Contenu | Rechercher | Menus

Annonce

Ubuntu-fr vend de superbes t-shirts et de belles clés USB 32Go
Rendez-vous sur la boutique En Vente Libre

Si vous avez des soucis pour rester connecté, déconnectez-vous puis reconnectez-vous depuis ce lien en cochant la case
Me connecter automatiquement lors de mes prochaines visites.

À propos de l'équipe du forum.

#51 Le 22/11/2019, à 00:59

moko138

Re : Baz'Art

edge_one,
Qu'entends-tu par là ?

  - -
bordaldea,
Ce Maurice Denis de 1890 aussi me stupéfie !
Je connaissais un peu Denis, mais pas aussi révolutionnaire !
C'est étrange, parce que ça veut dire
  soit que les personnes et institutions mêmes qui me l'ont fait voir avant toi, filtraient, comment dire ? au "moins dérangeant" ;
  soit que c'est moi qui n'avais pas voulu voir.


%NOINDEX%
Un utilitaire précieux : ncdu
Photo, mini-tutoriel :  À la découverte de dcraw

En ligne

#52 Le 20/12/2019, à 11:55

bordaldea

Re : Baz'Art

Non les institutions ne filtrent pas : Maurice Denis est avant tout un peintre décorateur. Taches de soleil sur la terrasse est une oeuvre isolée dans son travail. Sa filiation avec le reste de son travail n'est pas évidente.

Je l'ai posté pour illustrer mon propos sur les origines de l'abstraction, avec le talisman, pour monter comment celle-ci ne s'est pas imposé d'un coup mais a suivi un cheminement dans l'histoire des arts plastique

Hors ligne

#53 Le 21/12/2019, à 05:01

Iamawalrus

Re : Baz'Art

Je viens de lire les trois pages d'un trait, la discussion s'arrête déjà. Dommage. smile

@bordaldea : t'as des sites comme toile libre qui te permettent de partager facilement des images adaptées au forum.


"Tout le rêve de la démocratie est d'élever le prolétaire au niveau de bêtise du bourgeois."

Hors ligne

#54 Le 21/12/2019, à 05:08

moko138

Re : Baz'Art

Mais, Iamawalrus, la discussion n'est pas finie !

En #1, bordaldea a écrit :

c'est subordonné à l'échange d'idées et d'analyses entre nous.

Donc toute contribution est bienvenue !


%NOINDEX%
Un utilitaire précieux : ncdu
Photo, mini-tutoriel :  À la découverte de dcraw

En ligne

#55 Le 21/12/2019, à 05:18

Iamawalrus

Re : Baz'Art

moko138 a écrit :

Mais, Iamawalrus, la discussion n'est pas finie !

En #1, bordaldea a écrit :

c'est subordonné à l'échange d'idées et d'analyses entre nous.

Donc toute contribution est bienvenue !

Oui oui ce n'était qu'une façon de dire que je trouvais dommage que ma lecture se termine spontanément. Ce qui est assez rare par ici, ces derniers temps.

Sinon la seule contribution que je peux apporter à ce sujet c'est celle de spectateur. smile


"Tout le rêve de la démocratie est d'élever le prolétaire au niveau de bêtise du bourgeois."

Hors ligne

#56 Le 21/12/2019, à 11:12

bordaldea

Re : Baz'Art

@lamalwarus

Bonjour

Spectateur, c'est la meilleure des places, et pas toujours la plus facile. Le tableau qui définit peut-être le mieux la position flottante du spectateur c'est Le Voyageur devant la mer de nuages de Friedrich. Je n'ai pas compris comment fonctionne toile libre, mais je suis sûr que moko138 va nous le trouver wink.

Quant on le regarde, on est fatalement transporté à l'intérieur de la toile. On s'incarne dans le personnage.

Ensuite, il y a le début de la déroute pour le spectateur. Elle se produit à partir de ce qu'on appelle le post-impressionnisme, mais déjà parmi les impressionnistes ou leurs proches comme Manet. Ça commence vers 1887 et ça dure jusqu'au début du XX° siècle de mouvement innovateur en mouvement révolutionnaire.

Les peintres remettent en cause les notions de perspective dans le tableau (héritage de la Renaissance, inventée par Albertini). La perspective n'est qu'une convention : une manière de présenter le monde. C'est une vérité subjective. Elle n'existe pas dans toute les civilisations. Gauguin, Cézanne dans certaines de leurs oeuvres remettent en question sa suprématie. Picasso et Braque cubistes l'éradiquent : le spectateur perd l'un des repères fondamentaux auquel se rattacher.

Pendant cinq siècles (ce qui est peu quand on y réfléchit) la toile est un espace illusionniste (elle l'est toujours) dans lequel le regard du spectateur s'enfonce. En quelques décennies, quelques artistes d'avant garde affirment sa planéité : c'est un objet, un espace en deux dimensions. Ils ferment la troisième dimension. Du coup le spectateur perd tout repère, car il ne peut se projeter dans l'oeuvre, on lui interdit de se balader à l'intérieur.

A ce stade, on pourrait être amené à penser qu'une rupture se produit entre artistes et spectateurs. C'est plus ou moins vrai. Lorsque j'enseignais, j'avais l'habitude d'inviter mes étudiants à relativiser la question en faisant un comparatif avec les progrès techniques et scientifiques. Il faut par exemple penser à la notion de vitesse introduite par les trains (déplacement rapide mais aussi perception du paysage par l'oeil humain modifiée), il faut penser à la conquête du ciel entre 1890 et 1914. Cette prouesse est exactement contemporaine des productions les plus révolutionnaires des avant-gardes artistiques, il faut penser à la théorie de la relativité d'Einstein (1905) qui précède de peu l'invention de l'abstraction.

Il existe un rapport étroit entre les progrès de tous les domaines de la création scientifique littéraire ou artistique. Mais il existe aussi une frontière infranchissable entre ceux qui savent et ceux qui ignorent : on peut regarder passer un avion dans le ciel. Mais on ne pourra pas le piloter ni le réparer sans apprentissage, c'est à dire sans s'intéresser de près à ce qui le constitue. C'est là que se situe le divorce entre le spectateur et le "technicien".

J'ajoute une chose : ce n'est pas parce que 5 siècles d'application d'une convention (la perspective) rassure le spectateur qu'il va forcément entrer dans la vérité subjective du peintre. On peur regarder un tableau comme on survole un paysage wink

Hors ligne

#57 Le 21/12/2019, à 12:07

moko138

Re : Baz'Art

comment fonctionne toile libre, mais je suis sûr que moko138 va nous le trouver

Eh bien justement : toile-libre présente un rare inconvénient pour ceux qui, comme moi, ont une connexion intermittente : en cas de déconnexion, ce site ne permet pas la reprise d'un téléchargement là où il s'était interrompu.  sad

Mais pour poster une image, ou plutôt sa miniature cliquable, voir ./viewtopic.php?pid=21812281#p21812281


%NOINDEX%
Un utilitaire précieux : ncdu
Photo, mini-tutoriel :  À la découverte de dcraw

En ligne

#58 Le 16/04/2020, à 15:20

moko138

Re : Baz'Art

(Ce message sera complété.)

Bonjour à tous,
  Une illumination ! Quelle meilleure occasion que ce confinement, pour vous présenter enfin le photographe Pierre DUBREUIL, puisque j'ai eu la chance de voir l'expo à Beaubourg au milieu des années 80, et que ma mère - décidément active dans mes découvertes visuelles ! bordaldea, continue comme ça et tu pourras t'installer comme psychanalyste ! big_smile - m'avait offert le catalogue de l'expo.

  Très peu représenté sur la toile, hormis sur quelques sites de ventes aux enchères, Dubreuil est la passerelle entre les derniers graphistes du XIXème siècle et les novateurs des années vingt et trente.
    Les peintres l'ont évidemment précédé dans la représentation en plongée des voies ferrées, et même certains photographes. Mais après avoir repris ce thème avec brio, il innove (je crois...(*)).
  Ainsi, d'une fourchette avec une assiette, il fait une belle composition.
  Idem avec deux paires de lunettes posée sur la table.
  Idem avec un dossier de chaise et son ombre.

  Vous me direz, "pas très excitant..." Eh bien justement si : réalisés par Dubreuil, ces thèmes deviennent un régal pour l'oeil ! Et pourtant, essayez vous-mêmes (en N&B) et vous verrez que c'est loin d'être gagné d'avance !
  Vous me direz, "mouais, Florence Henry en a fait autant". Oui... mais Dubreuil a fait du Florence Henry vingt-cinq ans avant elle !
  Et au moins une prise de vue nocturne de Paris en extérieur, trois décennies avant Brassaï !


                        1587020623.jpg                                    1587026564.jpg
                        Translucidités, (vers 1930)                          Ombres d'optique (vers 1929)
                        108 ko                                                          228 ko


                    "Interprétation Picasso : le rapide" (vers 1911) :

1587046317.jpg

  Avez-vous repéré la locomotive à vapeur, de face et penchée ?
"Epreuve à huile rehaussée à la mine de plomb, montée sur papier" (commentaire de https://www.centrepompidou.fr/cpv/resou … o/rdy8qpd).


  Et en 1908 1587029238.jpg
soit 17 ans avant Karl S. et 68 ans avant les (vrais) éléphants de Le Querrec (https://i.pinimg.com/originals/2f/eb/fe … 8a4c01.jpg).


  J'aurais voulu vous en montrer davantage ! Mais comme bien des livres qui me sont chers, mon exemplaire est sous une pile "en train"... et je ne retrouve pas laquelle ! (**) Je complèterai donc cette présentation un jour ou l'autre, et en attendant, je me suis débrouillé avec ma mémoire et la toile.

  Ce qui a accru mon admiration pour ces gens qui ont été capables, de mémoire, d'exploiter leurs années de captivité pour élaborer une thèse (Fernand Braudel) ou faire des conférences d'histoire de l'art à leurs compagnons de déportation (François Le Lionnais) !


  Influencé à ses débuts par le pictorialisme :

Les Volants (1901)

Dans les coulisses (1902)  1587045168.jpg

Opéra/Jour de pluie (1908)

Puissance (1909)

  Dubreuil évolue vers de fortes compositions graphiques

Grand Place, Brussels (1908)

  de plus en plus épurées. Ainsi :

La Guidatrice (1928)

Becs de cygnes/En souvenir de Denis Papin (1930 circa)

Concombres (1930) : 1587047382.jpg
juste une fourchette et des rondelles de concombre !  big_smile


Sprint (1932 circa)


Premier Round (1932)  1587044616.jpg



              Pour approfondir :
Pierre Dubreuil sur wikipedia
Pierre Dubreuil sur google images
https://www.wikiart.org/en/pierre-dubre … pe:masonry
"Pierre Dubreuil photographies 1896-1935", éditions du Centre Pompidou, Dubroni Press, San Diego, 1987, isbn 2 85850-392-3


___
(*) Comme je suis autodidacte en histoire de la photographie, mon savoir est lacunaire. Si vous repérez un trou ou une erreur, soyez assez bon pour me l'indiquer, la corriger !  smile
(**) C'est bon ! Il était sous le livre sur Le Lionnais !  smile

Dernière modification par moko138 (Le 16/04/2020, à 15:29)


%NOINDEX%
Un utilitaire précieux : ncdu
Photo, mini-tutoriel :  À la découverte de dcraw

En ligne

#59 Le 15/05/2020, à 23:31

Ayral

Re : Baz'Art

Et alors ? Ce fil est en suspend, dommage c'est passionnant.


Pour mettre les retours de commande entre deux balises code, les explications sont là : https://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=1614731
Blog d'un retraité
Site de graphisme du fiston Loïc
Ubuntu 18.04 LTS sur un Thinkpad W540

Hors ligne