairement le scientifique qui parle (Primo Levi était chimiste) et qui analyse de l'intérieur les structures du système nazi au sein du camp où il a été interné en faisant apparaître les rouages de l'humiliation et de la néantisation quotidiennes auxquelles il a été confronté chaque jour de sa détention. Sincérité et lucidité poignantes débordent dans cet ouvrage dans lequel l'auteur lui-même ne s'épargne pas (la culpabilité de celui qui a survécu...) Vraiment à lire...

« L'éthique » de Spinoza : une page par jour, quand j'y arrive !  tongue Là c'est vraiment de la « haute montagne » ! Quand j'ai acheté ses œuvres complètes et alors que je passais à la caisse, ma libraire m'a dit avec beaucoup d'humour : « BON COURAGE ! » Et c'est vrai qu'il en faut. Mais ça vaut vraiment le coup. Il arrive un moment où on ne peut plus se contenter de se nourrir (notamment sur Internet) de tout ce qui est dit d'un auteur et autour de lui, même si c'est pertinent. On s'éparpille trop, on ne choisit au fond que ce qui nous arrange. Il arrive un moment où il faut aller au cœur du réacteur et voir vraiment par soi-même. Et c'est alors une toute autre histoire....


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#293 Le 24/08/2016, à 17:01

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

ALGERIE 1954-1962 (Lettres, carnets, récits des français et des algériens dans la guerre) Edité sous la direction de Benjamin Stora et Tramor Quemeneur (Les Arènes)

Tout y est, sans baratin, à partir de nombreux témoignages des participants de tous bords (jeunes appelés du contingent français, maquisards de l'ALN, du FLN, harkis, pieds-noirs etc...), de tous âges et durant tous les épisodes succcessifs du conflit : début des hostilités en 54, opération « pacification », bataille d'Alger,  putsch de 58, revirement de De Gaulle plus tard, répercussions en métropole avec « la nuit noire du 17/10/1961 »,  lâchage des harkis par la France, rapatriement des pieds-noirs après la proclamation de l'indépendance en 1962....

Facile à lire parce que chaque témoignage (reproduit parfois sur des cahiers d'écolier) est assez bref et condensé, excédant rarement plus de deux pages maximum.

Un exemple entre autres : Albert Nallet, jeune ouvrier, engagé en faveur des « mouvements pour la paix en Algérie » dès 1954.  Il est pourtant appelé en Grande Kabylie de 1957 à 1959. Il tient au jour le jour son journal.

21 Avril 1957

Opération. Départ 2 heures du matin. Montée à Fort. Direction Afensou et l'oued. Village près de Tala-Amara. (…) Rassemblement de la paisible population. (…) Soudain, des cris perçants de femmes. Dans une baraque, un attroupement de militaires se forme. Je m'approche. Le capitaine donne des ordres à un « rallié » (c.a.dire : un harki) qui torture une vieille femme d'une soixantaine d'années environ. Cette grosse brute, tout en proférant de vulgaires paroles, est à cheval sur cette femme couchée sur le dos. Un sergent « appelé » lui fait avaler de l'eau par un tube placé dans la bouche. De tout son poids, le rallié appuie sur son ventre. La femme pousse des cris atroces de douleur.

(…)

Dans la baraque d'à côté, une jeune femme, d'environ 25 ans, vient d'être torturée. Son beau visage est meurtri avec un œil au beurre noir, elle saigne d'une lèvre. (…) Un sergent rentre, s'approche d'elle et lui touche les seins. Les autres l'encouragent, lui disent : « Allez, vas-y, baise-la, tu te l'envoies ! » La femme ne veut pas. Rabaisse la robe lorsqu'on lui soulève. Elle est couchée de force. Le gars, avec tout son armement, la viole sous nos yeux. D'autres veulent « passer » mais la femme proteste énergiquement. Un rallié arrive, lui ordonne de se coucher. Et ça continue, d'autres « passent ». (…) Beaucoup de gars sont écoeurés, cependant que d'autres rient. Le capitaine laisse faire, reste impassible, indifférent, raciste jusqu'au dernier degré : « Avec ces gens, c'est comme ça qu'il faut y aller », lâche-t-il.


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#294 Le 27/08/2016, à 11:49

tarkan99

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Les jardins de Rama

J'avais raté cette suite de romans de SF.


xubuntu 16.04.1 sur HP probook 6560b
xubuntu 18.04.1 sur machine assemblée base de Core i5 9400

Hors ligne

#295 Le 27/08/2016, à 16:47

Ayral

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

jackpot a écrit :

ALGERIE 1954-1962 (Lettres, carnets, récits des français et des algériens dans la guerre) Edité sous la direction de Benjamin Stora et Tramor Quemeneur (Les Arènes)

Tout y est, sans baratin, à partir de nombreux témoignages des participants de tous bords (jeunes appelés du contingent français, maquisards de l'ALN, du FLN, harkis, pieds-noirs etc...)

Et combien de mes anciens collègues en ont cauchemardé toute leur vie? 2 ou 3 ans de plusd que moi. Acteurs ou témoins, leur vie en a été altérée.


Pour mettre les retours de commande entre deux balises code, les explications sont là : https://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=1614731
Blog d'un retraité
Site de graphisme du fiston Loïc
Ubuntu 18.04 LTS sur un Thinkpad W540

Hors ligne

#296 Le 05/10/2016, à 09:34

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Un fils offre à son père un voyage au Pôle Nord pour son quatre-vingtième anniversaire. Un père taiseux, ancien ouvrier agricole qui avait montré un jour à son fils, alors encore tout jeune enfant, l'étoile polaire dans un beau ciel d'été. Une fois adulte, le fils demande à son père qui n'avait jamais voyagé : « quel voyage aimerais-tu faire une fois dans ta vie ? » Le père répondit alors : « le Pôle Nord ! » Le fils ne l'avait jamais oublié.

Et beaucoup plus tard, c'est un magnifique voyage que le fils entreprend alors avec son père, à la fois géographique, minéral mais aussi humain, très humain avec de très très belles pages.

« Chacun était assis où il pouvait : à même le sol, sur une pierre, sur une bille de bois peut-être abandonnée après la construction en dur de la petite maison traditionnelle de Pauloosie. Nous attendions sa visite après le dîner frugal (…) quand Atata apparut tenant une chaise à la main. Spectacle surréaliste d'un mobilier surgissant là, dans le dénuement le plus complet (…) Atata, dandinant, marchant en regardant le sol, a rejoint notre petit groupe, puis posé la chaise sur le sol, avant d'indiquer à mon père, valide, bien-portant, n'ayant rien formulé qui ressemble à l'aumône d'un siège- je ne l'ai jamais rien entendu demander de sa vie, jamais...- qu'elle lui était destinée. Moment d'émotion du vieil homme rendant hommage à plus ancien que lui (…) Vieux sage dans son village, respecté pour ses qualités d'ancien, considéré par tous comme une figure majeure, patriarche devant qui tout plie, sommet du système tribal, chaman taciturne, il reconnaissait qu'une vieillesse supérieure à la sienne méritait cet égard – la gorge me serre encore aujourd'hui. »

Petit épisode qui me rappelle d'ailleurs ceci, alors que j'étais en période de coopération en Afrique, (sauf que là c'est un ancien qui prend soin d'un plus jeune!)   : à l'arrêt pour laisser refroidir le moteur de ma dedeuche dans un petit village de brousse, le chef de village qui vient à ma rencontre avec un siège pour m'inviter à me reposer !

Pour en revenir au livre, je ne comprends pas son titre d'ailleurs, ce livre aurait mérité un autre titre

« Esthétique du Pôle Nord » (Michel Onfray) (2002)

Plus récent, aucun rapport avec le premier et totalement d'actualité et du même auteur : « Penser l'islam ». A l'exception d'un partie un peu gonflante où Onfray pense nécessaire de venir régler ses comptes avec tous ses contempteurs de gauche comme de droite, tout y est et tout le monde en prend pour son grade : la politique extérieure de la France et ses retombées, la question des textes sacrés (et notamment du Coran) qui disent tout et leur contraire, le déclin de nos mœurs, le triste spectacle de l'Etat-spectacle et de ses bouffons politiques etc etc... Une seule réserve : dans un court passage, Onfray semble donner crédit à la thèse du "choc des civilisations", chose en laquelle je ne crois pas trop.Sinon, je trouve ce livre très bon.

Dernière modification par jackpot (Le 05/10/2016, à 09:45)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#297 Le 06/10/2016, à 15:34

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« Le drone, double inversé de l'attentat »

Une analyse intéressante dans les « Bonnes Feuilles" du journal « Le Monde » de ce jour.

Extraits :

"L'attaque par drone peut s'analyser comme le double inversé de l'attentat, la meilleure réponse à l'attentat-suicide.

Comme le terroriste, l'armée peut décider de frapper n'importe où, que les Etats-Unis soient en guerre ou non avec le pays de la frappe. Dans la mesure où le missile envoyé du drone peut faire des victimes collatérales, cela place la population civile de certains lieux en état de stress permanent, ce qui n'est pas sans rappeler celui qu'éprouvent les habitants de Paris et de Bruxelles aujourd'hui lorsqu'ils prennent le métro.

L'assassinat par drone est un acte de guerre en temps effectué dans une zone de paix, de la même manière que l'attentat terroriste est un acte de guerre commis par temps de paix. (…)

Le pilote de drone à distance voit ses victimes qui ne le voient pas (comme le terroriste). Si l'attentat  procède d'une distance politique qui se cache derrière une proximité qui se cache derrière une proximité physique (les militaires sont dans une base aux Etats-Unis mais opèrent en Afghanistan) et une grande proximité perceptive : le pilote voit tout ce qui se passe avec une acuité parfois supérieure à celle qu'il aurait eue s'il se trouvait in situ. Même dissociation d'avec la réalité que celle des jeux vidéo auxquels cette arme est souvent comparée.

(…)

Le terroriste, en évoluant parmi ses cibles comme un poisson dans l'eau, comme un sous-marin sur la terre ferme et aujourd'hui comme un drone dans les airs, habite une dimension non horizontale de l'espace, qui sidère l'espace et le temps ordinaires de nos vies. Une telle maîtrise du monde par de petits engins avec ou sans pilote (terroriste/drone) ajouté une nouvelle dimension à l'espace qui n'est plus à deux mais à trois dimensions.

(…)

La suppression des cibles terroristes par des drones présente la même asymétrie radicale que l'attentat-suicide. La disproportion est d'ailleurs résolument assumée par les Etats. Alors que le kamikaze implique la fusion complète du corps du combattant avec son arme, le drone assure leur séparation radicale. Kamikaze : le corps est une arme. Drone : mon arme est sans corps.

(…)

Ce passage d'une forme de guerre à une autre montre à quel point la juridiction et tous les montages symboliques du droit étaient liés à un temps qui autorisait une réflexivité que ne permet plus le temps réel et à un espace qui offrait la possibilité de refuges. Un tel espace-temps était contenu dans le cadre judiciaire d'un droit de la guerre qui était une condition de la justice. Avec les drones, il n'y a plus de place pour l'intervention de la justice, car l'action est totalement aspirée par la boucle action/réaction.

(…)

Mais l'opérateur de drones et le terroriste sont en proie à un clivage identique : le terroriste doit se mettre à part de la société dans laquelle il vit, qui est la sienne mais qu'il ne reconnaît pas comme telle. Le militaire qui tue à distance doit lui aussi se mettre à part. Tous deux doivent avoir cette faculté de se mettre à part qui permet tous les crimes. »

(Antoine Garapon et Michel Rosenfeld)

Dernière modification par jackpot (Le 06/10/2016, à 16:37)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#298 Le 24/10/2016, à 09:24

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Elle s'appelle Marie-Anne Erize, elle a la double nationalité franco-argentine, elle vit en Argentine auprès de ses frères et de ses sœurs au sein d'une famille plutôt catho de droite très unie, de petite bourgeoisie moyenne inférieure. Elle aime énormément les siens mais elle est différente : elle est prodigieusement vivante et généreuse, prête à accomplir tous les destins et à servir toutes les causes qui lui semblent bonnes. Ado, elle participe à de nombreux camps de scouts, puis la voici assistante en maternelle, bien servie par son physique elle est même mannequin un moment. Mais ce qui l'anime le plus c'est de soulager la souffrance et la détresse humaine : elle se rend souvent à Villa 31, un quartier pauvre de Buenos Aires où elle s'investit de plus en plus humainement et concrètement auprès des nécessiteux. Elle y rencontre des militants de gauche auprès desquels elle décide de militer politiquement dans le groupe des Montoneros

Oui mais voilà, on est dans les années 70 et les militaires prennent le pouvoir à l'issue d'un coup d'état en 1976.

Dès lors, Marie-Anne mène une vie clandestine cornélienne car elle est déchirée entre sa famille (qui déplore sa nouvelle vie et à qui elle cache en fait son appartenance à ce groupe) et sa nouvelle vie de militante.

Elle a 24 ans lorsqu'elle est enlevée en Octobre 1976 devant quelques témoins et elle disparaît totalement depuis cette date. On imagine ce qui a pu se passer.

L'auteur du livre reconstitue tout son parcours et entre en contact avec sa mère, Françoise, avec laquelle il entretient une correspondance assidue sur les recherches qu'il mène pour voir ce qui s'est passé après cet enlèvement, pour remonter le fil des recherches officielles entreprises (en Argentine après la dictature mais aussi auprès de l'ambassade de France -complètement nulle et inefficace autant le dire tout de suite because "les affaires c'est les affaires" ) et peut-être aussi pour retrouver les responsables de l'enlèvement, de la séquestration et de la mise à mort de Marie-Anne.

Ce qui l'amène à retraverser l'Argentine, dans toutes les villes où Marie-Anne a vécu dans une semi-clandestinité, puis à retourner enquêter en France et même en Italie pour poursuivre ses recherches.

Car les salopards du régime des généraux qui ont fait ça (et surtout : leur chef) vivent toujours, sont parfaitement connus mais aussi « protégés » par un immense réseau d'extrême-droite toujours puissant et influent en Argentine. Le chef du commando (qui se serait même vanté d'avoir enlevé, torturé, violé puis tué « la française ») est retrouvé et arrêté en Italie dans les années 2000. Il est devenu un avocat célèbre en Argentine parce qu'il veut attaquer la Grande-Bretagne en justice pour la guerre des Malouines! Mais, défendu par des avocats italiens d'extrême-droite, il est libéré au motif que ce dont on l'accuse (simple séquestration) est désormais imprescriptible en Italie puisqu'un avis de décès de la victime (un faux, en fait) est fourni qui établit la mort de Marie-Anne en 1976.

Il retourne alors tranquillement, libre, en Argentine où il bénéficie d'un statut spécial de "militaire ayant simplement exécuté des ordres", tout cela dans le cadre d'une politique de réconciliation nationale. Un peu comme ce qui s'est passé au Cambodge avec les anciens bourreaux Khmers rouges, après la période du génocide. Et même chez nous en France, dans les années 50...et même bien après !

Dans les années 2010, l'auteur retrouve et interroge les avocats et les juges italiens sur leurs rôles dans cette libération et rend compte de tout ça à la mère de Marie-Anne, Françoise, pour qu'elle puisse enfin avoir le sentiment que justice sera faite et qu'elle obtiendra une vérité officielle sur cette affaire. Si on pouvait au moins l'aider à retrouver le lieu où Marie-Anne aurait été enterrée pour qu'elle puisse enfin  faire son deuil...

La famille de Marie-Anne a bien sûr fait des recherches de son côté mais de manière officielle (c'est à dire qu'on l'a menée tout le temps en bateau) par peur de représailles et de pression parce qu'elle vit toujours en Argentine et que le père, très hostile aux choix de sa fille  (père décédé en 1993) ne voulait surtout pas faire de vagues...

C'est un ouvrage tout simplement passionnant que j'ai lu comme un polar, sans jamais zapper, et je vous laisserai découvrir vous-même si la justice argentine s'intéresse ou non actuellement au responsable de la mort de Marie-Anne durant les années de la dictature des généraux.

« La disparue de San Juan » par Philippe Broussard (chez Stock).

Dernière modification par jackpot (Le 24/10/2016, à 09:33)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#299 Le 30/10/2016, à 08:42

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

« Qu'est-ce que la laïcité ? » (Henri Pena-Ruiz) : ouvrage sérieux et très complet (quoiqu'assez répétitif) sur la laïcité française qui est traitée de long en large dans cette ouvrage sous l'angle de la philosophie et de l'idéal laïque = ce qui est un peu le problème d'ailleurs si on compare ces presque 300 pages d'extrapolations à la petite trentaine de pages sur la loi de 1905 rappelée en annexe à la fin du livre.

Rappels de quelques principes de base auxquels on ne peut qu'adhérer : « la laïcité c'est la liberté de conscience, l'égalité des citoyens quelles que soient leurs options spirituelles et neutralité d'une sphère publique non confessionnelle ». De très belles pages sur ce qu'est la laïcité, sur tout ce qu'elle permet.

Prise de conscience aussi du fait que la laïcité demeure un idéal inatteignable dans la réalité : « la séparation  laïque des Eglises et de l'Etat est le mieux représentée par la France avec toutefois certaines entorses au principe de stricte séparation, notamment en raison du financement public d'écoles privées sous contrat et de privilèges publics pour les religions en Alsace-Moselle. » ou encore : «  Les difficultés de réalisation de l'idéal laïque tiennent pour une part à la hauteur des exigences d'émancipation qui le définissent. La liberté de s'inventer soi-même, sans renier l'héritage, mais en l'inscrivant dans une liberté agissante qui le met à distance pour mieux l'évaluer, a quelque chose du vertige. »

Pas assez de comparaisons tout de même avec l'aspiration laïque et la situation de la laïcité dans les pays voisins d'Europe, sauf vers la fin du livre avec ce constat étonnant : dans les pays où elle serait le moins achevée et où l'Eglise demeure encore très présente (comme l'Italie, le Portugal, l'Espagne..), la laïcité serait la plus recherchée, alors que dans le pays où elle est la plus achevée (la France donc), on s'en éloignerait.

Pas assez non plus de prises en compte de réalités récentes mais on ne peut le reprocher à l'auteur de ce livre qui l'a rédigé au tout début des années 2000.

« Croyance » de Jean-Claude Carrière. Là, par contre, nous voici au cœur de réalités et de problématiques des années 2010.  L'auteur, très inquiet et stupéfait, décrit avec pertinence (mais aussi avec un peu d'humour Dieu merci !) le retour en force du besoin des croyances qui vient justement battre en brèche le rempart de la laïcité et de la raison intellectuelle en cherchant à remplir le vide politique et spirituel contemporain.  Ce n'est pas un ouvrage très érudit, c'est aussi un peu écrit à la va-vite mais il y a des analyses très pertinentes sur ce que signifie le choix des croyances dans nos sociétés occidentales contemporaines. Comme quoi ce n'est pas tellement la croyance que l'on choisit qui est le sujet, mais que c'est la réalisation de soi qu'elle permet qui est le sujet, la croyance choisie n'étant que l'objet : « Je crois -en ceci ou cela, peu importe- donc j'existe et si j'existe en choisissant cette croyance c'est que je suis dans la vérité. »  Paradoxalement, cette réalisation de soi, cette liberté de s'inventer soi-même est elle aussi au cœur du choix laïque, je l'écrivais à l'instant plus haut  à propose du livre de Pena-Ruiz...

On n'est pas en plein caca ! hmm

Dernière modification par jackpot (Le 30/10/2016, à 08:45)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne

#300 Le 13/11/2016, à 08:33

jackpot

Re : Qu'est-ce que tu lis en ce moment...?

Qu'est-ce qui fait que dès les premières pages, on se sent bien avec un récit, une atmosphère et le foetus d'une histoire ? Un peu comme si on se sentait de suite  « chez soi » et en phase totale avec l'auteur ? Je n'en sais trop rien au juste. Probablement un ensemble de petites choses qui, mises bout à bout, vous renvoie un peu à vous -même et à des rêves enfouis ?

Un homme qui a choisi de vivre reclus reclus dans une île un peu perdue de la Baltique voit sa maison prendre feu en une nuit. Le lendemain, devant les ruines fumantes et nauséabondes de son seul bien, il est sidéré, abattu et ne comprend pas pourquoi et comment cela a pu arriver...

Voilà, je n'en suis qu'aux toutes premières pages mais déjà je me régale. C'est ça aussi le plaisir de la lecture : accrocher dès le départ et imaginer que la suite ne fera qu'augmenter ce plaisir.

Henning Mankell « Les bottes suédoises ». J'avais lu d'autres polars du même auteur et j'avais bien aimé. « Les bottes suédoises » seront son dernier ouvrage puisqu'il nous a quittés en octobre 2015 à l'âge de 67 ans.

Dernière modification par jackpot (Le 13/11/2016, à 08:34)


On te dit que tu es libre mais tu dois rester connecté...
Mon sitefoto
A +
________

Hors ligne